Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne occasion de glisser une oreille au dela du Channel, 19 avril 2014
Par 
calade (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Malcolm Sargent : The Great Recordings (CD)
Sir Malcolm est très connu en Angleterre car il a réussi à incarner l'esprit des Proms, ces concerts de musique classique populaire. Il a eu une longue carrière (dès le début des années 1920 jusqu'à sa mort en 1967) et Warner nous offre là une sélection intelligente pour découvrir ce chef qu'on ne connaît pas.
Le moins bon : un Messie de Haendel bien daté, avec une prise de son (1944-1945) fatigante. Certes Malcolm Sargent fut un grand chef de choeur mais c'est d'une écoute difficile. Même punition pour Elias, un peu mieux enregistré toutefois. C'est convenable pour les solistes mais brouillé pour le choeur
Heureusement, le reste des disques date des années 1950 et 1960, avec un bon (voire excellent) confort d'écoute.
Le grand répertoire est peu présent (3e de Beethoven, inachevée de Schubert, quelques ouvertures de Rossini, 1 et 5ème de Sibelius...). J'attire votre attention sur un très beau disque Sibelius (Finlandia, En Saga, Le Cygne de Tuonela) avec des couleurs orchestrales splendides, il faut dire que c'est le Philarmonique de Vienne qui joue. Sinon, excellents orchestres anglais de l'après guerre (Royal, BBC, Philarmonia).
Ce sont donc surtout des découvertes qui nous attendent. On peut ainsi découvrir le Songe de Gerontius d'Elgar, bien connu outre-manche, nettement moins chez nous, écouter autre chose que les Planètes (mais elles y sont) de Holst. On a aussi du Vaughan-Williams, le chef d'oeuvre de Walton, Belshazzar's Feast, un concerto pour piano plein de climats variés de Rubbra, le Mariage de Hiawata de Coleridge-Taylor, etc. J'ai même découvert une Suite élisabéthaine du très français Jacques Ibert. Des choses plus connues mais pas si présente : une très divertissante Boutique de Rossini, une intégrale de Ma Patroe de Smetana de haute tenue. Dans l'ensemble, c'est une musique du XXe non moderne, agréable, fruitée, colorée. La direction est énergique, avec des plans très étagés. L'impression est celle d'être au cinéma avec des grands classiques des années 1950. L'ensemble dégage une très solide impression de métier et même plus, car Malcolm Sargent était un esprit indépendant qui n'a jamais enregistré que ce qu'il voulait. Ce coffret rend bien hommage au passeur qu'il sut être. Vous pouvez franchir le pas de l'achat si vous avez le goût de la découverte.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit