Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 1ère version
Cette première version de L'HOMME QUI EN SAVAIT TROP ne vaut pas la seconde, américaine, de 1956. Réalisé en 1934, en Grande-Bretagne, elle demeure néanmoins très plaisante, et non exempte d'humour. L'interprétation de Leslie Banks va en tout cas dans ce sens. A noter, parmi les acteurs, la présence de Pierre Fresnay...
Publié le 3 mai 2010 par D. André

versus
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Hitchcock et L'homme qui en savait trop, première version
L'homme qui en savait trop, dans sa première version de 1934, a été réalisé entre Waltzes from Vienna et les 39 marches. C'est le 17è film d'Hitchcock tourné en Angleterre.

L'histoire raconte un kidnapping mêlé à une affaire d'espionnage. Le film a eu beaucoup de succès à...
Publié le 18 mars 2010 par NMN le discophage


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Hitchcock et L'homme qui en savait trop, première version, 18 mars 2010
Par 
NMN le discophage "LE DISCOPHAGE" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop (1934) [inclus le film Junon et le paon] (DVD)
L'homme qui en savait trop, dans sa première version de 1934, a été réalisé entre Waltzes from Vienna et les 39 marches. C'est le 17è film d'Hitchcock tourné en Angleterre.

L'histoire raconte un kidnapping mêlé à une affaire d'espionnage. Le film a eu beaucoup de succès à l'époque et relança la carrière du cinéaste. Si on le regarde en tant que tel, sans le comparer à son remake plus connu de 1956 (ce qui n'est pas facile), plusieurs thèmes se dégagent :

l'érotisme lié à la mort : Pierre Fresnay trouve la mort lors d'un flirt, pendant la fusillade une jeune fille se penche à la fenêtre en tenue légère, et peu après les policiers entrent dans sa chambre, soulèvent le matelas « encore chaud » d'un air goguenard avant que l'un d'eux ne s'écroule ensanglanté dessus.

les escaliers : bien mis en évidence deux fois, vus en plongée verticale, ils servent à l'arrivée des bandits chez le dentiste et confirment leur rôle de transition entre le banal et le mal, l'extérieur neutre et l'intérieur orienté.

l'humour : très présent, il a surtout une forte connotation anticléricale. La scène dans le temple est à ce titre remarquable : les deux policiers échangent des informations en chantant des cantiques; Peter Lorre (qui porte le nom d'Abbott, ce qui veut dire « abbé »!) écrase sa cigarette sur le bénitier; un des policiers pose son chapeau sur un livre saint; une des bigotes braque un pistolet sur l'autre qui tente de s'échapper puis récolte les armes dans le plateau de la quête, enfin joue de l'harmonium sur ordre d'Abbott pour couvrir les bruits de bagarre consistant essentiellement en volées de chaises; un des policiers brandit un chandelier pour se protéger. Ailleurs, on voit en énorme gros plan l'enseigne du dentiste représentant des dents souriantes monstrueuses.

la nourriture : pendant la réception du début, pendant la séquestration et pour passer le temps, dans une boutique de bonbons pour se protéger, elle est liée au crime.

rôle dramatique de la musique dans la scène de concert.

On remarquera un effet de caméra réussi : lors de la scène de l'hypnose dans le temple, on voit l'hypnotiseuse par les yeux de celui qui la subit en caméra subjective mêlée à un travelling avant en gros plan sur son visage, entouré d'un flou artistique suggérant la perte de conscience. Par contre, lla scène finale de fusillade est trop longue et filmée platement.
Le jeu de Peter Lorre, qui venait de sortir de M le Maudit de Lang, est excellent. Les autres sont plus fades.

Hitch n'apparaît semble-t-il pas dans ce film.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 1ère version, 3 mai 2010
Par 
D. André (Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop (1934) [inclus le film Junon et le paon] (DVD)
Cette première version de L'HOMME QUI EN SAVAIT TROP ne vaut pas la seconde, américaine, de 1956. Réalisé en 1934, en Grande-Bretagne, elle demeure néanmoins très plaisante, et non exempte d'humour. L'interprétation de Leslie Banks va en tout cas dans ce sens. A noter, parmi les acteurs, la présence de Pierre Fresnay ainsi que celle de Nova Pilbeam, qui quelques années années plus tard, jouera le rôle principal dans JEUNE ET INNOCENT du même Hitchcock, un film autrement plus abouti que celui-là. Belle photo de Curt Courant,
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique version restaurée du classique d'Hitchcock, 24 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop [Blu-ray] [Combo Blu-ray + DVD] (Blu-ray)
La version originale et so british de The Man Who Knew Too Much, qu'Hitchcock a perfectioné (et complétement trahie) lui-même an 1956 est enfin à découvrir en France en HD, dans une édition impécable. On est proche du sans faute pour la collection CMC cette fois, qui rivalise avec l'édition Criterion en terme de qualité technique (en même temps, a priori, il semble que l'éditeur français soit parti des mêmes masters nickels qu'outre-atlantique). Niveau bonus, c'est toujours le père Dionnet qui présente le film, et il est bien inspiré par cette version (voir le montage sur le jeu de Leslie Banks, bravo) ! S'il faut un exemple de l'apport Blu-ray face au DVD, cette version de L'Homme qui en savait trop de 1934 l'apporte avec excellence. Aucune copie DVD (pas même celle offerte dans ce COMBO, on se demande d'ailleurs bien pourquoi ces combo fleurissent encore)) n'arrive à la cheville d'un film que l'on redécouvre complétement grâce à cette sortie !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un chef-d'oeuvre, 21 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop [Blu-ray] [Combo Blu-ray + DVD] (Blu-ray)
En effet, L'Homme qui en savait trop en 1934 prenait une résonance particulière (nous sommes un an après l'arrivée au pouvoir d'Hitler) : la tentative d'assassinat d'un homme politique. Le ton est beaucoup plus sobre et sombre que le remake (1956) avec James Stewart et Doris Day. Enfin cerise sur le gâteau : le grand Peter Lorre. Pour moi cette version est supérieure à celle de 1956.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un brouillon, mais un bon brouillon, 15 mai 2011
Par 
Jean Humbert "gloup" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop (1934) [inclus le film Junon et le paon] (DVD)
Autant le dire d'entrée, ce n'est pas le meilleur A. Hitchcock de la période anglaise et de loin (et je ne parle pas des chefs d'œuvre des années américaines). La seconde version (avec J. Stewart, D. Day, D. Gelin) est infiniment supérieure. A. H. lui-même considérait que ce premier film était un brouillon fait par un amateur! Bon OK mais c'est un bon brouillon.
Mais les problèmes ne manquent pas : l'interprétation est loin d'être bonne (sauf Peter Lorre, et encore, pas toujours), les textes sont souvent dits d'une manière outrancière (on n'est pas bien éloigné du muet). De plus, ce n'est pas la faute du film, mais on connait tous l'intrigue par cœur et l'intérêt s'en ressent.
Il y a évidemment de très bonnes choses : la mort de P. Fresnay, le combat de chaises, l'assaut, les scènes dans l'église...
Malgré ces réserves, le film est assez prenant, et bien sûr bien construit et distrayant. De la même période on préférera "Les 39 marches" ou "Une femme disparait" ou même "Secret agent" (= "Quatre de l'espionnage" titre absurde)
L'image est moyenne : normal le film a 76 ans, mais une petite restauration n'aurait certes pas nuit; le son est assez correct.
Il y a un bonus, pour cinéphiles avertis : un autre film : "Juno and the paycock", dans sa seule version disponible : un mélo d'une piètre qualité technique, mais il est très rare, alors ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 même soixante quinze ans après, 25 mai 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui en savait trop (1934) [inclus le film Junon et le paon] (DVD)
même âgé de soixante-quinze ans, même en noir et blanc, rien à dire de plus: du Hitchcock et du meilleur
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Homme qui en savait trop [Blu-ray] [Combo Blu-ray + DVD]
EUR 10,96
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit