Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Orlando par Jacobs, ou l'éloge de la folie
Ce n'est pas la première fois que René Jacobs consacre un enregistrement à Haendel. Tous les mélomanes se souviennent de sa version (pourtant déjà ancienne) de Giulio Cesare, qui est toujours une référence. Après Flavio et Rinaldo, voici donc cet étonnant Orlando, basé sur l'Orlando Furioso de...
Publié il y a 2 mois par Guillaume de la Holine

versus
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un peu décevant
l'on attendait de la part de René JACOBS et de METHA, ine version hors pair de ORLANDO.
Malheureusement la conjonction de ces musiciens exceptionnels ne donne pas un résultat exceptionnel.
L'impression générale est mal définie et METHA ne semble pas maitriser son exceptionnel talent : la scène de la folie parait fade au...
Publié il y a 1 mois par Amazon Customer


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Orlando par Jacobs, ou l'éloge de la folie, 15 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Handel: Orlando (CD)
Ce n'est pas la première fois que René Jacobs consacre un enregistrement à Haendel. Tous les mélomanes se souviennent de sa version (pourtant déjà ancienne) de Giulio Cesare, qui est toujours une référence. Après Flavio et Rinaldo, voici donc cet étonnant Orlando, basé sur l'Orlando Furioso de l'Arioste.
Etonnant, Orlando l'est en particulier avec ce personnage du preux chevalier écartelé entre l'amour de la gloire et l'amour de la belle Angélica, elle-même éprise de Medoro. Ses airs tour à tour langoureux et survoltés aboutissent à la fin du 2ème acte à une scène de folie incroyable, parfaitement bien rendue par Haendel (lequel, il est bon de le souligner, a eu lui-même des crises de folie).
Orlando avait déjà eu deux gravures notables: l'une par Christopher Hogwood avec James Bowman, l'autre par William Christie avec Patricia Bardon. La première était somme toute convenue, avec un James Bowman à la voix usée et un peu dépassé par le personnage. La seconde était plus pertinente, même si le rôle-titre avait ses limites. Force est de reconnaître que René Jacobs les détrône toutes les deux.
Et d'abord en raison du casting: tous les chanteurs, Béjun Metha et Sophie Karthäuser en tête, sont excellents. Mais cette réussite est due aussi et surtout par ce talent qu'a René Jacobs de rendre un opéra seria vivant.
En effet, le grand danger pour ce type d'œuvre est la lassitude qui s'installe peu à peu chez l'auditeur face à la suite de récitatifs et d'airs.
Mais Jacobs, on s'en rend compte une fois de plus en écoutant cet Orlando, est un interprète baroque au sens premier du terme: il crée la surprise: surprise des tempi, surprise dans l'ornementation des da capo, surprise dans ses récitatifs que l'on prend plaisir à écouter.
Bref, l'opéra prend sous la direction de Jacobs une unité, une cohérence, une vie.
Pour le mélomane chevronné ou pour le curieux qui veut découvrir la féérie du baroque avec ses prouesses vocales, ses coups de tonnerre, ses clavecins sautillants et dans le cas présent, cette folie contagieuse qui saisit Orlando et tout le plateau des interprètes, lancez-vous dans cette heureuse découverte!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un pur enchantement, 15 mai 2014
Par 
Philomèle (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Handel: Orlando (CD)
En 1733, "Orlando" inaugura la seconde grande période opératique de Haendel, et fit grande impression par sa qualité tant musicale que scénique. La force du livret, adapté d’"Orlando furioso" de l’Arioste par le Romain Capece, est la simplicité symétrique de son intrigue, qui présente deux amants poursuivis chacun par un autre soupirant, tous étant protégés par un mage bienveillant. Sa seule relative faiblesse – surtout si l’on ne voit pas le spectacle – est la longueur un peu redondante des scènes magiques du troisième acte. Du héros Orlando, rôle créé par le castrat Senesino, le livret pointe les contradictions en le comparant explicitement ("Non fu già men forte", I.3) à Hercule, psychiquement fragile sous son apparence de colosse, et à Achille, guerrier viril déguisé en fille : le contre-ténor Bejun Mehta possède juste ce qu’il faut de virilité et de délicatesse mêlées pour ce rôle redoutable, et il excelle autant par le brillant de son timbre et l’expressivité de son accentuation que par la virtuosité de sa technique.

Mis à part le sage Zoroastro, que la basse Konstantin Wolf incarne avec une voix chaude et claire, sans excès tonitruant, tous les autres personnages ont aussi leur ambivalence : le timbre incisif de la soprano Sophie Karthauser sied bien à la solide Angelica, dont on pourrait dire que c’est elle qui « porte la culotte » dans son couple avec le timide Medoro, auquel la voix pleine et charnue de la mezzo Kristina Hammarström, confère le bon dosage de masculinité et de féminité. Enfin, la soprano Sunhae Im, à la voix légère mais puissante, est très bien choisie pour être une Dorinda assez extravertie, tendre et sincère, mais aussi lucide, raisonnable et même pragmatique. La direction de René Jacobs est une merveille de sens théâtral, dans ses récitatifs habités, constamment animés par une basse continue à l’instrumentation variée, dans la musicalité de ses phrasés vigoureux et dans les couleurs franches qu’il tire de son nouvel orchestre. Félicitons le preneur de son pour l'équilibre parfait entre les voix et les instruments, ainsi que l’éditeur pour avoir fait tenir ces 160 minutes en deux CD seulement, et pour la notice traduite en trois langues. Il aura fallu attendre bien des années pour disposer d’une version d’"Orlando" aussi proche de la perfection, et qui devrait s’imposer comme une référence incontestable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un peu décevant, 3 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Handel: Orlando (CD)
l'on attendait de la part de René JACOBS et de METHA, ine version hors pair de ORLANDO.
Malheureusement la conjonction de ces musiciens exceptionnels ne donne pas un résultat exceptionnel.
L'impression générale est mal définie et METHA ne semble pas maitriser son exceptionnel talent : la scène de la folie parait fade au point qu'elle passe presque inaperçue.
attente déçue
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bravo Jacobs! Ma i cantanti un po' deludenti..., 19 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Handel: Orlando (CD)
Bella edizione, soprattutto dal punto di vista orchestrale. Jacobs è davvero un maestro. I cantanti sono a mio avviso un po' deludenti, in quanto mancano di fluidità, e spesso si notano sforzi vocali. Mi riferisco a Sophie Karthauser nel ruolo di Angelica, ma soprattutto a Bejun Mehta, che raramente padroneggia il registro acuto delle sue arie. Peccato davvero, sopratttutto nella furente aria "Fammi combattere...", dove arriva a gracchiare come una grattugia! Inutile lancianrsi in virtuosismi "alla Senesino" quando i risultati vocali sono così deludenti. Studiare un po' di più, e soprattutto più buon gusto...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 4) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une interprétation de qualité, 8 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Handel: Orlando (CD)
En tant que béotien en matière d'opéra , il m'est particulièrement difficile d'émettre un avis technique sur cette interprétation .Toutefois
il m'a paru que : tout d'abord l’œuvre est complexe il faut bien le reconnaître , néanmoins RENÉ JACOB parvient remarquablement à exprimer la tessiture et les lignes harmoniques contrastées et contradictoires de ce splendide opéra de Haendel . Ce CD d'ORLANDO justifie pleinement , en ce qui me concerne , son acquisition du fait de la grande qualité de l'enregistrement d'une part et celle des solistes et de l'orchestre d'autre part. Mon évaluation est donc largement justifiée .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Handel: Orlando
Handel: Orlando de George Frideric Handel (CD - 2014)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit