undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles57
4,2 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:11,38 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 septembre 2014
Très agréablement surpris même. Bien sûr, rien qu'à voir les noms de Clapton, Petty, Knopfler, Mayer, etc on s'attend à de la bonne musique parfaitement interprétée mais sans plus. Quand dans le premier titre je me rends compte qu'ils se sont acharnés à reproduire le son propre et unique du maître Cale, jusque dans la voix, j'ai d'abord trouvé ça dommage. Et au fil des titres on voit bien qu'ils (Clapton bien sûr, entres autres) ont non seulement imité mais enrichi les œuvres, par des solis plus longs, des introductions, ou bien le choix parfois inattendu des titres etc, et j'oserai même dire enjolivés, sans toutefois trop en faire. Bien sûr Clapton aurait pu s'il le voulait nous sortir des solis de guitares de 10 min de folie, mais au contraire il est très discret et je pense qu'il a fait cet album comme JJ cale aurait voulu le produire lui-même s'il avait pu participer au projet (voir "the road to Escondido").
Pour moi l'autre bonne surprise c'est Mark Knopfler. Je possède tous ses albums solos et je les aime tous, mais là dans "Someday" et "Train to nowhere" (titres qui m'étaient inconnus) (je possède tous les albums officiels de JJ cale sauf "ten" et les compils) il m'a scié. Car il donne l'impression d'avoir rajeuni de 30 ans, que ce n'est pas Knopfler qui joue du JJ cale mais carrément du Dire Straits point. Autrement dit : la grande classe. Sinon tout le monde est parfait, y compris Willie Nelson, qui lui, garde sa propre voix!
Et en fait c'est l'ensemble du générique de ce disque qui est grandiose, quand on lit les noms de Derek Trucks, Nathan East, Albert Lee, david Lindley, doyle Bramhall II, Jim keltner, jim Karstein, jamie Oldaker. Christine Lakeland... tous de très grands noms.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2014
26 juillet 2013 : J.J. Cale meurt soudainement d'une crise cardiaque. Eric Clapton apprend la triste nouvelle. Il se rend à Los Angeles afin d'assister à l'enterrement. Dans l'avion, Eric Clapton se dit qu'il lui rendra hommage d'une façon ou d'une autre : il songe aux chansons qu'il souhaite interpréter, en établissant une liste de trente chansons...

Telle est la genèse de l'album qui sortira un an plus tard : "The Breeze : an appreciation of J.J. Cale". Eric Clapton songe d'abord à rendre hommage à J.J. Cale en solo, puis il révise son jugement, et décide d'élaborer son projet de façon collective; il en parle à Christine Lakeland - la compagne de J.J. Cale - afin de choisir les invités qui participeront à ce disque. Tous deux songent d'abord à Tom Petty, qui accepte sur-le-champ...et qui chante sur trois chansons de l'album : "Rock and roll records" et "I got the same old blues" en duo avec Clapton, ainsi que sur "The old man and me", seul. Eric Clapton contacte d'autres artistes prestigieux, comme Willie Nelson ("Songbird" et "Starbound") ou encore Mark Knopfler ("Someday" et "Train to nowhere").

Sur ce disque, le casting est prestigieux (on note en outre la présence de David Lindley - le guitariste de Jackson Browne -, de Greg Leisz à la pedal steel guitar, de Jim Keltner à la batterie, etc.), mais nulle question d'ego : ce sont d'abord des amis qui ont répondu présents, des artistes généreux, conscients de ce qu'ils doivent à J.J. Cale.

J.J. Cale en effet aura été un immense artiste, un peu solitaire ("He was a great musician, songwriter, singer, but he was like a lone wolf", explique Eric Clapton, dans une longue et passionnante interview accordée au magazine rock "Uncut"), et qui aura eu une influence majeure sur beaucoup de musiciens. Guitariste génial, J.J. Cale a su ne pas tomber dans le piège de la virtuosité gratuite (avec solos qui n'en finissent plus, histoire d'épater l'auditoire) : il a compris qu'en deux ou trois minutes, il pouvait donner le meilleur de lui-même, ce qui peut paraître facile au premier abord, alors qu'en fait, c'est la chose la plus difficile à faire.
Semblable à ces anciens poètes japonais qui condensaient leurs pensées, leurs sentiments, leur vision du monde en un seul haïku, J.J. Cale privilégiait l'épure - ce qui demande beaucoup de travail (contrairement à l'image d'homme paresseux qu'il aimait donner à voir).

Cet hommage est très très proche des chansons originales de J.J. Cale : personne ne cherche à transfigurer les chansons, à les rendre méconnaissables; il s'agit plus simplement de rester le plus près possible de la "philosophie" de J.J. Cale. Par exemple, la voix de Tom Petty devient étonnamment discrète, comme par effet de mimétisme. Eric Clapton joue de la guitare sur les 16 chansons sélectionnées, sans tirer la couverture à lui : il est devenu un homme d'une grande humilité, juste heureux de rendre un hommage simple et sincère à quelqu'un qui l'aura marqué durant toute sa carrière.

"The breeze" est à ranger à côté de "The road to Escondido", l'album commun de J.J. Cale et Eric Clapton (album un peu trop lisse, un peu trop "propre", en dépit de ses indéniables qualités). 44 ans après la reprise d' "After midnight", écouter ce bel album, c'est aussi méditer sur le temps qui passe...10 des 16 chansons reprises ici datent des années 72-74...La boucle est bouclée pour Eric Clapton, qui aura bientôt soixante-dix ans, qui songe à se retirer, mais à qui on a envie de dire : "Carry on..." (cette chanson de J.J. Cale n'apparaît pas sur cet album).
0Commentaire|28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Entre Eric Clapton et JJ Cale, c’était un peu « à la vie, à la mort », une longue amitié où l’un l’autre se renvoyèrent la balle artistique. JJ Cale fournit, entre autres par la suite, deux titres majeurs à Eric Clapton, After Midnight en 1970 au moment où il se lança dans une carrière solo et surtout Cocaïne en 1977 qui soulève toujours aujourd’hui l’enthousiasme des foules en concert avec son riff plombé. En retour, la renommée de l’Anglais ricocha sur l’Américain, le sortant de sa douce torpeur et de l’anonymat où il se complaisait.
Les deux lascars attendirent néanmoins seulement 2006 pour pleinement concrétiser leur entente musicale, avec The Road to Escondido, excellent album commun, un miel pour nos oreilles. Et puis le plus vieux est parti, JJ Cale (1938-2013) nous a quittés il y a un an, le 26 juillet. Afin de lui rendre hommage, le jeunot (né en 1945, quand même) a enregistré ce disque, The Breeze, avec une poignée de musiciens de qualité, proches du disparu.
Le noyau d’instrumentistes s’appuie sur des types comme Jim Keltner et Nathan East garde rapprochée de Clapton, aussi bien que Jimmy Karstein (batterie), Jamie Oldaker (basse), Reggie Young (guitare) la bande à Cale et Christine Lakeland sa compagne. Des invités prestigieux sont venus apporter leur soutien, Tom Petty, Mark Knopfler, John Mayer, Willie Nelson, Derek Trucks.
Tout ce beau linge, dans le plus grand respect et sans que quiconque, même Clapton, ne tire la couverture à lui, nous envoie de très belles versions des compositions de JJ Cale. Le son est parfait, toutes les interventions sont fort bien dosées et magistralement jouées. Finesse et délicatesse des parties de guitares. L’ensemble fait ressortir la qualité des compositions de Cale, bluesy, country ou boogie aérien et laid-back qui nous ont tant régalés par le passé et que ce CD perpétue à merveille. Et pour toujours, quoiqu’il arrive.
0Commentaire|42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2014
Il ne manque que Tony Joe White sur ce disque "Tribute". Je penche pour les pistes où les vocaux imitent le maître (Clapton sur "The Breeze", Petty sur"RnR Records et Knopfler sur le somptueux "Someday") plutôt que pour les versions personnelles (Willie Nelson) qui sonnent trop country.
J'aurais aimé aussi que Clapton "décolle" un peu plus longuement sur les solos (comme il l'avait fait en son temps sur "Cocaine" et "After Midinight"), mais il a voulu respecter les formats originaux de JJ (c'est à dire le plus souvent en dessous des 3 minutes).
Il n'empêche que Clapton sonne bien mieux que sur ses deux derniers disques et qu'on réalise encore mieux à l'écoute de cet hommage ce que lui et Knopfler ont emprunté, notamment vocalement, à l'hermite de Tulsa.

RIP Guitar Man. We already miss your laid back tunes.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2014
Dans le pure esprit du maître JJ, ses amis dont Eric Clapton revisitent son œuvre. Une occasion pour certains de découvrir JJ Cale grâce à la popularité de slowhand. N'y voyons rien d'autre. Le casting est impressionnant comme d'habitude et la production est à la fois moderne mais reste dans l'esprit des originaux. Du beau boulot, merci JJ (et eric)pour ces superbes titres immortels.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2014
juillet 2013 JJ CALE disparaissait.. Eric Clapton qui a joué avec lui a eu
l'idée de réunir quelques pointures pour reprendre des titres de JJ 1 an
après son décès.. Le résultat est très bon avec en prime l'épouse de JJ
Christine Lakeland Cale qui depuis des années jouait avec JJ sur scène
En prime j'ai aussi acheté la version vinyle ( comme au "bon vieux temps" )
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2015
Quand Clapton prend sa guitare et ses potes pour rendre hommage à un très grand, on ne peut pas être déçu, alors voilà on ne l'est pas et on va s'en reprendre une petite tranche et le faire découvrir à ses propres potes. Merci à Eric et sa tribu de nous glisser avec la musique de JJ Cale le plaisir évident qu'ils ont eu à l'enregistrer.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2016
Beaucoup de beau monde, ce qui ne veut pas nécessairement dire grand-chose; mais là, tout le monde est très concerné, désireux de rendre un hommage digne de celui qui fut un guitariste à part, un musicien unique de finesse, de suggestion, d'une simplicité riche de tant de mystères et d'imagination - profil de sable dans le désert, toujours en mouvement. Quête de soi de la plus pure authenticité. C'est une autre dimension - la dimension JJ Cale. Si l'on y goûte un jour, c'est pour toujours.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2014
un magnifique et emouvant cd, commémorant la musique du génie JJCALE
si vous aimez le blues, le rock, le son de Mmark Knopfler ou d'Eric clapton, cet album est à acheter d'urgence, je passe de très bons moments dans ma voiture à l'écouter, ça groove un max!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2014
Il est certain que EC and friends ont voulu respecter le son de JJC, mais alors autant écouter ses propres Cd. Les morceaux s'enchainent sans âme ce qui est tout le contraire de la musique de Cale. Par ailleurs, a force de vouloir faire comme si, certains des friends disparaissent totalement. Ou es Tom Petty? Et il faut savoir qu'au moins 2autres versions Cd vont sortir aux USA ( plus complètes c'est sur, comportant des versions " allongées" je n'en sais rien mais je pense a la fin en eau de boudin de Call me the breeze). Bref pour tout savoir il faudra allonger la sauce en septembre. Ce bon vieux Clapton garde le sens des affaires de meilleure façon que celui des émotions
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,99 €
17,82 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)