undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles4
4,3 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:27,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 mai 2014
L e duo THIELEMANN (en Chef d'orchestre) et J. K ((chanteur) fonctionne admirablement. Dommage qu'il y ait peu de chant par rapport à la partie orchestrée.... mais ce peu est tout bonnement magnifique.; a quand un récital Wagner complet ?
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Wagner", Staatskapelle Dresden, Christian Thielemann, Jonas Kaufmann, Dresde, 21 mai 2013, 1 DVD Unitel Classica.

Qu'est-ce qu'un hommage à Wagner ne comportant aucun extrait du "Ring", rien de "Tristan", rien des "Meistersinger", rien de "Parsifal" ?
Le maître aurait-il cessé de composer après 1850 ? Oui, en tout cas pour ce concert.
Richard Wagner ayant dirigé le Staatskapelle de Dresde de 1843 à 1849, Christian Thielemann, son successeur lointain, a voulu lui rendre hommage en se concentrant sur les oeuvres qui précèdent 1850, et que Wagner a présentées, ou essayé de monter à Dresde (Rienzi, le Vaisseau, l'Ouverture Faust), ou qu'il y a composées, comme "Tannhäuser" et "Lohengrin". L'idée est originale et l'intention louable, mais réduit considérablement la dimension du compositeur; de plus le choix des extraits chantés (Prière de Rienzi, Récit du Graal, Pèlerinage à Rome) fait baigner l'ensemble dans une atmosphère de recueillement religieux, sinon de tristesse, qui convient assez peu à un concert d'anniversaire... Et puisqu'il s'agit de célébrer le Wagner de Dresde pourquoi donner l'ouverture de Tannhäuser dans la version de Paris alors qu'il y a une version de Dresde, celle de la création, en deux parties, bien plus proche des intentions initiales du compositeur ?

Si Jonas Kaufmann -le timbre de plus en plus sombre, sera-t-il notre Ramon Vinay ?-, nous donne, encore une fois, une interprétation très personnelle de Lohengrin et Tannhäuser; si l'orchestre sous la direction de Thielemann est beau, net, propre, trouve-t-on dans l'ensemble du concert ce petit supplément d'âme, de fièvre ou d'énergie, cette cohésion qui fait les moments d'art?
Je ne voudrais pas laisser croire que le "marié est trop beau", et pourtant... Le concert laisse la même impression que certains tableaux qui, finis, ne valent pas leur esquisse, l'art enfoui sous le fignolage.

Le compositeur Hans Werner Henze (1926-2012) aurait dû être "Capell-Compositeur" à titre honorifique du Staatskappelle pour l'année 2012-2013, et avait, à l'occasion de l'année Wagner, prévu de composer une pièce intitulée "Isoldes Tod"; sa propre mort l'a empêché de chanter celle d'Isolde. Décédé à Dresde en octobre 2012, Hans Werner Henze est pourtant présent dans ce concert avec une composition de 1999, "Fraternité, Air pour orchestre", dont l'apparition est un peu étrange entre Lohengrin et Tannhäuser , mais témoigne de la part du chef et de l'orchestre d'un noble état d'esprit, liant à un hommage au passé un hommage au présent.
J'aime la musique de Henze, comme celle de K-A Hartmann, de Benjamin Frankel, de William Schuman, entre autres... (ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien, n'ayant aucune compétence en matière de musique contemporaine) et j'ai été très content de découvrir cette très belle pièce, toute méditative.

Donc, un DVD qui aurait dû s'appeler "Wagner à Dresde", et non "Wagner" tout court, et qui, malgré des réserves, reste à connaître, tant pour les wagnériens que pour les admirateurs de Jonas Kaufmann ... et de Hans Werner Henze - en attendant que sorte en DVD (mais on peut le voir sur You T...) cet autre hommage au bicentenaire, le premier acte de "La Walkyrie" dirigée par Thielemann en concert à Bayreuth, avec Eva-Maria Westbroek (Sieglinde flamboyante), Johan Botha (Siegmund laid à voir mais pas à entendre), et Kwangchul Youn (Hunding glacé).
33 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2016
Un peu décevant : dommage que les airs d'opéras (Rienzi, Tannhäuser) arrivent avant les ouvertures des mêmes opéras. L'extrait de Henze n'a pas sa place ici. Kaufmann est toujours aussi émouvant avec son legato unique. Pour l'orchestre, c'est un peu "prussien"....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
Thielemann est extraordinaire dans la manière dont il dirige son orchestre et Thomas Kaufmann est un chanteur d'excellence. A voir et à revoir
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,34 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)