undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Du très bon Dupontel, où l'ex-comique déjanté s'en donne à coeur joie, avec un scénario un peu plus travaillé que d'habitude, dans l'univers (plutôt mis à mal) de la justice. Une Sandrine Kiberlain parfaite (justement récompensée) et une belle bande de potes en guise de guests furtifs : on reconnaîtra Jean Dujardin en interprète post-The Artist, Gaspard Noé et Jan Kounen en codétenus très inquiétants, et l'éternel Terry Gilliam en clone de Charles Manson avec sur les doigts quelques référence au Robert Mitchum de la Nuit du Chasseur : LOVE and... EAT ! - le tout suite à une obscure histoire d'anthropophagie oculaire...

Même s'il manque selon moi encore un p'tit coup de patte du sieur Dupontel côté écriture pour atteindre le génie comique, on ne peut que se réjouir d'avoir encore quelques comédies gentiment trash de ce calibre pour nous rassurer quant à l'état du cinéma comique français.

Attention, séquence d'anthologie : la plaidoirie de Nicolas Marié en avocat bègue compètement allumé nous offre l'un des plus beaux fou rire de l'année...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
26 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Albert Dupontel est très à part dans le milieu cinématographique français. Il récidive dans son humour très décalé avec Neuf mois ferme, où une juge en pleine ascension se découvre enceinte de plusieurs mois déjà malgré une vie de célibataire endurcie. Et sa surprise tourne à l’horreur quand elle découvre que le père serait, non ce répugnant collègue qui la drague depuis longtemps, mais un cambrioleur récidiviste poursuivi pour une agression épouvantable. Le synopsis pourrait être celui d’un drame compassionnel, mais dans les mains de Dupontel cela devient une farce férocement drôle. Comme à son habitude, le réalisateur incarne lui-même l’un des rôles principaux, en l’occurrence le père putatif répondant au doux nom de Bob Nolan. Quant à l’héroïne, c’est la géniale Sandrine Kiberlain qui se charge de l’interpréter, avec tout le génie comique dont elle est capable. Le duo fait des étincelles à l’écran. Ils sont épaulés par de solides seconds rôles, parmi lesquels on retrouve Philippe Uchan et Nicolas Marié, deux fidèles de Dupontel.

L’humour très particulier de l’auteur est en réalité calqué sur un procédé classique des Monty Python : l’un des personnages réagit de façon sérieuse à une situation où son interlocuteur est totalement absurde. Mais surtout, les rôles s’échangent selon les scènes, de façon à ce qu’on ne sait jamais à l’avance qui sera réaliste et qui sera absurde. Cela donne un humour très décalé, toujours second degré, et constant dans ses effets de surprise. Et surtout, aucun personnage ne devient jamais l’idiot de service du film (puisque ce rôle change à chaque scène), ce qui nous permet de nous attacher à eux malgré le décalage permanent. Cela dit, notons que, depuis Bernie, l’humour de Dupontel s’est un peu adouci (mais « un peu » seulement). Très féroce voire carrément trash à l’époque, son outrance s’est un peu assagie sans pourtant perdre ni sa vigueur ni sa pertinence. Ni même son impertinence, car il n’hésite pas à monter en épingle les travers et les petits arrangements d’une justice imparfaite.

A cela, s’ajoute un sens visuel réel dans la réalisation. Dupontel déploie une évidente créativité dans ses cadrages, et ne met pas seulement sa caméra au service de son script. Il y a, notamment, de très beaux plans circulaires dans le salon de l’héroïne, ou des jeux de miroirs fort intelligents pour éviter les banals champ/contrechamp de dialogues. Dupontel a toujours été un vrai metteur en scène, et son travail, son inventivité, son attention au détail se constatent à l’écran avec plaisir. L’humoriste de scène ne se contente pas de son texte mais assume sa casquette de réalisateur avec une conscience aiguë.

Neuf mois ferme est donc un excellent film comique, à l’humour très décalé. Dupontel nous sert là l’un de ses meilleurs films, tout simplement (son chef-d'oeuvre restant l'extraordinaire Le Créateur) !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Commentaire sur le film en salles.
Un titre à faire fuir, une affiche nullissime, et le tout “commis” par Albert Dupontel … bref, circulez y’a rien à voir.
Il aura fallu beaucoup de flair, conforté par quelques bonnes critiques de ci de là, pour qu’on se décide à en prendre pour 9 mois ferme.
Oubliez les pitchs qui évoquent la comédie romantique à la française. C’est un véritable dessin animé (d’où l’affiche peut-être, finalement), bourré de gags et d’humour plutôt finaud.
Des scènes à la Tex Avery, un humour à la Monty Python, des dialogues féroces, un feu d’artifice de gags, sans aucune baisse de rythme, on en loupe même une bonne partie tellement ça file vite.
Inutile de préciser que toute la salle est pliée de rire sans discontinuer.
On ne se rappelle pas quand nous avons ri comme cela au cinoche … peut-être le film de Jeunet : Micmac ? C’était il y a quatre ans !
Sur le chemin du retour, on se remémore en riant les gags les plus savoureux : ah, Dujardin qui sous-titre le JT pour les malentendants ! ah, le prélèvement d’ADN au club de golf ! ah, le médecin légiste ! ah, le visionnage de la vidéo de surveillance ! ah, l’avocat bègue ! ah, la cuisine et le robot mixeur ! …
Kiberlain (excellente comme toujours) et Dupontel (pas exécrable, pour une fois) ont trouvé le ton juste, d’un bout à l’autre.
Non seulement on rit de bon cœur, mais le film est truffé de trouvailles visuelles : le gynéco à travers son écran, le JT, la vidéo de surveillance, la dessinatrice au procès, … c’est finaud.
En prime, quelques scènes de pure et vraie poésie (comme la ronde des feutres stabilo autour du dossier criminel) autour de ce couple impossible que forment la juge et le cambrioleur : le regard de Dupontel sur ses deux personnages est plein d’humour mais d’humour très tendre.
Bref, voici une excellente surprise dans cette grisaille automnale, un joyeux régal, un plaisir simple qu’il ne faut donc pas manquer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 mars 2014
On retrouve dans "9 mois ferme" tout ce qui fait le meilleur de l'univers d'Albert Dupontel : absurde, burlesque, acide, noir mais toujours empreint d'une certaine tendresse. L'avocat incompétent n'est pas sans rappeler celui des premiers spectacles de Dupontel, Bob Nolan a des accents de Bernie et pourrait très bien être ce gars qui nous racontait avoir vu "Rambo", il y a quelques années de cela.
Les acteurs sont excellents (on peut aussi s'amuser a repérer quelques invités surprises), la réalisation, comme toujours, très inventive et le scénario, qui pourrait paraître simple, d'une grande subtilité.
Albert Dupontel a peaufiné son film pour ne garder que l'essentiel (d'ailleurs le film fait 79mn, presqu'un ovni de nos jours), le meilleur en somme.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
24 sur 29 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 novembre 2013
J'adore l'univers "DUPONTEL", j'aime beaucoup le personnage, tous les films qu'il a fait et celui-ci est génial aussi. Un vrai moment de détente, de rigolade franche, de tendresse. Albert et Sandrine, quel couple d'acteurs !!! Il nous faut des films de cette trempe pour égayer notre quotidien. BRAVO.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 décembre 2013
Avec pas loin de 2 millions d'entrées fin 2013, cette nouvelle réalisation d'Albert DUPONTEL est un succès aussi inattendu que mérité.
Loin des histoires de copains, d'adultères ou d'enfants précoces qui sont la base de la comédie "à la française" : le réalisateur-scénariste-interprète (qui a l'élégance de s'effacer devant son actrice principale) nous offre un divertissement haut de gamme tout à fait réjouissant et dont le côté déjanté n'est pas loin d'évoquer les comédies américaines des années 40 ou les MONTY PYTHON...
Après un réveillon trop arrosé dont elle n'a gardé aucun souvenir, une juge d'instruction (f)rigide s'aperçoit qu'elle est enceinte d'un minable cambrioleur accusé d'avoir découpé un vieillard en morceaux et de lui avoir dévoré les yeux.
Autour de ces 2 personnages aussi opposés que possible, gravite une foule de personnages savoureux: flic empoté, légiste hilare, collègue dragueur et malchanceux,accusés ahuris...seul bémol: l'avocat bègue un peu lassant à la longue.
La mise en images est à la fois soignée et élégante et fourmille de détails savoureux, en particulier les news qui défilent en bas des écrans de télévision (championnat de ball-trap des aveugles:13 blessés..).
Un divertissement au vitriol à consommer sans modération.
En bonus, outre une explication sommaire des truquages, un commentaire audio aussi rapide qu'abondant par Albert DUPONTEL.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 juillet 2015
S'il y a un réalisateur Français qui ne me déçoit jamais, c'est bien Albert Dupontel !
Après Bernie et Enfermés dehors, tous deux particulièrement déjantés, il revient avec "Neuf mois ferme" qui l'est un peu moins mais est tout aussi drôle.
Là encore, le sujet traité est assez dramatique mais il sait y inculquer une bonne dose d'humour pour faire passer la pilule !
Avec ce film, on ne voit pas le temps passer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Albert Dupontel ose encore et encore. N'étant pas un vrai connaisseur de ses oeuvres précédentes, celle-ci me donne envie de les découvrir.
Tout a été dit: c'est acide, drôle à s'en étrangler, et Sandrine Kiberlain est formidablement généreuse dans sa façon d'interpréter son Ariane.Je vous recommande vivement ce film, relevant plus du cartoon que de "la chair et des os".
Excellente séance à tous et toutes.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 mars 2014
Franchement on peut aller voir ce film pour passer un très bon moment. Déjà sa longueur, un peu moins d'une heure et demi, c'est idéal pour une comédie. Ensuite une idée, plutôt saugrenue certes, mais parfaitement bien maitrisée. D'où des situations décalées et travail des comédiens d'une grande justesse. Enchainement, rythme des séquences, plus équilibre des contrastes entre l'énorme et le subtil. Le film tient aussi grâce à une Sandrine Kiberlain tout simplement parfaite, qu'Albert Dupontel a su parfaitement mettre en scène. Le travail sur les images et la bande son, mettent bien en relief cette histoire "improbable".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Brillant, amusant, intelligent, sensible : deux acteurs formidables - Sandine Kiberlain et Albert Dupontel. Le cinéma français sait produire de belles comédies.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Le Vilain [Blu-ray]
Le Vilain [Blu-ray] de Albert Dupontel (Blu-ray - 2010)
EUR 11,80

Enfermés dehors
Enfermés dehors de Albert Dupontel (DVD - 2012)
EUR 12,00