undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
58
4,0 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voilà le petit film culte de ce début d'année, un bonbon pop, aérien, mélancolique, un peu acidulé, signé Spike Jonze. Drôle de variation sur les thème des interstices du coeur à la sauce 2.0... Postulat de départ : solitude, incommunicabilité et technologie ont continué à progresser main dans la main, au point qu'arrivent sur le marché des systèmes d'exploitation capables de penser, d'apprendre et de ressentir. Et donc de tomber amoureux... ce qui sera le cas de Théodore, rédacteur Web qui passe son temps à rédiger avec un talent reconnu (stupéfiant Joaquim Phoenix) les lettres d'amour des autres. Puis il fait connaissance avec "Samantha", un OS qui a la voix de Scarlett Johansson (à défaut d'en avoir le physique !), et, sans doute, une véritable âme.

Jonze n'est pas Kubrick, il ne montre pas la technologie comme une menace et ne remet pas en cause les postulats de son scénario. Ses machines à lui peuvent servir à combler le vide humain. Ses ordinateurs sont-ils d'extraordinaires machines de Turing, ou sont-elles de véritables entités vivantes, la question n'est pas sa préoccupation. Derrière ce film faussement technologique (la réflexion sur ce sujet tient dans une coquille de noix) se cache une oeuvre totalement élégiaque, un long poème mélancolique sur le thème de l'amour impossible entre deux êtres de nature différente.

Ce parti pris totalement assumé est la réussite du film. Jonze ne cherche pas à faire ce qu'il n'a pas envie de faire et ne saurait probablement pas faire. Il se concentre sur la poésie, et agrémente son film d'une BO signée Arcade Fire, et de voix-off narrant à merveille les dédales de l'âme humaine dans la solitude des grandes technopoles.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dès les premières images, j'ai été envoutée par le film.
J'ai regardé Théodore évoluer, solitaire et perdu, dans un monde urbain étrangement familier et étrangement différent. Le monde de Her est proche du nôtre: comme nous interagissons vocalement avec certains de nos outils (Siri de l'I-phone par exemple), les personnages de Her interagissent avec de nombreux programmes qui répondent et interagissent avec eux (exemple du jeu vidéo de Théodore). Nous pouvons ainsi nous sentir familier du monde de Théodore et le concevoir comme plausible dans un avenir proche.

Her pose des questions assez profondes sur la solitude, sur l'amour, sur le réel et sur l'âme.
Qu'est-ce qu'est ce qu'aimer ? Quelles sont les frontières de l'amour? Où s'arrête la conscience? Où commence la notion d'âme et de personnalité? Où commence le réel? Où s'arrête l’irréalité?

Théodore est malheureux dans la vie. Il vit dans le souvenir de son amour perdu et dans la crainte de concrétiser son divorce. Là où son travail lui permet de rédiger des lettres pleines d'émotion et de sentiments pour les autres et de vivre ces vies par procuration, sa vie privée dénote de blocages émotionnels.

Quand "Elle" entre dans sa vie, les repères de Théodore éclatent et les limites du réel et de l'amour se posent.
Est-ce totalement inconcevable de tomber amoureux d'une voix? Est-ce inconcevable de considérer Samantha comme une personne réelle alors qu'elle n'a pas de corps? De lui attribuer une personnalité, une évolution, des sentiments et des doutes? Un programme peut-il évoluer au point de ressentir, de penser, de sentir, d'éprouver et au bout du compte d'avoir une âme? L’homme et le programme peuvent-ils vivre un amour véritable ? Le programme peut-il être un être réel?

La scène où Samantha veut toucher Théodore par corps interposé est vraiment intéressante et pose justement la limite du corps par rapport à l'être lui-même. Les scènes de promenades et de discussions entre eux sont si réalistes qu'il nous semble que Théodore parle juste au téléphone avec un femme réelle à l'autre bout du "fil".

Joaquin Phoenix est absolument merveilleux de finesse et la voix nous séduit autant qu'elle séduit Théodore. Après avoir découvert le monde, Samantha évolue de plus en plus vite et s'interroge sur elle-même, sur son existence, sur son absence de corps, sur son immatérialité et sur ses limites. Elle échappe à ses créateurs et à Théodore pour accéder à un autre niveau de conscience qui nous est inaccessible.

Seul défaut du film à mon goût: la fin qui m'a laissé un goût amer d'inachevé et d'incompréhension. C'est compliqué de comprendre et de rester là-dessus.
Je sais qu'au niveau de la VO, c'est Scarlett Johansson qui "joue" la voix et je suis bien contente d'avoir vu le film en français car l'écoute de la voix de l'actrice la rendrait matérielle. Je ne reconnaissais pas la voix française et de ce fait, Samantha est restée immatérielle pour moi.
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2014
Impossibile de rater un film avec Joaquin Phoenix tant il m'a donné du plaisir dans d'autres oeuvres (et bien sûr chez James Gray).

Le film démarre très bien, se positionnant dans un futur très proche que tout le monde peut conceptualiser et dans lequel chacun peut se projeter. Il n'y a pas là de "gadgets" improbables, juste une évolution de technologies que nous connaissons déjà.
Le pitch est connu: un garçon sensible développe une relation avec une voix, émanant d'un système d'opération évolué. Cette relation pose de nombreuses questions intéressantes, la nature de la relation amoureuse, l'ontologie de cette relation, la notion d'étant, un appui très marqué au matérialisme d'un Epicure (nous sommes tous des atomes). Le ton est alors très subtil: facticité des rapports (lettres d'amour écrites par des tiers); illusion des rapports amoureux (les séparations, le sexe), etc.

Mais rapidement, le film repose trop sur ses gimmiks. Cette relation, qui se répand dans la société, homme-machine n'est plus crédible. La translation physique de la relation est pathétique, et on finit dans le cheesy le plus gras et inutile.

Dommage, car nous aurions pu avoir un grand film sur la vacuité des rapports humains rongés par le consumérisme et la recherche de la performance, au lieu de cela nous avons un récit qui s'enferme dans son propre système interne, sans réel intérêt, de la même façon que Malkowich n'était que Malkowich.
22 commentaires| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2014
Her repose sur une idée intéressante, d'autant plus à l'ère des smartphones et de l'addiction aux nouvelles technologies. Pourtant j'ai trouvé le film un peu creux, je comprends qu'on puisse traiter le sujet sans cynisme ni méchanceté mais là pour le coup ce n'est rien de plus qu'un mélo très générique qui reprend des codes déjà trop usés. C'est lent, bêtement triste et n'apporte aucune réflexion particulière sur le sujet en dehors d'un "les histoires d'amour finissent mal".
Un petit mot sur la durée du film, je ne sais pas d'où vient ce gimmick actuel de faire des films de plus de 2h pour raconter des histoires qui perdent leur souffle en quelques minutes, mais c'est vraiment assommant. N'est pas Spielberg qui veut, faire un film d'une telle durée nécessite un sacré sens du rythme. Là c'est juste horriblement long et plat.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2015
Avec le fantastique Joaquin Phoenix je pensais vraiment qu'aucune déception ne pouvait surgir et bien il y a apparemment une première fois!
Non pas pour le jeu de l'acteur mais malgré son génie, le film est long, vide, ennuyeux, sans intérêt.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2014
Une énorme claque !!! A mon sens, film figurant dans le top 5 de l'année 2014 !

Le topic : Theodore, célibataire introverti en divorce depuis plusieurs mois, se sent de moins en moins à sa place dans le monde dans lequel il vit. Son quotidien s'organise autour de son travail, de ses jeux vidéos, et "d'histoires virtuelles" d'un soir. Tout vient à basculer lorsqu'il achète un programme, l'OS, qui permet de créer un Intelligence Artificielle en fonction du caractère de l'utilisateur. Ainsi apparaît Samantha, l'IA de Theodore, avec qui il va lier une relation de plus en plus intime, jusqu'à ce qu'elle se mue en amour.

Le thème déjà est sensiblement complexe : il s'articule autour des grandes émotions du film d'amour (passion, jalousie, envie, désir, chagrin, désespoir), qui soit dit en passant sont incroyablement bien maîtrisées, de la critique sociale (la place de plus en plus grande des nouvelles technologies, l'homme qui relègue chacune de ses tâches à des machines ou à des sociétés) et de la sensibilité artistique.

L'histoire est articulée en deux grandes parties : le célibat de Theodore, et sa relation amoureuse avec Samantha. La seule critique négative qu'on peut formuler selon moi sont les quelques menues longueurs du film, même si personnellement elles ne me gênent pas outre mesure : elles m'ont permis de ne pas être constamment assailli par toutes les émotions véhiculées dans ce film. Notons aussi que, de fait, le film est un immense dialogue ayant lieu dans divers tableaux de Los Angeles, ce qui rajoute en puissance, tant en termes des situations émotionnelles que de réflexions en tout genre sur l'Amour, l'Humanité, la Vie en général (bien qu'ainsi présentés on pourrait les penser niais, ces dialogues sont au contraires très intelligents dans la mesure où ils sont exploités avec le point de vue de l'étranger, incarné par Samantha : sa vision est pétillante, pleine de vie et de questionnement, ce qui en fait des moments que je trouve constructif est - encore une fois - d'une grande sensibilité).

La BO : la production musicale est signée Arcade Fire. Bien que n'appréciant que moyennement ce groupe (avec le peu que j'ai pu en entendre), la musique est sublime et très en accord avec le ton du film, et les diverses ambiances qui s'y succèdent : expressive quand elle est purement instrumentale, à propos quand il s'agit d'un morceau chantée, à mon sens une des plus belles et des plus maîtrisées des bandes originales qu'il m'ait été donné d'écouter !

Le monde : l'ambiance et le cadre sont vraiment chiadés, les rapports entre les gens sont creusés, complexes et d'actualité, quoi qu'exagérés en partie, mais pas de trop. L'ambiance générale et troublée, un peu blafarde, brumeuse, même dans les scènes au soleil. A mon sens, des jeux de lumière tout à fait en accord avec le ton du film. La société dans laquelle nous sommes placés a un aspect inquiétant, tant elle semble orientée vers l'individualité (une fois de plus la critique est de mise).

En bref : un film intelligent, très bien pensé, d'une sensibilité incroyable, distinguée et pure, le tout rythmé de grand questionnement et d'une musique brillamment composée. A mon sens, un des plus beaux et des mieux pensés des films du genre ! A recommander sans aucune hésitation !!!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2015
Une fable gentillette sur ce que pourrait être prochainement l'amour virtuel, dans cette société de l'hyper-connecté mais où paradoxalement la confiance ne se donne plus si facilement, et l'autre fait un peu peur…

Malgré un postulat de base assez improbable on rentre sans problème dans l'histoire, avec délice même, tant l'atmosphère irrelle et mélancolique (sans pathos) est prenante jusqu'à la fin. Un film atypique, triste mais résolument optimiste, d'une incroyable poésie. A voir pour son esquise douceur !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2014
Le film est d'une finesse et d'une humanité rare. Il y a évidemment une histoire d'amour désincarnée mais qui peut se rapprocher de celles que nous pouvons déjà avoir par discussion/chat interposé, entre humains, relations qui peuvent devenir troublantes, puisque mettant face à face la seule essence humaine, les critères physiques pouvant facilement être gardés en arrière plan.
C'est pourquoi le film me semble parler et questionner également les perspectives post-humaines. Débat vertigineux (Technocorps : La sociologie du corps à l'épreuve des nouvelles technologies,Demain les posthumains: Le futur a-t-il encore besoin de nous ?) magnifiquement et subtilement illustré dans ce film. L'Intelligence artificielle (IA) se développe de manière 'inconçue', au point que des humains puissent se mettre à leur service (intéressante et troublante perspective) et qu'elles finissent par avoir leur propre environnement adapté, bientôt rejoints par des humains digitalisés (à ce sujet : Transcendance). Tout cela sans aucune notion de propriété ni de contrôle limitatif par les humains.
Le réalisateur nous relate donc tout autre chose qu'une simple histoire d'amour, la place des IA auprès des humains étant ouvertement évoquée et questionnée.
Une fois cela affirmé, je trouve qu'il y a quelques images d'Épinal complètement surannées qui aurait pu être évitées. La 'frayeur' de la techno-solitude date de l'avènement du télégraphe, du téléphone, de la télévision et finalement de l'Internet. Malgré ces avancées et ses révolutions successives, l'humain a toujours gardé plaisir a côtoyer d'autres humains, les technologies n'ayant fait qu'ajouter de nouveaux vecteurs de communication sans annihiler les autres. La société dépeinte me paraît en ce sens inutilement caricaturale, mais peut apparaître tel un débordement accidentel de l'attachante (et hyper-humaine) mélancolie (de celle de la trempe de Taxi Driver [Blu-ray]) du personnage principal. Malgré cela, l'ambiance est très prenante, confortable et visuellement fascinante, la société dépeinte peut apparaître un peu trop travaillée, mais cela participe au façonnage de l'identité du film. À partir de là, on a envie de revoir et revoir encore ce film, tellement les dimensions de lecture sont multiples, il y a bien longtemps que je n'avais pas eu un tel plaisir au visionnage d'un film!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2015
Ma note ne concerne que le packaging bluray français qui est lamentable.

J'ai trouvé le film excellent, placé dans ce monde intemporel, nous pouvons voir évoluer cette relation amoureuse homme/machine.
Les acteurs sont très bien choisit je trouve, j'adore personnellement la voix de scarlett johansson, l'acteur principal est impressionnant, à tel point que l'ont sent vraiment la présence de l'OS. Le sujet est bien traité je trouve.

Regardant tous mes films en VO (je continue à prendre mes bluray en france pour pouvoir les regarder en famille pour ceux qui veulent voir la verison française). Je suis très peiné de voir que WILD SIDE video (méfier vous de ce studio j'ai plein de Bluray qui ont des soucis similaire) n'est pas capable d'éditer un bluray correctement...
Les sous-titres français sont collés sur la piste audio anglaise et AUCUN MOYENS de les désactiver. Peut-être cela coûte-t-il trop cher de rajouter une option dans le menu pour désactiver la piste de sous-titre française sur la VO.

Pour toutes les personnes qui veulent pouvoir jouir de ce film en VO de manière correcte, passer votre chemin et acheter ce titre sur amazon uk (ou tout autre site de vente en ligne permettant d'avoir des import UK) pour avoir une version VO sans pollution.

Une belle mention négative pour amazon qui ne fait pas la différence sur la description de l'article (enfin que pouvons-nous faire, déjà avec l'agrégation des commentaires des différentes éditions dvd, bluray, etc. on n'arrive que très peu à retrouver les bon commentaires).

Ce commentaire concerne la version Bluray Her [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur scenario original)
http://www.amazon.fr/Blu-ray-Oscar%C2%AE-meilleur-scenario-original/dp/B00HYJRIE6/ref=pd_sim_d_1?ie=UTF8&refRID=029ZCR9ED4SK1VYMBNMC
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2015
En effet, ce film nous propose un homme qui tombe amoureux de intelligence artificielle !
C'est plutôt anodin quand même !
On est réellement surpris par le jeu d'acteur superbe de Joaquin Phoenix.
Je vous conseille de le voir en VO, c'est encore plus beau !

Un film fort en émotion, beau, pour un scénario tout simplement génial.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,45 €