Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 TRES beau disque - mais qui reproduit une nouvelle tradition de couplage à mon avis un tantinet fâcheuse, 5 mars 2014
Par 
Gérard BEGNI (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven / Piano Trios No.6 & 7 "Archduke" (CD)
Je précise que, comme il m'arrive parfois, je commente ce disque après me l'être fait prêter par un ami.

Beethoven est certainement le premier compositeur à avoir pris conscience de la véritable nature du trio avec piano, ou du moins d'avoir les moyens de la réaliser.

Les admirables trios de Haydn (que je recommande chaudement - leur discographie commence à être plus que respectable) répondaient au souci technique de rendre expressif le pianoforte, essentiellement par des doublures ou des contresujets confiés à des instruments d’intensité et d expression modulables face aux limitations du pianoforte.Et il est vrai que ses trios sont avant tout des pièces de pianoforte d'une virtuosité redoutable, qui appellent justement un 'complément d'expression' que Beethoven a trouvé dans les nouveaux 'Hammerklavier'.

Il a donc été un pionnier de l'émancipation du violoncelle par rapport au piano, et ce dès ses débuts. Mozart avait ouvert la voie pour le violon dans ses sonates encore un peu trop méconnues (du moins selon moi). Le génie constructiviste de Beethoven, sur les plans harmonique, mélodique, architectural, et d'équilibre des timbres lui permettait donc d'ouvrir une nouvelle page quasi vierge dans le genre de la musique de chambre. Il sera suivi par Schubert dans les deux impérissable trios que nous connaissons.

Nous avons ici deux trios: l'un caractéristique de sa 'deuxième période', l autre de l'orée de sa 'troisième période' marquée par une oscillation entre des architectures néoclassiques revisitées (l'op. 106!) et des formes complètement révolutionnaires et innovantes.

Les interprètes, rompus à l' "intelligence" au sens étymologique des styles et des genres, ne tombant pas dans des travers classiques: ultra-romantisation du trio op. 70 n°2, tentatives vaines de romantisation ou au contraire classicisation sèche de "l'Archiduc". Certes, par nature, il n'y a pas UNE interprétation beethovénienne, mais il y a des contresens qui appauvrissent le polyvalence de sa musique. Rien de cela ici.

Ce que je regrette un peu, c'est qu'il est devenu - pour des questions de timing probablement - traditionnel de coupler "l'Archiduc" avec le trio op. 70 n°2, ce qui rejette dans l'ombre l'op. 70 n°1, qui ne démérite en rien par rapport au 70/2, mais en diffère complètement. Je dirais même que ses traits typiquement beethovéniens en font une œuvre du pus haut intérêt. A l'époque du vinyle, il était plus naturel - toujours pour des raisons de timing - de coupler les deux de l'op. 70 d'une part, et d'isoler "l'Archiduc" d'autre part.

Bien entendu, il ne saurait être question de mettre cela au passif de ce TRES beau disque. Simplement, je voulais attirer l'attention sur ce très beau trio op. 70 n°1 qui a tendance à être un peu oublié des mélomanes et interprètes.

Amicalement, Gérard.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Beethoven: Piano Trios, Op. 70 No. 2, Op. 97 "Archduke"
Beethoven: Piano Trios, Op. 70 No. 2, Op. 97 "Archduke" de Alexander Melnikov and Jean-Guihen Queyras Isabelle Faust
Acheter l'album MP3EUR 9,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit