undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
C.P.E. Bach / Magnificat
Format: CDModifier
Prix:19,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Si CPE Bach n'a pas disparu de la mémoire des professionnels et amateurs, c'est essentiellement par son oeuvre de clavier. Déjà, Beethoven suppliait son éditeur de lui envoyer quelques cahiers qui pourrissaient dans sa cave ou nourrissaient "ses" rats. Pourtant, ce très grand compositeur, un peu éclipsé par l'ombre impressionnante de son père, a écrit heureusement dans tous les genres.

Si sa musique religieuse n'est quantitativement pas très importante, elle ne déroge pas à cette grande qualité (à l'exception peut-être de l'oriatorio 'les Israélites dans le désert, bien écrit sans plus, et probablement desservi par son intention de 'faire populaire', ce qui semble impliquer bien à tort de rabaisser son génie).

Le sublime 'magnificat' a été critiqué par quelques musicologues grincheux pour 'manque d'homogénéité'. La belle affaire ! Ce magnifique texte de louanges fait défiler les évocations descriptives les plus diverses, la Vierge ne parvenant plus à énumérer tout ce qu'elle admire dans le Seigneur. La même critique devrait, en toute bonne logique, être adressée à papa Bach,, qui lui aussi s'est attaché à illustrer l'esprit et la lettre de chaque verset de l'hymne marial. CPE, dans le nouveau langage de son époque (qui se souvient un peu de papa ....) s'attache au même exercice et le réussit à merveille. la vigueur de l'écriture des tutti, la tendresse des flûtes qui colorent l'orchestre de l'intérieur y sont, entre mille détails, particulièrement admirables. Ce n'est pas en cherchant quelque thème cyclique avec les binocles de n'importe quel professeur aigri de conservatoire que l'on dégagera la valeur de la partition. C'est de la diversité et de la pertinence de la mise en musique des différentes strophes que naît le chef d’œuvre dans une unité de ton qui est la splendide mise en valeur de l'esprit de cette prière de louanges, et non au ras des notes qui pourraient traduire une grisaille académique généralisée, ce que Dieu merci elles ne font pas !!! Cette œuvre n'aurait peut-être pas eu en son temps le Prix de Rome. Et c'est grave, Docteur? CPE et Ravel, même combat !!! Si l'on va au fond des choses, il y a, dans leurs apparentes surprises supérieurement maîtrisées, quelques pertinents pieds de nez à l'académisme de leur temps. Ces deux-là se ressemblent un peu par delà les siècles .......

Quant au court Heilig, il est universellement admiré et reconnu comme la plus belle œuvre religieuse de CPE. Inutile donc d'en rajouter.

Contenant deux œuvres majeures emportées par une interprétation d'une belle conviction, ce CD et digne de figurer entre les hénaurmes (orthographe de Flaubert) coffrets un tantinet disparates que l'on nous a concocté pour l'anniversaire de celui qui était tout sauf ... un fils à papa.
1616 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 août 2014
Ce qui est particulier pour cet enregistrement du Magnificat de Carl Philip Emanuel Bach paru en début d’une année coïncidant avec le 300ème anniversaire de sa naissance c’est qu’il n’a reçu aucune récompense majeure de la part des principaux magazines.
Une seule exception et sur le tard : Gramophone l’a retenu comme finaliste au titre de meilleur disque de l’année 2014 dans la catégorie « Baroque Vocal ». Le CD n’avait toutefois pas fait l’objet d’une critique au préalable. Le porte-parole du magazine, Richard Wigmore est d’avis que nous avons là le meilleur enregistrement qu’il soit de ce Magificat. Tout est parfait selon lui.

Chez BBC Music Magazine (04/2014), Anna Picard rédige un très court article et s’intéresse surtout au motet « Heilig ist Gott ». Son appréciation globale se limite a une note de 4.

Simon Heighes de International Record Review (04/2014) rédige, selon son habitude, un article très détaillé. Il nous situe bien sur le plan historique. Le choix des trois œuvres au programme relève de CPE Bach lui-même en ce sens qu’elles correspondent au programme de la seconde moitié d’un concert bénéfice qu’organisa le compositeur en avril 1786 à Hambourg. Ce qui explique évidemment le court minutage du disque (56’05). Monsieur Heighes n’a que des éloges pour cette réalisation de Rademann, du RIAS Kammerchor et de l’Academie für Alte Musik de Berlin. « ‘Vitalité’ – voici l’ingrédient essentiel de ces interprétations ». Tous les solistes sont excellents, en particulier Elizabeth Watts. « Les chœurs sont d’une qualité exceptionnelle ». « This is thrilling stuff » (Tout cela est vraiment excitant ». Seule note discordante : un léger déséquilibre entre certains détails orchestraux, ou encore chez les chœurs. Finalement le cerise sur le sundae – la Sinfonie Wq. 183/1 – enlevée avec brio.

Chez Fanfare (37 :5 – 05/06-2014), Jerome F. Weber effectue tout d’abord (et selon son habitude) une énumération exhaustive de toutes les interprétations qu’il possède, voulant sûrement nous convaincre qu’il apprécie hautement ce Maginificat. Il convient finalement que la version de Rademann est excellente. « Ses solistes, qui me sont totalement inconnus, s’acquittent de leur tâche de façon admirable » (Elizabeth Watts a pourtant une carrière bien établie!) Les chœurs sont également à la hauteur de cette superbe musique. Sa recommandation, très positive, vaut surtout pour le Magnificat.

Chez Classica (# 160 – 03/2014), Jérémie Bigorie y va d’une analyse très élogieuse des trois œuvres au programme. Direction d’orchestre, direction chorale, contribution des solistes, choix des œuvres, tout est superbe. Mais il limite son évaluation chiffrée à une note de 4.

Chez Diapason (# 622, 03/2014), le ton est plus amer. Gaëtan Naulleau se montre très critique à l’endroit de Rademann qui, écrit-il, «avait en main tous les atouts pour livrer la grande version tant attendue du Magnificat : un plateau sans point faible, un orchestre pimpant, un chœur onctueux et dynamique ». Mais voici que « … sans esprit, fantaisie ni charme, son geste perfectioniste et démonstratif nous semble passer à côté de la sensibilité du compositeur le plus imaginatif de son temps ». Accompagnant ce jugement, une maigre note de 3. Naulleau est bien le seul à émettre un tel jugement sans appel.

Sur la Toile, nous avons droit à des articles très fouillés de la part de David Vernier (Classics Today – 10/10), Simon Thompson et John Quinn chez Music Web et de Robert Hugill sur son blog. C’est l’unanimité parmi ces chroniqueurs : il s’agit hors de tout doute d’un enregistrement de premier calibre à nul autre comparable. La conclusion de la critique de Vernier résume en fait ce que ces critiques ont à dire, chacun à sa façon, de ce CD : « … ces chanteurs et ces musiciens – de même que leur chef – sont tellement en communion avec cette musique – que tout semble parfaitement agencé, bien articulé, mené à juste allure, pertinent d’un point de vue stylistique; les nuances et la totalité des éléments expressifs si profondément ressentis à la fois par l’ensemble des exécutants et par d’excellents solistes, enregistré de façon superbe à Berlin au Jesus-Christus Kirche (et au Teldex Studio), qu’en fait, on ne peut rien ajouter d’autre ».

Chez Classic @ la Carte, on poursuit le recensement des critiques disponibles. On peut les consulter dans la section « Recensement de mars – 2013 ». Il vous suffit d’effectuer une recherche au moyen des deux expressions suivantes « classicalacarte + ID393 ».
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Hans-Christoph Rademann, spécialiste de la direction chorale, nous offre le programme de la deuxième partie d'un concert historique donné le 9 avril 1786 à Hambourg sous la direction de CPE Bach (1714-1788), dont nous célébrons cette année le tricentenaire de la naissance.
Les trois œuvres brillamment exécutées -soulignons le parfait équilibre voix/orchestre- permettent de découvrir d'autres aspects de ce maître de la musique pour clavier qui influença la première école de Vienne.
Vers 1775, Carl Philipp Emanuel compose quatre symphonies «avec douze instruments obligés» qui seront imprimées à Leipzig en 1780. Retenue pour cette gravure, la première en ré majeur de forme tripartite est d'une rare intensité expressive; la modernité du traitement des vents, les couleurs savoureuses du deuxième mouvement -peut-on déjà parler d'orchestration?-, révèlent un symphoniste au sommet de son art, ayant contribué à l'évolution d'un genre qui culminera dans les «Londoniennes» de Joseph Haydn.
Contrairement à ce que l'on peut lire ici ou là, le splendide Magnificat achevé le 25 août 1749 n'est pas une œuvre «filiale»; cette partition d'envergure illustre une nouvelle sensibilité que Jean-Sébastien Bach ignora, fidèle jusqu'à sa dernière note à l'art savant du contrepoint.
La conclusion est à la hauteur avec le Heilig écrit en 1776, chant du cygne d'un créateur à l'apogée de sa carrière. Après une courte aria, les deux choeurs rappelant la polychoralité d'un autre temps vont alterner de manière surprenante et se rejoindre dans une fugue que Jean-Sébastien Bach n'aurait pas reniée.
Une réalisation sans faille faisant honneur à un compositeur qui, espérons-le, trouvera cette année la place qu'il mérite dans une histoire de la musique dont la richesse et la diversité n'ont pas fini de nous surprendre.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 avril 2015
Superbe, je ne m'en lasse pas, très bel enregistrement, de grande qualité, je ne connaissais pas Carl Philipp Emmanuel Bach je suis sous le charme que du bonheur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
C.P.E. Bach Edition
C.P.E. Bach Edition de Various (CD - 2014)

CPE Bach (Coffret 13 CD)
CPE Bach (Coffret 13 CD) de Artistes Divers (CD - 2014)