Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 À Vontade (1964) - Baden Powell, 23 septembre 2014
Par 
Miedj (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Baden Powell A Vontade (1964) (CD)
À Vontade (1964) est une pièce musicale d'excellente facture réalisée par le célèbre guitariste Baden Powell à une période où la Bossa Nova était encore le genre hégémonique au Brésil. Je ne suis pas un très grand fan de la guitare acoustique, mais je dois reconnaître que Baden Powell arrive à créer une atmosphère. Toujours la même recette pour réussir un album de ce niveau : la qualité des compositions (et l'on retrouve des noms comme Tom Jobim, Vinicius de Moraes et bien sûr Baden Powell), et la qualité de l'interprétation (le jeu extrêmement "serré" et énergique de Baden Powell à la guitare). J'ajouterai un troisième ingrédient qui sur À Vontade produit cette plus-value musicale : ce mélange de complicité et d'improvisation entre la guitare de Powell et la batterie de Joao Batista Stockler Pimentel qui génère un effet booster (à l'image de "Sorongaio") ou de "Conversa de Poeta"). Un album qui mélange créativité et dynamisme, mélancolie et douceur. À Vontade annonce le futur chef d'oeuvre et l'une des plus grandes pièces de la Bossa Nova et de la musique brésilienne Os Afro-Sambas De Baden e Vinícius (1966) (bossa-normandie.over-blog).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Baden Baden, 16 juin 2013
Par 
Stan FREDO (BORDEAUX, Aquitaine, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Baden Powell A Vontade (1964) (CD)
Roberto Baden Powell de Aquino (1937 - 2000) doit une partie de son prénom à l'hommage qu'ont voulu faire ses parents au fondateur du scoutisme Lord Robert Stephenson Smyth Baden-Powell of Gilwell (1857 - 1941).
Baden Powell commence sa carrière de guitariste en 1955, compose son premier classique en 1959 avec 'Samba triste', sur un texte du chanteur Billy Blanco. Le morceau est repris en 1962 sur l'album 'Jazz Samba' de Stan Getz et Charlie Byrd, qui a permis l'explosion de la "nouvelle vague" (bossa nova) et d'autres musiques brésiliennes dans le monde entier. Cette même année 1962, Baden Powell noue avec le diplomate et poète brésilien Vinicius de Moraes un partenariat d'écriture dont 'A Vontade' est le premier résultat.
Cet album est aussi le premier de Baden Powell pour le label indépendant Elenco Records, fondé à Rio de Janeiro par Aloysio de Oliveira. Selon Soul Jazz Records, qui réédite le catalogue Elenco via son département Universal Sound, ce disque marque le lancement d'un nouveau style appelé "Afro-Bossa" qui sans dépareiller la "Bossa Nova", injecte une dimension distinctive mêlant jazz et culture afro-brésilienne.
Principalement instrumental, le disque comporte 10 titres mettant évidemment la guitare acoustique de Baden Powell en avant. L'accompagnement est généralement discret : batterie presque tout le temps, percussions et flûte ça et là. Trois sélections sont des collaborations Baden Powell / V. de Moraes, parmi lesquelles 'Berimbau' qui tapa dans l'oreille en France de Claude Nougaro. L'album s'ouvre sur une version de "La Fille d'Ipanema", de Jobim et de Moraes. Les versions de ces titres sont apparemment différentes de celles qui figurent sur le disque 'Le Monde Musical De Baden Powell' paru chez Barclay un peu plus tard dans l'année 1964. Pour 'Sorongaio', qui un peu longuet, l'accompagnement au sorongo se fait plus présent et insistant.
Il s'agit globalement d'un "disque du dimanche matin", easy listening avec ces mélodies cent fois entendues mais sérieux et bien sûr impressionnant pour la technique de Baden Powell. L'album devrait notamment séduire aujourd'hui le jeune public de Rodrigo y Gabriela qui ne connaît pas Baden Powell.
La belle pochette, d'époque, est due au designer d'Elenco Records, Cesar G. Villesa. Dans la version sur laquelle porte ce commentaire, la pochette est en carton épais et le disque en vinyl 180 gm. Le son est excellent.
Attention : Il s'agit selon Soul Jazz d'une édition limitée à 1 000 exemplaires pour le monde entier !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit