Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brillante analyse géopolitique, 1 juin 2014
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Jean-Michel Quatrepoint surprend toujours son lectorat par la pertinence de ses analyses. Mourir pour le Yuan ? : Comment éviter une guerre mondiale décrivait la tenace évolution de l'impérialisme chinois, alliant nationalisme, mercantilisme et soft-power. "Le choc des empires", rédigé en octobre 2013 (date de sa remise à l'étiteur Gallimard d'après son auteur, en conférence à l'un des récents "Mercredis de la NAR"), précise l'évolution de trois empires : la Chine, les Etats-Unis et ... l'Allemagne.

La Chine travaille sur les ressorts de l'humiliation imposée par le Royaume-Uni dans le commerce de l'opium. Importateur de thé, la balance commerciale entre le Royaume Uni et la Chine était déficitaire. Pour y remédier, les Anglais exportèrent l'opium, rendant dépendante de la drogue une grande partie de l'aristocratie chinoise. La juste et compréhensible révolte de l'Empereur de Chine se traduisit par l'envoi de canonnières britanniques qui, par la force des armes, imposèrent le "libre-échangisme". Le déclin de la puissance chinoise est marquée de cet événement. Les Chinois ne l'ont pas oublié. La Chine revient fortement dans l'influence mondiale sur sa monnaie, le Yuan qui récemment tenta une alliance avec le Yen, rapidement déjouée par les Américains. La Chine revendique des territoires (la stratégie du collier de perles) dont de fait le contrôle de la Mer de Chine méridionale qui donne lieu à des frictions avec le Vietnam et le Japon.

La stratégie américaine de contrôle des sources de production d'énergie (la stratégie de Hillary Clinton - le point clef du 21° siècle) impose l'isolation de la Chine et de la Russie. Une alliance économique sur le modèle que l'Amérique veut imposer avec la complicité active de l'Allemagne, le TAFTA, lie les Etats-Unis à de nombreux pays asiatiques. Le TAFTA aura pour conséquence, voulue par l'Empire Américain; l'isolation de la Russie.

Les Etats-Unis sont clairement entrés dans une phase de conquête impérialiste qu'illustre l'amende en "négociation forcée" imposée à la banque française BNP PARIBAS. C'est, via l'OTAN, l'imposition d'une politique étrangère guerrière sur le sujet de l'Ukraine qui amène l'Union Européenne (atlantiste dans ses fondements et ses dirigeants) à soutenir un pouvoir mené par un corrompu entouré de ministres nazis à Kiev et diabolisant la Russie. La France, conduite sans pilote depuis tant d'années (la supposée présidence de Sarkozy y incluse) au lieu de jouer un rôle attendu d'elle de médiatrice, par veulerie s'aligne sur la politique nord-américaine (comme elle le montra récemment encore sur le sujet syrien).
Les Etats-Unis ont compris que le duopole (G2) avec la Chine, travaillé pendant la dernière décennie, dans lequel ils voulaient tenir le premier rôle, n'a pas délivré ce qu'ils souhaitaient - la Chine se refusant de jouer le second rôle.
Nous sommes entrés dans une nouvelle décennie de développement commercial. Le modèle de développement des multinationales recherchant de la main d'oeuvre pas chère en dehors de leurs pays de naissance est fini. Nous assistons à des rapatriements industriels, même si ces derniers sont encore mineurs. Le mirage du marché chinois s'est révélé. Les Chinois, ultra-protectionnistes, se chargent d'exploiter leur marché, sans le concours des firmes occidentales (contraintes à des joint-ventures, puis remerciées).
Le moteur de la politique américaine est l'énergie et le dollar contre l'émergence d'autres monnaies se voulant internationales : le Yuan saura-t-il affirmer ce statut ? Quand ? Son ouverture est voulue par Beijing.

Le modèle de développement chinois est proche de celui de l'Allemagne : mercantilisme et soft-power. L'Allemagne est une économie de bazar qui a toujours su utiliser, depuis son relèvement post- seconde guerre mondiale, son Hinterland : la RDA a servi de fabricant de sous-ensembles industriels qui étaient exportés à la RFA. Si les hommes n'étaient pas libres de franchir le rideau de fer, les marchandises transitaient librement. Le dumping de fait des produits, machines, automobiles allemands a permis d'affirmer sa puissance industrielle. La réunification de l'Allemagne et l'ouverture de l'UE aux pays d'Europe centrale a agrandi l'Hinterland allemand, transformant ses économies en sous-traitant de l'Allemagne à bas coûts et les faisant les obligées politiques en Europe. Les produits ne sont plus uniquement industriels mais aussi agricoles. Le Deutsche Mark fort permettait à l'Allemagne d'affaiblir ses concurrents européens et d'importer à moindre coût de son Hinterland les sous-ensembles produits. L'Euro, calé sur le Deutsche Mark (rappel : 1 Euro = 2 Deutsche Mark à sa création) a poursuivi la politique d'une monnaie forte : les statuts de la BCE qui visent la stabilité monétaire et non le plein emploi, rappelons le, consolident les bases de cette monnaie forte.

Si l'Euro fort tue notre industrie, et celle des pays de l'Europe du Sud, il renforce tout au contraire celle de l'Allemagne. Dumping salarial et social pendant une décennie (Jospin ne vit que du feu, porté par une économie en développement, il se crut faiseur de miracles ...) et monnaie forte ont contribué à la réalisation d'excédents commerciaux massifs nécessaires pour le financement des retraites des salariés allemands (les eurobéats qui croient au mythe du fédéralisme n'ont absolument rien compris à la stratégie de développement économique allemande).

L'Allemagne est le premier partenaire économique européen de la Chine. L'estime réciproque entre ces deux empires est nettement plus solide que les débiles incantations au "couple franco-allemand". Pour l'un comme pour l'autre, ce qui prime, c'est la diplomatie du carnet de commandes. Le centre géo-politique de l'Europe, qui a sa création était Paris, puis à son extension, en France vers Strasbourg, a depuis l'ouverture aux nations de l'Europe centrale, migré à Berlin. L'UE, c'est l'Allemagne qui joue de tous ses pouvoirs et lobbies pour affirmer son pouvoir, usant du "Nein" très fréquemment (la France se remarquant par son aplat-ventrisme). Dans les conseils européens, c'est l'Allemagne qui bénéficie de la majorité.

L'Allemagne, nous démontre Jean-Michel Quatrepoint, redonne vie au Saint Empire Romain Germanique. Ses deux clients sont la Chine et les Etats-Unis. C'est ce rapport économique privilégié qui donne le sens de la politique extérieure de l'UE.

Jean-Michel Quatrepoint a, par rapport au livre, dans sa conférence, évoqué la renaissance de l'Empire russe, qui fera l'objet d'une nouvelle étude prochainement.

"Le choc des Empires" fourmille d'exemples précis étonnants, marquants, nous aidant à ouvrir les yeux sur les enjeux stratégiques politiques qui, citoyens français, nous concernent au premier rang.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Globalement excellent, 22 avril 2014
C'est incontestablement un bon livre, avec, notamment, une longue seconde partie sur l'Allemagne tout à fait passionnante. L'auteur y explique comment l'Allemagne s'est muée en une sorte "d'empire soft", qui domine l'Europe par le commerce, mais sans user de la force, un peu sur le modèle du Saint Empire romain germanique. C'est très bien vu.
Après, à mon sens, il y a un (petit) bémol, peut-être lié à une mauvaise compréhension de ma part et que je formule donc avec prudence. Ce qui est dit, en toute fin du livre, de la France, m'a surpris. Il me semble que JM Quatrepoint trouve que les personnes aisées payent trop d'impôts en France. Elles en seraient même poussées à l'exil. Une solidarité tout à fait surprenante avec l'acteur Depardieu ? Je n'ose y croire.
Outre ce point de détail, cette lecture est à recommander, notamment pour la présentation très globale des rapports de force mondiaux et la vision large. La précision des connaissances sur la Chine est par ailleurs remarquable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Incontournable, 15 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Un excellent ouvrage dont l'auteur nous livre une analyse pertinente, sans langue de bois, sans détour de la situation mondiale, des conflits et des stratégies économiques des grandes puissances ou plus précisément celles dont l'hégémonie est exponentielle et celle(s) - la France notamment qui sont dans le déclin.

Nous aimerions que nos dirigeants lisent ce genre d'ouvrage au lieu de commenter les frasques des compagnes de celui qui porte le titre de président de la république.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent., 3 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Une autre illustration du déclin de la France, qui ne trouve plus sa place parmi les grands de ce monde. On réalise à la lecture de ce livre passionnant l'autisme, l'aveuglement de la classe politique française actuelle, face au nouvel état du monde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit