undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 novembre 2014
Avec aux commandes l'anglais Gareth Edwards -qui, déjà en 2010 dans "Monsters" avait su faire voguer la SF vers la contemplation plutôt que l'action pure et basique- "Godzilla version 2014" revisite totalement le mythe et c'est pour le moins surprenant.

Certes, les combats, destructions et action tant attendus dans les films de "Kaijus" sont là, mais pas seulement et surtout très modérés. En effet ils ne sont présents qu'à certains moments voulus du film, bien qu'ils restent impressionnants.

Pourtant "Godzilla version 2014" se veut davantage réaliste et surtout beaucoup plus modéré que son prédécesseur de 1998, en laissant une grande place aux humains et aux émotions. C'est à ce dosage minutieux que tient sa réussite, qui le rapproche davantage du Godzilla d'origine.

Bien sûr, on pourra reprocher une photographie sombre, où l'obscurité domine, qui fait que l'on devine plus les silhouettes des monstres qu'on ne les voit vraiment. Là encore c'est probablement volontaire pour prendre à contre-pied tous les clichés de ce genre de films et insister sur l'impuissance de l'humanité face à ce désastre qui s'abat. Tout comme l'étendue des destructions qui est souvent rendue par le biais d' images TV que diffusent les chaînes d'infos couvrant l'évènement, où comment la SF rejoint l'hyper-réalisme.
Sans oublier un environnement sonore très immersif où la HD se met là encore au service du réalisme quand il faut : dialogues clairs et parfaitement intégrés aux ambiances (sirènes,tsunami, destructions, survol d'engins militaires, cris des monstres). Pas de mauvaise surprise avec la VO.

Pour résumer, dans "Godzilla 2014" Gareth Edwards nous réserve une surprise de taille avec ce mythe du cinéma qu'il dépoussière et revisite. Sans être un grand film, son oeuvre reste un bon film avec un message pour l'humanité : "L'arrogance de l'homme consiste à croire qu'il peut contrôler la nature, alors que c'est l'inverse qui se produit". Pas si mal pour un film à l'esprit pop-corn.
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2015
ayant vu le précédent qui était très éloigné de l'oeuvre originale, j'ai largement apprécié celui-ci :

- Il plus honnête quant au contexte historique
- l'esthétique de godzilla fidèle au modèle original contrairement au film d'emmerich et n'est pas traité comme le méchant
- les monstres méchant ont de la gueule et sont vraiment méchant !

Leul point négatif sont les quelques longueurs inutiles qui cassent un peu le rythme, mais à part ça le film offre un moment de cinéma !!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2014
Prenant une toute autre direction que le film ludique et finalement très sympa de Emmerich, cette version se veut plus noire et plus philosophique. On nage en pleine fable écologique sur la suprématie de l'homme prise au piège dans les affres de dame nature. Loin d'être lourd et stupide le scénario malin est très fort, fini par nous passionner d'autant que la mise en image et la narration sont d'un très haut niveau. Le film ne tombe jamais dans le piège de l'énorme et de la sensiblerie inutile. Ici rien n'est gratuit et beaucoup plus qu'un énième film catastrophe on se retrouve au final en plein questionnement à la fois sur les origines du mondes et sur la dangerosité du nucléaire. Les effets spéciaux ainsi qu'une interprétation de qualité finissent par nous convaincre. Un très bon film beaucoup plus intelligent et fin qu'il n'y paraît. Bluray parfait avec une bande son en VO scotchante. Il est à noter que la 3D même si elle est redoutable n'apporte pas grand chose de plus. Très bons bonus également. Packaging steelbook classieux. Un très bon achat.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2015
Très beau packaging qui va venir compléter ma collection steelbook
-qualité vidéo du bluray 2D : 10/10 je comprend pas ceux qui dise on voit rien c'est tout noir ! sauf peut être pour la 3D sinon réglez vos TV/Projecteur... pour ma part testé sur bluray interne pc avec vidéoprojecteur HC4000 sur le logiciel powerdvd 15, aucun souci.
-audio du bluray : 10/10 avec son DTS sur ampli HC yamaha.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2015
Indépendamment du film que l'on apprécie ou pas, le bluray est très sympa: petit prix et quand même un peu de matériel à se mettre sous la dent, il y a quelques bonus dispo.
Quant au film, on sait à quoi s'attendre, on ne peut pas demander un scénario ultra recherché; néanmoins les effets spéciaux sont très bien fait, on veut voir du gros monstre, on en voit, je trouve très divertissant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2014
Un très bon film de monstre à voir le meilleur effet spéciaux superbe des acteurs prennent le dessus image splendide que demandai de mieux toujours des critique mauvaise malgré des films superbe . Je ne comprendrai jamais les autres c est dommage :-)
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2014
Rares sont les blu-ray qui peuvent atteindre une telle qualité d'image. Aucun grain et des noirs parfaitement respectés sur le blu ray sans 3D. La piste audio VO en DTS-HD 7.1 fait crier le home cinema. Je n'ai pas essayé la VF mais elle semble subir le même traitement DTS-HD (toujours en 7.1). Les bonus sont nombreux et de bonne facture.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2014
Le roi des monstres est de retour, et en force ! Un nouveau Godzilla qui sent bon l'original, un scénario qui tient la route, des acteurs excellents, des combat filmés comme un bon vieux Godzilla original et enfin la bête qui retrouve enfin une apparence digne de ce nom ! En un mot : parfait ! Le buray 3D est au top !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce cru 2014, décrié par le public et dans une certaine mesure aussi par la presse spécialisée, m'a en fait très heureusement surpris.

Ok, le scénar est abscons, mais en même temps, eh, c'est Godzilla! On parle d'un film avec un monstre de 150m de haut qui déferle sur la ville, qui pourrait sérieusement s'attendre à partir de ce postulat de départ à un film pétri de subtilités d'écriture et de finesse psychologique?
Personne, bien sûr. Sans surprise on a un scénar bateau sans prétention prétexte à réciter un certain nombre de figures imposées (l'expérimentation secrète, la thématique du nucléaire, l'intervention armée,...), et des personnages stéréotypés qui récitent là encore les poncifs du genre (le héros jeune soldat/jeune père modèle, marié à une jeune et jolie infirmière dévouée aux autres ; l'amiral grisonnant ne croyant qu'à la force de ses missiles ; celui qui semble un adepte illuminé de la "théorie du complot" et qui en fait avait raison ; le scientifique qui comprend --un peu tard-- que l'illuminé avait raison ; etc.).
Mais voilà, déjà tout cela s'articule plutôt bien, avec fluidité et une certaine cohérence, et c'est avec un vrai plaisir qu'on retrouve justement tous ces éléments, classiques, mais très sympas quand bien mis en œuvre. Franchement, je vais me mettre des gens à dos ^^, mais p.ex. j'avais trouvé que ce même genre de thématiques basiques étaient installées de façon autrement plus poussives, maladroites et incohérentes dans The Host du pourtant extrêmement talentueux Joon-ho Bong.

Ensuite la trame en elle-même est plutôt maligne dans le sens où elle prend un peu à contre-pied le spectateur, avec une certaine discrétion certes, mais quand même: p.ex. le héros est recruté sous prétexte qu'il sera à même de désamorcer une ogive nucléaire sur compte-à-rebours, et on imagine bien la scène décisive où il la désactivera à la dernière seconde de la minuterie, mais au final les aléas de l'aventure feront qu'il n'aura juste jamais l'occasion de la désamorcer tout court ^^. Cette trame prend un aspect en fait carrément très passif, l'humanité paraissant s'agiter en vain et subir plus qu'autre chose ce qui se passe, ce qui donne au film une ambiance très particulière d'errance, constituant à mon sens une des vraies forces (et audace) du film. Et bien que les scènes impressionnantes ne manquent pas, les combats qu'on imagine les plus dantesques sont carrément passés à l'as, Gareth Edwards filmant à hauteur de ceux qui seront les survivants, et qui donc se trouvent le plus souvent loin du feu de l'action (mais pas toujours non plus ;)). Un certain aspect Cloverfield se dégage par moment, sans le coté "coincé dans son concept" extrêmement limitant de ce dernier.
Et là où cette ambiance très particulière trouve une force énorme (pour moi en tout cas :P), c'est que ces choix radicaux sont servis par une image et une bande sonore vraiment magnifiques, et finalement le manque d'action pure est loin d'être décevant quand en contrepartie on nous offre des scènes d'une telle beauté formelle qui assurent indéniablement le spectacle! (la scène du train est franchement ébouriffante ; toute la scène finale à partir du moment où Godzilla débarque en ville est impressionnante de bout en bout ; la séquence du saut en parachute est aussi un moment de bravoure qui flatte terriblement bien la rétine).

D'aucun regrettent manifestement justement le manque d'action, et plus encore le fait qu'on ne voit pas assez les monstres. Mais perso je trouve qu'on les vois bien suffisamment, chaque scène les mettant en scène leur donne une prestance impressionnante, et on a quand même tout le loisir de les admirer sous toutes leurs coutures notamment dans le très lisible combat final. En faire plus n'aurait à mon avis servi à rien, marre des scènes d'actions interminables qui finissent par sembler être plus là pour meubler que pour faire avancer l'intrigue. -_-'

Et il faut dire que le blu-ray de ce Godzilla 2014 est techniquement irréprochable tant sur l'image que sur le son, donnant toute la mesure du soin apporté par l'équipe du film sur ses points. La 3D très bien exploitée (sobre mais sublimant la très belle photographie et le grandiose de certaines scènes) parachève la beauté du spectacle de façon extrêmement immersive, pour ceux qui ont la chance d'avoir un diffuseur à même de lui rendre justice.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2014
Le début de l'histoire peut paraître un peu éloigné du concept original, et on peut craindre une certaine "militarisation" du film, un peu comme celui d'Emmerich, à la fin des années 90. Les jeux d'acteurs ne sont pas transcendants eux non plus, mais bon, ce n'est pas le but recherché. Le héros incarné par Aaron Taylor-Johnson est un peu quelconque, et sa prestation est parfaitement identique à celle de Josh Duhamel dans TRANSFORMERS. Bref, c'est du "boulot" correct, et ça s'arrête là ! Un rôle de militaire n'a pas besoin d'être très expressif, vous me direz.

Par contre, dès que le monstre apparaît à l'écran, on ne peut que se féliciter de constater un respect total du concept original. Je suis sûr que lorsque les japonais l'ont vu, sur grand écran, ils se sont dits : "C'est vraiment Godzilla !!!" Tout est respecté à la lettre, y compris le rayon qui lui sort de la bouche. C'est dire. Même si les puristes répondront qu'il est bleu au lieu d'être rouge ! Mais bon, on connait les codes américains : le bleu est la couleur portée par les bons, et le rouge par les mauvais. Dans ces conditions, Godzilla ne pouvait avoir de rayon rouge.

Gareth Edwards (II) a voulu éviter le film de monstres qui concentre toute l'action sur un combat long, fastidieux et répétitif, en faisant en parallèle une histoire narrative et intelligente, et c'est bien pensé. Il faut l'avouer. Ken Watanabe dans le rôle du scientifique écolo dépassé par les évènements, est parfait ! Un grand acteur.

Le seul point négatif qu'on pourrait noter, s'il y en avait un, serait de faire croire que les personnages incarnés par Bryan Cranston et Juliette Binoche sont essentiels à l'histoire, comme dans la bande-annonce du film, alors qu'ils disparaissent tous deux, très vite... Mais bon, c'est juste pour chipoter.

Ce Godzilla restera par contre dans les annales, contrairement à celui d'Emmerich dont on se souvient à peine, et il me semble qu'une suite est dores et déjà en préparation. Tant mieux. Personnellement, grand fan du monstre, j'attends la suite avec impatience !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus