undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

103
4,4 sur 5 étoiles
Horizons
Format: CDModifier
Prix:9,99 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

73 sur 82 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dire que le retour discographique en long-jeu de Bertrand Cantat suite à la dissolution de Noir Désir fut attendu fébrilement est indéniablement un euphémisme. Dire qu'il fut attendu, par une majorité de gens en tout cas, pour les mauvaises raisons voyeuristes que l'on sait est une évidence. Alors oui, Bertrand Cantat est un meurtrier (accidentel)... qui a payé sa dette à la société. Parlons plutôt de la musique de Détroit, son nouveau projet en compagnie de Pascal Humbert (Passion Fodder,16 Horsepower,Wovenhand et Lilium) et laissons à Voici, et autres feuilles de choux du genre, les cancans et les rumeurs.

Au programme, 10 chansons, deux courts intermèdes et un "machin" planqué à la fin après un silence (Sonic 5). Et pas vraiment de surprise parce que, forcément !, Cantat fait du Cantat dans le texte, dans le style mélodique aussi. Un peu moins énervé que Noir Désir, on se calme avec l'âge, et musicalement plus aéré, Détroit n'apparait pas comme autrement que la suite logique dans le parcours du vocaliste. A titre d'exemple Ma Muse, chanson d'ouverture, se pose un peu là avec son texte péri-poétique, sa voix écorchée vive et, même, des guitares qui s'électrifient dans un crescendo final bienvenu. Aussi, on ne perd pas les bonnes habitudes, quand Cantat chante en anglais il rappelle encore et toujours Jeffrey Lee Pierce (Gun Club). Cantat est donc toujours Cantat et, de fait, s'il n'y avait certaines constructions musicales, leurs influences plus américaines et/ou tempérées, plus bricolées aussi, l'ombre de son ancienne formation en deviendrait envahissante. Présentement, c'est un fantôme duquel on comprend que Bertrand demeurera toujours indissociable tant il l'a marqué de son empreinte.

Globalement, les chansons sont bonnes, surprenantes parfois (Terre Brûlante et sa fausse monotonie, pas loin de Diabologum, Horizon et sa belle montée de sève toute en cordes, le presque robotique Sa Majesté et ses chœurs soul), confortables souvent (Ma Muse, Glimmer in Your Eyes, Ange de Désolation, Droit dans le Soleil, Le Creux de ta Main en clin d'œil appuyé au rock de son passé, etc.), juste ce qu'il faut pour suffisamment brosser dans le sens du poil un auditoire en attente fébrile sans s'obliger à faire du surplace. Parce que Détroit est bien l'étape d'après, pas une révolution, une évolution. Un retour finalement tout sauf surprenant qui aurait pu suivre de près Des visages des figures où, déjà, planait un autre chose plus acoustique, plus ambient. Plus adulte. Autre point commun, la présence d'une autre figure tutélaire de l'art de Cantat, Léo Ferré, avec, cette fois, non pas une adaptation d'un texte (le très réussi Des Armes) mais la très belle et musicalement surprenante reprise de l'inoxydable Avec le Temps où Cantat chante bien soutenu par une instrumentation electro-minimaliste qui, finalement, sied étrangement au teint de la chanson.
Au passage, si on louera la performance de tous les musiciens dont le nom n'apparait sur la pochette, on soulignera particulièrement l'implication de Bruno Green présent et précieux sur toutes les pistes de l'album et celle de Ion Meunier, batteur de Shaka Ponk, qui le suit de près et bat ses futs avec une vraie classe.

Bref... Fi de vaines polémiques, voici un bel album, qui plaira aux amateurs de Cantat et de feu-Noir Désir mais pas seulement, un album qui offre de nouveaux Horizons à une carrière qu'on a bien cru morte et enterrée, c'est bien là l'essentiel.

1. Ma Muse 5:02
2. Glimmer in Your Eyes 5:06
3. Terre Brûlante 3:30
4. Détroit- 1 1:30
5. Ange de Désolation 3:55
6. Horizon 5:03
7. Droit dans le Soleil 3:24
8. Détroit- 2 0:36
9. Le Creux de ta Main 3:41
10. Sa Majesté 4:23
11. Null & Void 4:35
12. Avec le Temps 4:35
13. Sonic 5 7:22 (dont 3 minutes de silence)

Bertrand Cantat - voix, guitare, ken, harmonica
Pascal Humbert - basse, guitare, contrebasse, beat box
Bruno Green - programmations, claviers, guitare
&
Ion Meunier - batterie (1, 2, 3, 6, 9, 11)
Frah - programmations (1)
Steve Desgarceaux - claviers (1)
Manfred Kovacic - claviers (9, 10)
Catherine Graindorge - violon alto, chœurs (2, 6, 7, 9)
Lisa Berg - violoncelle (2, 7)
Olia Ougrik - chœurs (9)
Tree Laurita Humbert - chœurs (9)
Samaha Sam - chœurs (10)

[merci à Amazon pour la livraison anticipée]
4,5/5
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
43 sur 53 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
« Nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l’enfer. »
Antonin Artaud (in Van Gogh ou le suicide de la société)

Avec Horizons, Bertrand Cantat & Pascal Humbert affirment ensemble une forte pulsion de vie, une belle volonté créatrice.

Bertrand Cantat se débarrasse de peaux mortes afin de mieux renaître. Phénix sous les cendres, il se métamorphose.

A coups de mots, il brise le fourreau de suie qui le tenait prisonnier et tente une échappée au-dehors.

Cependant, Cantat n’est pas dupe : il sait bien que l’on ne peut s’extirper de soi-même. Demeure malgré tout, la possibilité d’exprimer le poison qui cogne en soi, afin que celui-ci ne détruise pas entièrement l’être.

Cet album de clair-obscur s’annonce comme une possible survivance.
Chanter est façon de sortir de soi.

Les images sont nues, tranchantes.
Bertrand Cantat avance dans sa nuit noire – trouée çà et là de maigres lumières –, tel un funambule sur une lame de rasoir.

Sa muse se tient à ses côtés, fidèle. Elle coule comme le sang dans ses veines :

« le fluide ne s’use que si l’on en abuse / et si ça m’use parfois ma muse / tellement ça fuse de toutes parts / d’antennes en satellites / ou pylônes au hasard / je ne regrette pas […] / Les braises incandescentes sont encore / sous la cendre froide / autrement dit : "Sois toujours… / au rendez-vous" »

Le chanteur aux hululements de chaman chante son exil, sa douleur ; sa voix étouffe le verbiage des inénarrables commères et sa musique balaye la lueur sale des néons de l’audimat.

« Dors mon ange de désolation / dès que le vent aura tourné / nous ferons diversion / et tu m’emmèneras […] / dans leur panier à ordures il y aura / cinq cents dix versions / pour engraisser les porcs / […] Dors mon ange […] L’éternité nous appartient / chaque seconde la contient »

L’empreinte carcérale demeure, présente comme une stèle de bronze.
Mais l’âme déploie ses forces vitales pour chercher l’horizon salutaire entre les interstices.

« Combien de temps déjà combien de temps passé / dans ce tunnel sous la cour des cent pas éternels / éternellement enfoui derrière la porte close / et la vitre sans tain, la peau de quartz vert / Il ne fait jamais nuit / sous ce jour de néons / mille aiguilles ont surgi / sous les paupières closes […] Je sais qu’il faut se taire / au loin le tonnerre gronde / éradiqué du monde / évincé de la terre […] / Cherche ton horizon / entre les cloisons »

Cet album dévoile toute la capacité créatrice de Bertrand Cantat, après le divorce consommé entre lui et ses anciens compagnons de route.

Contrairement à feu Noir Désir, les mélodies de Détroit se font plus apaisées : il n’est plus besoin de crier pour se faire entendre. Le lézard peut entamer sa mue.

Après la couleur rouge sang de ces dernières années, un peu d’ocre vive est nécessaire pour continuer d’exister.

Le morceau Droit dans le soleil, est une fenêtre ouverte sur la lumière :

« on ne renonce pas on essaie / de regarder droit dans l'soleil […] / on n’se console pas, on s’enraye / mais on regarde droit dans l'soleil […] / Tourne tourne la terre / tout se dissout dans la lumière / l’acier et les ombres qui marchent / à tes côtés »

L’album Choeurs, composé pour des mises en scène de Wajdi Mouawad, annonçait déjà une belle évasion vers d’autres territoires. Bertrand Cantat y côtoyait les mythes grecs et leur incroyable violence comme pour aller se frotter au plus près de l’épine. Choeurs fut une première catharsis.

A présent, ce cœur qui a tant battu se relève et le sabre du soleil lacère la brume environnante.

Dans la voix monte encore la sève, vive et brûlante.

Thibault Marconnet
17/11/2013
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 20 mai 2014
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre du concert de Détroit, le nouveau groupe de Bertrand Cantat, ancien chanteur et parolier poétique de Noir Désir. J'avais un peu peur que l'ambiance soit trop feutrée, que la reprise électronique de Avec le temps de Léo Ferré n'arrive pas à égaler Push The Sky Away de Nick Cave & The Bad Seeds vus sur la même scène quelques mois auparavant. Je craignais un public en manque de Noir Désir qui serait trop pressant pour laisser un nouveau groupe s'exprimer. Mais au final rien de tout ça.

Il suffit de regarder la setlist pour comprendre à quel point je me fourvoyais. Plus de la moitié des titres furent des reprises de Noir Désir. Et même d'un peu toutes les périodes. Et même parfois un peu arrangées différemment, comme le passage disco dans Tostaky.

Car le public était finalement là pour ça. Pour Bertrand, pour revivre leurs jeunes années de fans de Noir Désir, après douze ans d'absence et autant de déconfitures (Skip The Use, Shaka Ponk, BB Brunes), le public voulait ce retour, cette flamboyance inégalée. Pas que les groupes que j'ai citées soient mauvais ou malhonnêtes, pas du tout. Ils ne s'élèvent pas dans les mêmes sphères, c'est tout.

L'arrivée sur scène fut pratiquement une ovation, un immense "enfin" sifflé et applaudi par trois mille impatientes et impatients. Cantat est clairement cet atout supplémentaire, même si bien évidemment ses textes ne rivalisent pas avec ceux des écrivains rock que sont Gainsbourg ou Bashung, ils s'approchent de la meilleure chimie entre poésie et rock : du rock de bayou, qui doit tant à Nick Cave et au Gun Club, qui sonne enfin avec cette intraitable langue française.

"C'est cool de vous voir." nous lance-t-il au bout de deux ou trois titres.

Il était en super forme, le poète maudit, sans problème de voix, joyeux, l'envie d'en découdre. Et le groupe aussi, des musiciens carrés, incapables de faire une erreur, qui connaissent aussi bien leurs larsens que leur gammes. Mais qui n'ont rien à voir avec les membres de Noir Désir. De façon flagrante, Serge Teyssot-Gay manquait. Son jeu piqué à Marc Ribot et aux bluesmen était la deuxième couche qui faisait la spécificité de Noir Désir. Ajoutez Bertrand Cantat qui fait des blagues pas drôles entre les morceaux, j'ai un sale arrière-goût de rock allégé, qui disparaît dès que le chant reprend.

Heureusement que Détroit passe par moments. Avec une contrebasse, un violoncelle, des boucles electro, un violon, de la vidéo montée au millimètre, l'ambiance bascule. Elle rappelle que leur disque est réussi. Peut-être pas abouti, la faute aux textes trop abscons pour s'y attacher, mais il n'est ni une parodie de rock ni un changement radical. Il est une suite logique. Pas de reprise de Avec le temps, mais elle aurait été bienvenue, juste avant le premier rappel, histoire de faire encore mieux cohabiter les deux mondes dont l'un restera un souvenir.

Autant dire qu'avec deux concerts en un, des musiciens enthousiastes et un public ravi, l'ennui n'a jamais pointé. Le spectacle est rôdé. Des années de scènes les précèdent, même dix ans d'absence n'en auront raison. Cantat a raison. C'était cool de voir son nouveau groupe.
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 mai 2014
Rien à redire, album magnifique.

Du Bertrand Cantat affiné et adouci par le talent de Pascal Humbert... Un vrai régal !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 février 2014
Qu'attendre d'autre de Bertrand Cantat ? Rien sinon cet album magnifique, ombrageux certes mais poétique, mélancolique. Textes d'un homme déchiré !
D'excellentes parties musicales quoi qu'on en dise. Album réalisé avec un bassiste avec donc de bonnes parties de...basse... ce qui, effectivement, s'ajoute à une certaine langueur mais ce qui n'est pas pour me déplaire.
Un bon album.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 décembre 2013
Album très attendu pour ma part et enfin écouté dans son intégralité...

Que dire si ce n'est que cet album est une réelle invitation à la mélancolie et comment faire pour ne pas l'écouter sans penser aux dernières années tumultueuses de cet artiste si charismatique.

Trois écoutes auront suffi à me faire à ma propre idée sur ce nouvel opus de Cantat.
Une première écoute où résonne dans les mélodies et les textes, la douleur psychologique imprégnée "ad vitam eternam" dans l'être tout entier de Cantat.D'ailleur, cet album aurait bien pu s'appeler "Noir désir" tant il est empli de mélancolie et d'obscurité.
Une deuxième écoute qui vient nous rappeler le passé musical de l'artiste avec des harmonies fidèles à ce qu'on peut attendre de lui.
Et enfin une troisième écoute qui nous fait dire que : oui, il a eu raison de se remettre à écrire et chanter, tant cet album est riche dans sa composition et poétiquement délicieux.

Evidemment, on ne peut s'empêcher de penser à son propre souvenir de M. Trintignant en écoutant "Mon ange de désolation". Les paroles sont très équivoques.
Evidemment, on se sent happé par une certaine originalité dans la confection de certains titres, comme "Sa majesté" ou la revisite triturée de "Avec le temps". Encore que ce sont des thèmes musicaux qu'il a déjà bien abordé auparavant.
Mais évidemment aussi, l'âme du chanteur et du musicien que nous connaissions tous avec "feu Noir Desir" se retrouve grâce à ces titres comme "Le creux de ta main", "Null and void" ou encore "Ma muse" et au final, tout y est avec la manière. Sa manière.

Bref, cet album est une vraie réussite et il a le mérite d'exister.

A écouter avec ses oreilles grandes ouvertes. ....toutes ses oreilles !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2013
On est là pour parler musique avant tout...
Cet album est une œuvre talentueuse d'un grand chanteur/artiste, c'est aussi simple que ça.
Je reste fan de la première heure de toute façon, et c'est un vrai plaisir de l'entendre a nouveau.
Beaucoup d'émotions et une ambiance qui donnent beaucoup de vie a cet album.
L'horizon n'est pas sans obstacles, mais ses trésors en valent la peine.
Très beau retour.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 mai 2015
Très mécontent car la pochette est arrivée marquée par le disque.
Je comprends mieux pourquoi c'est moins cher ici.
J'imagine la façon dont sont stockés les disques.
Je ne suis pas prêt de recommander un vinyle sur ce site.
Déçu par amazon !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 mai 2015
idem arrivé dans le délai prévu et en bon état ..

pour le reste rien de plus a en dire si ce n'est que il correspond à ce que nous voulions et comme nous le connaissions déjà il est automatiquement apprècié
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Poésie, mélodie et mélancolie, c'est ainsi que j'ai vécu le retour de Bertrand Cantat notre tristement célèbre écorché vif. Horizons est un album aux sonorités thérapeutiques qui contrastent avec celles de son défunt groupe. Mais détrompez, ce qui a été perdu en brutalité est rattraper en profondeur de textes agrémentée d’émotives interprétations. Orphelin de Noir Désir j'étais et je resterai mais au moins je me suis fait adopter par Détroit, j'ai adopté Horizons et je vous invite à en faire de même car c’est de la musique affligé de rareté mais qui reste intemporel juste un chef d’œuvre.Poésie, mélodie et mélancolie, c'est ainsi que j'ai vécu le retour de Bertrand Cantat notre tristement célèbre écorché vif qui brouille une fois de plus les frontieres entre chanson et poésie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Horizons
Horizons de Détroit (CD - 2013)

La Cigale
La Cigale de Détroit (CD - 2015)

Tostaky
Tostaky de Noir Désir (CD - 2009)