Commentaires en ligne


19 évaluations
5 étoiles:
 (13)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'un des albums les plus sombres de la carrière de IQ
IQ nous revient cette année avec sa nouvelle livraison progressive confirmant le retour du bassiste Tim Essau au bercail vingt ans après.
Comme d'habitude l'auditeur tombera très vite sous le charme de ce nouvel album qu'est "Road of Bones"
Celui-ci est certainement le plus sombre de la carrière de IQ, le thème n'est pas...
Publié il y a 2 mois par D. Vincent

versus
3.0 étoiles sur 5 Dommage....
QUEL DOMMAGE !!
Oui, quel dommage pour ceux qui n’achèteront que la version simple CD !
Car c'est bien dans la 2eme galette que tout se passe !!! Ici enfin de la créativité, des rythmes syncopés (d’ailleurs Paul Cook y semble beaucoup plus présent que sur le Cd1), plus de recherche musicale, alors oui, ce...
Publié il y a 2 mois par mark_skywalker


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'un des albums les plus sombres de la carrière de IQ, 13 août 2014
Par 
D. Vincent (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
IQ nous revient cette année avec sa nouvelle livraison progressive confirmant le retour du bassiste Tim Essau au bercail vingt ans après.
Comme d'habitude l'auditeur tombera très vite sous le charme de ce nouvel album qu'est "Road of Bones"
Celui-ci est certainement le plus sombre de la carrière de IQ, le thème n'est pas joyeux, il relate l'enfer qu'ont vécu les déportés de l'ex-URSS en construisant des routes en Sibérie. "Road of bones " est à classer d'emblée comme un classique du groupe, aux côté de "Subterranea" , "Dark Matter" ou "Tales from the Lush Attic". C'est toujours les mêmes meneurs aux manettes c'est à dire le le guitariste Michaël Holmes" et Peter Nicholls. Un nouveau venu occupe les claviers en la personne de Neil Durant.
Le groupe nous délivre un de ces morceaux magnifiques comme "Without Walls" titre féérique , l'un des plus beaux de la carrière de IQ qui dure plus de vingt minutes. Surement que les fans de longue date vont apprécier ainsi que les autres chansons que sont "Until the end" "The road of Bones" ou "Ocean", Tout ces titres sont dans la veine de la tradition Progressive Anglaise.
Il est à noter que la guitare de Michaël Holmes est moins démonstrative tout au long de cet album, en tant que producteur celui-ci a voulu laisser la part belle aux instruments de ses acolytes. Par contre, on ressent bien la mise en avant de la basse de Tim Essau. Comme Steve Hogarth de Marillion, la voix de Peter Nicholls devient plus profonde et émotive au fil des années c'est à dire moins habitée comparé aux anciens albums. Il est important aussi de signaler qu IQ mélange des séquences electro avec ses mélodies progressives. C'est frappant sur l'instrumental "1312 Overture" ainsi que sur "Khucklehead" et "Constellations" qui figurent sur le second CD. Le groupe se détache subtilement des sentiers battus de la musique qu'il propose (attention ce n'est pas un changement radical!) mais en écoutant l'hypnotique "Ten Millions Demons" qui a une tendance electro c'est le morceau le plus innovateur de la carrière d'IQ. Le seul moment d'accalmie est cette ballade délicieuse aux mélodies Orientales qu'est "Fall and Rise". Le groupe conclut avec "Hardcore" avec un final somptueux, l'un des rares moments où la guitare de Homes se met en avant. "The road of Bones" est un disque riche en trouvailles, une très belle œuvre progressive moderne. elle démontre toujours que IQ est toujours l'un des chefs de file du courant néo-progressif avec Marillion et Pendragon et qu'il faudra toujours compter avec eux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Leur meilleur album depuis Subterranea, 31 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Depuis Frequency et le départ de Martin Orford, j'avais un peu peur à l'annonce de ce nouvel album dont l'un des piliers serait absent. Quelle erreur ! C'est un concept album dans la lignée de Subterranea, et franchement c'est presque aussi bon ! La tonalité est plus sombre que les albums précédents, mais mélodiquement c'est absolument superbe, avec une légère évolution par rapport à leurs albums les plus connus. La voix de Peter Nichols est au top, pleine d'émotion, et la plupart des morceaux sont magnifiques, en l'occurrence, la suite de morceaux de "the road of bones - without walls - ocean - until the end" est juste parfaite. l'autre bonne surprise c'est dans l'édition spéciale le disque 2, pleine de choses intéressantes et qui montrent qu'IQ est un groupe qui cherche toujours d'un point de vue musical. Bref, cet album les confirme comme restant dans le top du rock progressif, et comme mon groupe préféré ! Thanks boys !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un IQ plus sombre mais réussi., 7 mai 2014
Par 
Pierre Dulieu (Bruxelles, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Road Of Bones (Téléchargement MP3)
Ce onzième album en studio du groupe britannique IQ entérine un nouveau changement de line-up. Si le guitariste Mike Holmes et le chanteur Peter Nicholls sont toujours là, Mark Westworth, lui-même successeur du grand Martin Orford, a été remplacé par Neil Durant (qui officie aussi dans le groupe de fusion progressive Sphere3) tandis que la rythmique a également fait peau neuve si l'on peut s'exprimer ainsi puisqu'en fait, IQ a réengagé les deux musiciens présents sur Tales from A Lush Attic, le premier vinyle d'IQ sorti en 1983: Tim Esau à la basse et Paul Cook (aucune parenté avec son homonyme des Sex Pistols) à la batterie. Il aura fallu cinq années à la formation néo-prog pour accoucher d'un nouvel opus après le remarquable Frequency. The Road Of Bones apparaît tout de suite plus sombre : non seulement la pochette est la plus inquiétante de toute leur discographie (plus encore que celle de Dark Matter) mais le titre de l'album est tout aussi lugubre puisqu'il se réfère à la fameuse Route des Os, construite en Sibérie dans des conditions épouvantables sous Staline, qui fut nommée ainsi parce qu'elle incorporait les os des prisonniers des goulags morts au cours des travaux forcés. Même la musique, tout au moins celle du compact principal, a quelque chose de troublant, voire de mélancolique qui exsude des riches textures symphoniques en mode mineur tel les âmes des damnés filtrant à travers le permafrost.

Les paroles des chansons ne sont pas pour autant très explicites, privilégiant une poésie cryptée qui n'en est pas moins efficace (All the journeys I've retraced to return me to this place. I do not walk alone as I build the road of bones...) surtout lorsqu'elle est interprétée par la voix plaintive et haut-perchée de Peter Nicholls, étonnant chanteur qui, à l'instar d'un Jon Anderson (Yes), arrive à injecter un peu de mystique et de dramaturgie dans des textes autrement obscurs. Dès le premier titre, on est plongé dans une ambiance fantasmagorique avec des bruitages et la voix de l'acteur Bela Lugosi déclamant son célèbre "Listen to them. Children of the night. What music they make!" (Dracula, 1931). Ensuite, la musique passe en mode lumière, emmenée par des tapis de synthés somptueux et la basse énorme d'Esau qui installe tout du long un drive aussi fluide qu'implacable. Tous les morceaux sont réussis y inclus le titre éponyme et même cet Ocean simple et nostalgique bâti sur d'innocents arpèges de xylophone et de piano dans un style qui leur appartient depuis une éternité. Mais IQ n'est jamais meilleur que quand il peut étendre ses ailes dans de longues pièces épiques propices à d'innombrables climats et variations. C'est le cas ici avec cet impressionnant Without Walls de vingt minutes qui s'inscrit parmi les meilleures pièces écrites par le groupe. Avec un sens aigu de la progression dramatique, IQ y déroule ses fastes en variant les plaisirs, atteignant parfois une densité palpable dans d'intenses explosions soniques qui se résolvent invariablement dans des climats mystérieux où rôdent les esprits malfaisants et surannés des films de la Hammer. Peaufiné par une production immaculée, The Road Of Bones sonne à peine plus moderne que les réalisations antérieures d'IQ mais, en revanche, la musique est de plus en plus précise et mature tout en se conformant à sa propre singularité. Elle perpétue ainsi avec brio la tradition du genre néo-prog que le groupe a inventé il y a une trentaine d'année au côté de Marillion, Pallas, Solstice et Pendragon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Renouveau sans censure, 2 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Bonjour à tous.

Le IQ nouveau est arrivé et je viens d'achever la première écoute de cet album: je ne peux pas m'empêcher de laisser un commentaire car suite à quelques avis négatifs lus ici et là, j'étais un peu inquiet.

Me voilà rassuré: Je viens de prendre ma plus grosse baffe musicale depuis très, très, très longtemps !
(si je fais exception du magnifique EPITAPHE de Gens De La Lune sorti tout récemment).
Une baffe musicale ? Que dis-je ?
2 baffes musicales puisque cet album est double !
Et d'ailleurs, si je peux me permettre, IL FAUT ABSOLUMENT PRENDRE LE DOUBLE !

Alors voilà, comme le suggère le titre de mon commentaire, IQ vient de sortir un album totalement inattendu.

Pourquoi ?

Parce que d'abord, dans celui-ci, le son est ENORME !

Parce qu'ensuite, dans celui-ci, tout est plus dense, plus appuyé, ceci produisant des atmosphères palpables.

Parce qu'enfin, l'approche est radicalement différente de tous leurs autres disques, en ce sens qu'ici des sonorités émergent de partout y compris dans les parties chantées, surprenant sans cesse l'auditeur, là où auparavant chaque instrument avait une place bien définie.
Je m'explique: dans cet album, on est constamment pris au tripes par les breaks, les riffs, les mélodies secondaires de l'un ou l'autre des instruments, il n'y a jamais plus de 2 minutes sans qu'il se passe quelque chose.
De plus la palette sonore utilisée est d'une richesse incroyable: multiples claviers et samplers, guitares électriques, acoustiques et autres instruments à cordes, divers sons de basses frettées et fretless, batteries et percussions ne sont pas en reste, et on a même le droit à quelques machines !

Ah, et dire que j'allais oublier, je crois bien que Peter Nicholls n'a jamais si bien chanté.

IQ vient donc de se lâcher totalement et donc de rompre quelque peu avec la recette utilisée (avec bonheur) depuis Ever, évitant ainsi l'auto-plagiat que je sentais poindre avec Frequency et donc le risque de s'enliser.

Si vous êtes ouverts au changement et prêts à vous laisser désarçonner, sautez sur cet album !

Il est certainement moins abordable que les précédents, plus touffu, plus pesant mais certainement pas moins jouissif.

Bonne(s) écoute(s) à tous ceux qui feront ce choix.

Bye
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très attendu., 7 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Franchement rien à ajouter aux deux commentaires précédents. Juste une chose. Il n'y a effectivement aucun intérêt à se priver de la version double cd. Je me demande comment il serait possible de se priver de morceaux qui sont sans aucun doute bien plus que des bonus et qui permettent de poursuivre le rêve. Superbe !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Dommage...., 9 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
QUEL DOMMAGE !!
Oui, quel dommage pour ceux qui n’achèteront que la version simple CD !
Car c'est bien dans la 2eme galette que tout se passe !!! Ici enfin de la créativité, des rythmes syncopés (d’ailleurs Paul Cook y semble beaucoup plus présent que sur le Cd1), plus de recherche musicale, alors oui, ce 2ème cd est - à mon avis - plus intéressant que le 1 (et je vais sans doute inverser les galette dans le digipack lol)
Et peut-être aussi parce que Peter Nicholls y est, lui..... moins présent (désolé, mais parfois sa voix trop présente en devient .. lassante!) laissant ainsi la place aux 4 musiciens, leur musique devenant alors (enfin ?!!) libérée (c'est nettement "visible" dans le jeux de Paul Cook ou dans les sons de Neil Durant) et leur rock - progressif - ne s'en trouve que bonifié, pour s'épanouir librement ; n'est-il pas ?
En tout cas, c'est mon avis ;)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 IQ.....Intelligence émotionelle., 14 juin 2014
Par 
S. Jacques "topprogr" (frqnce) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Je ne suis pas un partisan des commentaires écrits dans l'urgence, surtout pour des groupes comme IQ qui s'imposent depuis plusieurs décennies sur la scène prog. Donc: après des dizaines d'écoutes en salon, en walkman, en automobile (!)//..voici un humble commentaire.
IQ nous revient enfin après 5 années depuis Frequency avec un combo à peine nouveau car Paul Cook réintègre le groupe après quelques années d'absence (un batteur exceptionnel, métronomique, précis et dépourvu d'ostentation), Tim Esau à la basse, après beaucoup plus d'années d'absence, qui ne fait pas regretter le grand John Jowitt (parti vers d'autres aventures musicales) tant son talent est immense et mis en valeur dans ce disque. Enfin, Neil Durant aux claviers, second remplaçant du talentueux Martin Offord parti vers d'autres aventures après son magnifique disque testament "The old road" (tiens, tiens encore des routes!).
Autant le dire tout de suite cette production de ces vieilles barbes du progrock est un véritable chef d'oeuvre: nmais peut-on être déçu par IQ qui ne produit que des disques qui remettent le prog à sa place, incessament.

Pour moi, IQ est le digne descendant de la noble lignée Genesis, Marillion, première époque, une musique absolument mélodieuse, poétique et violente dans les rythmiques, qui nous conduit sur des chemins invisités du rock (même si ce terme est trop étroit pour qualifier le prog). Les inconditionnels ne seront pas déçus car on retrouve ici toute la puissance lyrique et rythmique de IQ. Certainement plus prog et probablement moins directement accessible que le dernier mais assurément plus singulier. Je ne vais pas entrer dans une inutile analyse morceau par morceau, mais force est de reconnaitre qu'un morceau "épic" comme "Without walls" est beaucoup plus original que ""harvest of souls" un autre épic (Dark matter) qui était un subtil mélange de The Gates of Delirium" et "Supper's ready". Avec un final digne des grands avec la guitare hackettienne de Michael Holmes, guitariste top gun honteusement méconnu qui nous livre de magistraux soli, cepandant un peu en retrait par rapport au disque précédent (ce qui pourrait éventuellement frustrer le guitariste amateur que je suis!).
IQ c'est bien sûr la voix de Peter Nicholls, une grande voix du prog, jamais limitée dans les aigues et tellement chargée d'émotion. Ici à son niveau le pus haut à mon avis (on peut ne as aimer cette voix, mais on paut ne pas aimer le prog et ses voix singulières..).
Bref les 5 morceaux, de longueurs inégales mais tous singulièrement climatiques comme d'habitude, nous transportent si bien sûr on se donne la peine et le temps de simplement écouter. Un disque qui finit magistralement sur des notes d'un Stenway 1969 (s'il vous plait!), bientöt accompagné d'une Takamine nylon et de délicates nappes de synthé et la voix magistrale du maestro qui nous murmure: "resterez-vous jusqu'à la fin?". Of course my dear!!! les paroles de IQ méritent toujours le détour, en particulier avec cette route des os qui dénonce subtilement les dérives d'une belle idée qui se transforme en idéologie meurtière..;
Au fait: ne pas se dispenserr du second cd (Road of Bones n'étant pas un double concept album comme Subterranean) qui offre des compos très punchy avec les claviers du petit nouveau (pas forcément "vintage" vu le matériel) bien mis en avant. Qelle créativité quand même!
Indispensable en 2014.;et bien après!!!!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une route sinistre certes,mais que l'on parcourt avec grand plaisir., 22 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
outre le superbe com 5 étoiles de mr dullieu, je tiens à rajouter que cet album est indispensable pour tous les fans et surtout dans sa version double deluxe ou croyez le bien les 6 morceaux supplémentaires n'ont rien de bonus de remplissages. on reste dans la mème haute volée que l'album principal. plein de surprises et d'ambiances que seul ces géants du prog savent nous distiller. je peux rajouter que sur cet album les claviers maintenant tenues de main de maitre par neil durant sont très présents et font preuves d'une inventivité de tous les instants. peter nicholls chante toujours superbement,il est aussi indispensable dans le microcosme progressif que le grand jon anderson à mon humble avis. en tout cas il sait installer des climats et des ambiances tour à tour magique,tragique ou mélancolique. curieusement le plus en retrait sur ce disque est michael holmes. ces solos qui valent largement un steve hackett ou un steve rothery sont peux présents. là il est plutot très rythmique et harmonique et décoche des riffs parfois très lourds,les plus agressifs de toute la discographie d'IQ. c'est cet aspect je pense qui donne un peu plus de noirceur à ce disque sublime. à ne surtout pas sous estimé le travail énorme de tim esau sur sa basse qui n'a rien à envier au grand john jowitt. et paul cook injustement critiqué à une époque par un fanzine que je ne nommerai pas sur son jeu soi disant simpliste (si, si) est un des meilleurs batteur de la scène néo-prog tout simplement! du mème tonneau par exemple qu'un fudge smith, capable de superbes cassures et autres breaks renversants, ce type est le BATTEUR d'IQ y a pas photo! voilà je ne peux que vous conseiller de bien lire le com de mr dullieu car très juste et de ne surtout pas hésiter à prendre la version double deluxe. car plus c'est aussi bon,plus il faut long! amis du prog et fans je vous salue et vous invite à soutenir le groupe toujours que plus méritant!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Excellent album., 18 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Je suis IQ depuis un certain nombre d'années et je suis toujours pas déçu même si celui-ci je le trouve plus sombre que les précèdents. Malgré tout ça reste un must et une reférence dans le rock progressif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 VRAIMENT ÉMOUVANT..., 22 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road of Bones (CD)
Bonjour à tous!
Franchement, ce DOUBLE d'IQ est une vraie perle!! A quelques détails prés, je partage vraiment tous vos avis positifs! et il n'y a qu'a d'ailleurs aussi jeter un œil, sur amazon UK... pour bien se rendre compte, que ce disque est énorme!! (note max à prés de 99%!!!) Alors de grâce, ne descendez surtout pas un disque pareil en flamme! même si certes, tous les goûts dans la nature...il suffit juste, d'essayer d'y mettre un peu les formes!. (je suis bien triste pour les "blasés vaccinés" du progressif de la grande époque... ne leur fallait-il pas juste un peu mieux gérer les écoutes dans le temps? je dis ça je dis rien...) Maintenant, pour des œuvres pareilles, comment peut on aussi donner avis définitif, après seulement 2/3 écoutes!

....en attendant, entre IQ et Steven Wilson (autre Ovni,y incluant bien sur Porcupine Tree...), bien des mélomanes s'y retrouvent bien ces derniers temps...quel pieds!! mois qui commençais à désespérer il y a peu...ayant bien du mal à oublier les mythiques Genesis et PinkFloyd...rien que ça! (attention, je ne prétend pas que le niveau est forcement le même! mais parfois, on s'en approche bien...)

Alors merci IQ pour vos mélodies de ouf!!

MP
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Road of Bones
Road of Bones de Iq (CD - 2014)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit