undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles10
4,2 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,59 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 janvier 2005
Qu'attendez-vous de la part d'un groupe de rock qui a déjà sept albums à son actif, le dernier d'entre eux étant un "best of"? Qu'ils continuent à faire encore et toujours la même rengaine, histoire de ne conserver que ses fans les plus fidèles, sans prendre le moindre risque de se lancer dans de nouveaux projets? Non, évidemment. Et c'est bien là l'intérêt de "Slang".
Dès le premier titre ("Truth?"), on est quelque peu perplexe. Aucune voix sirupeuse, aucune rythmique travaillée à l'extrême... On est face à une musique sombre, dure, voire un peu grunge. Splendide. Mais cela s'arrêtera là. Non que le second morceau ne vaille pas la peine d'être écouté, bien au contraire, mais il est déjà très différent du premier. On tourne la page et on découvre "Turn to dust", qui est, certes, très classique quant aux voix, mais empreint de sons orientaux lui donnant corps et âme. On continue avec "Slang", un titre bref et rapide, mais qui vous marque, tel le point d'exclamation à la fin d'une phrase. Et le disque tourne, encore et encore, révélant à chaque piste une petite merveille de créativité. "All I want is everything", "Work it out", "Breathe a sigh", etc. Chaque morceau a son esprit bien à lui. Impossible de les confondre. On passe par tous les styles. On découvre petit à petit la richesse d'un album qui est plus qu'innovateur pour le léopard sourd. Du sombre "Deliver me" au mélancholique "Where does love go when it dies?", en passant par un conte sur le très regretté Steve Clark ("Blood runs cold"), l'aventure se poursuit, jusqu'à la clôture à l'aide du mystérieux "Pearl of euphoria".
C'est beau. C'est grand. C'est Def Leppard.
11 commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2009
Qui a dit que Def Leppard ne savait pas se renouveller ? Dès la première écoute on sait que cet album a quelque chose d'original. Changement radical de cap et Def lep nous sort un SACRE ALBUM. Slang est au gang de Sheffield ce que "Présence" est à Led Zeppelin : une remise en question musicale avec des ambiances étranges et des textes torturés. SLANG c'est 5 étoiles. Parfois Violent, souvent sombre mais toujours beau.... comme le rock.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 février 2013
Trouverez-vous exagéré de ma part si j'affirme que les anglais de DEF LEPPARD n'écoulent plus aujourd'hui leurs œuvres qu'auprès de leur dernier carré et noyau dur de fans ? Parce qu'en ce qui me concerne, je vous l'avoue, j'ai lâché l'affaire il y a..... Pfffiou !!!! Plus de 15 ans maintenant. SLANG est donc à ce jour le dernier album du groupe que j'aurais possédé.
Parce qu'enfin, et aussi vrai que la carrière des léopards avait toujours su trouver son public, tout en l'accroissant jusqu'à son point culminant (c'est à dire au moins jusqu'en 1987 et le multi-platiné Hysteria), il faut bien aussi reconnaître que par la suite, la Bande à Joe Elliott n'aura fait que se raccrocher à ses propres branches. D'abord en publiant un "sous Hysteria", avec le trop téléphoné ADRENALIZE, puis en compilant une grosse poignée de morceaux inédits (démos, reprises, face B, etc...), tous issus de séances d'enregistrements récents, à finir sur Retro Active (et sa très chouette pochette). Bref, les anglais faisaient plus que tirer sur la corde ces dernières années.

Du reste, et à ce stade-là, nombreux sont les fans qui ont déjà lâché le groupe définitivement. Ces derniers trouvant qu'un groupe qui avait publié jadis des albums tels que On Through The Night (1980), le terrible High'N'Dry (1981), ou le déjà hautement acclamé (en son temps) Pyromania (1983), lorgnait désormais trop ouvertement en direction de la bande FM.
Pas faux ! Pour ne pas dire exact. D'autant que ce qui allait suivre ne ferait que confirmer cet état de fait : DEF LEPPARD s'habillerait désormais de forts relents Pop.
Et la Pop, à condition qu'elle soit faite à son goût (cela va sans dire), ben je ne suis pas contre du tout moi ! Sauf que voilà, l'ouverture d'esprit à quand même aussi ses propres limites. Le groupe semble par exemple avoir oublié que sa renommée, il l'avait d'abord et surtout bâtie au sein d'une seule et même chapelle, celle du Hard.

Slang: L'album pile et face.

Croyez-le ou non, SLANG est un bon album dans son ensemble (j'ai d'ailleurs longuement hésité entre 3 et 4 concernant ma notation).
Son seul vrai défaut finalement, c'est qu'il navigue en permanence entre deux eaux. Les titres Hard s'opposent ainsi à d'autres ouvertement plus Pop. Et aussi réussi soient-ils, chacun dans leur domaine, il est forcément difficile de maintenir l'intensité et donc notre attention à un degré constant tout au long du disque avec une telle démarche ? Et c'est un fait, SLANG fait trop souvent le grand écart d'une plage à l'autre, voilà tout.

Libérés de leurs us et coutumes d'hier, les anglais osaient même s'aventurer sur de nouveaux terrains de jeu. Sonorités orientales (à l'image de sa pochette) sur ses deux morceaux d'introduction, nouvelles trouvailles rythmiques, voix de Joe Elliott bien plus nuancée, son et production hyper dynamique, toujours très moderne, pour un retour également plus naturel (même et surtout pour la batterie; Les fans comprendront), variété des climats (euh ! là je ne sais plus si je dois en parler en bien ou en mal). Enfin bref, et à l'écoute de SLANG, s'il est bien une chose que l'on ne pouvait plus reprocher au groupe c'est de vivre sur ses acquis.
SLANG par définition, c'est du Hard par endroit (Heavy, Groovy et même bien sauvage, le temps d'un "Gift of Flesh" pas piqué des vers), du plus ambiant aussi avec les enivrants "Blood runs Cold" et "Where Does Love go when it Dies", de belles guitares toujours, et quelques "bluettes" également qui auraient pu séduire quelques milliers de Teens en des temps plus reculés.
Quoi qu'il en soit, le succès du disque n'aura pas été franchement au rendez-vous. On peut alors parler de première grosse déconvenue de la part de celui qui, au milieu des années 80', était l'un des plus gros vendeurs de disques de la planète. Tous styles confondus. Et les disques que publiera le groupe ensuite n'inverseront nullement cette tendance.
Cette baisse sensible de vente ne semble pourtant pas avoir mis en péril l'avenir du groupe, puisque Joe, Phil, Vivian et les deux Rick arpentent toujours assez quotidiennement les routes du monde entier (ou presque), en ne concentrant il est vrai leur répertoire que sur 3 ou 4 de leurs plus grands succès discographiques, comme en attestait il y a encore peu la set list de leur album live Mirrorball Live & More.

Pour en revenir à l'album. SLANG est un disque bâtard, c'est vrai. Tenterez-vous quand même de l'apprivoiser ? Ou au contraire, continuerez-vous de l'ignorer et de rester sourd à ses avances ? Il appartient comme toujours à chacun d'en décider. SLANG est en tout cas l'un de ces disques qu'il m'arrive encore de ressortir de temps à autres. Ce qui, aujourd'hui encore, n'est pas toujours le cas d'autres albums que j'ai pourtant usés sur ma platine en leur temps et que je serais bien incapable de ressortir de leur étui aujourd'hui. Et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé...

14/20
33 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il m'en aura fallu du temps pour digérer ce disque somptueux, qui a pris tout le monde a contrepieds lors de sa sortie. Après un tryptique "Pyromania", "Hysteria" et "Adrenalize" qui définissait LE son Def Leppard, il était impossible de prévoir une telle prise de risque comme "Slang". Et il fallait une oreille bien ouverte, sans oeillères, pour apprécier à sa juste valeur cet album énorme à la longue durée de vie. Car si les 3 best-sellers précités ont été mémorisés instantanément dès leur première écoute, "Slang" présente un faciès bien plus abrupt, qui aujourd"hui encore me laisse découvrir des subtilités à chaque audition. Le son est résolument moderne, aux influences multiples : oriental, technoïde, grunge, pop, jungle, métal... il y en a pour tous, mais avec une unité évidente qui rend l'ensemble pertinent, sublime et novateur de la part d'un groupe qui n'a plus rien à prouver (quand même 15 millions d'Hysteria vendus !). On connaissait un groupe léger aux textes souvent futiles, et l'on découvre un coté sombre et sérieux qui sied à merveille à ce Def Lep au nouveau visage. Tous les titres sont surprenants, mais "Truth?", "Slang", "Work It Out", "Deliver Me" et "Gift Of Flesh" ne ressemblent à rien de ce qu'à fait Def lep par le passé. Les sombres et sublimes "Turn To Dust", "All Iwant Is Eveything", "Breathe A Sigh", "Blood Runs Cold" et "Where Does Love Go When It Dies" révèlent une sensibilité à fleur de peau, tranchant avec les habituelles (mais superbes) power-ballad du groupe. Ma grande favorite demeure l'homérique "Pearl Of Euphoria", crescendo executé avec maestria dans la grande tradition de morceaux éminemment atmosphériques et mystiques comme "White lightning", qui vous emportent loin. Seul titre rappelant l'univers connu du groupe, il clôture de surcroît avec majesté cet album indispensable.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2014
... nouvelle sortie inutile.

A part la dynamique j'ai eu du mal à trouver la différence avec l'album d'origine (à réécouter).

En ce qui concerne les bonus c'est 'marrant' une fois mais après inutile.

1996 a été une grande année musicalement pour le groupe avec le retour du kit acoustique de Rick Allen, une nouvelle technique en batterie également (il s'est mis à utiliser en priorité son bras pour la caisse claire plutôt que le pied gauche ... je rappelle qu' Allen n'a plus qu'un bras suite à un accident de la route en 1984), le retour des amplis plus classiques, des Gibson de Campbell, des morceaux plus lourds et sombres (ça fait toujours positif de dire ça ;o) ), d'un chant plus puissant rendu plus intéressant par la baisse d'un demi-ton des instruments en live.

Et bien malgré tout ça non !! Pas un concert de cette période en guise de vrai bonus comme le cultissime Forum de 1983 intégré dans la réissue de PYromania.

Ouais déçu pour cette ressortie de ce qui est probablement mon album culte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2014
Car je trouve qu'il faut beaucoup de cran à Def Leppard pour une tel remise en cause de leur musique en tournant le dos à leur glorieux passé et ce faisant, prendre le risque de se mettre à dos une partie de leur public, le tout en période pré-grunge...
Moi, j'estime que les premiers albums ont plutôt mal vieilli dans le sens où la production de l'époque n'est plus adapté... Il faut vire avec son temps non ?
Pour les éternels râleurs, je considère que la discographie est éminemment respectable et dans une époque où entre la musique ultra formatée qui nous est proposée et les immondices de la télé-réalité, cet album fait figure d'ovni dans la carrière du groupe et se bonifie même avec ce remastering du feu de Dieu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2015
C'est noir, "grunge", déroutant, et çà l'était encore plus quand il est sorti en 96, après les années (de poisse) Hystéria.
Pourtant, c'est agréable à écouter, on reconnait tout de suite les choeurs leppardiens, les morceaux sans trop de solos, c'est juste que l'ambiance et les sons sont déroutants pour tout fan du groupe, quoique ce "Gift of Flesh" est un pur bonheur dans le genre coup de botte au derrière.
Du Def Leppard qui osait tenter des choses en somme....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2014
très fidèle à leur style, très bien, impatient d'écouter leur prochaine album . du bon def leppard.à écouter sans retenu
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2008
Bonjour,il s'agit la je pense,d'un des tous meilleurs def leppard ,jamais sorti,on est completement a l extreme des albums hard rock rentre dedans ,basique,comme pyromania,et consorts,la véritablement les bougres nous montrent de quel esprit créatif et maitrise technique ils sont capables,je ne reviendrais pas sur les titres,tous aussi sublimes les uns que les autre,le tout premier est assez deconcertant,par ses apports electroniques,mais o combien réussi......le dernier,est une véritable source d'inspiration quand au groove rythmique,Rick Allen reste une influence constante,son jeu et juste,jamais il ne surjoue....bref,Def Leppard m a ,je l avoue quelque fois decu avec ses penchants ''pop'',ceci dit a nous pondre des galettes de ce calibre ,les dérapages sont permis!
17/20
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juillet 2012
J'ai acheté ce cd d'occasion et a la reception de celui-ci, il avait l'aspect neuf et était en parfait état, boitier et cd nickel!
cet album est vraiment très bon, à posséder pour tout les fans de def leppard!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
8,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)