undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

15
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Ici-Bas, Ici Même (Edition Digilivre)
Format: CDModifier
Prix:27,24 €+2,49 €expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Miossec a une capacité extraordinaire à se réinventer. Ca serait presque flippant si ça n'était pas aussi brillant.
Après un (très bon) album électrique énervé où sa voix se noyait dans les guitares saturées, il revient avec un album plus posé, organique, basé sur une poignée d'instruments (guitare sèche, piano, cordes, accordéon), où le chanteur met en avant sa voix. Sa nouvelle voix. Une voix apaisée, plus claire, moins rocailleuses, qui laisse transparaitre les blessures d'autrefois, toujours présentes, mais guéries.
Et c'est aussi de ça qu'il est question dans les chansons. Car l'auteur, qui avait commencé par un duo Boire-Baiser, sous forme de règle de vie bukowskienne, est aujourd'hui un homme plus sage. Mais perdre en cynisme et en brutalité, pour Miossec, ça ne veut pas dire perdre en vérité. Des vérités, il y en a un peu partout dans l'album: sur la vie qui passe, la mort ou le combat.
Le brestois reste un grand poète, qui dit avec des mots simples des choses (parfois) profondes. Détaché du rock et de la pop, il signe un grand (très grand) album de chanson française, véritable suite du superbe 1964, en plus épuré, ou un Brûle mieux écrit.
Dès le commencement de l'album, il annonce que tout ne fait que commencer. Eh bien tant mieux, et on sera là à la prochaine mue.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 17 avril 2014
Le dernier album de Miossec est superbe de bout en bout. Musicalement les 11 titres sont des petits bijoux, les mélodies superbes, les arrangements extras. Ils sont pratiquement tous composés par Miossec. L'ambiance de l'album est plutôt calme et apaisé. Sa voix n'a jamais été aussi mise en valeur. Les textes sont plus inspirés que les deux derniers albums où l'on avait le sentiment qu'il tournait un peu en rond. Cet album est un petit bijou. Le seul reproche que l'on pourrait faire est sa durée relativement faible 33'54, les titres faisant tous aux alentours de 3 mn. Durée qu'apprécie Miossec depuis ses débuts. Ce n'est pas gênant en soi mais un titre ou deux de plus auraient été plus qu'apprécié..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dix ans après le fabuleux « 1964 », Miossec sort avec « Ici-bas, Ici même » l'album qui est celui de sa cinquantaine. Avec l'énergie qu'on lui connait - « On vient à peine de commencer » / « A l'attaque » - Miossec nous offre un disque superbe, à la fois sombre et serein, sur des thèmes qui sont les siens depuis longtemps : la mort, la séparation, le temps qui passe, mais aussi l'amour - toujours - et l'espérance en des lendemains meilleurs. Christophe Miossec avait un riche passé artistique, il affirme aujourd'hui haut et fort qu'il a aussi un avenir !

Les mots et les formules font mouche à chaque phrase, témoignant de la solidité poétique de Miossec. Il n'y a pas de passage à vide ou de morceaux plus faibles dans cet album très homogène. « Qui nous aime ? » ou « Répondez par oui ou par non » se distinguent peut-être à la première écoute, mais les 11 titres de cet album, relativement court et compact, dégagent tous la même puissance évocatrice.

Les mélodies sont sobres et belles, la voix est plus posée qu'à l'habitude, les arrangements variés (piano, guitare, accordéon et violons s'y côtoient). « C'est pas fini, on vient à peine de commencer, c'est pas fini, on peut encore se raccrocher à la poésie » chante Miossec au détour d'un refrain. Tant mieux, car nous serons toujours là pour l'écouter !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 24 décembre 2014
Lorsqu'arrivé à mi-parcours, on a fait le constat du fiasco de sa vie et que l'on a renoncé au suicide, il ne reste plus qu'une chose à faire : vivre dans le désespoir. Et pour exprimer le désespoir Miossec est un vrai champion, il a du tomber dedans quand il était petit !

"Ici bas, ici même", son 9ème album, après presque 20 ans de carrière, est encore une fois une vraie réussite avec son écriture ciselée, l'une des plus belles de la chanson française, et ses arrangements sobres et efficaces. Miossec déteste l'appelation de chanteur breton; je l'ai vu se fâcher en concert contre des spectateurs qui avaient osé déployer le Gwen a du (drapeau breton). Pourtant force est de reconnaitre que chacun de ses albums possède le charme aride des terres désolées où justement se finit la Terre et celui ci ne fait pas exception à la règle. Même si les clins d'oeil y sont peut-être moins présents que sur les précédents ("le Vauban" de Brest), on y retrouve par touches successives, des allusions discrètes à ce qui constitue l'ADN de la Bretagne : les morts, les cyclistes, les touristes et cette forme singulière de résignation fataliste des gens durs au mal à qui la vie n'a pas fait de cadeau....

Et, bien sûr, le désespoir...
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 mai 2014
Pretty solid return to form after his last let's-get-a-bunch-of-young-punks-around-me-and-see-what-happens effort - much thrashiness, few decent songs as it turned out. This is more traditional fare, deep springing acoustic rhythms driving along under his excellent dark gargle of a voice. But only 33 minutes, which is a little on the short side at today's prices. His masterpiece 1964 deserves to be on everyone's shelf - this, ok, four stars for realising what he's good at.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 avril 2014
Ce disque touchant et paisible montre à nouveau le talent de Miossec pour écrire de beaux textes qui nous rentrent dedans, qui atteignent jusqu'à notre cœur et notre âme.
La musique acoustique sobre et envoutante accompagne de bien belle manière la voix rocailleuse mais douce de Miossec, ici mise en avant.
Les mélodies de la musique et de la voix sont là, la plupart de titres sont de vraies petites perles qui nous trottent dans la tête, qui nous touchent, où la musique, la voix et le texte forment cette alchimie particulière des belles chansons, "samedi soir au Vauban", "qui nous aime", "bête, comme j'étais avant", "nos morts", "répondez par oui ou par non", ...et la magnifique "des touristes"... âmes sensibles ne pas s'abstenir.
Véritable réussite ce nouvel album, plein de sensibilté est certes différent des précédents mais cette nouvelle facette de Miossec est très plaisante et agréable à découvrir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 décembre 2014
C'est du grand, du très grand Miossec qu'il nous livre là. Une fois passé l'étonnement provoqué par la durée du CD (33 min), je me suis laissé emporté par ses textes, ses musiques qui une fois encore viennent nous toucher parfois délicatement d'autres fois plus durement. C'est agréable, c'est intelligent, c'est cohérent dans le son....Que demander de plus ? Merci Miossec !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 août 2014
Un bon cru. Le son est plus pur que dans le précédent. Il revient au texte et à la musique de soutient. Le précédent album était bien mais la qualité de la prise de "chansons ordinaires" son avant dernier album laissait à désirer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 21 juillet 2014
Je ne connaissais pas encore le titre phare de cet album. J'ai découvert l'album et tout un reportage sur Miossec dans l'émission de fin de soirée sur France2 le jeudi.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 21 avril 2015
Superbe Miossec... Toujours aussi mélancolique mais qui va mieux quand même................... Rire..... Son fils l'a remis en selle, la sauvé.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

1964
1964 de Miossec (CD - 2004)

Boire
Boire de Miossec (CD - 1996)