Commentaires en ligne 


57 évaluations
5 étoiles:
 (44)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 12 years of Slave : une leçon d'histoire sur le courage de certain Homme et la lâcheté de d'autres.
Depuis 2008 et l’exceptionnel Hunger, Steve McQueen a enclenché une saga de l’emprisonnement dans laquelle le réalisateur dépeint les tentations et les démons des hommes. La confirmation vint de Shame, chronique terrifiante sur un accro au sexe dans lequel Michael Fassbender apparaissait pour la deuxième fois comme la muse de...
Publié il y a 4 jours par Darkman43

versus
3.0 étoiles sur 5 Poignant
Je dirai que le livre est bien mieux que le film ! Même si le film est très bien. L'acteur est à mon goût assez insipide mais on comprend le choix du casting quand on a lu le livre : tout est en retenue.
Film à voir. C'est poignant, révoltant de penser que des humains... bref, ça remet les idées en place !
Publié il y a 8 jours par Esperco


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 12 years of Slave : une leçon d'histoire sur le courage de certain Homme et la lâcheté de d'autres., 24 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
Depuis 2008 et l’exceptionnel Hunger, Steve McQueen a enclenché une saga de l’emprisonnement dans laquelle le réalisateur dépeint les tentations et les démons des hommes. La confirmation vint de Shame, chronique terrifiante sur un accro au sexe dans lequel Michael Fassbender apparaissait pour la deuxième fois comme la muse de McQueen, la gueule angélique de l’acteur irlandais pour retranscrire la violence intérieure de l’Homme. Jamais moralisateur dans son propos, Steve McQueen s’est fait garant, à travers de grands plans-séquences – rappelons l’improbable dialogue de vingt minutes sans aucune coupure dans Hunger –, d’une mise en scène abrupte. D’aucuns crièrent au racolage, la force du réalisateur a toujours été celle de bousculer le spectateur dans ses retranchements, à dépasser une certaine limite du supportable à l’écran.

Or, avec des moyens plus conséquents et le poids de son sujet, la première production hollywoodienne de McQueen a-t-elle tué l’avancée spectaculaire de son œuvre ? Rassurons tout de suite l’auditoire, non. Partant de l’histoire de Solomon Northup, violoniste noir et libre, kidnappé et fait esclave pendant douze ans, le cinéaste élargit le cadre en poursuivant son analyse de l’emprisonnement et traite de l’esclavage à une échelle tant historique qu’humaine. L’approche frontale du metteur en scène confère très rapidement une ultra-violence au récit et plante le spectateur dans une posture si instable que 12 Years A Slave apparaît comme un film très douloureux à vivre pour un public alors peu connaisseur du style McQueenien. Dans une succession de cassures picturales, la maîtrise esthétique et narrative du film n’est jamais à remettre en cause. L’exemple de la séquence où Patsey fabrique des poupées alors que les cris d’un homme et d’une femme raisonnent montre toute l’ampleur du talent dramatique du réalisateur. L’esclavage est ici vécu comme une forme de destinée, cauchemardesque, à laquelle des personnages comme Solomon Northup ne peuvent déroger. Les rapports entre les esclavagistes et les esclaves y sont instables, à l’image du film dans ce qu’il montre frontalement. De l’esclavagiste indulgent, joué par un admirable Benedict Cumberbatch, à la terreur imposée par Michael Fassbender et son personnage est abasourdissante, brutale. Le décor, lumineux et immaculé, est ici la façade à cette tromperie que constitue l’esclavage. La haine crasseuse, semblable à cette porcherie vers laquelle la caméra se rapproche souvent, ou les corps mutilés sont la pleine image de l’esclavage dans ce qu’il a de plus amer, de plus sauvage.

La captation des corps est encore une fois l’essence même de toute la mise en scène de Steve McQueen. La collaboration avec Sean Bobbitt donne lieu à un broiement de l’esprit et du corps, une nouvelle fois plus que jamais liés dans son œuvre, où la douleur est à la fois physique et spirituelle. Les multiples séquences de mutilations, de chants religieux ne sont cependant qu’une partie de la vision que s’obstine à retranscrire le réalisateur anglais. Tout en dénonçant l’esclavage de toutes ses forces, McQueen ose ici montrer que la survie appelle à l’accommodation voire l’aliénation de l’homme fier. Alors cinéaste de la rédemption, le film prend en ampleur lorsque le choc des premiers instants se fait moins vibrant, les notes de la partition de Hans Zimmer plus discordantes (on pense à la longue séquence de la pendaison) et que la progression dramatique, faite autour des caractères contrastés des seconds rôles, se fait plus clairvoyante, cherche moins à prendre le spectateur de court dans un déchaînement de violence ininterrompu.

12 Years A Slave est un long poème dans laquelle les notions de pardon ou de rédemption ne sont jamais évoquées en montrant des personnages condamnés à vivre dans le mal, tandis que Salomon Northup, symbole de la rébellion esclave façonnée par le cinéma américain, se bat pour ne pas sombrer. Les séquences s’allongent, tandis que la nature, filmée avec silence, symbolise à elle seule le problème que dénonce Steve McQueen. Derrière ce silence, le déni a remplacé la révolte et la mort pénètre chaque instant de 12 Years A Slave. Pourtant jamais assommant dans sa virtuosité, ni même moralisateur dans le traitement de son thème, le film de McQueen imbrique avec une telle intelligence et fluidité chacune de ses séquences qu’il sera dur de ne pas percevoir le métrage comme un bloc unique, pervers et âpre. Il y a beau avoir des scènes plus rares que les autres, plus belles ou, tout à l’inverse, plus dures à supporter, 12 Years A Slave marque une évolution significative dans la structure narrative de Steve McQueen, là où la puissance devient la quête d’un film dans sa globalité et l’ellipse comme la remémoration de gestes, d’actes désormais passés. A l’instar du Django Unchained, l’aventure de Salomon Northup est un combat de tous les instants entre une vertu désespérée et une vengeance, expiatoire et silencieuse.

De Chiwetel Ejiofor à Michael Fassbender, habités par leur rôle respectif, le portrait de cet époque est saisissant de terreur et le cinéma de Steve McQueen, pas loin d’être pris dans son propre piège émotionnel (la bande-originale de Hans Zimmer est efficace mais s’enfonce dans le piège du grand manichéisme américain), ne perd jamais sa virtuosité ou sa surprise. Car, pour la première fois, Steve McQueen filme l’espoir, perdu dans l’espace du Sud américain, dans ce qu’il a de plus fort pour l’Homme. Des retrouvailles avec le réel qui font de 12 Years A Slave une œuvre profondément terrassante dans son propos et le courage de son héros à se soulever contre une force qui paraissait impénétrable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


39 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film édifiant !, 2 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur film) (Blu-ray)
J'ai vu de nombreux films comme vous tous au sujet de l'esclavage, sur les guerres, sur la violence au quotidien, au sujet de la haine des hommes, cette haine qui mène à la violence, à essayer de détruire l'autre physiquement ou dans son intégrité psychique... Dans ce film, cette folie qui consiste à posséder un être humain pour en faire son objet est abordée d'une façon brute et avec à la fois une grande délicatesse... Je connais cette violence qui habite certains hommes et cette résignation chez d'autres à la subir... Cependant, l'éclairage qu'apporte 12 Years A Slave est que chacun, à un moment de sa vie ou dans sa vie, peut être indifférent à l'autre. On peut fermer les yeux sur la souffrance d'un autre parce qu'on ne souhaite pas la partager et ceci pour sa propre survie, pour ne pas la subir aussi... Ce film m'apporte de nouvelles nuances de couleurs sur la condition humaine, sur cette spirale qu'est la haine et la violence, violence dont nous sommes tous construits... Ce film mène à réfléchir longuement sur notre âme et ses tourments, sur quel être humain nous sommes aujourd'hui, et quel être humain nous serons demain. Le réalisateur s'est appliqué à ne pas tomber dans le pathos à grands renforts de "violons" et de musique pour nous montrer des scènes sur la souffrance humaine. La photographie est très soignée, les plans magnifiques et apportent un contraste à ce récit difficile et dur ! Pour moi, c'est un des plus grands films que j'ai pu voir sur le bien et le mal, sur Comment survivre face à sa propre condition d'être humain habité par la violence et parfois par la folie...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Transfert HD somptueux, 26 juin 2014
Par 
Francisco - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur film) (Blu-ray)
Une image resplendissante, ruisselante de détails. Un Blu-ray écrasant de maitrise technique pour un récit terrassant.
Depuis Shame et Hunger, Steve mcQueen poursuit son oeuvre sur l'avilissement et la deconstruction des individus.
12 Years a Slave confronte le spectateur à l'horreur brute de l'esclavage.
Il est bon de rappeler que les champs de coton, avant d'être le berceau du Blues, furent d'abord un lieu d'humiliations quotidiennes et de tortures et ce même après l'abolition de l'esclavage.
De l'humanisme un peu lâche à la cruauté la plus extrème, tous les comportements y sont exposés.
Idem pour les victimes ou la résignation et l'obéissance cotoient la résistance la plus jusqu'au-boutiste,
Ce terrible chemin de croix (thématique commune aux trois films du réalisateur) est d'autant plus efficace qu'il s'exprime dans un cadre magnifique tout au long d'un long-métrage d'une beauté plastique renversante. Paradoxe redoutable qui offre à chaque tableau de cette oeuvre de maïtre une force cinématographique évidente.
Chef-d'oeuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 belle leçon d'humilité!, 30 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
Voilà le film sur l'esclavage que j'attendais. Et oui, après le "Django unchained" de Tarantino mi figue, mi raisin, qui traitait du sujet à la fois de façon drôle, puis sérieuse, puis délirante avec la fin se transformant en film d'action et en règlement de compte façon "western spaghetti". Après le "majordome" qui était censé être un film parlant de l'expérience d'un majordome à la maison blanche mais qui était en fait juste un prétexte pour nous parler de la condition des noirs aux états-unis dans les années 60 (un peu lourd et lent par moment, le sujet ayant été traité de nombreuses fois), je m'attendais encore à un film qui allait nous faire pleurer dans les chaumières ou plein de bons sentiments. Et bien non. Il est vrai que certaines scènes sont très violentes mais que d'autres laissent entrevoir des choses plutôt positives et intéressantes. D'abord, le film est plutôt réaliste (normal puisque tiré d'une histoire vrai) ce qui montre bien à quel point certains propriétaires pouvaient être violents et haineux. D'autres propriétaires montraient des signes d'humanité tout de même et j'ai même été surpris de la différence des conditions des noirs entre le nord et le sud. Bref, si on veut en savoir plus sur le sujet, il y a des livres d'histoire. Mais, on ne parle pas assez à mon sens à propos de ce film, du courage de cet homme qui a souffert et enduré mille peines et de l'habilité et de l'intelligence dont il a fait preuve pour s'en sortir (même si l'esclavage est très présent, c'est avant tout l'histoire d'un homme). Et si le courage, c'était ça. Certains pourraient le trouver lâche de ne pas prendre un flingue et de buter tous les "vilains blancs", d'autres pourraient regretter qu'il ne s'échappe pas quand il en a l'occasion. Mais, soyons réaliste, il se serait fait attraper et se serait retrouvé pendu à une corde. Il le savait et a continué d'espérer de revoir sa famille et d'attendre le moment opportun pour saisir sa chance et ça a fini par payer. Belle leçon en tout cas de courage et de ténacité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 ségrégation et esclavage, 23 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
Quel triste sort de cet homme libre qui se retrouve esclage durant 12 années de martyr. Et dire que ces choses ne datent pas d'un passé si lointain et meme si elles ne sont pas appliquées de façon identique, elles existent encore dans certains pays. Cette misère du peuple noir ,déporté, bafoué, humilié, avilli comme du bétail, ne peut que nous indigner et ressentir une immense peine devant tant d'injustice. Les comédiens et en premier celui du héros sont épatants, Michaél Fassebender , est détestable à souhait dans celui du propriétaire blanc. Meme si on connait ce terrible épisode des USA personne ne demeure insensible à cette histoire. Un grand bravo à Steve Mc Queen, il sait faire des fims variés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 bouleversant, 6 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur film) (Blu-ray)
Un film qui prend aux tripes et tiré d'uine histoire vraie
Magnifiquement réalisé et mis en photo c'es tà la fois une grande leçon sur ce que l'homme peut faire à l'homme et une belle leçon de cinéma. A ce niveau, on peut parler d'élégance de la mise en scène
attention à la scène de semi-pendaison qui peut impressionner les plus jeunes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Poignant, 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
Je dirai que le livre est bien mieux que le film ! Même si le film est très bien. L'acteur est à mon goût assez insipide mais on comprend le choix du casting quand on a lu le livre : tout est en retenue.
Film à voir. C'est poignant, révoltant de penser que des humains... bref, ça remet les idées en place !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 dvd, 27 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
j'ai attendu plusieurs mois avant de le voir car je préfère avoir le dvd que d'aller au cinéma, mais pour ma première visualisation j'en ai été déçue car je trouve qu'il n'a pas été fini...je reste sur ma fin et je l'aurai tourné autrement,...
j'attendais surement trop de détail et de suite...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un film de très grande qualité sur l'esclavage, 18 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) (DVD)
EXCELLENT!! Basé sur une histoire vrai , ce film retrace à travers la vie d'un homme, une des pages les plus douloureuses de l'histoire de l'humanité avec beaucoup de justesse et de sensibilité.On saluera au passage la performance d'interprétation des acteurs de très grande qualité.
M.G
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Témoignage bouleversant sur l'esclavage, 15 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12 years a slave [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur film) (Blu-ray)
Plus qu'un merveilleux film, c'est un témoignage bouleversant sur l'esclavage dans le sud des Etats-Unis avant la guerre de sécession. On vit de l'intérieur de drame et la condition d'un homme libre qui devient esclave. Tout parait tellement vrai, s'en est effrayant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film)
12 years a slave (Oscar® 2014 du meilleur film) de Steve McQueen (II) (DVD - 2014)
EUR 14,99
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit