Commentaires en ligne 


22 évaluations
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout le contraire d'un produit jetable...
Parler de David Crosby à l'époque de Daftpunk, est complètement paradoxal ! Pour nos 2 français, il aura fallu les casques et les costumes pour attirer l'attention de la maison Virgin. Pour David Crosby, c'est peut-être son foutu caractère qui aura marqué les esprits depuis ses premières bêtises californiennes à...
Publié il y a 3 mois par Robert Mando

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 David Croz back !
David Crosby en album solo, ce n’est pas si fréquent pour qu’on puisse l’ignorer. Le vieil homme, né en 1941, revenu de tout, toxicomanie et paranoïa, prison pour port d’arme prohibée, et il y a quelques jours à peine il vient de subir une opération du cœur l’obligeant à reporter sa...
Publié il y a 5 mois par Eminian


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout le contraire d'un produit jetable..., 3 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Parler de David Crosby à l'époque de Daftpunk, est complètement paradoxal ! Pour nos 2 français, il aura fallu les casques et les costumes pour attirer l'attention de la maison Virgin. Pour David Crosby, c'est peut-être son foutu caractère qui aura marqué les esprits depuis ses premières bêtises californiennes à l'adolescence. Le 17 juillet 2013, dans le théâtre romain de Fourvière, quand CSN entra en scène je pensais encore que David Crosby restait le plus diletante des 3. L'enfant terrible qui a brulé sa vie et gâché son talent. Celui qui met les mains dans les poches et chante les yeux fermés quand les 2 autres sont au four et au moulin. Oui mais voilà, ce jour-là, DC crève l'écran et sa présence est indiscutable. Il impose par sa carrure, il brille par son charisme, son humour et sa voix domine l'espace sonore...sans que l'on s'en rende compte vraiment. L'instant rare ? les 3 à capella, à la nuit tombée, avec la voix profonde de Crosby qui donne le frisson en faisant vibrer les vieilles pierres du théâtre antique...
Bob Dylan parle de Crosby comme fin mélodiste. Cet album ne le contredira pas ! Je ne sais pas si on doit parler de nostalgie. Il faut juste prendre le temps de l'écouter, de savourer comme un vin du meilleur cru. Tout le contraire d'un produit jetable de grande consommation... tout le contraire de Daftpunk.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il aura fallu si longtemps..., 12 février 2014
Par 
Jean Bal (Conflans-en-Jarnisy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
David Crosby revient de loin. De très loin. De longues années d'addictions diverses, de paranoïa et de passion malsaine pour les armes à feu. Il a même fait un séjour en prison dans les années 90 qui a failli le tuer.
Et il nous revient - vraiment - aujourd'hui, à 72 printemps, avec un disque dont le titre "Croz" (son sobriquet depuis les sixities) est une réponse à celui de son premier album solo de 71, "If I could only remember my name."
Et ce disque est fantastique.
Co-produit par James Raymond, le fils que Crosby a abandonné en 1962 pour le retrouver avec bonheur en 95, cet album est un travail de famille, réalisé en deux ans et demi - avec amour - dans des conditions quasiment "home-studio" (Pro Tools et Logic).
Même la pochette est signée Django Crosby.
Dès le premier morceau, "What's Broken" écrit par Raymond, j'ai ressenti un choc.
L'esprit est là! Le style si particulier de Crosby, entre jazz et folk avec une pointe de rock. Un univers mélodique nettement influencé par le travail de Joni Mitchell dont il fut jadis l'amant. La chanson est belle, subtile, intelligente et quand les harmonies vocales s'installent au chorus... le temps s'arrête. Oui, la voix de Crosby a perdu un peu de sa rondeur juvénile, mais elle est toujours précise et séduisante. Et la guitare solo éthérée qui soutient en douceur l'ensemble est maniée par un Mark Knoppfler particulièrement inspiré.
Magnifique.
Et le reste de l'album soutient la comparaison. La sonorité globale, très aérienne, rappelle un peu le mixage du "On An Island" de David Gilmour, sur lequel Croz avait chanté avec Nash. L'enregistrement est d'une pureté irréprochable.
Deuxième morceau, "Time I Have". Un morceau qui aurait pu être sur le CSN de 77, avec un Crosby dont la voix rappelle parfois Christopher Cross. Pas mal pour un septuagénaire! Et ce gimmick "Still Alive! Still alive!", si ce n'est pas une déclaration personnelle...
Je ne vais pas détailler tous les morceaux, parce que la surprise ne vous sera que plus agréable.
Je mentionnerai quand même "If She Called", un morceau inspiré par les jeux de séduction de prostituées que le chanteur a observés dans un café belge. Crosby s'accompagne lui-même d'arpèges à la guitare électrique dans une ambiance dénudée particulièrement poignante.
Autre superbe morceau intimiste du moustachu, "Holding On To Nothing", avec quelques traits géniaux de la trompette de Wynton Marsalis, sur fond de guitare acoustique 12 cordes, de piano Rhodes et de basse fretless.
Bref, ce "Croz" est un très grand disque intemporel qui aurait pu être enregistré en 72. Les musiciens auraient alors été différents, et le son aussi, mais pas sûr que l'oeuvre en aurait été meilleure pour autant.
Pas sûr du tout.
Pour moi, cette petite galette argentée est l'une des plus belles choses produites par le brave David depuis - au moins - quarante ans.
Un miracle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Rust never sleep", 9 février 2014
Par 
Jean-yves Baraton (Saumur FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Les temps changent disait Bob Dylan mais David Crosby à 73 ans lui ne change pas. Il produit ici un très bel Opus avec des invités de marque Wynton Marsalis et Mark Knopfler. Après un passage remarqué à l'Olympia en 2013 avec ses comparses Stills & Nash il revient ici avec ce magnifique album.
Enregistré en deux ans l'album propose ici de très belles mélodies avec cette voix...sa voix chargée d'émotions intactes... l'émotion seventies intacte.
La production est lèchée, subtile et on retrouve le CROZ comme il se fait appeler par ses potes musicos, des grandes heures.
On a parfois l'impression que le temps s'est arrêté que l'on est en 1974, que les messages humanistes n'ont pas changé.
Définir cet album: Aérien parfois, folk west-coast parfois, il plane une douce mélancolie sur cet album, comme le disait Victor Hugo,"La Mélancolie c'est le bonheur d'être triste". Un parfum intemporel d'humanisme 70, toujours d'actualité.
En fermant les yeux on se retrouve à 15 ans dans sa chambre d'adolescent à écouter tous ces gens qui voulaient changer le monde et nous renversaient du quotidien pesant de l'adolescence. Survivant David Crosby à 73 ans surement... Gardien du temple seventies west-coat surement... Les riffs de guitares sont encore là, après Jonathan Wilson et son bel album envolons nous vers les grands espaces californiens de l'américain aux allures de Druides.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du pur bonheur !, 4 février 2014
Par 
Frédéric (Bordeaux France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Cela faisait si longtemps que l'on attendait un nouvel album solo de David Crosby et bien souvent une attente aussi longue est synonyme de déception. Disons le tout net et rassurons tout le monde, "Croz" va combler de bonheur tous les amoureux de la voix et du talent de guitariste de ce monstre sacré qu'est David Crosby. Ceux qui étaient présents à l'Olympia en juillet 2013 avaient été frappés par l'aura dégagée par le personnage. Croz est un album ou se mèlent folk, jazz, douceur, harmonie et les invités prestigieux comme Wynton Marsalis et Mark Knopfler contribuent à rendre envoûtant le climat de cet album dont le style est difficile à définir, mais qui saura vous séduire par la magie de l'évasion qu'il va vous procurer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Avec "Croz" on Nash dans le bonheur!!!!, 14 février 2014
Par 
Jean-pascal Guillet "bluegrass and Co" (lot) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Quel plaisir de retrouver ce bon vieux David Crosby! Ses disques en solo sont si peu nombreux au regard de la longévité de sa carrière. Tous les fans de musique californienne ont encore en mémoire son premier chef d'oeuvre de 1971 "If I could only remember my name", une des plus belles réussites de cette époque. Suivront deux autres opus, l'acceptable "Oh yes I can" (1989) et le dispensable "Thousand Roads" (1995).
Depuis la reformation du trio magique Crosby, Stills and Nash on savait que l'homme avait repris du poil de la bête, et cela se confirme avec ce "Croz". Crosby 73 années au compteur et beaucoup d'excès en tout genre et une voix sublime demeurée intacte, des harmonies célestes et aériennes qui nous bercent comme il y a 40 ans! Inespéré!

L'artiste a élaboré cette oeuvre avec son fils James Raymond (claviers) qui signe ou cosigne avec son père plusieurs titres. On trouve aussi certains musiciens que l'on a pu voir l'été dernier lors du passage en France de CS&N , Shane Fontayne aux guitares et Kevin McCormick à la basse. Deux invités de marque mais néanmoins discrets, Mark Knopfler sur le titre qui ouvre le disque et Wynton Marsalis sur "Holding on to nothing". Un titre "Radio" est déja connu des fans , puisque faisant partie de la set-list des concerts de CS&N.

Atmosphère intimiste, guitares aériennes, arrangements somptueux et cette vois incomparable, le barde californien à la chevelure argentée, à la moustache gauloise et surtout aux yeux rieurs n'a pas dit son dernier mot!
A ranger entre "If I could..." et la box set "Voyage" le luxueux coffret que retrace la carrière du maître en trois cd auquel il faut ajouter un livret d'une richesse....je vous dit pas!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A prendre au sérieux., 3 février 2014
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
A la vue de sa tronche revenue de nulle part et pas qu’une fois, je suis plein d’admiration pour ce mec miraculé, béni des Dieux, passé par les trous les plus petits qu’il est possible d’imaginer. Il n’a plus rien à prouver, a fait quasiment fait le tour de tout ce qui peut s’envisager, plaisirs comme conneries mais conneries surtout, toutes celles qui sont possibles et imaginables.

Toujours vivant alors que cet autodestructeur notoire devrait être mort depuis ses premières frasques sous Byrds, il pourrait sagement attendre que la mort vienne le chercher pour de vrai, car ça arrivera bien un jour à force de l’avoir défiée, mais surtout parce que c’est écrit.

Diabétique, atteint d’une hépatite C, transplanté au niveau du foie, malade du cœur, toxico la moitié de son temps passé sur terre, alcoolique, il en a assez accumulé pour s’accorder une pause maintenant qu’il est clean. Sur le plan judiciaire aussi, il a collectionné les bavures : faits de drogue, possession illégale d’armes, conduite en état d’ébriété, ce qui l’a amené à souvent fréquenter les tribunaux, plus rarement les geôles amerloques.

Et bien non, ce n’est pas dans le programme de ce bon vieux Crosby que de se la couler douce. Lui a décidé de continuer à se battre et de ne pas se cantonner dans un agenda plan-plan qui conviendrait à des rock stars amies. Pas à lui. Rendez-vous compte, il a décidé de se battre. Encore. A 73 ans. Comme s’il n’avait pas eu assez des coups qu’il a morflés et contre lesquels il a dû lutter. Ses vieux démons comme on dit, on les connaît : héroïne (dès 1971), cocaïne (à 20 ans), crack (plus tard), alcool (en parallèle).

Non content d’être fragilisé par sa vie de hippie-rock star, il dû faire face, sur un angle professionnel, à son éviction malheureuse des Byrds fomentée par le duo McGuinn/Hillman qui ne le supportaient plus ; il a dû résister aux coups de pute de l’existence comme la perte de son amour, Christine Hinton, tuée sur la route le 30 septembre 1969 qui l’a littéralement laminé alors qu’il s’enfonçait profondément dans la dope et la bibine, comme le suicide de son frère Ethan (1997), comme le placement, à vingt ans, de son fils James Raymond. De ses passages à vide, c’est peut-être celui qui lui trotte encore dans la tête aujourd’hui, d’autant que c’est avec ce dernier, avec lequel il bricolait jusqu’alors dans CPR, qu’il évoque ses projets d’avenir personnels désormais.

David Crosby, on pourrait en faire un livre, en écrire des tonnes jusqu’au petit matin tant le personnage est attachant et courageux. Il a décidé de se battre, plus exactement de repartir au combat là où d’autres rangent définitivement leur guitare dans la housse.

J’évoquais son fils retrouvé à la fin des années 90 et les projets perso. Après plus de 50 ans dans le rock, Crosby a encore des munitions et de l’envie, une envie héritée de son mentor Fred Neil. En voilà justement un qui se concrétise : Croz (2014), nouvel album solo du moustachu aux sourcils broussailleux, aux cheveux dorés et vaporeux. Ce qui ne lui était plus arrivé depuis une vingtaine d’années.

Comme il le dit, il le fait pour lui, par pure nécessité de se vider le cœur. Comme pour mieux étayer sa thèse qui consiste à se prouver qu’il n’est pas fini, il rebondit avec 11 nouveaux titres, écrit avec son fils. Parmi ceux-ci, relevons l’intervention fluide et généreuse de Mark Knopler (What’s Broken) ainsi que le concours virtuose du grand trompettiste de jazz, Wynton Marsalis, sur Holding On To Nothing. Pied de nez à ceux qui l’avaient enterré un peu vite et qui le pensaient cramoisi du ciboulot, scripturalement tari… le vieux grizzly est encore motivé, physiquement et mentalement capable de belles choses et revendique encore et toujours de la magie.

Malgré diverses demandes auprès de professionnels, Croz est enregistré, pour partie, à Santa Monica dans les studios de Jackson Browne (Groove Masters), un pote qui lui a ouvert ses portes à un moment où Crosby n’a plus les moyens financiers de ses ambitions. Son carnet d’adresses s’est soudainement vidé de ses relations. L’autre partie résulte de la mise à disposition du studio mobile de son fils. Crosby peine à rassurer sur son seul nom ; il semble payer son parcours personnel boiteux. Il doit bien savourer aujourd’hui.

Car Croz est très bon, superbement produit et doté d’une belle musicalité. A son âge et avec les excès qu’il a faits, il est légitime de se positionner plus particulièrement sur sa voix. Elle reste douce et éclaircie. Grand chanteur, immense harmoniste, Crosby n’a jamais été aussi convaincant depuis longtemps.

Beaucoup s’interrogent sur son aptitude à encore écrire. Est-il encore capable de belles chansons comme celles qui alimentent son chef d’œuvre If I Could Only Remember My Name (1971) ? Il l’est, il ne s’est pas niqué le cerveau si c’est ça qui questionne. Il fut un songwriter avisé et inspiré, il n’a pas perdu la main. Ou alors l’a-t-il retrouvé depuis son décevant Thousand Roads de 1993, dernier album accroché à son catalogue personnel ? Le Crosby de Croz ne cherche jamais à se la jouer, à épater la galerie. Ce qu’il fait, il le fait pour lui, rappelez-vous.

La sensation qui traduit l’écoute est délicieusement jazzy, nimbée d’harmonies à la Crosby, celles que l’on a tant vantées dans le quatuor magique ou avec son pote Nash. Porté par une voix douce et céleste qui a traversé 5 décennies à abuser, sans s’occasionner de vrais dommages, le petit dernier de son catalogue est une belle réussite, réalisé comme il l’entend. L’ancien Byrds nous rend une magnifique et surprenante copie, même s’il a tourné le dos à la west-coast au profit d’une déclinaison soft-rock moelleuse qui ne ressemble à rien d’autre de son catalogue. Les temps ont changé, que voulez-vous, mais moi j’aime et je pense que les puristes ne s’y opposeront pas. Une tournée est annoncée, signe que Dave est bel et bien dans la course. On prendra donc ce Croz très au sérieux (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une baffe audio!, 3 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Une baffe audio... C'est ce que j'ai pris en écoutant 'Croz' la première fois... Dès "what's broken", tout est dit... David Crosby nous balance un opus digne de figurer dans le top 10 des meilleurs albums de l'histoire... Un son fabuleux! Quel mastering.. Chaque nuance de la voix et chaque corde frottée fait vibrer nos oreilles et nos baffles... Des musiciens hors normes...(dont Steve Distanislao aux drums) Passionnés et passionnant! Les morceaux s'enchaînent, dans le rythme et la douceur.. Toujours des textes intelligents et des arrangements qui me touchent au cœur. merci pour ça Monsieur David Crosby: vous faites là un fameux pied de nez à la grosse industrie du disque!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Vive les vieux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, 1 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Cheval fourbu du rock, une coupe à la Léo Ferré, David nous revient avec un opus pop, rock, folk des plus réussis,
une inspiration constante bien loin des artificielles reformations CSNY........
le son est magique, le plaisir aussi..............
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 David Croz back !, 25 février 2014
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
David Crosby en album solo, ce n’est pas si fréquent pour qu’on puisse l’ignorer. Le vieil homme, né en 1941, revenu de tout, toxicomanie et paranoïa, prison pour port d’arme prohibée, et il y a quelques jours à peine il vient de subir une opération du cœur l’obligeant à reporter sa tournée, n’aura pondu que six disques entièrement personnels entre If I Could Only Remember My Name (1971) et ce Croz qui vient de sortir.
Le premier relayeur dans l’équipe Crosby, Stills, Nash and Young est donc de retour et ça fait vraiment plaisir de l’entendre car presque rien n’a changé. Le CD a été enregistré dans le home studio de son fils pianiste James Raymond, reconnu tardivement, qui écrit ou co-écrit la moitié des chansons. Autour d’eux, Shane Fontayne et Marcus Eaton aux guitares, Kevin McCormick à la basse, Steve Di Stanislao à la batterie pour le noyau central, auxquels quelques invités célèbres viennent apporter leur touche discrète mais qui compte, Mark Knopfler et sa guitare sur What’s Broken et surtout la trompette de Wynton Marsalis sur Holding On To Nothing.
Un CD de onze titres à l’ambiance cool comme on disait jadis. La voix de Crosby fait toujours des merveilles et les harmonies vocales réveillent des souvenirs anciens de soleil californien que l’âge magnifie en y ajoutant la nostalgie. Outre les deux titres déjà cités, on retiendra l’excellent The Clearing et le plus rythmé Set The Baggage Down entre autres.
Mais ce qui donne sa vraie valeur au disque, c’est qu’il est de cette sorte d’albums qui s’avèrent de plus en plus riches à chaque écoute. Un CD de quarante-sept minutes de plaisir renouvelable à l’infini.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 excellent, 3 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croz (CD)
Quelle voix et arrangements, du très bon David Crosby. Album aux sonorités guitaristiques et vocales sublimes. il à su s'entourer…
je n'en n'écris pas plus, tout est dit dans les commentaires précédents…très complets d'ailleurs. Bravo à vous !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Croz [+digital booklet]
Croz [+digital booklet] de David Crosby
Acheter l'album MP3EUR 8,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit