undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Steel Panther ou le petit phénomène (grandissant) de la scène - plus vraiment existante - hair metal. Ce groupe réjouit autant qu'il agace. D'un côté, il y a ceux qui s'y intéressent et qui l'aiment pour le délire car ce quatuor remet les 80's au goût du jour en accentuant encore plus le côté débridé de cette fameuse décennie. Look improbable, humour potache, extrême insouciance, sexe à tous les étages... Les Mötley Crüe, Warrant ou autres Poison sont ressuscités (certains, dont un de mes estimés collègues qui les a pris en grippe, diront plutôt "resucés") voire parodiés sous nos yeux ébahis (il faut voir les clips délirants, véritable apologie d'un mauvais goût assumé). Mais il y a également ceux qui trouvent que le groupe n'a aucun intérêt et ne fait que piller l'héritage de ses aînés sans apporter quoi que ce soit de neuf au genre et surtout sans atteindre le niveau de ses modèles. Je fais partie de la première catégorie. Peut-être à cause de mon manque de culture en la matière... Car je n'ai jamais voué un culte à ceux qui ont inspiré Steel Panther. Ce n'est pas vraiment mon style de musique à la base. Mais j'ai été attiré par le côté exagéré de la chose, la parodie... Et puis, je l'avoue, beaucoup de compos de Feel The Steel (premier méfait des Californiens) m'ont quand même bien botté le cul. C'était fun, énergique, bien foutu... globalement très accrocheur. Donc, à la base, j'aime plutôt bien Steel Panther. Et pourtant, quand ce troisième album a débarqué, je n'ai pas été des plus enthousiastes. Explications.

Deux choses expliquent mon manque d'impatience à l'annonce de l'arrivée de All You Can Eat. Tout d'abord, l'appréhension du côté un peu prévisible de la chose (Steel Panther a développé un penchant certain pour la répétition... lors de ses concerts par exemple, toujours très fun mais quasi-identiques avec les mêmes blagues au même moment, etc.) et, par conséquent, la peur d'une certaine lassitude de ma part. Ensuite, parce que les deux extraits qui nous ont été offerts avant la sortie réelle de l'album, Party Like Tomorrow is the End of the World et The Burden of Being Wonderful, ne m'ont pas emballé plus que ça. Pas de mauvaises chansons bien sûr, mais des morceaux assez tranquilles, ni trop pêchus ni hilarants. Le groupe avait clairement déjà fait mieux... Heureusement quand All You Can Eat démarre, il le fait bien. Comme le veut la coutume, c'est un titre particulièrement heavy qui ouvre les hostilités : Pussywhipped. Chouette intro à la guitare sèche, riff burné (c'est de circonstance), tempo enlevé, break et solo de Satchel aux petits oignons... c'est bien mieux que les deux extraits qui précédaient l'arrivée de cet opus et ça me rassure ! Dans un style semblable (comprendre pêchu) Gloryhole assure également. On passe vite sur le champ lexical des panthères, il est inchangé. Manowar a ses "kings", "fire", "gods", et autres "steel"... Steel Panther reste fidèle à ses "balls", pussy", "dick", "ass", sans oublier "vagina" (très important). Musicalement, le père Satchel a toujours de bons petits riffs et soli experts dans son sac, la production est impeccable (solide) et Michael Starr confirme qu'il est un très bon chanteur. Quand le groupe se fait énergique, il fait souvent mouche. Les morceaux Gangbang at the Old Folks Home, Ten Strikes You're Out ou B.V.S. peuvent en témoigner. Mais aussi bons soient-ils (et ils le sont), ils ont du mal à rivaliser (en ce qui me concerne) avec les tubes du premier album. On a de chouettes chansons ici, mais peu d'entre-elles me font un effet aussi boeuf (ouh là, la vieille expression) que Death To All But Metal, Fat Girl, Asian Hooker, Party All Day, Eyes of a Panther etc... Et le problème est qu'il y a aussi quelques pistes sur lesquelles il ne se passe musicalement pas grand-chose. J'oublie If I Was The King aussitôt après l'avoir écouté... à chaque fois ! Les textes peuvent alors relever un morceau un peu plat, mais parfois, là aussi, ça sent la facilité, comme avec You're Beautiful When You Don't Talk. Bref, le groupe me faisait plus rire avant. Est-ce de sa faute ? Est-ce dû au fait que l'effet de surprise et la fraîcheur des premières heures se sont estompés ?

Objectivement, All You Can Eat est un album franchement sympa. C'est toujours du Steel Panther, l'esprit provoc et régressif reste le même et quelques chansons sont aussi entraînantes que bien fichues... mais la blague commence à virer à la routine et la musique est d'inspiration inégale. Il n'y a pas de quoi fustiger ou enterrer le groupe mais on peut peut-être commencer à s'inquiéter pour la suite des aventures des panthères d'acier salaces dans la mesure où chaque nouvel album semble être un cran en dessous du précédent. Si le combo persiste dans cette voie et ne propose pas bientôt une véritable collection de morceaux qui tuent, la lassitude risque de gagner du terrain et on se souviendra alors de l'expression "les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures".

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici donc le troisième album de Steel Panther, ceux qui ont appréciés les précédents ne seront pas déçus, il s'agit de leur suite logique.
Les musiciens sont toujours excellent, ne se prennent pas au sérieux mais ne lésinent pas sur la qualité d'interprétation.
Le style est toujours aussi parodique du glam rock, et toujours aussi délirant, et les textes des chansons se situent toujours au niveau de la ceinture (parfois çà va jusqu'à la bouche....).
Donc cet album se laisse écouter avec beaucoup de plaisir, mais attention...en continuant toujours de cette façon la lassitude pourrait bien débouler à grands pas, il faudrait peut être se renouveler un peu... ou disparaitre (tel est le risque de ce genre d'aventures).
La pochette du CD (pour les exemplaires ayant une jaquette cartonnée extérieure) est beaucoup plus appétissante que celle que l'on voie ici...
Ma note 3,5+, arrondie à 4 étoiles.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2014
Qui ne voudrais pas participé a ce festin!!!! oui car pour moi c'est un sacré festin cet album!!! un M.STAR toujours au top avec toujours des petits cris a la david lee roth!!!!! et un jeu de gratte de notre ami SATCHEL qui le place pour moi au sommet des guitar heroes du moment!!!! c'est un cd bon , avec une nuance de punky sur "party like tomorrow is the end of the world" au demeurant excellent et un clip toujours aussi fou. plus metal sur l'entree du cd avec "pussywhipped" mais superbe sur "gangbang at the old folks home" avec l'aide de monsieur vivian campbell et les autres morceaux sont aussi excellent!!! et comme dans les années 80 on a droit a notre morceaux plus fm "the burden of being wonderful" pour les radios et le clip qui va avec!!!!!! ah!!! steel panther me faire mordre comme ça , moi j'en redemande!!!!!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2015
Nouvel album, nouvelle beigne!
C'est toujours aussi propre (musicalement) et aussi cradingue (les paroles).
Bref, on aime ou on déteste. Les filles semblent adorer en tout cas (c'est bon signe).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2014
Super vinyle !!! Steele Partner très bon groupe, avec un bon son sur la platine.
Je le conseille, a l'achat.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)