undrgrnd Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles27
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 novembre 2010
Un policier au rythme très particulier, entre pause et accélération, au ton parfois sarcastique, fait de joies et de douleurs. Ce que j'aime chez Connelly, c'est la qualité de l'histoire et le recours très rare au "coups du sort", très courant chez certains auteurs qui n'arrivent pas à maintenir le suspense par la qualité de leur histoire.
Bien sur, il faut apprécier la psychologie complexe et tourmentée, voire trouble, du héros, son côté à la fois cynique et sentimental, mais cela participe bien sur à la qualité de l'oeuvre de Connelly, et cela ressort particulièrement dans ce roman. Pas de héros lumineux, juste un homme, parfois trahi, avec sa propre morale, qui se retrouve confronté au système judiciaire et à une enquête compliquée. Pas facile de mener correctement les 2 de fronts, tout en protégeant plus ou moins sa vie privée. Du bon, du grand policier
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2009
Le bouquin est peu "vivant" durant toute la première moitié du récit (le procès de Bosch) , puis bien entendu final haletant, le nouveau lecteur qui ne connait pas Michael Connolly doit commencer par des bouquins plus "accessibles" du type " les égouts de Los Angeles" ou Bosch est présenté, mis en place. Attaquer par la "Blonde en Béton est l'assurance de ne plus jamais lire cet auteur, et ce serait dommage.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2004
Un trés bon Connelly. Le suspens est complet. Plusieurs solutions sont possible pendant trés longtemps. Pour ceux, comme moi, qui ont lu les avantures d'Harry dans le désordre on découvre une partie de sa psychologie.En toile de fond l'auteur décrit la justice américaine peu reluisante.A lire sans interuption, je cherche le suivant.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2009
lire un Connelly c'est comme manger une glace, on déguste et on devient dépendant.
La blonde en béton ne déroge pas à la règle.L'histoire qui débute dans un tribunal ou Harry Bosh va se défendre bec et ongle contre une avocate teigneuse qui l'accuse d'avoir tué un innocent qui n'est autre que le "Dollmaker" va etre trépignante ! Surtout qu'en meme temps le Dollmaker va faire parler de lui!
Ce roman est impressionnant, le meilleur dans l'ordre chronologique.L'enquete ne laisse aucun temps mort, les rebondissements sont nombreux jusqu'aux dernières pages! On apprend beaucoup sur le caractère et le passé de Harry Bosh , ce qui permet de s'attacher à ce personnage fragile mais tellement humain .
J'adore la relation qu'il entretient avec Sylvia (la veuve de Cal Moore, voir la glace noire), on peut dire que c'est un peu le coté poétique du roman.
Seul petit bémol, Michael Connelly aurait pu terminer le roman sur cette phrase de Bremmer, le journaliste:
- On vit dans une putain de ville, hein, Harry ?
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'inspecteur Harry Bosch que l'on ne présente plus et qui est le grand héros de Connelly, est persuadé que le "tueurs de poupées" (un sérial killer) qu'il a abattu un soir continue à sévir.
A moins qu'il ne se soit trompé et que "le Dollmaker" soit un autre homme.
Bosch se met à douter au moment ou l'on retrouve une nouvelle victime sous le béton d'un immeuble et qui est tout à fait semblable à une victime du "Dollmaker".
La veuve de Church décide de poursuivre Harry Bosh devant le tribunal pour méthodes brutales, peu orthodoxes et assez "cow boy".
Ensuite, l'histoire devient absolument palpitante ( Le conflit avec l'avocate de la veuve de Norman Church, Honey Chandler - l'enquête de Bosch pour arrêter le meurtrier qui lance des menaces etc...).
Pour moi Michael Connelly est l'un des grands du polars contemporain avec Ellroy, Lehane, Hillerman, Robinson, c-j Box (un petit nouveau en France que j'adore) ainsi que quelques grandes dames comme P-D James, Ruth Rendell ou encore Mo Hayder.
J'ai choisit de commenter "La blonde en béton", mais vous pouvez également lire " Le cadavre dans la rolls", "Echo Park" ou encore son premier roman "Les égouts de Los Angeles".
Je mets la note maximum, 5 étoiles.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
vraiment j'ai beaucoup aimé ce livre car l'intrigue fonctionne de façon différente des autres intrigues de connely / inspecteur bosch : en fait on se trouve dans le procès du héros de l'histoire, accusé d'avoir tué un assassin alors que les crimes continuent de manière inexpliquée... et le bon harry bosch mène en parallèle l'enquête des nouveaux meurtres !

bref beaucoup de suspens, on rentre vraiment dans une enquête très judiciaire, et ca vaut vraiment le coup !

le petit bemol quelques longueurs au début avant que l'action ne commence et alors là j'ai dévoré le livre :-)
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2006
Fan de romans policiers, je n'avais jamais lu Mickael Connelly auparavant.
Mon verdict?
J'ai passé de grands moments grace à ce roman dont l'intrigue est très bien menée. Le suspens est omniprésent, les personnages plus vrais que nature et l'inspecteur Bosch franchement attachant.
Ma prochaine lecture?
Un Connelly, forcément!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2006
Un des premiers Connelly que j'avais lus, et que j'ai eu plaisir à redécouvrir quelques années plus tard.

L'intrigue est parfaite. Harry Bosch est accusé du meurtre de Norman Church, homme qu'il a abattu il y a quelques années en pensant qu'il était le "Dollmaker", un tueur en série qui maquillait ses victimes comme des poupées.

Au début de l'intrigue, Harry Bosch se retrouve sur le banc des accusés, face à une famille qui clame l'innocence de Norman Church, une avocate particulièrement efficace, situation qui se complique avec la découverte en parallèle du procès d'un corps coulé dans le béton.

On partage longtemps les interrogations de Harry Bosch, car l'intrigue avance pourtant bien, distille progressivement ses secrets ; malgré tout, la fin est pendant une longue partie du roman assez imprévisible.

Si vous n'avez jamais lu de Connelly, c'est un excellent livre pour commencer, car il décrit bien cet univers commun à quasiment tous ses livres, l'univers assez peu reluisant, marginal, de Los Angeles.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2015
Ce que l'on abhorre c'est d'avoir percé le mystère avant la fin, ce que l'on adore c'est d'être mené par le bout du nez jusqu'au bout ! Un héros attachant avec ses failles et ses imperfections, mais aussi ses valeurs, et une intrigue inédite font un ensemble que l'on dévore sans modération.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec plus de 20 romans policiers à succès à son actif, Michael Connelly est aujourd'hui l'un des auteurs de romans policiers les plus connus et les plus appréciés au monde.

La blonde en béton (The Concrete Blonde), paru aux Etats-Unis en 1994 et en France en 1996, a obtenu le prix Calibre 38 ainsi que le prix du meilleur polar des lecteurs de Points en 2012.

Il s'agit d'un roman judiciaire qui met en scène le propre procès de l'inspecteur Harry Bosch, accusé par une avocate teigneuse d'avoir fait un usage abusif de la force en tuant un suspect présumé être un tueur en série, le Dollmaker, grimant ses victimes après les avoir assassinées. Le cas de l'inspecteur Bosch s'aggrave lorsque le Dollmaker censé être mort indique à la police l'emplacement du corps de l'une de ses victimes, tuée selon le rituel habituel du tueur en série. Parallèlement au procès qui tourne de plus en plus mal pour lui, Harry Bosch mène son enquête de façon pro-active pour retrouver le Dollmaker et s'en sortir. Heureusement, il bénéficie de son expérience et de sa compétence et du soutien de sa compagne. Bosch arrivera-t-il à s'en sortir?

Les romans de Connelly obéissent généralement à une double règle: entraîner le lecteur dans une intrigue ingénieuse et palpitante dont il ne peut plus se passer avant d'avoir achevé la dernière page du livre et le faire réfléchir, très souvent sur la justice, et de façon générale sur le monde contemporain. La blonde en béton réussit parfaitement ces deux objectifs. Le roman est prenant, captivant, l'intrigue ingénieuse. Comme Bosch est pris dans l'engrenage de la justice, on ne peut manquer de s'identifier à lui et de participer à son combat. En même temps, l'on se dit qu'il vaut mpieux ne pas avoir affaire à la justice, qu'il s'agit d'ailleurs davantage d'un jeu que de justice et que tout peut arriver, surtout si l'on n'a pas de bonnes cartes. Et Bosch, pourtant opolicier, n'a pas réelement de bonnes scartes. Son avocat, commis par la mairie est nul alors que l'avocate de son adversaire, est sacrément douée. Si Bosch peut se retrouver dans une telle situation, on imagine le sort du commun des mortels face à l'engrenage judiciaire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,49 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)