undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

108
3,6 sur 5 étoiles
Snowpiercer, le Transperceneige [Combo Blu-ray + DVD]
Format: Blu-rayModifier
Prix:27,20 €+2,79 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 4 avril 2014
Je laisse très rarement de commentaires sur les "blockbusters", d'autres s'en chargent mieux que moi, vu que je ne vais jamais au cinéma et ne les regarde que sur une petite télé non HD sans le matériel adéquat pour apprécier ces films conçus pour écrans larges. Celui-ci est l'exception qui confirme la règle: il est l'adaptation d'une BD de Lob (scénario) et Manchette (dessins), "Le Transperceneige" (inspiré des romans "La Compagnie des glaces" de "Georges-Jean Arnaud", mais avec une trame de fond assez différente) que j'ai lue en 1982 dans "A Suivre", puis après dans son édition en album. Les adaptations de BD françaises en films sont très rares surtout faites par des réalisateurs étrangers ("Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne" de Steven Spielberg, mais Hergé était Belge) et avec des effets spéciaux de cette envergure. Comparer le livre au film serait peine perdue: d'abord parce que la BD date des années 80 où le contexte était différent (on ne parlait pas encore de changements climatiques et la disparition de la couche d'ozone n'était pas d'actualité), ensuite que les personnages sont différents (le héros, Proloff, remontant juste le train pour l'explorer sans arrière-idée de révolution et gagner la tête des wagons, n'a rien d'un meneur d'hommes) et que l'aspect de l'extérieur est très peu évoqué, à part quelques rares illustrations du train sous des paysages neigeux. La BD est un chef-d'œuvre, c'est certain, quand est-il du film?
Pour commencer, le train gigantesque condamné à rouler éternellement est conforme à celui que les auteurs de la BD ont imaginé (sur des croquis originaux d'Alexis avant sa mort), l'idée d'une lutte des classes dans un milieu étouffant et claustrophobe est reprise et le réalisateur Coréen Bong Joon-ho, après avoir prouvé sa maitrise de la SF avec son film de 2006 "The Host", ne voulait pas filmer une fidèle adaptation mais juste en garder l'idée de départ. C'est ce qu'il a réussi à faire brillamment car, tout en la transformant en film d'action avançant à grande allure, il reprend des scènes de la BD: L'allusion aux débuts sanglants et atroces des wagons de queue, l'ambiance même de ces wagons où les gens s'entassent dans des endroits sordides, la drogue qui ramollit le cerveau, les barres protéinées d'insectes (dans le livre, une barbaque vivante, la "Mama", qui repousse au fur et à mesure qu'elle est découpée), les tiroirs prisons, le wagon potager, jusqu'à l'autonomie perpétuelle de la machine avec un seul homme pour l'entretenir, son concepteur, et la rencontre de ce dernier avec le héros à qui il demande de le remplacer dans sa tâche ...
Seule la conclusion, moins pessimiste (si on veut), diffère vraiment...
De plus, le réalisateur n'étant pas américain, il ne suit pas les règles du politiquement correct en vogue aux USA (des personnes, pas des méchants, se battent pour un mégot et même le héros savoure la dernière cigarette du train avec volupté). Les combats sont assez violents (normal pour un film d'action à notre époque) mais loin d'être gores: le sang ne gicle que sur les fenêtres du train ou en l'air...
En bref, un des meilleurs blockbusters post-apocalyptique que j'ai vu depuis longtemps, avec un casting international de bonne qualité: "Chris Evans" (Steve Rogers /Captain America), "Song Kang-ho" (déjà présent dans "The Host"), "Ed Harris", "John Hurt" (aussi amoché que dans son rôle dans "Elephant Man"), "Tilda Swinton" (la Sorcière blanche du Monde de Narnia), la toute jeune "Ko Ah-seong" (aussi dans "The Host"), tous pratiquement méconnaissables dans leur look négligé et vêtus de haillons.
Je n'ai pas regardé les bonus, je ne les regarde jamais (d'ailleurs ils ne peuvent toujours qu'être en faveur du film pour des raisons commerciales), par contre, je conseille vivement la BD qui vient d'être éditée de nouveau dans son intégralité aux éditions "Casterman".
Peut-être aurons-nous droit à un remake dans quelques années... EN LIVE...

PS: Les romans "la Compagnie des glaces", qui inspirèrent le livre de "Lob" et "Manchette", eurent droit à une adaptation en BD éphémère et une mini-série fauchée en DVD sous le titre éponyme réalisée en 2007 par "Paolo Barzman"
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je n'avais jeté qu'un œil distrait et lointain sur la bande-annonce de ce qui pouvait paraître comme encore un énième remake d'un comix Marvel avec super-héros et tout et tout.
Pourtant habituellement réfractaire à ce qui s'apparente même de loin à de la sf, il fallait prêter une oreille plus attentive aux critiques radiophoniques. Et comme depuis la gare de la Ciotat, train et cinéma font habituellement bon ménage, et puis aussi quelques blogs enthousiastes aidant, nous avons donc embarqué à bord du Snowpiercer, adaptation coréenne d'une BD française des années 80 (pas lue, la bd).
Bien loin de l'image habituellement poétique et gentille de nos parcs et jardins : ce perce-neige-là est un train futuriste lancé à cent à l'heure dans un monde glacé.
En 2014 (dépêchez-vous de faire des provisions, c'est demain !), en 2014 nos gouvernants, toujours bien avisés, balancent des trucs savants dans le ciel pour lutter contre le réchauffement climatique.
Résultat, c'est la cata. Et notre bonne vieille terre entre carrément dans une nouvelle ère glaciaire, adieu le “réchauffement” climatique ! En 2031, c'est le Jour d'après (et même quelques centaines de jours après) et toute vie a désormais disparu de la planète, à l'exception de quelques élus embarqués à bord du train, sorte d'arche de Noé moderne. Le Snowpiercer tourne en boucle autour de la terre. S'il s'arrête tout le monde gèle. Si on ouvre la fenêtre, on gèle.
À bord, la vie est organisée d'une main de fer pour maintenir l'écosystème en état stable.
Dans les wagons de queue s'entassent de pauvres hères, une sorte de lumpenprolétariat ferroviaire, nourri avec une sorte de “soleil vert”.
En tête du TGV, l'élite nourrie aux sushis et un mystérieux Mr. Wilford, qui semble tout régenter tel un capitaine Nemo version sncf.
Entre les deux, toute une série de wagons aux décors et personnages délirants qu'on vous laisse découvrir.
Ce train est une métaphore horizontale de notre société, de ses clivages verticaux et de ses luttes de classes : il tourne depuis 18 ans autour de la planète. Les plus jeunes sont des “enfants du train” et n'ont jamais mis le pied sur terre, ni même dans les neiges glacées.
Un beau jour, les miséreux de la queue du train s'enhardissent et font la révolution pour rejoindre le wagon de tête : il leur faudra franchir chaque étape, chaque wagon, un peu comme dans un jeu vidéo.
Nous voici enfermés pour deux heures de huis-clos (sinon, on gèle), dans une salle comble et à l'intérieur de ce cadre ferroviaire plutôt original : sacré prouesse cinématographique mais claustrophobes s'abstenir.
D'autant que si la BD était française, le film lui, vient de Séoul : alors mieux vaut être prévenu, l'épopée sera sanglante, âmes sensibles s’abstenir. Les coréens ont définitivement un rapport aux armes blanches et tranchantes qui n'est pas le notre et on fermera les yeux plusieurs fois !
On ne vous en dévoile pas plus évidemment et on ne vous dit rien des péripéties et surprises finales, on vous laisse découvrir tous les rouages de la mécanique. Certains sont astucieux, d'autres sont un peu plus lourdingues.
Ce train sanglant, violent et décadent qui tourne en rond et sans fin autour de la planète est aussi une métaphore de notre monde sanglant, violent et décadent qui fonce à toute allure vers sa perte pendant que le climat se dérègle : les coréens sont bien placés pour en parler, eux qui comptent aujourd'hui parmi les wagons de tête.
Mais les propos du cinéaste Bong Joon-Ho sont aussi un peu plus complexes (et désabusés) que cela : tout comme dans Mother, il nous mène par le bout du nez et ne nous a montré qu'une partie de la réalité ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
36 sur 42 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 avril 2014
SNOWPIERCER [2013]

Since this Blu-ray has been released very early in France (in many countries the film is still open to be released in theatres or just running), people maybe want to know if this version is English friendly. Well, yes and no ...

I'll make it short:

(1) The movie is a very fresh dystopian vision: radical, brutal, creative and thrilling. If you can deal with its lack of realism caused by its many heightened, exaggerated elements then you will experience a grand dramatical satire overflooding with symbolism and great ideas beyond the mainstream approach of "The Hunger Games" (which I like as well).

(2) I could not check, but the cover says the BD is locked to Region B.

(3) YES, you can turn off the French subtitles!

(4) BUT the disc does NOT offer English subtitles for the few Asian parts (father and daughter). Is it still watchable? Yes, quite so, because most of those scenes are cleverly translated by a device put to the character's throat. Additionally there are 2-3 exchanges between father and daughter that only cover about 10 seconds each, never mind those. The only PROBLEMATIC scene that cries for English subs, is an important monologue of the father towards the end of the film (maybe about one minute long). But even that scene is slightly supported by background footage. So, this makes for a sad but not for a devastating issue.

(5) The English audio track is a DTS-MA-5.1 track that sounds as is should sound. Great.

(6) Picture is near perfect, too. It is framed in 1.85:1 with a solid bitrate. Of the DL disc the film's video and audio take around 23GB (including the English/French tracks). It is sharp, blacks are deep and solid and only in very few scenes (seconds!) slight noise can be seen. It really profits from HD.

(7) This is the uncut 126min version.

(8) The amount of bonus material is appropriate. Some elements are (interviews) and some are not (the animated clip of what happened before) very English friendly.

(9) I now have the steelbook, which looks nice and includes the DVD.

Personally I do not regret having ordered this. I will revisit Snowpiercer again and maybe later add another (100% English friendly) version to my collection.

So, it's up to you. Hope, I could help.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'ai découvert le film au cinéma sans connaître la bande dessiné française dont il est tiré.
On plonge dans cette histoire fantastique invraisemblable sans problème, et on croit rapidement à cet improbable train qui fait le tour du monde depuis des années et qui ne doit jamais s’arrêter.
Le train est une métaphore de notre monde et de ces disparités et injustices, c'est un moyen de mettre une loupe sur les horreurs de notre terre et de ce que les hommes se font subir les uns aux autres.
Plein d'aventure et de rebondissement on remonte le train avec les héros et on souffre avec eux jusqu'au dénouement final qui vous laissera plus optimiste.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2014
Beaucoup d'incohérences dans ce film, en terme de logique d'enchainement des wagons, comme de leur contenu.

L'idée de base était sympathique (arche de Noé moderne & roulante), mais des scènes viennent tout gâcher (les 200 ninjas dans le wagon pendant la scène du pont, c'est juste n'importe quoi. J'ai décroché à ce moment la, mais suis quand même allé au bout, désirant voir l'avant du train).

Bref j'ai été assez déçu par ce film. Deux étoiles pour l'idée (issue du livre...) mais vraiment pour moi c'est un navet.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Parabole sur le cycle de l'humanité doublée d'une tirade sur la lutte des classes, le propos un brin prétentieux et lourdingue de par son approche trop gauchiste et candide parvient pourtant à nous séduire. Certes la trilogie '' Matrix'' avait déjà traité d'un propos similaire en bien plus philosophique et fin mais nous aurions tort de passer à côté de ce titre. La mise en image très classe, le rythme soutenu dés le départ et une distribution excellente font que '' Snowpiercer'' est un bon petit film malgré ses défauts. En effet, l'aspect philosophique arrive un peu comme cheveu sur la soupe et aurait mérité un final un peu moins abrupt mais il est vrai très remuant. De plus il y a trop d'incohérences; les enfants mécanos, le tueur increvable ( est ce un androïde?...), les rapports entre le grand chef et la balance de la queue du train sont peu développés et paraissent invraisemblables. La narration comporte de nombreux trous et certaines questions ne sont même pas développées. On notera des scenes parfaitement inutiles comme celle dans le resto à sushis. Il est vrai que le film dure déjà 2 h et trop de développements l'auraient sans doute alourdit. Le tout reste cependant correct meme si le réalisateur passe à côté d'un vrai grand film. Le scenario manque trop de corps pour convaincre vraiment ! Le bluray est parfait par contre. A noter un très beau steelbook . Le son est terrible en VO. Décevant au final mais HD superbe!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
2013: "Snowpiercer" fait date: à ne surtout pas prendre tel quel, ce film nous force à nous regarder. Il nous en dit plus sur nous-mêmes que sur son récit, ses personnages ou tout autre détail, réaliste ou pas, moderne ou ancien, qui ne sont que des prétextes à un avertissement, une mise en garde, une exagération poussée et poussive, une caricature troublée et troublante de notre monde actuel. Reproduisant les erreurs du passé, y compris les castes, l'exploitation des plus faibles, l'illusion d'un pouvoir supérieur quasi-divin, l'avant du train et son contraire,"Snowpiercer" est une vraie belle expérience à vivre. J'aime l'ambiance, les wagons de l'arrière me rappelant étrangement les bureaux et les appartements de "1984" de George Orwell et du film de Michael Radford où jouait déjà John Hurt, d'ailleurs. Comme l'impact de Terry Gilliam avec son "Brazil"(1985), ce DVD fera sûrement office de repère dans les années à venir. Et toute cette neige... on pourrait presque ne pas y apercevoir le moindre ours polaire.
Les vues et appréciations de chacun laissent présager la teneur hautement symbolique et philosophique de cette dystopie (ou contre-utopie) comme l'ont déjà indiqué certains. Ce Transperceneige, fonçant à vive allure, un monde dans le monde, est un piège, à plus d'un titre. A vos lecteurs!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 septembre 2014
"Snowpiercer" est un film étonnant,original,déroutant parfois,et extrêmement travaillé.Il faut absolument saluer le travail extraordinaire du Directeur de la Photographie (Hong Kyung-Pyo) dont on sent à travers les images ses origines sud-coréennes.La lumière est une partie intégrante de l'atmosphère du film,chaque image est ciselée avec précision,c'est du grand art.
Concernant le film en lui-même,il s'agit bien évidemment d'une métaphore de l'ascension sociale,chaque wagon représentant une étape vers le sommet de l'échelle,qui est ici représentée par la tête du train.
La lutte des classes se fait désormais avec les armes dans ce futur apocalyptique,bien que finalement les thèmes soient toujours les mêmes qu'aujourd'hui,la classe aisée ne voulant pas partager ses richesses avec les pauvres.
"Snowpiercer" oscille entre le film d'action et la critique sociétale,non sans quelques longueurs,notamment vers la fin du film.
Un film à voir,très intelligent et précis dans son propos.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 mai 2014
Dommage, j'ai adoré la saga du Transperceneige en BD il y a ... longtemps. Mais super scenario, dans la lignée de la BD et qui la renouvelle néanmoins. Bravo à Bong Joon Ho et à son imagination, direction d'acteurs etc. J'ai adoré la scène de l'école avec les petits ricains moyens élevés au grain !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 avril 2014
Quelle belle surprise que ce bijou cinématographique , au milieu d'autres films de Sf de 2013 déjà cultes (Gravity , Pacific Rim ,man of steel, ... )!
Mais, surprise... pas tant que ça... pour qui a vu the Host du même réalisateur, Bong Joon-ho . C'est du Coréen : virtuose techniquement , intelligent et bien écrit , avec un casting parfait (international d'ailleurs) . Par ailleurs pour qui ne connait pas encore les oeuvres de ces cinéastes ... "débridées" ( je sais elle est mauvaise ! ), ce sera une excellente intro au cinéma du matin calme. Continuer avec "the Host" , "Old Boy" et "J'ai rencontré le diable" . Mais attention aux yeux et à l'estomac, les coréens osent tout ... Enfin, comme toujours avec Wild Side Video studio, BR magnifique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

The Colony [Blu-ray]
The Colony [Blu-ray] de Laurence Fishburne (Blu-ray - 2014)
EUR 14,99

Snowpiercer + The Colony
Snowpiercer + The Colony de Chris Evans (DVD - 2014)
EUR 20,00