Commentaires en ligne 


43 évaluations
5 étoiles:
 (29)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


30 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Place aux guitares folk, sans oublier le reste...
Cet album controversé par la critique est pourtant un chef d'œuvre du groupe. Robert Plant et Jimmy Page se sont isolés dans une maison de campagne anglaise à Bron-Yr-Aur. Il en résulte un disque tantôt électrique et énergique et tantôt acoustique. L'album se classe à la première place des 2 côtés de...
Publié le 23 octobre 2004 par pcmusic

versus
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Canard du Jour
Bon, c'est l'édition du moment, le mixage est sans doute mieux, personnellement je n'ai pas remarqué de grande différence, les bonus sont franchement dispensables, pour ne pas dire carrément inintéressants, peut-être pour amateur de karaoké qui appréciera remplacer Robert Plant le temps d'un morceau ou deux, sinon il y a...
Publié il y a 22 jours par Mr Eboul


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

30 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Place aux guitares folk, sans oublier le reste..., 23 octobre 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Cet album controversé par la critique est pourtant un chef d'œuvre du groupe. Robert Plant et Jimmy Page se sont isolés dans une maison de campagne anglaise à Bron-Yr-Aur. Il en résulte un disque tantôt électrique et énergique et tantôt acoustique. L'album se classe à la première place des 2 côtés de l'Atlantique.
« Immigrant song » entame l'album de la meilleure manière sur un rythme débridé et syncopé et nous met tout de suite en haleine avec un cri déchirant de Robert Plant comme s'il s'agissait d'un fauve au fond d'une caverne. La voix de Robert est alternativement douce et agressive. Le simple monte à la 16ème place aux USA.
Après un « Friends » aux couleurs orientales et folk, nous avons droit à un énergique « Celebration day » suivi d'un des monuments de Led Zeppelin : « Since I've been loving you ». Ce titre, enregistré « live » est un des plus grands morceaux de blues jamais écrit par des musiciens blancs. Dès l'intro, Page nous prend aux tripes avec sa guitare ; la batterie marque un tempo imposant bien soutenu par la basse et l'orgue. Plant chante d'abord doucement « Working from seven... » Puis sa voix s'élève rageusement dans l'aigu sur « since I've been loving you » ; impressionnant de force et de violence. Page nous gratifie d'un des plus grand solos de guitare de l'histoire du rock. Ensuite les musiciens se déchaînent littéralement dans une orgie de blues, de guitares, de cris déchirants de Plant parfaitement contrôlés, au fur et à mesure que le niveau sonore monte. On est complètement tétanisé et envoûté par autant d'énergie et de feeling à l'état brut.
« Gallows Pole », tiré d'une mélodie traditionnelle anglaise popularisée dans les années 1920 par Leadbelly, est typiquement progressif ; il démarre acoustiquement avec un Robert Plant calme dont la voix s'échauffe progressivement. Puis il monte dans l'aigu et la tension monte avec la basse ; puis la batterie et le banjo entrent. Ça devient terrifiant, Plant éructe dans l'aigu les dernières volontés du pendu avant l'exécution finale où le groupe se défonce. Hallucinant !
Enfin, dernier temps fort, « Tangerine » : ce morceau a été composé à l'époque des Yarbirds quand Jimmy Page a écrit cette chanson pour Jackie De Shannon, sa petite amie de l'époque. Ici Led Zeppelin nous offre une magnifique ballade dominée par la guitare à 12 cordes soutenant la voix douce de Robert. Les couplets sont entièrement acoustiques et les refrains et le solo sont soutenus par la batterie la basse et la guitare solo. Cette alternance donne une variété de sons très délicieuse et inspirée.
Cet album est d'une très grande richesse musicale avec des sonorités nouvelles et différentes ; Atlantic, leur maison de disques, aurait voulu un second « Whole lotta love » mais Led Zeppelin nous a offert « since I've been loving you », peut-être moins connu mais aussi bon dans un genre différent.
Il va sans dire qu'on ne saurait passer à côté d'un tel monument qui montre une fois de plus la diversité et l'étendue du talent de Led Zeppelin.
Alors quel est le meilleur ? Led Zeppelin Hard, Rock, Blues, Folk, Progressif, Psychédélique ?
Je ne cherche même pas à le savoir. Je les veux TOUS.
À acheter d'urgence bien sûr avant de prendre encore une baffe avec le IV...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un disque unique !, 4 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III - Edition Deluxe (2 CD) (CD)
Contrairement à ce qui a été dit à l'époque, cet album du Zeppelin est tout simplement excellent et j'ai même tendance à l'aimer par-dessus tous les autres, ce qui n'est pas peu dire, vu le culte que je voue littéralement à ce groupe. On parle toujours du côté acoustique de cet album qui est bien sûr indéniable, mais tout le début du disque est franchement électrique (à part friends) : Immigrant song, Celebration day, le fabuleux blues "Since i've been lovin you", et "Out on the tiles", ensuite nous avons droit au trop sous-estimé "Gallows pole", tradtionnel arrangé par Page/Plant qui est tout simplement une pièce d'anthologie, après on passe évidemment aux fameux morceaux acoustiques tant critiqués à l'époque et pourtant, que des chefs-d'oeuvre : "Tangerine", "That's the way", "Bron y Aur stomp" et puis le dessert : l'hommage rendu au chanteur Roy Harper, ami méconnu du groupe où Plant chante d'une façon démentielle, je ne me lasse pas d'écouter ce morceau ! Cette réédition est intéressante au point de vue de la qualité de la remasterisation qui est cette fois vraiment remarquable, le disque "compagnon" est certes un plus, mais n'est pas vraiment indispensable, mis à part les deux inédits. Pour l'instant je n'ai commandé que celui-ci, mais je crois que je vais me laisser tenter par les deux autres (le 1 et le 2), que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Led Zeppelin "III", 11 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Troisième album du groupe en un an et demi (!), « III » marque alors une sorte de virage dans l’évolution du groupe… ou tout du moins une parenthèse. Contrairement à ses deux prédécesseurs qui comprenaient leur lot de riffs hurlants et de fiévreux passages typiquement hard-rock (style que le groupe contribuait au passage à créer), ce troisième volet opte lui, pour une approche plus acoustique et intimiste de la musique du groupe. Bien entendu, les poussés électriques restent de mise, notamment sur l’énorme « Immigrant song » introduit par le désormais mythique cri de sirène de Plant, mais celles-ci, moins nombreuses qu’à l’accoutumé, se voient plus ou moins noyées sous une avalanche de guitares acoustiques et d’influences folk UK. De blues, il ne reste plus grand-chose, si ce n’est un « Hats off to (roy) harper » au slide endiablé et ce dantesque « Since I’ve been loving you » où Page s’envole littéralement dans un solo, certes balisé, mais proprement magnifique de feeling et de touché. A côté de ça, et sans doute dans l’optique d’essayer quelque chose de différent, la folk domine, notamment sur l’enchaînement de quatre titres quasi exclusivement acoustiques et pétris d’influence traditionnelles (« Gallows pole », « Tangerine », « That’s the way », « Bron-y-aur stomp »). Si la démarche surprend au départ, celle-ci finit par séduire. On y sent un groupe à l’aise et désireux de renouer avec ses racines tout en proposant de nouvelles choses à un public habitué à l’entendre débrider son héritage blues-rock. Pas de chichis, « III » a beau être sensiblement différent de ses prédécesseurs, il n’en demeure pas moins un petit chef-d’œuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


27 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rock and Folk, 8 décembre 2005
Par 
Salabreuil (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Je ne sais pas si c'est le meilleur album de Led Zep, mais je sais qu'il contient une des plus belles chanson du rock : Since I've Been Loving You. Un blues torturé et douloureux, obsédant et sensuel, lyrique, au crescendo hallucinant où les 4 membres du Cigare Volant dégagent autant de puissance que le Philharmonique de Berlin au grand complet. Jamais Plant n'a chanté aussi bien, jamais Page n'a joué aussi bien, soutenu par un Bonzo implacable et un John Paul Jones qui donne une assise de plomb au morceau en tenant la ligne de basse à l'orgue. Magistral et indispensable.
Le reste n'est pas mal non plus. Après deux albums denses comme du plomb fondu, et qui inventent le hard rock, l'album est plus acoustique et folk que les précédents, mais ce n'est en aucun cas un virement à 180° comme les critiques de l'époque l'ont prétendu. Cet album s'inscrit dans une démarche cohérente pour les musiciens qui explorent leurs racines musicales pour mieux les dépasser : le rock, le blues et... le folk. Ce n'est pas surprenant, surtout que des titres comme Black Mountain Side ou Ramble On sur les albums précédents, nous y préparaient. Page désirait faire du blues gallois. Et selon ces propres déclarations en interview, il considérait que folk et rock, c'était la même chose : une musique de rue, qui ne s'enseigne pas à l'école, qui s'apprend tout seul. La prédominance de morceaux acoustiques et folk n'empêche cependant pas la présence incendiaire de titres comme Immigrant Song ou Celebration Day.
Ce Led Zep III est selon moi un album indispensable pour comprendre pourquoi la pop et le rock ne pouvaient qu'emerger dans les pays anglo saxons : parce que ce n'est pas une invention mais une continuité - le folk en Angleterre, le Blues aux USA. Contrairement à la France - où l'on chantait autrefois et où il y a eu une rupture, la musique populaire a toujours été vivante en Angleterre, elle était chantée par le peuple, dans les pubs, dans les campagnes, dans les rues de villes. Il y a eu transmission, et la pop rock a emergé sur ce terreau. Cette influence du folk sous-tend toute l'histoire de la pop, depuis les 60's jusqu'à des groupes indés d'aujourd'hui les plus variés comme Tindersticks ou The Libertines. Elle apparaît toujours plus (chez Kate Bush, par exemple) ou moins en filigrane chez des musiciens aux démarches pourtant très différentes. Sur cet album Led Zep se rapproche de Fairport Convention, groupe emblématique de la fusion rock-folk et dont l'album Liege and Lief en est une des pierres d'angle. De fait, c'est en toute logique que la regrettée Sandy Denny, chanteuse du Fairport (et paraît-il ancienne camarade de classe de Plant), viendra prêter sa voix magique pour un titre sur l'album suivant de Led Zep.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les tout petits bonheurs., 21 juin 2014
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III - Vinyl Remasterisé (1 Vinyle) (Album vinyle)
Led Zeppelin III n'a jamais été mon album préféré de la bande à Jimmy pour la simple et bonne raison que je ne l'avais jamais écouté (non j'ai pas honte, mais je connaissais quand même "Immigrant Song" en live).

Apprenant qu'une éminente personne l'avait mise en bonne place dans sa play-list, je me suis empressé de commander cette superbe version vinyle-réplica. La musique est effectivement très bonne, certainement l'album le plus homogène de Led Zeppelin, celui où la voix de Robert Plant s'épanouit le mieux (Page à la guitare n'est pas mal non plus).

Le son du vinyl remastérisé est très bon, mais pour d'évidentes raisons je ne ferai pas de comparaison avec les précédentes versions. Le disque est lourd (185 gr vérifié) et c'est un bonheur simple mais fort de le poser sur la platine.

La pochette d'un psychédélisme intemporel, avec son disque intérieur en carton laissant apparaître en tournant les divers membres du groupe au travers d'orifices prévus à cet effet est une vraie splendeur. Pourquoi a-t-on abandonné ce format au profit de ces horribles boitiers cristal?

Un brin fétichiste, j'ai tellement flashé sur ce bel objet, que dis-je cette oeuvre d'art, que j'ai décidé d'en faire une installation avec une copie de la Les Paul de Jimmy Page pour mieux mettre l'album en valeur (JIMMY PAGE Miniature Mini Guitar Led Zeppelin Gibson Les Paul).

Ayant des doutes esthétiques au niveau équilibre, j'ai plutôt décidé de commander la version Jimmy Page replica #2 de chez Gibson bien mieux proportionnée, jouable de plus et à peine plus cher (5058€ chez toto).

Et dire que certains achètent les encombrantes et superfétatoires versions (Led Zeppelin III - Super Deluxe Edition (Coffret 2 CD + 2 Vinyles)) très onéreuses, alors que la simplicité a tellement d'avantages...

Revenons aux choses simples !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Simplement indispensable, 16 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III - Edition Deluxe (2 CD) (CD)
Inutile de se lancer dans une critique sans fin pour décrire cet album.
Led Zep n°3 est tout simplement indispensable.
En un mot, l'art de se réinventer.
Désormais, Page, Plant et compagnie s'attaquent au folk rock.
Evoquer le folk et l'associer à Led Zep, quelle infamie !
Et pourtant, à l'écoute de gallow's pole, comment envisager cet album autrement ?
Pour cette 3ème pierre angulaire du l'histoire du rock, le dirigeable bouscule les genres, franchit les frontières et explose les tympans.
Inutile de tergiverser, de polémiquer, de contester, cet album est un monument qu'il faut absolument posséder (et pas en téléchargement !).
Plus de 40 ans après, qui a fait mieux ? Personne. Alors écoutez et savourez !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Lead Zeppelin, 24 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
La tournée nord américaine a laissé des traces autant dans les corps que les esprits. Il est temps que le groupe puisse se ressourcer en vue de leur future apparition au festival de Bath, prélude à une nouvelle campagne aux Etats Unis. Aussi, direction Bron-Yr-Aur, Pays de Galles, pour quelques vacances bien méritées. Robert connaît bien l'endroit pour y avoir séjourné en famille et c'est donc sans difficulté qu'il convainc Jimmy de l'accompagner. Durant cette pause, ils ne seront pas seuls ; Maureen et Charlotte Martin sont également du voyage. Le cottage est charmant. Sans confort. Isolé. L'endroit idéal pour se détacher de l'effervescence liée au succès. Pour l'anecdote, on soulignera que Robert et Jimmy ne sont jamais partis ensemble prendre des congés. Cette première fois est donc l'occasion de faire le point. Voire, d'entreprendre l'écriture de nouveaux titres en vue de l'enregistrement du prochain album. Est-ce l'isolement ? La nature environnante ? Ou simplement l'envie de se lancer dans l'exercice de style ? Quoi qu'il en soit, la matière qui sera enregistrée à Headley Grange d'ici plusieurs semaines puise sa source dans cette parenthèse. Il faut dire que ce volume III ne va pas atterrir exactement là où le public l'attendait. Car cette fois-ci, la tonalité du dirigeable se veut majoritairement acoustique. Tendance folk, plus précisément. Et ce, même si en première intention, une invasion barbare s'applique nous faire croire le contraire.

La pochette à penchant psychédélique est déjà une indication. Il s'est passé quelque chose au pays du tempo d'airain. En effet, passé la transe d'Immigrant Song, dont on saluera les effets bénéfiques sur l'environnement, puis le bottleneck sidérant de Celebration Day, la suite respire le banjo, la steel guitar, la Dobro. A l'évidence, un nouveau noeud intime entre les deux artistes s'est concrétisé. Quelques accords spontanés joués au bord d'un ruisseau. Des mots qui s'enchaînent naturellement à ceux-ci. Et Friends nous apparaît dans sa robe de violons orientaux tout en haussant le folk à des années lumière des inclinaisons du moment. Les influences sont là, certes, mais c'est voulu. D'un titre à l'autre, elles se cultivent, s'ancrent franchement dans le présent pour mieux le dépasser. Comme d'habitude, les guitares de Jimmy Page sont omniprésentes. Les accents qu'elles prennent d'un morceau à l'autre n'appartiennent qu'à lui. À lui, mais à l'Ecosse également. À l'Irlande aussi. Pour en revenir à Friends, on soulignera le climat particulier ressenti à son écoute, car avec l'aéronef il y a souvent du magma sous l'herbe folle. Pour autant, question magma, on n'en trouvera pas derrière les douze cordes de Tangerine. Très joli passage au goût mandarine délicatement ciselée à la pedal steel, où là encore Robert Plant démontre son étonnante faculté à répondre présent lorsqu'il s'agit d'exprimer ses sentiments. Surtout qu'ici, il ne s'agit pas de sa propre histoire.

Page. Plant. N'y aurait-il qu'un seul duo sur ce troisième épisode en eaux folk ? Non, bien sûr. Cependant John Bonham et John Paul Jones, binôme indispensable à l'équilibre du groupe, s'avèrent un peu plus en retrait qu'à l'accoutumée. En retrait, mais toujours prêts à s'investir dès que l'occasion se présente. Un peu comme sur la suppliante Gallows Pole. Chanson traditionnelle revisitée par Page, dans laquelle John Paul assure mandoline, puis basse de haute voltige, tandis que Bonham se mute en Bonzo dès lors qu'il s'agit d'enfiévrer l'appel à la clémence d'un Plant survolté. On reconnaîtra d'ailleurs tout l'art de Led Zeppelin au travers de ce crescendo inattendu ; une approche toute en douceur pour un final plus que débridé. A ce stade de l'album, dirons certains, une razzia sauvage, de l'herbe humide devenue folle, des eaux pétillantes qui se mutent en braises, voilà sans aucun doute du bel ouvrage. Aussi, que dire d'un blues transformé en petit miracle ? Un blues tout en nuances. Sept minutes vingt cinq durant lesquelles la tradition, le don de soi et l'inspiration se mêlent dans un poignant corps à corps. Solo d'anthologie en prime. Que dire, sinon qu'il existe des instants musicaux qui naviguent bien au-delà de la simple expérience immédiate. Loin de toute facilité émotionnelle. Par nature, Since I've Been Loving You est de cette essence là. Organique. Sensuel. Incendiaire. Il est le blues au même titre qu'il est le ventre chaud d'une femme sur lequel on vient poser son visage.

Plutôt sujet à controverses lors de sa sortie, Led Zeppelin III est en fait un disque dont l'ouverture ne peut qu'être saluée. Plus explorateur qu'un flirt avec l'air du temps, il s'inscrit définitivement dans une démarche en totale cohérence avec les albums précédents. Page voulait revenir à ses racines. Les revisiter, quitte à s'en extraire. Cet album, comme le clin d'oeil en direction de Roy Harper, en est le témoignage vibrant. That's The Way.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Deux faces, même puissance, 2 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Cet album est à l’origine de l’une des plus cruelles injustices de l’histoire du rock. Facilement moqué, il est constamment cité pour de mauvaises raisons. Tout ça à cause d'une deuxième face consacrée uniquement à des morceaux acoustiques ! Voilà qui est criminel pour un groupe qu’on jugeait trop lourd…
C’était vite oublier l’efficacité militaire d’IMMIGRANT SONG (qui mériterait d’être cité dans les écoles de musique, pour apprendre comment débuter un album par une charge de cavalerie…), le riff diabolique et les guitares en fusion de CELEBRATION DAY, le feeling lourd et intense de SINCE I'VE BEEN LOVING YOU, les saccades rythmiques de OUT ON THE TILES ou l’assaut (pourtant acoustique) du somptueux GALLOWS POLE.
Tout ceci fût facilement passé sous silence à cause de deux chansons plutôt folkeuses dans l’esprit - et un peu scouts au coin du feu il est vrai - (TANGERINE et THAT'S THE WAY) et qui en rebutèrent pas mal, mais qui ne masquaient tout de même pas la beauté terrienne du rupestre BRON-Y-AUR STOMP, ni l’audace du blues traditionnel détourné HATS OFF TO (ROY) HARPER. Et on n’a pas encore parlé de ce FRIENDS oriental aux violons enivrants et mantriques… Un album merveilleux et varié, qu’il faut absolument découvrir. Au coin du feu !
Tops : IMMIGRANT SONG, CELEBRATION DAY, SINCE I'VE BEEN LOVING YOU, GALLOWS POLE, FRIENDS
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 MATURITE EXPLOSIVE !, 15 mai 2009
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Après un "I" fondateur et un "II" développé vers de nouveaux horizons, ce sublime "III" a été, après de longues tournées mondiales et un repos bien mérité, conçu en parfaite symbiose à Bron-Yr-Aur, au Pays de Galles (une maison bucolique renouant avec la nature et les vraies valeurs), par un groupe ressourcé, à l'inspiration gonflée à bloc. A noter : Plant a co-écrit quasiment toutes les chansons, ce qui est nouveau dans le groupe.

Mieux produit (toujours par Page himself), doté d'un son plus profond avec des basses ronflantes, ce disque est blindé de joyaux de la cave au grenier.

Dès les premières notes de "Immigrant Song", le ton est donné : puissance, mysticisme, grandiloquence. Dans la peau des guerriers scandinaves arrivant au Walhala, Plant campe son personnage avec transe et ferveur. Suprême. A peine s'est-on remis du choc que "Friends" déboule sans crier gare, sur une rythmique hindouisante hypnotique enjouée de guitare accoustique multipistes en dentelle sonore absolument jouissive ! Ce titre scelle l'amitié entre Page et Plant d'une manière sincère et profonde. "Celebration Day" fête la joie de vivre, tout simplement, dans la lignée de "Friends". Un excellent titre encore... Tout cela est une mise en bouche de choix pour annoncer l'unique "Since I'Ve Been Loving You", LE blues que voulait pondre Plant. 6mn de crescendo intense executé à fleur de peau, tant par Plant qui vit son texte que par Page qui signe-là une de ses plus belles lignes de guitare, à en pleurer, avec un final explosif qui laisse chancelant. La face A se termine sur "Out On The Tiles", titre pas forcément indispensable, folkeux façon Yardbirds.

La face B démarre fort sur un titre à la fois ténébreux par l'ambiance et lumineux par la ligne de guitare : "Gallows Pole", dans lequel Plant implore le bourreau qui s'apprête à le pendre de lui laisser la vie sauve, du moins encore quelques minutes. C'est là aussi un crescendo impitoyable qui finira en feu d'artifice de toute beauté. Ca continue avec un "Tangerine" aux relents arabisants du plus bel effet. "That's The Way" est un morceau folk emprunt de sensibilité à fleur de peau. Mais la grosse surprise vient de "Bron-Y-Aur Stomp", excellente chanson tout en rythmique batterie/guitare sèche, généreuse et enlevée, qui traduit tout le bonheur du groupe. A tomber... en tapant du pied ! La conclusion du disque est "Hats Of To (Roy) Harper", titre inattendu en hommage à... Roy Harper, blues/country rapide et roots, mais qui ne sera jamais joué live.

Avec "III", Led Zep confirme sa position de seigneur et assoie sa position de leader altier. Franc, sincère, fort, rock, bluesy et très inspiré, ce disque annonce avec fracas l'arrivée prochaine des monuments que sont "IV" et "House of the Holy".

JOUISSIF et REELLEMENT INDISPENSABLE !

PS : l'artwork, conçu à l'époque par Zacron, donne une dimension supplémentaire au disque, avec sa pochette à trous avec un kaleidoscope bourrée de détails.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un bon angle d'approche ?, 30 novembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Led Zeppelin III (CD)
Si vous n'avez que très peu goûté à Led Zep alors cet album peut être un très bon angle d'approche.
Un poil rageur (moins que les précédents), une excellente assise rythmique et une maîtrise parfaite. Inutile de s'étaler sur "Immigrant Song", un standard à lui tout seul. Led Zep enchaîne alors sur "Celebration day" pour nous délecter d'un enchevêtrement de guitares comme Jimmy sait les réussir. A peine notre souffle repris, c'est "Since I've been Loving You" qui, si on devait le résumer, serait la réponse à la grande question: pourquoi LedZep.
Ecouter le duel banjo (Jimmy Page) / basse (John-Paul Jones) sur "Gallows Poles", un pur élixir !
"Tangerine" arrive à point nommé pour nous faire reprendre le souffle. Quelques accords de grat sèche et déjà une mélodie enjôleuse nous envahi. On poursuivra tendrement avec "That's the way" jusqu'à ce que "Bron-Y-Aur Stomp" sonne le glas de cette mélancolie, mais avec quelles délicatesses !
Enfin l'album se clôt sur un "chapeau bas à Roy Harper" ...
Il se dégage vraiment quelque chose de particulier de cet album. Il distille son atmosphère étrange lentement au fur et à mesure des écoutes.
Si vous êtes intéressés de près ou de loin par ce qui s'est passé à l'aube des années 70 alors vous passeriez certainement à côté d'un album emblématique à ignorer celui-ci...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit