undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles18
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
12
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: Album vinyle|Modifier
Prix:25,65 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 octobre 2004
Après de longues années peu inspirées, Lavilliers nous revient avec un bel album digne d'"O Gringo".
Textes riches, musiques originales et variées. Arrangements travaillés...avec l'éternel Pascal Arroyo à la basse sur pas mal de titres.Les autres musicos sont évidemment au top. Un régal ! !
Un des meilleurs album de Lavilliers. A découvrir au fil des écoutes.
0Commentaire|31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2004
Lavilliers a repris sa route et voici l'un de ses plus beaux carnets de bords. La force tendre et militante du voyageur respire un album tout en finesse ou les notes rythment avec simplicité des chansons d'amour, de rêve, de voyage et d'hommage. L'écoute SACD, aux timbres magnifiques, est un peu déroutante, on est, comme à l'époque de TARATATA, au centre de la scène les instruments nous encerclent, la musique nous enrubannent des 5 voies et son écoute nous ensorcele. A s'offrir.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2005
Lavilliers reste fidèle à lui-même... rythmes et mélodies arrangés avec brio, paroles à méditer, on se prend parfois à avoir des frissons... de plaisir et de joie, malgré les sujets graves et profonds qui touchent notre existence et ce bas monde.
Achetez, écoutez, réécoutez maintes fois, au bon vouloir de votre chaîne hi-fi qui elle aussi aura du mal à s'en passer !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis ses débuts, Bernard Lavilliers est un artiste qui dérange. D'aucuns pensent que le créateur a été dévoré par son personnage, par l'image de boxeur-baroudeur-bodybuildé amoureux du Brésil qu'il nous assène à tout bout de champ. Pourtant, l'homme est plus complexe qu'il n'y paraît (à ce titre, on conseillera la lecture de l'excellente biographie de Michel Kemper, "Les vies liées de Lavilliers", ouvrage publié fin 2010). Pour qui s'est penché sur l'oeuvre très conséquente du Stéphanois, il faut reconnaître que celui-ci fait sonner la langue française comme personne. Par la diversité de sa palette musicale, on peut le comparer à Gainsbourg, Nougaro, Higelin, qui eux aussi ont tenté avec bonheur de marier la langue de Molière aux sonorités exotiques (reggae, musique du monde, rythmes latino et rock). On retrouve tout cela dans "Carnets de bord", publié en 2004, soit trois ans après le succès des "Mains d'or", qui avait offert à Lavilliers son plus grand tube depuis le fameux "Noir et blanc" de 1985. Ce disque sonne un peu comme un bilan de carrière en même temps qu'un résumé des épisodes précédents: brûlots reggae engagés (Question de peau, Etat des lieux), qui rappellent la grande époque de "Pigalle la Blanche", tubes latino (Voyageur, Elle chante, L'été) qui s'alignent avec "La salsa". Sans oublier le versant folk-rock, à travers des ballades fiévreuses comme "Silences" ou "La mort du Che", qui font écho aux anciens classiques "Betty" ou "Trafic". Que du très bon, et enfin une production à la hauteur des chansons, ce qui n'était pas le cas dans les trois albums précédents (Champs du possible, Clair obscur et Arrêt sur image). Ajoutons à cela quelques duos prestigieux (Césaria Evora prête sa voix magistrale sur un titre), et nous tenons le meilleur album de Lavilliers dernière période, qui forme le chaînon manquant avec ses classiques des années 80 (O Gringo, Nuit d'amour, Voleur de feu). Les deux disques suivants (Samedi soir à Beyrouth et Causes perdues), peu passionnants et assez inutiles, n'atteindront pas la densité de ce "Carnets de bord", qui reste l'album de référence pour qui veut découvrir l'univers de Bernard Lavilliers.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2004
Lavilliers c'est d'abord un voyageur, un promeneur de mélodies, des percussions qui riment le sentier, et colorent la route. Lavilliers c'est aussi un poète et les textes sentent les fleurs, la sueur, et l'éternel engagement d'un homme, pour une certaine idée de la justice et de la liberté. Il est digne Stéphanois encore dans ses veines coule le sang de la Manu et de l'ouvrier. Il est lui un oeuvrier, qui laisse couler les flots, en de somptueux duos, avec une voix qui chaleureuse et puissante laisse encore le sel au fond de la gorge. Juste assez de sel pour entre deux chansons avaler ce verre de téquila et de saisir ce citron vert que Bernard, ami magnifique, nous tend pour nous rassasier. Et celà juste pour calmer l'instant, car le feu suivant celui de l'alcool c'est la reprise de la chanson d'apres ''Silence'' ...''de l'autre coté de la rue... hors de portée de vue...plus le soleil est dur, plus l'ombre est noire''. Voilà, moi pas de désespoir avec Bernard mais un plaisir vif, renouvelé, et une énergie propre, écologique et souhaitable.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2004
Du grand Lavilliers. Le "toucher" du guitare est intact et peut-être encore meilleur. Les paroles sonnent justes, rien est à rajouter, rien est à enlever. Dans "Elle chante" il magnifie la femme avec l'apport de Césaria Evora.Mais qui a pu prétendre qu'il était mysogine ? Pas besoin de grand discours alambiqués pour dénoncer le racisme ou la dérive du monde libéral, "Question de peau" et "Etats des lieux" nous aménent droit dessus. Le rebelle nous offre "la mort du Che", bravo ! Et puis il y comme toujours chez Bernard l'appel du large avec les "voyageurs","Marins"," Messageries Maritimes"," Brooklin". Quant à "silence" c'est une poésie que n'aurait pas rénié son Maitre le Léo Ferré
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2011
une invitation au voyage au travers des rythmes latino, les textes sont magnifiques, avec un petit bijou qui nous raconte la mort du che, un album très réussi comme toujours, lavilliers fait partie de ses grands auteurs-compositeur dont on ne se lasse jamais, album intemporel.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2011
La qualité SACD est peu diffusée dans la musique non classique et, a fortiori dans le catalogue des chanteurs français de tous genres.
Quel dommage quand on dispose d'une chaine Homecinema de plus en plus accessible et d'un ampli polyvalent.

Recherchant depuis près de 4 ans cette qualité de CD-audio - SACD- j'ai redécouvert ou revisité Bernard Lavilliers, chanteur engagé pour certains, tout simplement inspiré et chaleureux pour d'autres.

"Carnets de bord" est le seul SACD disponible de sa discographie, en attendant je l'espère son "GRINGO".
Dans cette ambiance d'écoute spatiale et estivale, cet été 2011, des partitions orchestrées très originales, communicatives voire intimistes comme "Voyageur", "elle chante", l'Eté" ou encore "Messageries maritimes et "Marin" m'ont fait partagé le besoin vicérale de B. Lavilliers de s'évader de son Hexagone natal, pour découvrir des horizons lointains mais aussi rechercher l'âme soeur dans la chaleur de plages exotiques.

Des moments d'écoute spatiale vibrante à consommer sans modération.
J'invite AMAZON à élargir son offre de SACD français, en grande partie épuisée, avec la montée en puissance actuelle des équipements des particuliers en Homecinema.

bpr-Oise
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2006
On l'a toujours aimé, le stéphanois, à l'époque où l'on croyait tenir un grand chanteur populaire et intello, un johnny de gauche, quoi, jusqu'à ce qu'il se regarde un peu trop le nombril et les biceps, s'enferme dans ses métaphores et se caricature... De ces 20 dernières années, peu d'albums ont eu la force d'O Gringo. Juste quelques pepites clairsemées, jusqu'à ce carnet de bords qui résume le personnage et présente ce qu'il sait faire de mieux.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2014
Bonjour
Je vous remercie pour votre travail
Lary MICHEL Bonjour
Je vous remercie pour votre travail
Lary MICHEL Bonjour
Je vous remercie pour votre travail
Lary MICHEL
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €