Commentaires en ligne 


4 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est ça les potes !
C’est quand même beau l’amitié. Al Kooper était le grand pote de Mike Bloomfield et à voir la box anthologique que le premier consacre à son binôme disparu à l’âge de 37 ans (février 1981), son attachement au guitariste n’a pas failli depuis. Que ce soit Al, producteur expert, qui mène à terme...
Publié il y a 6 mois par JEAN-CLAUDE

versus
3.0 étoiles sur 5 session man
un coffret extensif qui prouve un chose : Mike Bloomfield était un guitariste hors pair mais aussi un piètre chanteur et compositeur.
On appréciera ici surtout la fluidité de son jeu sur des classiques de blues et le niveau s'élève encore plus lorsqu'il accompagne des géants comme Muddy Waters, Bob Dylan et Janis...
Publié il y a 4 mois par stones


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est ça les potes !, 6 mars 2014
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : From His Head to His Heart to His Hands (CD)
C’est quand même beau l’amitié. Al Kooper était le grand pote de Mike Bloomfield et à voir la box anthologique que le premier consacre à son binôme disparu à l’âge de 37 ans (février 1981), son attachement au guitariste n’a pas failli depuis. Que ce soit Al, producteur expert, qui mène à terme cette magnifique rétrospective est finalement des plus logiques. Il est certainement celui qui l’a connu le mieux et le plus apte à collecter la croustillance de son œuvre.

Les fans de Bloomfield, dans l’attente d’une telle collection depuis sa mort, s’en réjouissent. 3 CD, un documentaire vidéo très captivant (Sweet Blues : A Film About Mike Bloomfield) et un livret très informatif habillent ce coffret magnifique et parfaitement ciblé par Kooper dont il faut louer l’investissement et le travail technique ici. L’offre publiée sous l’identité de From His Head To His Heart To His Hands (2014) réinstalle sous les projos un artiste qui n’a pas eu, de son temps, la reconnaissance qui lui revenait de droit, au seul motif de son incroyable talent.

Respecté de ses pairs, notamment ceux de la branche blues, et des guitaristes pour lequel il était la voie à suivre, Michael Bloomfield de Chicago a influé sur de nombreux artistes. Le meilleur exemple est Carlos Santana qui, dès qu’il a vu Mike jouer de la guitare, a décidé d’en faire son instrument jusqu’à la fin de sa vie. Pour Dylan, il fut le plus grand guitariste qu’il n’ait jamais entendu. Cela se passe de commentaires.

La carrière de Bloomfield, une découverte de John Hammond père, mémorable dénicheur de talents (Count Basie, Leonard Cohen, Aretha Franklin, Billie Holiday, Pete Seeger, Bruce Springsteen, et surtout de Bob Dylan) s’étire sur une quinzaine d’années. Elle se répartit entre l’expérience Paul Butterfield Blues Band, précédée de la pige mythique avec Dylan (Highway 61 Revisited), et suivi par le projet de l’Electric Flag qu’il crée en 1967 avec Nick Gravenites et un Buddy Miles qui va vite plomber l’affaire. Les drogues aussi.

Mike Bloomfield, on le retrouve sur le légendaire Super Session (1968) qui réunit également Al Kooper et Stephen Stills et étoffé par la puissante section rythmique composée d’Harvey Brooks (basse) et d’Eddie Hoh (batterie). Ce jour là, les acteurs étaient touchés par la grâce et pourtant…

Et pourtant… Mike Bloomfield sur les deux jours d’enregistrements initialement prévus, ne réapparaît pas le lendemain, la faute à des insomnies à répet’ dira la version officielle. La drogue plus sûrement, avance-t-on depuis que les langues se délient. Bloomfield est miné par l‘héro, ne tient plus son rôle, c’est la raison pour laquelle Stills le remplace au pied levé sur un disque réaménagé différemment : une face pour Mike qui a pu enregistrer 5 titres, l’autre pour Steven. Ainsi était Michael Bloomfield dont la plus grande partie de la discographie est posthume.

From His Head To His Heart To His Hands semble s’annoncer comme le dernier flash-back sur cet acteur déterminant du rock, plus particulièrement d’un blues-rock qu’il a élevé à un niveau rarement égalé. Au regard de ce que Kooper a sélectionné pour donner vie à l’hommage à son pote, les collectes (enregistrements studio, live, raretés, inédits) sont d’une grande qualité technique, artistique et d’une justesse historique. Les choix sur lesquels s’est portée la collecte dénotent une grande connaissance du sujet de son auteur.

Restituées sous quatre axes (Roots, Jams, Licks et Sweet Blues), les présentes apparitions de Bloomfield accordent la part belle aux racines et réfèrent à la période blues de Chicago façon Paul Butterfield Blues band et celui plus psyché d’Electric Flag (CD1). Le deuxième volet (CD2) est essentiellement axé sur les projets partagés en commun par Bloomfield et Kooper (Super Session, The Live Adventures…) tandis que le CD3 consiste en un assemblage de prestations datées pour l’essentiel de 1977 et captées au McCabe’s Guitar Shop de Santa Monica qui, outre un magasin de musique réputé, disposait d’une arrière-salle intime qui fut un lieu de spectacles prisé à Los Angeles. Pour l’anecdote, ces enregistrements alimentent le live de 1977, réédité en 2008, I’m With You Always. Le quatrième pan de cette offre est affecté aux images via un mini-documentaire de Bob Sarles, qui mêle interviews d’époque et prestations scéniques de Mike avec interventions et commentaires de son entourage proche et de ses fans.

Tout au long de cette magnifique collecte intelligemment agencée dans le temps, on retrouve la merveilleuse faculté d’improvisation de Michael, sa fabuleuse énergie et la solidité de sa technique légendaire, souvent sollicitée pour les besoins des LP des confrères. Il était musicien de sessions très demandé et pour cause.

Ce coffret couvre l’essentiel de son parcours et de son œuvre. Il situe parfaitement le guitariste génial qu’il fut. Les images sont un complément opportun pour rappeler que derrière le guitar-hero se devinait un homme sensible et touchant. Merci Al pour ce must que tout supporter de Mike fera sien. Merci pour lui. C’est ça les vrais amis (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Belle somme, 3 mars 2014
Par 
Stefy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From His Head to His Heart to His Hands (CD)
Très bonne initiative que ce coffret dédié à Michael Bloomfield pour la simple raison que le gars a enregistré beaucoup sur les albums des autres ainsi que dans divers groupes à certains moments de leur carrière (Bloomfield avait la bougeotte et ne s'attardait pas dans ces groupes). C'est donc idéal pour goûter sa musique: un réjouissant coffret de trois CDs parcourant l'ensemble de son œuvre. Peu de dire que l'homme jouait bien: guitariste talentueux et habité à la fois, il irradie sur les tous les morceaux comme une évidence. Car rien à jeter dans ce coffret: blues bien sûr, mais aussi rock, folk (Bloomfield sidère également tout seul à l'acoustique), voire lorgnant vers la soul (habité, je vous dis) et louchant sur le jazz. Les Cds sont agencés de façon à peu près chronologique, car l'agencement des morceaux de façon harmonieuse pour privilégier le plaisir d'écoute prime: une compilation faite avec amour. Preuve en est, c'est Al Kooper lui-même qui s'y est collé pour rendre enfin justice au grand guitariste. Des beaucoup plus médiocres que lui (et beaucoup moins important historiquement également) sont souvent loués mais à l'écoute de ces trois disques intenses, le constat est vite fait: Bloomfield était bien un guitariste d'exception. Un touchant DVD complète le coffret (attention, pas de sous-titres français). Touchant car beaucoup de témoignages de gens qui l'ont côtoyé. Une somme au niveau de Bloomfield qui devrait intéresser tous les passionnés de musique de la fin des sixties.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 session man, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From His Head to His Heart to His Hands (CD)
un coffret extensif qui prouve un chose : Mike Bloomfield était un guitariste hors pair mais aussi un piètre chanteur et compositeur.
On appréciera ici surtout la fluidité de son jeu sur des classiques de blues et le niveau s'élève encore plus lorsqu'il accompagne des géants comme Muddy Waters, Bob Dylan et Janis Joplin ("One good man" : à tomber).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 from his head to heat to hands, 16 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From His Head to His Heart to His Hands (CD)
tutto ok from his head to heat to his head to his hands di michael bloomfield
ottimo lavoro buona giornata
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit