undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

2
2,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
1
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Soyons honnêtes: Je ne pense pas qu'Orson Scott Card ait fait autre chose qu'apposer son nom sur ce volume. Si vous regardez ce livre, vous avez probablement lu les parties 1 et 2 de la trilogie (Earth unaware, et Earth afire); si ce n'est pas le cas, commencez par là. Mais dans le doute, je vais revenir sur toute la trilogie.

L'histoire racontée à travers "The First Formic War" nous présente le premier contact entre l'humanité et les formics, lorsque ces derniers avaient "envahi" la Chine et décimaient sa population sans se rendre compte qu'ils avaient affaire à une race consciente.

On va donc suivre l'histoire selon le point de vue de plusieurs personnages:
Victor Delgado, un jeune mineur/ingénieur du vaisseau indépendant El Cavador et dont la "famille" va faire son possible pour prévenir le monde de l'arrivée des Formics après avoir découvert un de leurs éclaireurs.
Lem Jukes, le fils du puissant industriel Ukko Jukes, parti tester dans l'espace le Glaser, un laser modifiant la gravité
Mazer Rackham, alors jeune soldat d'un corps d'élite Néo-Zélandais, qui va devenir le héros que l'on sait par la suite
Bingwen, un enfant surdoué Chinois qui va se retrouver propulsé au milieu de la guerre et servir de lien entre toutes les parties

Et on en arrive au premier problème de cette trilogie. Ce n'est pas réellement une trilogie, mais plus un livre découpé en trois parties. On y retrouve un schéma "classique" de certains livres de l'Enderverse où l'histoire se développe via plusieurs personnages qui convergent sur la fin, mais c'est ici étalé sur 3 livres, ce qui inclut une très sévère coupure dans le deuxième tome.

L'histoire ne tient pourtant pas sur 3 livres; et il apparait rapidement pourquoi on n'a pas à la place un seul roman bien construit: La trilogie est pensée comme un film. Il est très clair à la lecture de ces ouvrages, et particulièrement de ce dernier tome, qu'Aaron Johnston a écrit une histoire comme s'il décrivait un film, qui précèderait le film "La Stratégie Ender".

Mais ça ne prend pas. Le dernier tome en est l'exemple le plus frappant, et c'est pourquoi cette conclusion n'en est que plus décevante: Earth Awakens est une accumulation d'humour douteux et de clichés; une copie du style d'Orson Scott Card, mâtinée de répétitions vulgaires (mot pour mot) d'éléments des deux premiers tomes. On identifie clairement la volonté dans ce tome de reprendre des éléments de La Stratégie Ender, mais c'est amené de façon si grossière que ça perd son intérêt. Ce n'est pas juste un clin d'oeil, c'est un néon clignotant rouge de trente mètres avec en capitales "RÉFÉRENCE A LA STRATÉGIE ENDER ICI".

Navrant.

Le seul point positif de ce livre est Lem Jukes, unique personnage à se voir un minimum développé, et dont le conflit avec son père devient vite l'attraction principale du roman. Le reste est tellement vulgaire, tellement peu imaginatif, et tellement ennuyeux, qu'on en vient à se demander pourquoi on a lu ce dernier tome en sachant très bien comment l'histoire se terminerait de toute façon.

Et puis on se souvient pourquoi: Après la première invasion, il y a eu la seconde, et Aaaron Johnston compte bien nous vendre une deuxième trilogie là dessus.

Mais mieux vaut passer son chemin, et cette fois-ci, je ne me ferai pas avoir !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 mai 2015
Ce livre conclut une mini-saga à l'intérêt tout juste historique pour les passionnés de la saga Ender.
Si vous ne l'avez pas lue, je vous suggère plutôt de commencer par "La stratégie Ender".

Même s'il offre une fin (presque) haletante à la première guerre formique évoquée dans la série principale, la dimension philosophique que je trouve caractéristique des romans de la série, étayée par la grande culture historique et sociale d'Orson Scott Card manque désespérément à ce livre. Certaines histoires évoluent parallèlement à l'intrigue, sans la servir, certaines réellement anecdotiques, d'autres dont on ne voit pas d'autre raison que de préparer une saga ultérieure (la deuxième guerre formique ?).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Visitors
Visitors de Orson Scott Card
EUR 12,99