Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le portatif par excellence pour briser l'idéologie dominante, 16 janvier 2014
Par 
Joseph Fouché (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
"Les mystères de la gauche : De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu" est un ouvrage annexe -et qui en même temps synthétise- la pensée plus ample et plus sourcée de l'ouvrage "Le Complexe d'Orphée". En cela, il est le "Portatif" par excellence -via sa lecture en une centaine de pages- pour déconstruire l'idéologie dominante actuelle en cette décennie 2010. Ajoutons que cet ouvrage est une très bonne porte d'entrée -comme premier livre à lire- pour découvrir la pensée de J.-C. Michéa. (Lisez-le le temps d'une soirée : le jeu en vaut la chandelle !)

Vous découvrirez le travail de dissociation entre la "gauche" et le "socialisme" qui au XIXe siècle n'étaient pas synonymes (bien au contraire...). De cette dissociation Gauche/Socialisme découle la dérive sociétale de la gauche actuelle qui a abandonné la question sociale et le peuple. J.-C. Michéa démontre cette dissociation puisque le libéralisme philosophique des lumières (la gauche historiquement) amène au "libéralisme libertaire" (le capitalisme du XXIe siècle) qui va à l'encontre du combat social et populaire (la question sociale est oubliée au nom du soi-disant "progrès".)

Une des grandes qualités de l'ouvrage est de faire des aller-retours entre les références historico-philosophiques XVIIIe et XIX siècle afin de mieux décrypter notre XXIe siècle et son actualité grâce à ses références (G. Orwell, C. Lasch, E. Halévy, G.W.F Hegel, F. Engels, K.Marx, M. Mauss, etc.)

Terminons sur une citation de J.C Michéa en fin d'ouvrage : "En ce sens, et pour reprendre les termes de la sagesse populaire, on pourrait dire qu’un libéral cohérent est celui qui a "le cœur à gauche et le portefeuille à droite". Type humain qui ne semble pas près de disparaitre."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pédagogique et salutaire, 25 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
J'avais déjà lu le complexe d’Orphée que je jugeais un peu trop dilué et " l'Empire du moindre mal " que je jugeais trop dense pour des lecteurs non assidus.

Ce petit livre de 130 pages a le mérite d'être à la fois très pédagogique, accessible pour tout le monde - même pour ceux qui n'ont pas habitude de lire des livres sérieux ou les moyens ( pas les romans de gare style Nothomb, Marc lévy... ) - et d'être cohérent, d'avoir une puissance argumentative incroyable pour convaincre des novices.

J'ai des exemples concrets dans la vie de tous les jours concernant les catégories de personne " petit peuple de droite " et classe moyenne à la fois dominée et au service de la bourgeoisie : le cœur à gauche et le portefeuille à droite, toutes ces étudiantes biens pensantes, fille de profs, d'agrégés et d'enseignants chercheurs... Assujetti aux marques, aux chaussures, le dernier Iphone et Macbook à 1500 euros, n'ayant jamais travaillé en tant que manouvrier ou caissier mais qui ont dès 22 ans des postes comme lectrices d'Université, payées 1000 € par mois en travaillant 8 heures par semaines pour des cours qu'elles ne font même pas elle même... Donc le porte feuille et un vécu de bourgeoise, de droite... Mais alors totalement hystérique pour la défense du modèle égalitariste typiquement bourgeois...

Bref, c'est un livre que désormais, j'achète pour les anniversaires de ces serviteurs incohérents du Capitalisme...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déjà un classique et un indispensable, 22 janvier 2014
Par 
Daniel Roux - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Complétant l'excellente lecture de son livre précédent (Le complexe d'Orphée) cet ouvrage de Michéa nous plonge dans les contradiction philosophique de la Gauche.
Le libéralisme est de gauche, et les forces luttant contre son hégémonie , la Droite réactionnaire et le mouvement socialiste originel, ont petit à petit rejoint le bastion libéral, nous laissant aujourd'hui devant un éventail politique entièrement libéral, à gauche comme à droite.

Une lecture indispensable pour toute personne se voulant lucide sur l'évolution de la pensée philosophique et politique.

C'est en tendant la main au petit peuple de droite, représentant eux aussi les "gens ordinaire", qu'une nouvelle pensée réellement anti libérale, socialiste au sens orwellien (résister à la modernité sans se couper des racines, constitutives à l'être humain), pourra être réellement efficiente.

Preuve de la puissance de cette pensée, tout les capos de la Gauche, ont attaqués Michea après la sortie de ce livre, car ce dernier les à mit à nus et dévoilés leurs contradictions et leurs rôles objectifs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La gauche : entre socialisme et trahisons idéologiques, 3 février 2014
Par 
ayersrock - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce petit ouvrage résume toutes les analyses et la pensée politique de Jean-Claude Michéa. Il est composé en deux parties : un texte assez court, et des « scolies », sortes de notes qui agrémentent le texte.

Il était très ambitieux de vouloir résumer les changements de cap de la gauche française depuis le milieu du XIXè siècle jusqu'à aujourd'hui en une soixantaine de pages. Pourtant, le pari est réussi, Michéa a vraiment le sens de la clarté et de la concision.
Il réussit à faire comprendre que le libéralisme actuel et le socialisme véritable sont issus du même courant de pensée : l'Idéologie des Lumières.
Au XIX è siècle la « gauche » représentait les classes moyennes (petite bourgeoisie commerçante et bourgeoisie industrielle) tandis que la « droite » était issue de l'aristocratie terrienne et rentière et affiliée aux valeurs morales de l’Église.
Les mouvements ouvriers et syndicalistes étaient indépendants en ne voulaient pas s'afficher en compagnie des républicains qui avaient fait feu sur la Commune. C'est avec l'affaire Dreyfus que les choses changent : les socialistes vont faire alliance avec les républicains qui défendront dorénavant le « camp du Progrès » contre la droite jugée « réactionnaire ». La métaphysique du Progrès et le « sens de l'Histoire » deviennent donc les nouveaux marqueurs de la gauche.
Ça n'est que depuis une quarantaine d'années (mai 68 + libéralisme mittérrandien) que la gauche à trahi les ouvriers et le socialisme en adoptant totalement l'économie de marché et en abandonnant les dernières valeurs morales qui lui restait. [Pour plus d'informations à ce sujet lire les livres de Michel Clouscard : Néo-fascisme et idéologie du désir ; Le capitalisme de la séduction ]
La droite s'est aussi modifiée, depuis 1945 elle n'ose plus soutenir ses concepts fondamentaux : la Nation, la Famille, la lutte contre le pouvoir de l'Argent etc... elle est elle aussi devenue libérale sur tous les points.
Cette analyse n'est pas si paradoxale que ça : Est-ce bien étonnant de voir deux systèmes prétendument antagonistes au départ se rejoindre lorsqu'on sait qu'ils ont le même ascendant philosophique ?
Autrement dit Voltaire savait-il qu'il engendrerait un jour sans le vouloir la théorie du genre et les FEMEN ? Diderot pouvait-il se douter que sa philosophie allait porter l'économie de marché sans limites au nom de la libre concurrence et de l'égalitarisme ?
Tout système, aussi attrayant soit-il au départ, connaît ses dérives. L'essentiel est de pouvoir les enrayer à temps...

Dans les Scolies, on trouve des réflexions intéressantes sur l'opposition : logique du droit/logique du don qui mériteraient d'être développées. On remarque aussi que Marx et Engels se méfiaient déjà des conséquences que pourrait avoir une rupture totale avec les valeurs morales de l'Ancien régime. A faire pâlir certains « gauchistes ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 TB, 23 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
c TB - Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit