undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » est, dans la même veine que le « Fabuleux destin d'Amélie Poulain », un film particulièrement poétique qui donne du monde une image rêvée, certes souvent éloigné de la réalité, mais néanmoins particulièrement touchante, universelle et optimiste.

Sans en dévoiler les secrets, le film peut se lire à deux niveaux : celui du voyage initiatique et solitaire de T.S., des pairies du Montana vers Washington D.C., où il compte allez recevoir le prix scientifique qu'il a gagné malgré son très jeune âge ; en filigrane, celui du quotidien intériorisé d'une famille très particulière, mais très unie, et de sa façon de traverser les épreuves les plus dures. C'est dans la manière dont il brosse le portrait des membres de la famille Spivet, avec une subtilité et une profondeur remarquable que Jeunet a réussi à porter son film vers les sommets. Le couple soudé que forment Dr Clair (Helena Boham Carter) et Tecumseh (Callum Keith Rennie), malgré leurs si grandes différences, est particulièrement authentique. Helena Boham Carter, réellement merveilleuse, signe d'ailleurs ici une des toutes meilleures interprétations de sa carrière. T.S. Spivet, enfant surdoué, mais avant tout enfant, est lui aussi transcendé par la qualité du jeu de Kyle Catlett qui parvient à lui donner une totale crédibilité. Gracie (Niahm Wilson) se révèle quant à elle très drôle en grande sœur qui rêve d'une vie d'américaine « normale ». Saluons aussi la fidélité de Jean-Pierre Jeunet à Dominique Pinon, dans ce film « américain », présent dans un très joli second rôle.

La 3D, pour une fois, est totalement en phase avec la beauté du film, bien plus par exemple, pour prendre un point de comparaison récent, que dans « Gravity ». La musique envoutante et entrainante du film contribue également à sa réussite. L'Amérique est filmée dans tous ses contrastes - territoires sauvages, petites villes, ou mégalopoles - pour devenir un personnage à part entière du scénario. Dans toutes ses dimensions, « L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » marque le retour du grand Jean-Pierre Jeunet dans ce qui sait faire le mieux : raconter histoire simple de telle manière qu'elle nous apparaît comme la plus belle d'entre toutes. On ressort heureux et plein d'amour de ce film, et c'est sans aucun doute le principal.

Un mot sur l'Edition Collector 3D, vraiment très réussie : 5 disques au total, une pochette intérieure en imitation cuir vieilli et une magnifique version du story board, déguisé en carnet de T.S. Spivet. Un vrai bonheur
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2014
Ce coffret Blu-ray est magnifique. L'histoire est belle, remplie d'émotion et d'humour. Mais alors QU'ELLE QUALITÉ !! Je n'ai jusqu'à présent pas vu un blu-ray d'une telle qualité. Que ce soient les couleurs, le piqué, la définition, les détails, le contraste, ou tout simplement la beauté du cadrage et des images : c'est magnifique. C'est simple, j'ai un diffuseur 4K, et j'avais l'impression de regarder directement une source 4K !
Passons maintenant à la 3D. Filmé entièrement en 3D native, c'est tout simplement magique. Si tous les films 3D avaient cette qualité, la 3D serait à ce jour le succès qu'elle n'est pas. Que ce soit en profondeur, en débordements ou en jaillissements l'équilibre est parfait. Quel pied, qu'elle qualité. Pour moi, un des meilleurd BD 3D ! Je sais, je suis très enthousiaste, pourtant je suis très difficile sur la qualité. Mais mon commentaire est en rapport avec le plaisir que j'ai eu a regarder ce film en blu-ray 3D.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le dernier film de JP Jeunet est l’histoire d’un petit garçon mal-aimé dans sa famille (surtout depuis la mort de son jumeau), qui invente à 10 ans un système de mouvement perpétuel, et décide de traverser les USA d’ouest en est pour en être récompensé, mais sans que ses parents soient au courant. Spivet est aussi l’équivalent américain d’Amélie Poulain: titre à rallonge, héros improbable entouré d’une galerie de personnage tous un peu déséquilibrés et dévorés par leurs passions, succession de tableaux décalés et un peu absurdes, et un gros enjeu émotionnel à la clef (l’amour dans Amélie, la famille dans Spivet). Cette histoire de voyage improbable est surtout l’histoire d’un deuil difficile à faire, mais sans surprise car la soi-disant révélation de la fin est prévisible depuis le début du film. Ce film est aussi une exagération à la limite de la caricature manichéenne de l’Amérique rurale profonde avec de vraies valeurs traditionnelles vs la superficialité des villes consumées dans le culte de l’apparence (la secrétaire du Smithonian Institute) et le pouvoir de l’image (le présentateur télé).

Comme toujours chez Jeunet, les acteurs ont la part belle. A commencer par le rôle-titre capablement joué par le jeune Kyle Catlett, qui y met toutes les nuances possibles et évite de rendre le personnage prétentieux ou infantile. Il parvient à porter le film sur ses épaules, mais il manque un supplément d’âme à son interprétation pour la rendre excellente, d’autant que son personnage reste complètement improbable. La vraie surprise du film vient surtout de la mère, incarnée par Helena Bonham Carter ; à force de la voir dans des rôles surjoués comme Bellatrix Lestrange ou complètement décalés comme dans les films de son mari Tim Burton, on avait fini par oublier à quel point elle est une bonne actrice dans des rôles « normaux ». C’est un bonheur de la retrouver dans chaque scène où elle apparaît, même si, hélas, son personnage n’est pas assez développé pour prendre véritablement de l’épaisseur. Enfin, l’incontournable Dominique Pinon fait une amusante apparition, comme dans chaque film de Jeunet.

La 3D se révèle amusante mais pas vraiment essentielle. Il faut dire que le sens visuel de Jeunet est déjà tellement développé qu’il n’a pas besoin de cette technique pour nous repaître d’images magnifiques. Elle n’est d’ailleurs pas beaucoup mise à contribution, signe qu’il ne savait peut-être pas trop comment l’utiliser. Les vrais défauts du film résident ailleurs, à commencer par sa longueur. L’exposition, en particulier, s’attarde sur chacun des personnages de la famille, l’un après l’autre, pendant pas loin de 40 minutes ! Le voyage lui-même ne démarre qu’à la moitié du film. Tout ça, c’est mignon mais trop long, surtout par rapport à la matière que contient le script. Des enfants s’ennuieraient. Enfin, il y manque clairement la poésie et la grâce qui faisaient la magie d’Amélie Poulain ou de la Cité des enfants perdus. Dommage.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2015
Jean-Pierre Jeunet un certainement un des metteurs en scène, cinéaste Français les plus originaux. Comme tous les grands artistes, son style est reconnaissable dés les premières images. Pour ce long métrage qui succède à son autre petit bijoux, "Micmacs à tirlarigo" il a choisi d'adapter au cinéma un jeune auteur américain et de toute évidence, ce roman l'a inspiré. Devant tellement de qualité, de maîtrise de la narration, du récit, de la photo, de la mise en scène, il est difficile de comprendre pourquoi un tel film n'a pas fait des millions d'entrées, même si son succès a été au rendez-vous. Ce jeune comédien américain est parfait, ainsi que l'ensemble des comédiens constituant la famille tout comme l'ensemble du casting. L'ensemble du sujet est traité avec tact, humour, brio et intelligence. Bravo à tout l'équipe du film si bien présentée dans le dvd documentaire autour de ce chef d'oeuvre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2014
Film au scénario assez atypique même si d'une certaine manière c'est une sorte de roadmovie, les acteurs sont très biens campés, les images filmées dans le nord du continent américain sublimes, et ce jeune acteur nous tire les larmes des yeux dans la scène... mais chut !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2015
Le film est vraiment agréable, touchant souvent et apporte une touche de fraicheur bienvenue dans le flot de films que j'ai pu regarder ces derniers mois.

La photographie/l'esthétique du film est juste magnifique, saturée mais pas trop, les images sont vivantes, on a envie d'y être.
La narration n'est pas en reste et le personnage principal est très attachant.
"Pour une fois", Helena Bonham Carter, n'a pas un rôle de folle hystérique ou de personne marginale : c'est agréable de la voir dans ce rôle de mère qui lui va si bien.

En bref, un bon moment de cinéma enchanteur comme Jean-Pierre Jeunet sait bien les faire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2014
Belle et émouvante histoire de culpabilité et de remords, d'incommunicabilité entre les membres d'une même famille qui souffrent de la mort accidentelle de l'un d'entre eux. La 3D ajoute encore à la beauté de l'histoire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2014
comment avons nous pu passer à côté de ce joli film . Des acteurs excellents, des paysages magnifiques, une bien belle histoire et un DVD 3D splendide... le rêve. à ne pas rater une nouvelle fois
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2016
Les acteurs jouent si bien que j'ai presque oublié qu'il s'agit d'un film (!). Tous les personnages sont parfaits. Ajoutons la beauté de la campagne de l'Etat du Montana qui enchante les yeux. Cette tragi-comédie humaine est centrée sur un garçon de dix ans hyper doué pour les sciences en particulier la physique doublé d'un inventeur scientifique. J'ai été sensible aux dialogues de qualité, hors du bavardage habituel. Par exemple, la réplique de l'épouse à son mari : "Méfie-toi de la médiocrité. C'est la moisissure de l'esprit. Il faut lutter constamment où elle s'immisce." On croirait entendre un philosophe stoïcien. Ou, autre scène, lorsque le fugueur quitte le camionneur : "[Lui :] Je sais pas ce que tu cherches mais change rien. Droit dans tes bottes. [...]" [Le garçon, en écho :] "Je sais pas ce que tu cherches mais tu trouveras ton arbre." Répartie poétique et existentielle. Un très bon film.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2014
JP Jeunet nous sert une histoire pleine d'aventure et de merveilles d'inventions. A voir en famille et a conserver. Le making of est extrêmement riche d'enseignement sur la manière de tourner de JP Jeunet.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)