Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A Brief Summary and Review, 4 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capital in the Twenty-First Century (Relié)
*A full executive summary of this book is available at newbooksinbrief dot com.

The main argument: The unequal distribution of wealth in the developed world has become a significant issue in recent years. Indeed, the data indicate that in the past 30 years the incomes of the wealthiest have surged into the stratosphere (and the higher up in the income hierarchy one is, the greater the increase has been), while the incomes of the large majority have stagnated. This has led to a level of inequality in wealth in the developed world not seen since the eve of the Great Depression. This much is without dispute.

Where there is dispute is in trying to explain just why the rise in inequality has taken place (and whether, and to what degree, it will continue in the future); and, even more importantly, whether it is justified. These questions are not merely academic, for the way in which we answer them informs public debate as well as policy measures—and also influences more violent reactions. Indeed, we need look no further than the recent Occupy Movement to see that the issue of increasing inequality is not only pressing, but potentially incendiary.

Given the import and the polarizing nature of the issue of inequality, it is all the more crucial that we begin by way of shedding as much light on the situation as possible. This is the impetus behind Thomas Piketty’s new book Capital in the Twenty-First Century.

One of Piketty’s main concerns in the book is to put the issue of inequality in its broader historical context. Specifically, the author traces how inequality has evolved from the agrarian societies of the 18th and early 19th centuries; through the Industrial Revolution and up to the First World War; throughout the interwar years; and into the second half of the twentieth century (and up to the first part of the twenty-first).

With this broad historical context we are able to see much more clearly the causes of inequality. As we might expect, what we find is that inequality is influenced by a host of societal factors—including economic, political, social and cultural factors. However, what we also find is that inequality is influenced by a broader set of factors associated with how capital works in capitalist societies (and market economies more generally).

Specifically, we find that capital (and the wealth it generates) tends to accumulate faster than the rate of economic growth in capitalist societies. What this means is that capital tends to become an increasingly prevalent and influential factor in these societies (at least up to a point). What’s more, wealth not only tends to accumulate, but to become more and more concentrated at the top (mainly because those with more capital are able to earn a higher rate of return on their capital investments). For these reasons, capitalism on its own tends to produce a relatively high degree of inequality.

The natural tendency of capital to accumulate and to become ever more concentrated largely explains the high degree of inequality that was witnessed in the developed world in the early part of the twentieth century. This inequality was largely dashed, however, in the interwar years. The reason for this is that the major events of the first half of the twentieth century (including the two world wars, and the Great Depression) thwarted capital’s natural tendency to accumulate, and also destroyed large stocks of wealth. The end result was that by the time World War II was over, inequality in the developed world had reached an all-time low.

After the Second World War, the natural tendency of capital to accumulate resumed. However, various political and economic measures (including progressive taxation, rent control, increasing minimum wages, and expanded social programs) worked to redistribute this growing capital, thus preventing inequality from growing as quickly as it would have otherwise.

In the 1980s, though, the developed countries did an about-face, and began eliminating many of the measures that had prevented inequality from rising according to its natural tendency. The consequence was that inequality reasserted itself in a major way, such that it is nearly as extreme today as it was on the run up to the Great Depression. Furthermore, the historical evidence indicates that capital will likely continue to accumulate and become ever more concentrated, such that we will witness an even greater level of inequality moving forward.

As far as justifying the growing inequality that we are currently seeing, Piketty raises serious doubts as to whether it may rightly be considered fair. What’s more, as inequality continues to grow, it is increasingly likely that large parts of the population will also come to see it as unfair and unjustified—thereby increasing the likelihood of political opposition.

For Piketty, the best and fairest solution to these problems would be to steepen the progressive taxation applied to the wealthiest individuals. The problem, though, is that in a world of financial globalization (where there is a high degree of competition for capital—as witnessed by tax havens), it is extremely difficult to apply the appropriate tax scheme without the cooperation and coordinated efforts of the international community—and this is simply not something that is easy to achieve.

The alternative, however, is much more troubling for it is likely that it will involve reverting to protectionism and nationalism—and this is really in no one’s interest.

This book is an absolute tour-de-force. The broad time-frame that Piketty explores, and the enormous body of data that he brings together, makes this study extremely comprehensive (no one will even think of accusing Piketty of cherry picking the data). Also, the reader is struck by how dispassionately Piketty analyzes the evidence he brings to the table. Indeed, while the author does have a position on inequality, one never receives the impression that this is corrupting his analysis (I consider myself to be a pragmatist politically, and often find that writers on both the left and the right massage the truth, but that was never the case here). Finally, it should be said that the book is very long, and just as dense, with the author often delving into extreme detail, so be prepared for a challenge. A must read for anyone with a serious interest in economics. A full executive summary of the book is available at newbooksinbrief dot com.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La fin du rêve d’un capitalisme peu patrimonial sous le scalpel d’un économiste qui établit des faits avant de les commenter, 24 avril 2014
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capital in the Twenty-First Century (Relié)
Ce livre est assez déprimant, il était donc nécessaire. Il vous permettra de dépasser l’écume des jours et de comprendre que le monde d’hier a déjà disparu et que celui de demain ressemblera vraisemblablement à celui d’avant-hier.

En effet la vieille malédiction invoquée par Karl Marx et tant d’autres sur l’accroissement infini du capital semblait n’avoir été qu’une méchante histoire propre à effrayer les p’ôvres gens. Les trente glorieuses n’ont-elles pas réhabilité l’homme au détriment du capital ?

Or ne sommes-nous pas tous dans l’attente du retour de ces trente glorieuses, considérées comme l’état normal et naturel de l’économie européenne ?

Comment l’auteur s’est-il donc débrouillé pour faire tomber ces certitudes ? Et bien, à l’inverse de bien trop d’économistes, il a initié une démarche scientifique (je vous assure, c’est extrêmement rare) et a tenté de mesurer le capital accumulé de la fin du XVIIIème siècle à nos jours grâce aux archives disponibles.

Il s’est avéré d’ailleurs que c’est la France qui dispose des données les plus complètes au monde, avec d’autres pays européens juste derrière. Ce sera donc l’Europe qui sera pendant longtemps au cœur de ce livre, et c’est normal, c’est là que les mouvements de capitaux ont été les plus violents.

Les premiers chapitres du livre sont alors consacrés au processus normal d’accumulation du capital dans laquelle l’auteur entre avec beaucoup, trop, de pédagogie et d’interminables explications. L’auteur montre simplement que lorsque le rendement du capital excède la croissance économique, le rapport capital/revenu se déplace naturellement en faveur du capital.

Or les séries historiques étudiées par l’auteur montrent une étonnante stabilité du rendement net (avant impôt) du capital à environ 5 %, l’auteur se fait alors historien, voire critique littéraire en nous faisant remonter au XIXème siècle.

Pourquoi ce siècle là ? Hé bien parce que c’est peut-être l’horizon de nos sociétés actuelles, en tous cas c’est une société où la concentration du capital a atteint des valeurs absurdes (10 % de la population concentrant 90 % du capital, sans parler du dernier centile) et dans laquelle le travail salarié ne permet pas de s’élever notablement dans la société. Situation illustrée par les personnages et les situations du Le Père Goriot de Balzac dans laquelle l’un d’entre eux conclut qu’il vaut mieux viser un bon mariage pour vivre confortablement de la dot de son « aimée » plutôt que de risquer les hasards peu rémunérés du salariat.

Mais que s’est-il donc passé pour que nous ayons tous l’impression de vivre dans une société de salariés méritocratique (l’auteur nous montrera tout au long du livre qu’il s’agit d’ailleurs aujourd’hui d’une illusion) ?
Simple : deux guerres mondiales centrées sur l’Europe, une terrible crise économique en 1929 et trente années de croissance forte.

Ces événements tragiques ont réalisé une incroyable purge du capital « historique », tandis que la forte croissance qui a suivi la deuxième guerre mondiale a ralenti la progression du capital dans l’ensemble des revenus nationaux.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Car il faut se méfier des économistes qui se font les laudateurs du Présent, souvenez-vous de l’imposture des années 2000 où beaucoup affirmaient que la nature même de l’économie ayant changé, la croissance ne s’éteindrait jamais = foutaises.

Des foutaises bien humaines, n’avons-nous tous pas le réflexe de supposer que demain sera comme aujourd’hui (d’ailleurs en météo ça marche 60 % du temps!).
Aujourd’hui donc, Thomas Pikkety nous montre, chiffres consolidés à l’appui, que l’accumulation totale du Kapital a quasiment rejoint les valeurs extrêmes historiquement constatées (de l’ordre de 6 fois le revenu national), et c’est normal !

Ce qui n’est pas normal, c’est qu’en Europe nous vivons avec l’espoir fou de retrouver un jour l’époque bénie des Trente Glorieuses. Illusion encore une fois, cette folle croissance était le résultat de la période de reconstruction et de rattrapage de la productivité des pays les plus avancés, en l’occurrence les États-Unis. C’est d’ailleurs la même chose qui est arrivé un peu plus tard aux Japon/Corée et maintenant à la Chine.

Nous avons donc rejoint les concentrations en Capital du début du XIXème, vous savez cette époque bénie (voir Downton Abbey - Saison 1) remplie de riches oisifs servis par des armées de serviteurs. Pourtant nous n’avons pas l’impression d’être réellement revenus à cette époque, que s’est-il donc passé ?

Ça s’appelle la démocratisation du Capital, le fait que pour la première fois dans l’histoire, un pourcentage non-négligeable de la population parvient à accumuler un petit capital, plus le fait que les grandes fortunes n’ont pas encore atteint les sommets précédents. Un petit coup de griffe pour l’occasion au fait qu’une bonne partie de cette richesse est immobilière, donc en France en partie artificielle puisque issue de la restriction à la construction due aux Maires et aux réglementations instables et complexes.

Autre différence, encore plus récente, les ultra-Cadres dirigeants qui captent une partie de plus en plus importante des rémunérations en entreprise, sans que la performance réelle n’en bénéficie (de nouveau, l’auteur apporte des éléments mesurables), constituant ainsi un début de fortune qui vient concurrencer le vieil argent.
Enfin, l’impôt, un impôt extrêmement punitif (90 % dans l’Amérique pré-Reagan et 98 % sur la dernière tranche pour l’héritage dans l’Angleterre pré-tatchérienne et ) qui a longtemps limité l’éventail des revenus puisque les augmentations devenaient quasi-inutiles. Les États-Unis ont donc été notablement plus égalitaires que la France dans les années 60-70 où les prélèvements ne dépassaient pas 30 % du PIB.

Cependant la trajectoire est aujourd’hui très inquiétante, d’autant plus que l’auteur nous informe que le recours à des cabinets d’optimisation fiscale par les très grandes fortunes permet d’atteindre des taux moyens réels de l’ordre de 10 % (source : gestion du patrimoine des universités américaines), aggravant encore l’écart entre pauvres, riches et ultra-riches.

A la fin du livre, l’auteur sort quelque peu de son habit de distributeur de faits mesurés et questionne la justification de l’impôt, du service rendu en échange, de l’impossibilité d’aller beaucoup plus loin en terme de pression fiscale, combiné à l’évasion fiscale massive dont on parle beaucoup aujourd’hui.

Pour la mesurer, c’est amusant, il constate que la planète Terre a une balance des paiements fortement négatives, ce qui implique que la Terre est sans doute possédée par une planète lointaine ?
… A moins que l’argent ne disparaisse massivement dans des paradis fiscaux qui ne déclarent rien, aggravant encore la méconnaissance de la réalité du capital dans le monde.

A la fin de l’essai, l’auteur se penche finalement sur les freins à cette accumulation, en dehors des éléments qu’il a déjà abordé, c’est-à-dire surtout et essentiellement l’Impôt, un impôt bien affaibli doctrinalement parlant par la Révolution Conservatrice de ces 30 dernières années.

Et de toute façon l’impôt sur le revenu est bien impuissant à limiter l’accumulation du capital une fois celle-ci enclenchée, il n’y a guère pour ça que l’impôt sur le capital. Mais sur ce point, le monde Anglo-Saxon qui avait également inventé l’impôt punitif sur les successions a complètement viré sa cuti.

Tout reste donc à faire, viennent donc enfin les propositions de l’auteur qui nous propose une recette inapplicable à court en moyen terme : une Utopie quoi. Mais une utopie utile, car déjà la simple démarche de recenser les patrimoines réels permettraient de faire tomber nombre d’affirmations légères ou intéressées sur les véritables inégalités et leurs conséquences.
L’auteur discute alors des détails techniques de cette affaire, qui sont loin d’être évidents et que je vous laisse le soin de lire !

Un ouvrage qui remet les choses à leurs places, qui donne un coup de griffe en passant aux économistes anglo-saxons qui profitent financièrement de leurs propres avis et pose une question fondamentale à nos Démocraties : quelle niveau d’inégalité sommes-nous prêts à supporter avant que tout explose ?
Gageons que la France explosera en premier, n’a-t-elle pas déjà montré l’exemple ?

Au moment ou je poste ce commentaire, ce livre est toujours la meilleure vente aux États-Unis, ainsi qu'en France (ce qui n'était pas arrivé me semble-t-il lors de sa sortie). Étonnant, non ?

Lu en français ;-)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Towards a worldwide oligarchy, 7 juin 2014
Par 
Christian Nugue "go-between" (Meudon (France)) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capital in the Twenty-First Century (Format Kindle)
This book is a must. It is not entertaining, romantic, thrilling or mildly boring. It belongs simply to the category of works you must have read if you want to understand the economic world that you live in. And a very small category it is: I would put it on the shelves of my library somewhere between Karl Marx and Joseph Schumpeter. That means something.
This book is not a "good book". It is crucial, essential, seminal. Because it revisits and debunks the old myth of the trickling down economy.
What trickles down to the waning middle class nowadays amounts to a few drops. The main beneficiaries of the modern financial economy are the upper 1% who are in a position to take advantage of a simple (scientific) rule: in a period of moderate growth the ones who can invest massively enjoy systematically a rate of return that is bigger thant the growth rate.
As a non-economist, I am not in a position to verify the accuracy of such a thesis. But I would certainly organise discussions around this topic in all school classes of the world.
Brilliant and unavoidable !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 répartition des richesses, y-a-il une solution?, 5 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capital in the Twenty-First Century (Relié)
1. le livre moins cher que la version française
2. moins matheux à part la formule r>g mais trop de courbes
3. pas trop de considération philosophique
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Brillante décomposition de la croissance dans ses plus élémentaires composantes, 23 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Capital in the Twenty-First Century (Relié)
Great bookmakers in all regards. Gîve deep and complete insight into the formation of value creation at a macro level and the dynamique of its distribution among People.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Capital in the Twenty-First Century
EUR 22,73
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit