Commentaires en ligne


52 évaluations
5 étoiles:
 (31)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:
 (5)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film déjà culte
Le monde de Wes Anderson est pour le moins original et très personnel. Tous ses films sont construits comme des œuvres d'art picturales donc chaque plan serait un tableau. Cela était vrai pour son grand chef d'oeuvre Moonrise Kingdom et cela l'est aussi totalement pour celui ci.

L'humour noir -voire la perversion- est toujours présente...
Publié il y a 7 mois par Cécile,

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 particulièrement déçue
En général, j'apprécie beaucoup, voire j'adore, les films de Wes Anderson et j'attendais celui-ci avec impatience mais quelle déception !

Une histoire assez décousue des aventures d'un maître d'hôtel et d'un lobby-boy. On a du mal à se laisser emporter dans univers...

Tous deux se rendent auprès d'une...
Publié il y a 8 jours par christine.l


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film déjà culte, 12 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
Le monde de Wes Anderson est pour le moins original et très personnel. Tous ses films sont construits comme des œuvres d'art picturales donc chaque plan serait un tableau. Cela était vrai pour son grand chef d'oeuvre Moonrise Kingdom et cela l'est aussi totalement pour celui ci.

L'humour noir -voire la perversion- est toujours présente de façon irrésistiblement drôle, dans des scènes qui devraient pourtant nous épouvanter ou au minimum nous émouvoir ... (chat persan jeté par la fenêtre, femme décapitée, vieille dame assassinée, phalanges cisaillées dans une porte, meurtres en séries, scènes militaires et policières, procès, prisonniers patibulaires, bagarres, etc etc). Le génie d'Anderson c'est de tout filmer comme on raconterait un rêve. Des couleurs acidulées et improbables, des costumes complètement barges, des décors extraordinaires (l'Hotel rose extérieurement, et rouge à l'intérieur -notamment des ascenseurs psychédéliques- est un chef d'oeuvre de carton pâte) et des personnages tous aussi fous les uns que les autres mais qui se croisent de façon graphique et millimétrée (absolument rien n'est laissé au hasard et tout a un sens caché) dans un univers complètement absurde et décalé presque Lynchien.

Ce mélange ingénieux d'infinie précision et de folie furieuse parfaitement contrôlé donne à chacun de ses films une empreinte reconnaissable dès le premier plan. (Ici un monument aux morts recouvert de clefs)

L' histoire c'est celle de "Zéro Moustafa", ancien jeune "Lobby Boy" (comprenez : Groom d'Hotel) qui devenu le très vieux propriétaire d'un établissement thermal plus ou moins désaffecté dans un pays imaginaire de l'Europe Centrale (ce pourrait être la Pologne, la Roumanie ou la Sibérie) : "Le Grand Budapest Hotel" (Hotel de style Baroque Rose Bonbon) raconte à un voyageur curieux, tout son parcours, et surtout comment, issu de rien, orphelin sans famille et sans argent, il est tout de même, suite à des aventures incroyables, (dont une sombre et hilarante histoire d'héritage détourné à une vieille dame fofolle empoisonnée à la strychnine) devenu l'unique propriétaire de cette immense propriété. Tout ceci grâce à son "mentor" et ami, l'inénarrable "Monsieur Gustave H", charismatique et séduisant personnage, mais également filou, retord, odieux, voleur, vénal ... Et totalement adorable !

(Attention, ce n'est pas vraiment un film "grand public" et les amateurs de films d'action risquent de s'y ennuyer). On y croise des acteurs célèbres et cocasses dans leur jeu, tellement il est évident qu'ils ont pris un plaisir fou à tourner ce film : Ralph Fiennes, Mathieu Amalric, F. Murray Abraham, Adrien Brody, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Harvey Keitel, Bill Murray, Jude Law, Léa Seydoux, Tony Revolori et la très belle Saoirse Ronan.

Film à voir si on est fan du grand Wes Anderson ou d’œuvres originales, très graphiques et complètement décalées.

PS : J'allais oublier ! Si vous ne regardez pas le film en VOST, mais en Français, attendez vous à être un peu surpris, car la voix du vieux "Zéro Moustafa" qui raconte son histoire, n'est autre que celle de "Feodor Atkine" ... Autrement dit la voix française si reconnaissable du "Dr Grégory HOUSE" ... Et ça fait (pour ceux qui ont suivi cette série) tout de même un peu bizarre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très beau film, 9 septembre 2014
Par 
TORNADE - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR N° 1)    (#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
La scène se situe dans une station thermale, au "Grand Budapest Hôtel". De très rares clients y séjournent et sont plutôt réservés, discrets. Dehors, le paysage est recouvert de neige, tout est calme et froid.
C'est l'histoire, racontée par un écrivain, de sa rencontre avec un homme immensément riche, propriétaire du "Grand Budapest hôtel", véritable institution. L'occasion donc de faire un bond en arrière, lorsque le jeune Zéro Mustapha apprenait son métier de lobby boy, sous la protection du concierge, monsieur Gustave, lequel a hérité du "Garçon à la pomme" un tableau inestimable qu'une cliente décédée venait de lui léguer...

C'est un film tout à fait particulier, pas banal du tout, que certains adoreront et que d'autres trouveront sans doute très moyen. Je l'ai bien aimé car l'histoire est intéressante, l'atmosphère assez glauque, extravagante, funambulesque, les situations insolites, les acteurs excellents, les décors gigantesques, les paysages grandioses, les couleurs criardes, des tapis aux vêtements des personnages jusqu'à la façade rose bonbon du Grand Hôtel. Une enquête également puisque décès il y a, et emprisonnement.
Mais plus que l'histoire en elle-même c'est la mise en scène que j'ai trouvée remarquable et l'action à cent à l'heure souvent, filmée par une caméra habile et par le biais d'effets spéciaux impressionnants. Je ne me suis pas ennuyée, tantôt captivée par le rythme, tantôt par le jeu des acteurs, par l'effet de surprise et par le style original et saugrenu.
C'est un DVD que je n'ai pas choisi moi-même, mais que l'on m'a offert et je dois dire que je l'ai regardé avec un réel intérêt.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une extrapolation élégante, douce amère et raffinée du Monde d'hier de Stéphan Zweig, 29 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel [Blu-ray] (Blu-ray)
L'histoire contée nous amène à faire connaissance avec Mr Zéro, incarnée par l'acteur Fahrid Murray Abraham, le même qui jouait Salieri en quête de rédomption dans Amadeus...Le mode narratif du flash back d'un seul tenant, garde 40 ans plus tard la même saveur, les même ficelles. Ici, vous découvrez l'esprit européen d'avant guerre, animé par le courant sécession, ou art nouveau, les personnages sont attachants, et à la fois malmenés par des événements qui les carambolent comme un jeu de quille. Vous rentrez dans les grands hôtels de l'époque, terre promise du travail des plus humbles, sérail choisi des plus fortunés. Le maître de cérémonie est le concierge de l'Hôtel Mr Gustave H, qui va nous diriger de bout en bout. Bien sur cette comédie dramatique germanobritannique de 2014 prend racine très concrètement dans un fait divers: une vieille dame fortunée lègue toute sa fortune à son concierge favori au grand damne de sa famille pas prête à se laisser évincée si facilement.
Le conte prend le prétexte narratif pour imaginer et transposer ce qu'aurait pu penser Stéphan Zweig sur l'évolution des événements de la première moitié du xxéme siècle, car ces 2 guerres ont bien suicidé l'Europe, cette Europe surannée et à la fois si prometteuse, inventive et si destructrice à la fois. De nombreux acteurs américains célèbres se sont invités à la fête, partageant le goût pour cette douce mélancolie d'un passé révolu, si sympathique à la fois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Parfait, 19 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
Excellent film.. L'histoire m'a emporté d'un bout à l'autre de la narration.. je recommande vivement !
Qualité esthétique de l'image, et intrigue de l'histoire définitivement passionnant! Loufoque et indémodable
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du très bon cinéma, 5 mars 2015
Par 
Mouillaud Gerard (Blanzat, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel [Blu-ray] (Blu-ray)
Un scénario original, des images réfléchies (tonalités, graphisme,...), la musique qui faut, des dialogues au poil, des acteurs maîtrisés... bref un tout réussi. La musique de Desplat est dans la lignée de celle pour "Moonrise kingdom" même si pour ce dernier je trouvais une rupture de style extraordinaire sur son œuvre passée et, à mon avis, un peu supérieure et qui, elle, aurait méritée un Oscar !
Je ne peux m'empêcher de voir dans la mise en scène de ces deux films la grande influence de Jean-Pierre Jeunet et Caro dans la réalisation de ce film : je pense à "Delicatessen" et à "La cité des enfants perdus".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une brillante étude théâtrale de la nostalgie, visuellement magnifique., 16 juin 2014
Par 
FX de Vasselot (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel [Blu-ray] (Blu-ray)
« Grand Budapest Hotel » s’ouvre sur une jeune femme venant lire un livre face à la tombe de son auteur. La voix-off de celui-ci surgit alors en écho de cette lecture et, complétant le son, l’écran nous montre alors l’écrivain raconter comme en flash-back son histoire face à la caméra. En effet, le livre relate, il y plus longtemps encore, le séjour au Grand Budapest Hotel au cours duquel il dîna avec son propriétaire. A son tour, la voix de cet homme âgé prend le relai pour nous narrer son étrange histoire. Celle-ci nous décrit tout d’abord la gestion aussi impeccable que surannée dans les années 30 par un certain Monsieur Gustave du Grand Budapest Hotel, prestigieux établissement d’un pays imaginaire d’Europe centrale. Alors que ce dernier est au bord de l’invasion par un agressif voisin, le décès de l’une des meilleures clientes de l’hôtel va propulser Gustave et un garçon réceptionniste nommé Zéro dans une succession d’événements burlesques et improbables.

Soyons réalistes : les deux premiers niveaux (au moins) d’enchâssement sont parfaitement inutiles du point de vue de l’intrigue comme de la narration. L’intérêt est de nous présenter l’ensemble comme le récit d’un homme mort (le propriétaire) sur la gestion d’un hôtel, déjà surannée pour son époque elle-même révolue, témoignage qui nous vient de la jeunesse d’un écrivain aujourd’hui enterré. Difficile de faire plus ancré dans le passé. En outre, ayant à nouveau réuni un énorme casting, Wes Anderson nous offre un défilé hallucinant de personnages hauts en couleurs, campés à la limite de la caricature bienveillante par une galerie d’acteurs plus amusants les uns que les autres. L’ensemble est mis en scène par une caméra systématiquement frontale dans le plus pur style du réalisateur. Chaque plan est un tableau à lui tout seul, et les seuls mouvements de caméra sont soit des travellings strictement rectilignes, soit des panoramiques à angle droit ultra-rapides. En résumé, Anderson semble avoir pris le superbe générique de son précédent film, Moonrise Kingdom [Blu-ray], comme matrice de l’intégralité de son film. On reste d’ailleurs admiratif de l’art du metteur en scène capable de maintenir cet exercice de style sur toute la durée sans jamais devenir lassant. Tout le film devient alors une sorte de gigantesque théâtre où le point de vue s’oriente sur la scène, à cour ou à jardin. Pas un dialogue en champ-contrechamp, pas un visage pris de trois-quarts, pas un point de fuite qui ne soit strictement central. L’ensemble est si volontairement burlesque et artificiel qu’on peut même douter des intentions du réalisateur. Anderson utilise-t-il sa mise en scène pour nous livrer une réflexion sur l’idéalisation du passé, fille déformatrice de la nostalgie, ou bien utilise-t-il simplement ces artifices inutiles comme alibi pour justifier son propre goût pour le décalage baroque stylisé à l’extrême ? Le doute est permis, car l’image est le reflet de son intrigue, succession complètement rocambolesque de péripéties dignes d’un album de Tintin, passant de la quête d’un testament dissimulé à une invasion par un pays voisin en passant par un vol de tableau, une évasion, et une course-poursuite à skis-luges-téléfériques (liste non exhaustive).

Pourtant, le générique final nous informe que la principale source d’inspiration est Stefan Zweig. Si l’on retrouve effectivement les aspects nostalgiques fréquents dans l’œuvre du maître ainsi que la présence au centre de tout d’une histoire d’amour comme dans nombre de ses nouvelles, on doit cependant concéder que l’ « inspiration » adopte un ton particulièrement libre. Les intrigues de Zweig généralement très réalistes servent surtout à réaliser des études psychologiques acérées de ses personnages ; dire que Grand Budapest Hotel s’éloigne franchement de cette perspective est même un euphémisme. Mais ne boudons pas notre plaisir pour la revendication spécieuse de ce parrainage. Anderson s’est visiblement beaucoup amusé à composer ce puzzle surréaliste, et son plaisir se communique sans problème au spectateur car, contrairement au pitoyable « La vie aquatique », l’humour décalé fait ici mouche systématiquement. L’enthousiasme général touche également ses acteurs n’hésitant jamais à tomber dans la démesure des clowns d’un grand cirque grotesque. Le tout est baigné par une musique aussi improbable qu’entraînante, slalomant entre yodel, banjo, orgue et guitare électrique. Le compositeur, Alexandre Desplats, fut visiblement très inspiré par ces tableaux tantôt baroques, tantôt à la limite de l’abstrait (le hall des armures lors de la course-poursuite dans le musée).

Avec tous ces atouts dans sa manche, et assorti en filigrane d’une réflexion pertinente sur la nostalgie, ce Grand Budapest Hotel est une nouvelle réussite de son réalisateur qu’il serait dommage de manquer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 dvd grand Budapest hotel, 13 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
excellent film original, parfois déroutant, cocasse porté par un casting internationnal de rêve où chacun est à la bonne place et dirigé par le maître du genre plusieurs fois nominé aux oscars et cocorico !!! c'est un français qui brandit la fameuse statuette (bien méritée) pour sa musique : alexandre Desplat bref un bon divertissement pour les amateurs du genre et de l'univers très particulier Wes Anderson ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 OH BOY !, 15 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel [Blu-ray] (Blu-ray)
Je suis forcément de "parti pris" car je raffole des films de Wes Anderson : le traitement de l'image, la mise en couleur des décors, des costumes, de l'environnement, de la lumière, la poésie, la musique ... et quoi encore ? La recherche esthétique est d'une très grande subtilité, tout comme la psychologie des personnages. Il ne se moque pas des spectateurs, LUI !
Les acteurs bien sûr. Et là, dans "Grand Budapest Hôtel", vous avez une brochette de merveilleux acteurs, dont le rôle "titre" : Gustave, interprété par un Ralph Fiennes, facétieux, très juste dans son interprétation. J'ignore par ailleurs sa filmographie, mille excuses !) et Tony Rivolory (un acteur qui m'est encore plus obscur ; tant pis pour moi : excellent et émouvant dans son rôle de garçon d'hôtel Mustapha Zéro). Tous les autres sont non seulement très célèbres mais très bons.
Qu'importe que vous soyez un pépé ou un adolescent, une ménagère de plus de 50 ans ou un play boy, découvrez l'univers de Wes Anderson (il y a toujours le mystère de l'enfance qui traverse les "chapitres") et ce film, notamment. Je vous dis : "abracadabra".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Absolument sublime, 29 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
Absolument sublime ! Wes Anderson est définitivement le génie que tout le monde vante, une merveille d'inventivité et les décors, quels décors !!!!! film mythique, entre burlesque loufoquerie et rêve ce film nous emporte dans son univers !!!! a voir a revoir et a revoir
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


46 internautes sur 59 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merveille de la ligne claire, 21 mai 2014
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Budapest Hotel (DVD)
Le nouvel opus de Wes Anderson (né en 1969) ne va pas réconcilier admirateurs et détracteurs du réalisateur texan - mais le succès considérable du film va sans doute multiplier les rangs des deux coteries. Les uns vanteront l'originalité du style, le brio et l'élégance de la mise en scène, le charme de cet univers doux-amer, à la fois tendrement comique et délicatement nostalgique ou dépressif ; les autres mettront en exergue la vacuité du propos et l'absence de profondeur des personnage, les tics fétichistes, le caractère fabriqué, systématique voire industriel de l'esthétique. Je me range dans la première catégorie tout en comprenant les réserves des seconds - même si je regrette que critiques et cinéphiles (surtout les critiques français) ne paraissent pas pouvoir goûter d'esthétique qui se situe trop en marge des trois grandes familles du naturalisme à la française (famille Renoir/Pialat/Kechiche), du contemplatif à l'européenne (famille Bergman/Tarkovski/Bilge Ceylan) et de l'hyper-stylisé hollywoodien (famille Welles/Kubrick/PT Anderson). Sauf dispositifs expérimentaux, les personnalités à l'univers trop riche, trop codifié sont assez généralement ravalées au rang de 'clipeurs' : l'insulte suprême. Trop d'épate, trop de procédés, pas assez d'inspiration, pas assez d'improvisation. Comme si les cadres de Pialat, les plans de Tarkovski ou les travellings de Welles n'étaient pas travaillés et fabriqués...
Bref. A l'instar d'un Jacques Tati ou d'un Robert Bresson, Wes Anderson a un univers immédiatement reconnaissable et, après avoir réalisé son film le plus modeste et le plus touchant (Moonrise Kingdom), il a choisi de se lâcher avec ce projet ambitieux, hors norme et, comme pour défier ses détracteurs, y a répété toutes ses obsessions, y a déposé tous ses tics et maniérismes, y a condensé tout son univers. Même si la nostalgie de l'enfance et du foyer familial y est très présente (le Grand hôtel faisant office de famille pour notre duo de héros orphelins) et en dépit du contexte dépeint (la chute de la civilisation en Europe centrale, entamée par les nazis, achevée par les communistes), c'est cependant un film plus léger, plus drôle que ses prédécesseurs. C'est frais, c'est réjouissant, c'est dynamisant : c'est du champagne.

PS : quelques personnes se sont énervées que le film soit dédié à Stefan Zweig - alors qu'aucun des thèmes de l'écrivain autrichien n'y figure. Anderson avait procédé de même pour le Darjeeling unlimited, dédié à Satyatit Ray. Il faut y voir une référence, une mascotte, un totem - tout à fait dans l'esprit boy-scout et tintinesque du bonhomme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Grand Budapest Hotel
The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson (DVD - 2014)
EUR 11,54
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit