Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

48 internautes sur 50 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Edition indispensable des enregistrements EMI d'Annie Fischer, 12 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Annie Fischer: The Complete London Studio Recordings (CD)
Ce coffret regroupe les studios enregistrés par Annie Fischer pour EMI, principalement dans les années 1950.
Les trois premiers disques sont ceux des concertos n°20, n°21, n°22, n°23, n°24 & n°27 de Mozart. Si ceux accompagnés par Sawallisch (K.467 & K.482) sont très connus, les disques accompagnés par Boult et Kurtz (et toujours avec le Philharmonia) connaissent une diffusion beaucoup plus erratique. Ces trois disques font partie des plus grands enregistrements de concertos de Mozart. L'approche est toujours très noble, sans pour autant être inhibée. Tous les mouvements lents sont à tomber, l'accentuation des rondos est toujours surprenante, mais indiscutable.

La deuxième partie de ce coffret est constituée des sonates n°8, n°14, n°18, n°21, n°24, n°30 & n°32, enregistrements différents de l'intégrale enregistrée plus tardivement pour Hungaroton. On retrouve ici l'approche très franche et implacable d'Annie Fischer dans ces sonates. Aucune complaisance dans ce jeu, aucun didactisme malvenu.

Viennent deux impromptus de Schubert (D.935 n°2 & n°4), et la sonate D.960. Les impromptus sont superbes, la sonate peut-être pas au même niveau. A noter qu'elle n'effectue pas la grande reprise du premier mouvement, ce qui déséquilibre toujours cette sonate.

Les Schumann (op.9, n°15, n°16 & n°17) sont aussi exceptionnels que les Mozart et Beethoven. Ils avaient été diffusés dans un coffret "les Indispensables", mais étaient depuis longtemps introuvables. La Fantaisie en ut est immense.

Le dernier disque est un disque de concertos : Schumann et 1er de Liszt avec Klemperer et 3ème de Bartók avec Markevitch. Le 3ème de Bartók a suivi Fischer pendant toute sa carrière, et elle a laissé ma version préférée de ce concerto en live avec l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise et Ferenc Fricsay. On est ici un cran en-dessous de cette référence, mais c'est tout de même indispensable.
Les concertos avec Klemperer ont connu un accouchement difficile (sessions réparties sur deux années), et le résultat s'en ressent malheureusement un peu.

Cette réédition est une aubaine à ne rater sous aucun prétexte. Vous avez sous la main un coffret qui propose un immense 21ème de Mozart, un immense op.111 de Beethoven et un immense op.17 de Schumann, vous aurez beau chercher, peu proposent d'aussi grandes interprétations dans ces sommets de la musique pour piano.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit