ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos undrgrnd cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes Cliquez ici

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles5
3,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
1
Prix:13,79 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 mai 2014
Tout comme pour le précédent album de ce label consacré à Furtwängler, je ne comprends décidément pas où l'ingénieur du son Karel Soukenik veut nous mener avec son refus de respect de la mono d'origine ...
On a affaire à un homme qui possède à son actif un nombre impressionnant d'enregistrements et de masterings sous différents labels, en quasi-totalité d'une qualité exemplaire.

Ici donc, les sources sont les enregistrements bien connus publiés par EMI au temps de la monophonie et restitués par ailleurs en SACD sous ce label par Simon Gibson pour lequel il a réalisé son propre travail à Abbey Road (on trouve très facilement sur le net, en tapant son nom associé à Furtwängler sur un moteur de recherche, une vidéo passionnante de 24' où il explique sa démarche pour la restauration de ces documents). Point n'est question de stéréophonie, et pour cause, les bandes sont en mono.

Si vous possédez un ampli « home cinéma », livrez-vous si vous voulez à une expérience simple : placez le présent SACD Praga hybride dans un lecteur CD et écoutez-le en activant la fonction « prologic » ou « dolby » au lieu de stéréo. Un CD mono ne produit dans ce cas un son que sur l'unique voie centrale, et c'est normal ! Avec le remastering proposé ici, on entend sur les 4 voix supplémentaires (2 enceintes frontales G & D et 2 enceintes arrières) les « scories » ajoutées à la bande originale par un quelconque procédé électronique. Il s'agit d'une sorte de réverbération qui rend le discours moins incisif, comme plongé dans un halo.

RCA s'est livré à cette « distraction » dans les années 1970 en ajoutant une réverbération aux disques de Toscanini pour pallier l'aspect très mat du studio 8H de la NBC. Je possède quelques exemplaires et leur écoute s'avère de la même veine que ce que l'on a ici.
Je serais tout à fait heureux d'entendre un enregistrement de Furtwängler en stéréo s'il en avait commis, mais ce n'est pas le cas. Alors s'il vous plaît, et ceci vaut aussi pour Urania (la toute récente réédition du Freischütz dans la « widescreen collection » (sic) nous offre le même « tripatouillage »), cessez de dénaturer le message sonore contenu dans des enregistrements que l'on sait resplendissants si l'on a la chance de posséder les SACD's EMI et très acceptables dans leur version CD.

Je vous invite à continuer à vous procurer les superbes rééditions Praga SACD de Michelangeli, Richter et tous les autres dont les sources sont en stéréo. Le résultat est dans ce cas insurpassé et proposé à un prix modique (le même Karel Soukenik y est d'ailleurs parfois associé).
Pour Furtwängler, si cet ingénieur poursuit dans cette voie, je m'abstiendrai pour ma part de futurs achats de ce chef d'orchestre chez Praga.

Je signale pour terminer quelques rééditions de Furtwängler en SHM-CD chez DG : cela n'a pas la qualité du SACD et, par ailleurs, les enregistrements sont beaucoup plus anciens. Cependant, le concerto de Brahms avec Edwin Fischer et la septième de Beethoven de 1943 (la meilleure) y sont restitués d'une façon dont je ne les avais jamais entendus.

Pour l'heure, je retourne évidemment chez Praga pour écouter les fantastiques Shostakovich et Prokofiev par Kondrashin très récemment parus ... et il s'agit bien de vraie stéréo cette fois-ci ... merci à Monsieur Soukenik de ne pas les avoir publiés en mono !
33 commentaires9 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2014
Ici aussi , le travail de Praga a comme résultat un bain de jouvence pour cet incunable . On se rend mieux compte avec quel souffle Furtwängler dirigait Wagner .
Un must .
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2015
On peut ne pas aimer mais je trouve que ce remastering est vraiment très bon. Bien entendu, on a l'impression d'avoir une stéréo, ou quelque chose de ressemblant mais je trouve que cela ne nuit pas au fameux son Furtwängler, ni à la dynamique et ni aux phrasés. je n'ai pas eu l'impression de flou comme écrit dans une autre appréciation, pourtant je me suis livré à une écoute attentive au casque et aux inévitables comparatifs, le tout sur un ensemble d'assez haut niveau (lecteur SACD Sony, ampli casque Creek, casque Sony MDR CD 1700)
Je comprends parfaitement que l'on puisse ne pas cautionner mais, contrairement à certains bidouillages, ici c'est vraiment bien fait. Ca ne fait pas artificiel et la couche SACD redonne vraiment de l'air à ces enregistrements.
Comparez avec le déjà très beau disque de NAXOS Great conductors : il y a des enregistrements doublons avec celui de Praga mais les deux sont très instructifs. L'ingénieur du son Mark Obert-Thorn avait déjà fait un superbe travail chez Naxos.
Par contre, la tonalité a du être légèrement modifiée car les durées des plages communes à Praga et Naxos ne sont pas les mêmes. Elles sont quelques secondes plus courtes chez Praga.
Voici la liste précise des enregistrements présents chez Praga (le verso du CD est trop vague ur la photo) :
1-DER FLIEGENDE HOLLÄNDER, Ouverture (4/4/49, Musikvereinsaal Wien) - 11:14
2-LOHENGRIN, Prélude acte 1 (4/3/54) - 9:37
3-TANNHÄUSER, Ouverture (3/12/52) - 13:43
DIE MEISTERSINGER VON NÜRNBERG (4/4/49)
4-Prélude acte 1 - 9:31
5-Danse des Apprentis - 2:37
6-DIE WALKÜRE, Chevauchée des Walkyries (4/10/54) - 4:54
GÖTTERDÄMMERUNG
7-Voyage de Siegfried sur le Rhin (8/3/54) - 11:46
8-Marche funèbre (2/3/54) - 9:11

Je pense que pour DIE WALKÜRE, il s'agit d'un extrait de l'intégrale de 1954 car je crois que Furtwängler ne l'a pas enregistrée en extraits cette année-là.
Ensuite, si la Marche funèbre de Siegfried est très belle chez Praga, elle ne détrône pas la version du maestro enregistrée en 1933 et superbement reportée sur le disque du coffret 3CD paru chez la Société Wilhelm Furtwängler (les enregistrements Polydor, où vous trouverez aussi une ouverture des Hebrides absolument magique).
J'espère que cet aperçu aura été utile.
Bonne écoute
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2014
Par comparaison aux EMI (Japon) le report sacd est parfait, donc une plus value pour apprécier ce grand chef que fut Furtwängler et les finesse du Philharmonique de Vienne, encore une réussite Praga.
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2015
Le son est stéréophonisé avec ajout de réverbération, comme au temps du sinistre 'Breitklang' de certains microsillons Electrole des années 60.
Ni les sonorités, ni la dynamique, ni les phrasés du chef sont reproduits, au profit d'un douteux et artificiel confort sonore.
Les SACD japonais d'EMI (maintenant Warner) sont quant à eux parfaits.
0Commentaire2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus