undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

16 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La thèse centrale et que je partage avec Gilles Babinet est que la révolution numérique est la nouvelle étape de l’humanité après les révolutions agricoles, industrielles et des services.

L’avant-propos qui relate la genèse du Conseil National du Numérique est savoureux même s’il omet de parler du rapport de Pierre Kosciusko-Morizet qui fut le point de départ. D’emblée le contraste entre les prises de décision rapides des start-up et des entreprises innovantes et celles du pouvoir avec des processus très politiques et le respect du protocole est retracé.

La première partie est une rétrospective sur l’histoire de l’humanité et le nouveau paradigme induit par le numérique. A noter des chiffres p. 39 qui montrent l’explosion du nombre de brevets dans le monde. Toutefois lorsqu’il convient d’innover rapidement, la vitesse peut primer le secret et le brevet surtout dans une économie ouverte. La loi de la singularité, moment à partir duquel la puissance des machines supplantera les humaines, émise par von Neumann, est rappelée. L’accent est mis sur la révolution industrielle, la fin des trente glorieuses et le changement du monde à venir en passant par le paradoxe de Solow en matière de productivité.

La seconde partie, cœur de l’ouvrage, expose les 5 mutations qui vont changer le monde et qui sont consensuelles.

La connaissance et les gains d’opportunité (qui augmentent le champ des possibles avec par exemple le fait de prévenir d’un changement de réunion via un smartphone), le succès du partage et du collaboratif tel que l’encyclopédie libre Wikipédia avec l’intelligence apportée par la multitude est d’abord présenté comme premier facteur de changement. Un zoom est fait sur la finance et l’incontournable Big Data avec la profusion des données disponibles et des capteurs.

L’éducation avec, entre autres, le phénomène des MOOC, l’enseignement à distance et le nécessaire passage à l’apprentissage à apprendre est ensuite développée. Une réflexion intéressante est le succès de la méthode Montessori qui privilégie l’éveil plutôt que le taux de réussite aux examens. L’ère des diplômes pourrait d’une certaine façon même être révolue – à prendre avec précaution, Gilles Babinet étant un self made man.

La santé avec la force d’outil comme Watson d’IBM pour l’aide au diagnostic, le dossier médical personnalisé et le succès du Quantified Self corrélée aux évolutions démographiques est la troisième mutation. L’opportunité que représente Internet pour l’aide aux patients atteints d’une maladie rare ou orpheline est soulignée.

L’industrialisation et la production avec l’apport des robots, des Fab Labs et le passage au Do It With Others permise par les échanges sur le réseau ainsi que l’arrivée des imprimantes 3D fait l’objet de la quatrième mutation. Les impacts sont considérables pour le travail mais aussi pour les lieux de production.

Enfin, le rôle de l’Etat est amené à être repensé avec l’open data, l’e-démocratie et la nécessaire innovation au sein de l’Etat. Gilles Babinet souligne qu’il conviendrait de passer d’une situation de régulation à une situation d’innovation, la première favorisant les contextes de rente.

Une ouverture traçant les risques (cybercrime, utilisation de drones à des fins terroristes, etc., Big brother même si je crois plus à des small brothers aux mains de mafia) et les opportunités nombreuses prolonge ces 5 mutations. Gilles Babinet indique qu’il aurait selon lui été préférable d’inscrire comme principe clef celui de transparence plutôt que celui de précaution qui constitue potentiellement un frein à l’innovation. Le message porté est que le vieux continent doit innover, ceci transcende les clivages traditionnels gauche-droite (par exemple neutralité du net, Hadopi) et l’on assiste à une transition vers une opposition entre ceux qui prônent l’innovation et les conservateurs d’un ancien monde.

Notons P. 230 « j’ai contribué à travailler en tant que Digital Champion au sein de la Commission européenne jusqu’en avril 2014 », un peu étrange pour un livre paru en janvier 2014.

Cette innovation pour l’Europe est vitale avec les bouleversements qu’elle emporte si notre continent veut être celui des « Lumières numériques », clef de la civilisation en devenir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 février 2014
4 étoiles parce qu'il fallait oser dire les choses telles qu'elles sont et accepter la mutation en cours de notre société.

Imaginer le monde dans 20, 30, 40, 50 ans....c'est assez casse-gueule, et il faut beaucoup de lucidité et de réalisme pour ne pas se laisser emporter dans des délires sans grandes vraisemblances...

Gilles BABINET s'en sort très bien et nous éclair en toute sincérité sur les énormes possibilités de ce monde numérique dans lequel nous vivons désormais, mais aussi sur ses dangers.

Je recommande, même si quelques lourdeur intellectuelles auraient pu être évitées.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 février 2014
Livre clair et peu difficile a lire.Bonne introduction au sujet : les changements qu'implique le numerique.Particulierement l'importance du big data nouvelle revolution qu'il ne faut pas rater.
Conseil de lecture pour de plus amples informations sur le changement de notre societe-civilisation: Jeremy Rifkin, troisieme revolution industrielle.
A noter le prix kindle qui fait honneur a l'editeur et a G Babinet.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 septembre 2014
A lire absolument pour avoir une idée de ce qui nous attend, nous pas trop mais nos enfants oui, et alors nos petits-enfants !!! Concernant ces derniers j'ai même réalisé que tout ce dont je leur parle, ou ce à quoi j'essaie de les sensibiliser, sera devenu obsolète ou aura disparu avant qu'ils n'arrivent dans leur vie active et professionnelle. Quel coup de vieux, mais aussi quel espoir pour la jeunesse, quel enthousiasme les sciences et les techniques portent en elles.
Je ne comprends pas notre vieux pays qui, comme jamais dans son histoire, refuse le progrès, la science, les chercheurs, les innovations, et n'a de cesse que de commémorer, de régresser, d'interdire, d'user du principe de précaution pour ne plus avancer, de regarder derrière, de nourrir sa nostalgie et son rejet du futur.
Ce livre m'a fait du bien. C'est un bain de Jouvence. On devrait imposer sa lecture à tout élu de la République (du conseiller municipal au chef de l'Etat) mais Gilles Babinet nous parle avec humour de sa tentative en la matière ....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 février 2014
Ce livre est très intéressant,l'auteur développe parfaitement les enjeux de demain avec l'ère numérique qui fait partie de notre quotidien .Juste un reproche,parfois il y a trop de termes techniques qui sont employés .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 décembre 2014
Sommité du monde numérique français, fondateur de CaptainDash, l’auteur est un fin connaisseur de l’économie numérique.
Son livre tient la thèse de la révolution des données à travers 5 axes d’accélération: l’omni présence envahissante des réseaux sociaux.
L’ouverture de l’éducation au plus grand nombre sur internet (MOOC) accélérant l’accès massif aux pays en voie de développement. L’évolution radicale de la santé en focalisant sur l’assistance au diagnostique et l’accélération de la génique. La production envahie par la robotisation et l’apprentissage automatique. L’évolution drastique du traitement des données et de la gestion des états avec l’OpenData.
Livre convaincant à tendance philosophique, à racines historiques, sur notre chemin, grâce aux nouvelles technologies, vers la compréhension de ce que nous sommes et ce qui nous défini.
Il a malheureusement raison sur le décalage entre les connaissances de Google, Facebook et les autres et nos pauvres états bloqués par la méconnaissance de nos politiques et de l’échelle de temps de leurs décisions.
Exemples et références explicites, ne pas y chercher d’explications techniques.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 janvier 2014
A lire absolument pour tout se faire une idée ce qui va surement arriver dans notre cher Pays. M Babinet nous laisse avec beaucoup de questions
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 8 mai 2015
Nous venons de lire votre ouvrage: L’ERE NUMERIQUE.
Tous, dans notre foyer avons trouvé votre ouvrage EDIFIANT- PASSIONNANT.

Cependant, les conclusions que nous en tirons,sont differentes des vôtres.
Là ,où vous entre-apercevez un avenir radieux pour l humanité, nous, y voyons la catastrophe absolue avec,à terme, la disparition de l ‘humanité.

Pourquoi ?

Dans votre ouvrage, secteurs après secteurs, avec des exemples irréfutables, vous démontrez que le numérique va permettre le partage de la connaissance entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, permettant ainsi de déboucher sur la moins mauvaise des solutions possibles , alors que, par le passé, la résolution des problèmes était la chasse gardée des experts de tout poil à qui on n’avait d’autre choix que de leur accorder une confiance pleine et entière.
Vous démontrez que le numérique et la robotique sont en mesure d’accomplir des taches que l ‘homme, quelques soient, son expérience,et sa maîtrise professionnelle, est incapable d’effectuer. Il lui est impossible d’atteindre la précision requise. (opération chirurgicale, réalisation des micro soudures sur les puces électroniques....
Vous démontrez, brillamment, que dès maintenant, la diffusion du SAVOIR peut, gràce à la collaboration collective mondiale , offrir BIG DATA, la mettre à la portée de tous.
L ‘apparition de vecteurs de diffusion comme WIKIPEDIA et INTERNET permettant cette révolution que vous comparez, à juste titre, à la domestication du feu, la réalisation de la pierre taillée, la roue, l’imprimerie, et dernièrement, l ‘électricité.
Nous ne pouvons que souscrire à la pertinence d’un tel exposé.

Je suis un ancien officier d’une arme dite « Savante» l Artillerie.
Là où mes compétences étaient indispensables, et reconnues comme telles (Topographie,Mise en place ,d’emblée, de tirs d’artillerie sur objectifs mobiles) J ‘ai vu apparaître des jeunes gens ,sans connaissances spécifiques, munis de télémètres numériques, de GPS, d’ordinateurs, s’acquitter de ces tàches complexes plus rapidement et tout aussi précisémment que moi qui etait encombré de tables de tir, de log. de trigo. de chaines d’arpenteur, de mires , de theodolite et d’un nombre conséquent d’années d’expérience.
Donc, je rejoins votre analyse, le règne du seul expert est révolu, on va assister à l ‘échange mutuel de données, à la complémentarité des connaissances, à la simplification des taches.
L ‘ensemble de l ‘humanité va pouvoir accéder à la CONNAISSANCE.
Vous en donnez des exemples convaincants.
Tout cela est bel et beau, mais la question que nous nous posons est la suivante:

QUELLE EST LA PLACE DE L HOMME LAMDA DANS CE NOUVEL UNIVERS?

Car, sans l ‘occulter, vous traitez légèrement la question
Depuis la nuit des temps, et il en sera toujours ainsi, l ‘humanité a compté dans ses rangs, des gens INTELLIGENTS,au sens premier du terme, et des gens qui ne l étaient pas ou moins.
Si, de siècles en siècles, les techniques, les moyens dont disposait l ‘homme ont évolué,un élément reste immuable: L’HOMME
il n’y a aucune différence intellectuelle entre l’homme des cavernes et nous.
L ‘histoire me donne acte du fait que les INTELLIGENTS ont toujours exploité ceux qui ne le sont pas ou le sont moins.
Les premiers ont constitué une élite, une aristocratie, qui n ‘avait d’autre objectif que la conquète et la préservation du POUVOIR. Ces aristocraties étaient fondés sur la naissance, l’argent etc....
Les seconds n’ont eu d’autre choix que de se résigner à accepter cet état de fait, d’autant que les premiers ont mis en place des systèmes à leur avantage: pensée,religions, hiérachisation des sociétés.
Je vous défie de trouver un exemple qui ne va pas dans ce sens.
Même dans la Grèce antique, mère de la Démocratie, la démocratie véritable, malgré les garde-fous que représentait les délibérations citoyennes les agoras., n’a pu être autre chose que de façade.
Le numérique changera certainement la manière de résoudre les problèmes, il permettra certainement de se hausser à un niveau de connaissances supérieur, individuellement ou collectivement, mais vous aurez toujours un clivage entre une caste aristocratique, cette fois çi, ce sera l ‘aristocratie du SAVOIR, entourée de ceux qu’elle aura sélectionnés, les rares à pouvoir se hiser à son niveau et la masse du plus grand nombre, le magma indifférencié des sous informés, des sous employés, de ceux qui subissent .

Parceque, vous pouvez mettre quelqu’un avec un QI limité sur un lit constitué des nombreux volumes de l Encyclopédie Universalis, l ‘abreuver de messages sub-liminaux émanant de WIKIPEDIA pendant son sommeil, limité il est, limité il restera, car il sera incapable d’absorber, de trier, de faire son miel de toutes ces données mises,massivement, à sa disposition.
Donc, on trouvera toujours une pyramide avec au sommet une aristocratie et une base composée par la multitude.
Mais, ce qui est nouveau et qui changetout, c’est l ‘apparition d’une classe intermédiaire nouvelle, celle des ROBOTS, multi-compétents.
On peut concocter autant d’algorithmes que nécessaire pour obtenir, du plus simple au plus compliqué ;«Celui de la femme de ménage dans un grand hôtel».
Des ingénieurs, des chercheurs, en un mot, des gens INTELLIGENTS feront cela le plus facilement du monde .
Un robot cela se programme, il peut servir, sans états d’âme, en permanence. Il n’est jamais perturbé par les passions humaines. Dans une entreprise, il remplace avantageusement la masse des sous-qualifiés.Il est taillable et corvéable sans que cela l ‘affecte le moins du monde. Il peut, en changeant sa programmation, effectuer des taches nouvelles, mieux encore, s’auto- sanctionner, s’auto-éduquer.
Et c’est là où le bat blesse.
IL N’Y A PLUS DE PLACE POUR L ‘HOMME ORDINAIRE.
Nos sociétés, nos entreprises, utilisent comme facteur d’équilibre ce qu’on appelle la RESSOURCE HUMAINE..............C ‘est une variable d’ajustement .
Il n’est qu’à voir la réaction des actionnaires pour se rendre compte que leurs profits augmentent quand on « DEGRAISSE» l ‘entreprise.
Il est à prévoir que gràce à la robotique, on va dégraisser de plus en plus massivement .
D’autant que la natalité mondiale allant croissant, il va falloir trouver, rapidement une solution drastique. Elle commence à se faire pregnante avec l’afflux croisant de la misére du tiers monde qui assiege notre douillet Occident

Je suis certain que la programmation bien comprise des robots sera le fait du Sommet.
Comment pourrait il en être autrement?
Qu’avantageusement des robots ,CRS ou GARDES MOBILES, indifférents aux quolibets, aux insultes, aux jets de projectiles, seront en mesure ,sans aucune violence, de serrer affectueusement dans leurs bras d’acier ,les fauteurs de troubles et de les admonester d’une voix persuasive:» Rentrer chez vous mon brave, manifester est un vilain défaut.»

Quelle belle perspective d’avenir, quelle aurore radieuse vous nous promettez !
Vous concluez en disant que si l humanité ne prend pas le train du numérique elle RISQUE de sortir de l’histoire.
Nous, nous pensons que l ‘humanité a ouvert la boite de PANDORRE, la marche arrière est impossible, le numérique, au delà des avantages matériels offerts, mêne, et c’est une CERTITUDE, l ‘humanité à sa perte et cela a une vitesse vertigineuse

Imaginons un scénario: La multitude, hébétée, à un sursaut émanant des moins stupides issus de ses rangs.
Elle en a assez de regarder passer les trains, elle se révolte, elle est matée par les robots formatés par le POUVOIR.
Un autre scénario, celui là mène à l apocalypse.
Une faction du POUVOIR se dresse contre une autre.Utilise les rancoeurs de la multitude, rancoeurs décuplées et alimentées par les réseaux sociaux qui d’un bout à l ‘autre de notre terre, propagent l ‘information, bonne ou mauvaise, sans qu’on puisse l‘interdire, l ‘amender .
Les outils, les Robots contre d’autres robots robots. L enjeu, la conquète éternelle de la maîtrise du pouvoir . LE POUVOIR NE SE PARTAGE PAS.

D’ou notre conclusion: Exit l ‘humanité, bon débarras diront certains.
Nos révolutions passées et actuelles seront considérées comme des promenades de santé par rapport à ces monstrueuses hécatombes à venir.

Il y a bien des solutions.

L EUGENISME vient immédiatement à l ‘esprit.
Trop d’inaptes? Trop d’ignares?Trop de sous qualifiés? trop d’inutiles?Les techniques numeriques permettont de faire le tri avant même la naissance. On va tuer le problème avant même qu’il ne se pose.
Ou on peut lobotomiser les factieux. Les programmer à leur tour pour qu’ils soient, une bonne fois pour toutes, inoffensifs, leur implanter dans le crane, avant ossification des fontanelles,des micro-puces programmables à distance sans que le porteur en soit conscient.
On peut instrumentaliser les masses pour qu’elles s’auto-détruisent, Avec INTERNET c’est d’une facilité incroyable. Cela se passe sous nos yeux.
En un mot comme en mille, il existe des moyens pour diminuer l ‘importance en nombre et en nuisance de la multitude.
Le numerique associé a la robotique décuple l ‘efficacite de ces techniques
Il sufit de maîtriser le BIG DATA avant tout le monde.C’est ce que vous faites en taillant des croupieres aux grandes entreprises qui n’ont pas votre réactivité de velociraptores.
Faites confiance à l aristocratie du savoir où prendre les mesures nécessaires à la préservation de ses intérets.
Nous vous invitons à lire une BD: HOROLOGIOM, à visionner un DVD :NUMERO 9, à feuilleter MOEBIUS, à lire ASiMOV.

Nous sommes au regret de ne pas pouvoir partager votre enthousiasme mais nous vous remercions infiniment pour la somme de connaissances que vous nous avez transmises, Vous nous avez, HÉLAS, rendu un peu plus intelligents et .........pessimistes
Cordialement
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 novembre 2014
Des décennies d'habitude ne s'effacent pas d'un revers de la main
Penser que l'on fait mieux 'dans son coin', avoir peur de la collaboration, de l'ouverture des données au plus grand nombre...
Ce livre montre que la donne a changé. Nous ne vivons pas une crise, mais un changement de paradigme.
Le numérique ouvre des possibilités pour l'entreprise, l'éducation, la santé...

Il faut bien sur 'dompter' ces outils et ces données. Mais Gilles Babinet montre ici que, ne pas essayer d'utiliser le numérique avec une nouvelle vision fait courir à notre pays le risque de ne pas sortir des sables mouvants qui nous figent peu a peu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 mars 2014
Pas beaucoup de profondeur, utilise ce que tout le monde sait (pour faire peut-être de la page). Pas de réelle perspective sur ce que sera la révolution de l'ère numérique. Il faut bien sûr avoir beaucoup d'imagination et en cela l'approche apparaît 'faible'. C'est pourtant bien une révolution qui est en marche, et la question posée par Gilles Babinet est donc fondamentale. J'ai bien aimé cette nouvelle expression de "révolution informationnelle", en symétrie de "révolution industrielle" du XIXe siècle. En cela ce livre peut intéresser, mais comme l'histoire n'est pas écrite, on reste sur sa faim...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé