Commentaires en ligne


26 évaluations
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Raging Bull
Accept, c'est une institution dans le milieu du Heavy Metal. De Hammerfall à Sabaton en passant par Battle Beast, la liste des groupes actuels qui lui vouent un culte est longue. Si un musicien de Heavy vous dit qu'il ne connaît pas ce groupe ou qu'il n'a pas été influencé par lui, soit il vous ment, soit il est devenu amnésique...
Publié il y a 8 mois par orion

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Parlons aussi un peu du DVD.
- Une seule configuration pour le son : Du 5.1 HD qui tient néanmoins parfaitement la route.
- Du côté de la qualité des images, j'ai connu mieux c'est vrai. Mais ce serait être franchement tatillon que de s'en plaindre. En revanche, si elle est effectivement de qualité, la post-synchronisation laisse par endroits carrément à...
Publié il y a 4 mois par Vincent


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Raging Bull, 19 août 2014
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
Accept, c'est une institution dans le milieu du Heavy Metal. De Hammerfall à Sabaton en passant par Battle Beast, la liste des groupes actuels qui lui vouent un culte est longue. Si un musicien de Heavy vous dit qu'il ne connaît pas ce groupe ou qu'il n'a pas été influencé par lui, soit il vous ment, soit il est devenu amnésique.
Après avoir illuminé les années 80 de son Heavy particulièrement efficace, la machine à riffs teutonne que l'on croyait tous disparue depuis des années a ressuscité à la surprise générale un jour de 2010 avec l'excellent "Blood Of The Nations". Depuis, on a eu "Stalingrad" qui nous a prouvé que le retour en grâce avec "Blood Of The Nations" n'était pas un simple coup de bol. Aujourd'hui, "Blind Rage" vient nous confirmer que la retraite ne semble pas pour tout de suite. En effet, nos Teutons quinquagénaires montrent encore une fois une forme insolente.

Avec une pochette pareille, on s'attend évidemment à subir une charge version poids lourd avec cet album.
Pourtant, "Stampede", le titre choisi en single pour annoncer l'album, n'était pas le meilleur lancement que le groupe pouvait trouver. Ce morceau, sans être raté, n'est pas non plus particulièrement marquant. Le riff est plutôt sympa mais le refrain est assez plat. On note aussi quelques traces d'orchestrations sur l'intro. Ce seront les seules de l'album.
Mais après, le groupe prend son rythme de croisière et nous balance de petites pépites dont pas mal sont appelées à devenir de futurs classiques. A commencer par "Dying Breed" et ses chaeurs à la "Balls To The Wall". "Dark Side Of My Heart", son riff époque "Restless And Wild" et sa basse qui ronronne laisse une bonne impression également. Le titre est doté d'un refrain bien mélodique. On revient sur du riff bien lourd avec "Fall Of The Empire" où de nouveau, les "Oh Oh Oh" sont à l'honneur puis on passe à un riff bien speed (à la "TV War") avec "Trail Of Tears". Bref, sans entrer dans le détail de chaque titre (je vous laisse la surprise de la découverte), tout l'arsenal est de sortie. Les Allemands nous ont encore composé une série de morceaux dont on ne va pas se lasser tout de suite. Les riffs sont tellement efficaces qu'on se demande si on ne les connaît pas déjà la première fois qu'on écoute le CD. Wolf "Bruce Willis" Hoffmann se fend toujours d'excellents solos et se fait même un petit plaisir sur "Final Journey" puisqu'il nous refait le coup de la relecture d'un air classique (qui ne se souvient pas de sa version électrisante de "La lettre à Elise" sur "Metal Heart" ?). Cette fois-ci, il s'agit de l'air du "Matin" de "Peer Gynt" d'Edvard Grieg.
La production ne souffre d'aucun reproche puisque le groupe a de nouveau fait appel à Andy Sneap, producteur des deux précédents opus. "On ne change pas une équipe qui gagne" se plaît à dire Wolf Hoffmann à ce propos et il a raison.

Alors oui, du coup, pas de surprise à attendre, Accept fait du Accept. Mais est-ce qu'on leur demande autre chose, franchement ? C'est d'ailleurs quand ils ont tenté de s'aventurer sur d'autres voies qu'ils se sont plantés ("Eat The Heat"). Un chant limé au papier de verre mais qui sait aussi moduler, des riffs à faire étudier à l'école à tous les apprentis heavy-metalleux, une rythmique carrée des plus efficaces... vous vouliez du Heavy Metal ? Venez en prendre une bonne dose à l'écoute de "Blind Rage" !
Et si en plus on vous dit que l'édition limitée contient le DVD (ou le blu-ray, au choix) d'un concert complet du groupe au Chili, événement unique dans sa longue carrière (aussi incroyable que cela puisse paraître, Accept n'avait jamais capturé l'un de ses concerts en intégralité en vidéo), vous ne sentez pas qu'il devient indispensable d'acquérir ce nouvel album ? D'autant que ce concert est très bien filmé, le son est excellent (un poil trop même, on se demande s'il n'y a pas eu des retouches...)
16 / 20 (mais 5 étoiles pour l'édition avec DVD)

Retrouvez cette chronique (et d'autres) sur le site "auxportesdumetal.com".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Parlons aussi un peu du DVD., 6 décembre 2014
Par 
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
- Une seule configuration pour le son : Du 5.1 HD qui tient néanmoins parfaitement la route.
- Du côté de la qualité des images, j'ai connu mieux c'est vrai. Mais ce serait être franchement tatillon que de s'en plaindre. En revanche, si elle est effectivement de qualité, la post-synchronisation laisse par endroits carrément à désirer. C'est particulièrement flagrant (et donc franchement agaçant) sur quelques plans sur le batteur.
- Interview, Back-Stages, vidéos promo, etc. : Désolé ! Fait rare sur un tel support ! Il n'y en a pas. Du Live et rien que du Live.

D'emblée, l'une des réjouissances de cette captation d'un soir, c'est évidemment la grande diversité de sa Set list. Là clairement, on n'est pas chez AC/DC, Iron Maiden ou Motörhead (qui tous nous pondent la même set list depuis au moins 20 ans).

Non content de nous offrir une beau tour d'horizon de ses deux dernières réalisations (soit un total de 8 morceaux), ACCEPT pioche également dans quelques raretés, quand ce ne sont pas carrément des inédits. A commencer par "Losers and Winners" de l'album Balls to the Wall. Plus qu'inattendu, pour ne pas dire inespéré, ce ne sont rien de moins que 2 extraits de Russian Roulette (1986) et 2 extraits de Objection Overruled (1993) qui viennent également se mêler aux nombreux Classics du groupe. Voilà pour les réjouissances. A ce stade ci, je me dis que je vais assurément prendre un plaisir intégral durant ces 2 heures de messe métallique teutonne. Glups...

2 heures plus tard... Fin d'un premier visionnage et premières impressions à chaud:

Du début à la fin du show, il semble qu'il n'y en a que pour un homme : Wolf Hoffmann. Normal me direz-vous, ce groupe est devenu plus que jamais SON groupe. En plus de ce jeu flamboyant et sans failles qui aura grandement construit la légende, le fin guitariste possède, en plus d'une vraie présence sur scène, un magnétisme peu commun : Grand, mince, plutôt viril, l'œil vif et le sourire toute à la fois charmeur et carnassier, Wolf Hoffmann est un type qui sait, mieux que personne, prendre la (les) pose(s) et la lumière avec classe. Pas trop du genre à partager l'affiche finalement. Sauf bien sûr avec son vieux complice frisé, l'excellent Peter Baltes.
En définitif, se sont eux ici qui feront le spectacle tout du long. Et pour le coup, sans artifices ou décors d'aucune sorte (juste un back drop aux couleurs du dernier album en date), les deux heures de spectacle en deviendraient presque longues. Fort heureusement il y a tous ces merveilleux et fantastiques morceaux auxquels nul ne peut résister. A commencer par "Princess of the Dawn" PAN ! "Up to the Limit" re- PAN !, "Balls to the Wall" PAN !, "Fast as the Shark", "Restless and Wild" PAN ! PAN !, "Metal Heart" et encore PAN ! Assurément avec un barillet garni de telles cartouches (et se sont loin d'être les seules), ACCEPT reste et demeure, à sa façon, une machine de guerre ultra solide, pour ne pas dire quasi indestructible. Seulement voilà, il y a aujourd'hui une faille de taille, même dans un tel dispositif guerrier. 5 soldats pour seulement deux combattants ! Dans de pareilles conditions, comment espérer gagner sur tous les fronts ?
- Stefan Schwarzmann tape, il est vrai, à chaque fois magnifiquement. S'en est a un point que son jeu si précis confine plus à la chirurgie plutôt qu'à la sidérurgie. En d'autres termes : Ça ne vit pas des masses derrière le kit.
- Herman Frank, casquette vissée sur la tête (même quand il dort ?) s'acquitte lui aussi parfaitement de sa tâche, à savoir gratter solidement en rythmique et rester dans l'ombre de Wolf Hoffmann. Ou du moins en retrait. On ne le voit d'ailleurs que très épisodiquement sur les images, et, Wolf, Peter, tout comme Mark Tornillo, ne semblent guère lui accorder plus d'attention que ça.
Je ne sais pas chez ce groupe, mais chez moi, la complicité entre les musiciens sur scène, ça compte, sinon autant que la musique jouée.
- Mark Tornillo (puisque j'en finirai par lui) est incontestablement la meilleure recrue (vocale) sur laquelle Wolf et Peter pouvaient tomber afin de réactiver la machine ACCEPT sans risquer de s'en reprendre plein la tronche une nouvelle fois. Et si vocalement il n'y a (là encore) rien à redire sur sa prestation, le chanteur m'a fortement donné le sentiment de n'être qu'un "faire-valoir" plutôt que celui d'un véritable Frontman. D'autre part, cette constante posture du buste tiré en arrière, aussitôt qu'il vient chercher les notes les plus hautes, la tête regardant vers le plafond, pardonnez-moi, mais pour ce qui est de la présence scénique et du charisme, Tornillo a encore du boulot. Je suis un peu dur, j'en conviens. Car il est vrai que l'on voit aussi parfois le chanteur venir s'aventurer dans le périmètre à Wolf Hoffmann, afin de venir le soutenir dans ses exploits. A moins qu'il ne choisisse finalement d'aller se retirer du côté de l'estrade batterie (le temps d'un gargarisme ou d'un solo de ce dernier).

Côté communication ici, vous l'aurez compris, on est tout simplement proche du zéro. Un peu comme si on avait assisté à une balance de 2 heures finalement. Sympa non !? Tant certains seraient près à tuer pour assister à un tel moment.
Le public chilien, si lui se manifeste avec ferveur, ne recevra que bien peu d'attentions (amicales) de la part du groupe. Un clin d'œil, un sourire (non téléphoné SVP), quelques poignées de mains, un ou deux médiators balancés dans les premiers rangs, etc. Non décidément non, il n'y aura rien eu de tout ça ce soir là.
Ah si quand même... Peter Baltes demandera à l'assistance (comblée), le temps d'un aller/retour de part et d'autre de la scène, de lui faire entendre "leurs cœurs de Metal". Bien peu de choses en vérité. Plus tard, quand retentiront les derniers accords du dernier morceau, les sympathiques chiliens recevront les "merci et bonsoir" de circonstance, avant que le groupe ne quitte définitivement la scène... Assez rapidement.

Vous l'aurez compris, après visionnage de cette captation Live que j'attendais depuis une éternité... Là tout de suite, j'ai quand même un p'tit peu les Balls. Car ce soir là en tout cas, le groupe avait comme enclenché le "pilote automatique".
C'est d'autant plus rageant quand on sait à quel point ACCEPT excelle en Live. D'autres nombreuses dates filmées et disponible sur certaines plate-formes peuvent encore et toujours en témoigner ici ou là. Mais ce soir là....

14/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le retour des Teutons flingueurs, 23 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
ACCEPT est un groupe de légende qu'on ne présente plus aux métalleux. Ce dernier album est bon, mais il faudra plus de recul et d'écoutes pour bien l'apprécier. Il parait moins immédiat qu'un Blood of the Nations ou Stalingrad. L'édition limitée est accompagnée d'un DVD enregistré au Chili ( Vivement que cette mode passe, il n'y a pas que ce pays où les fans sont déchaînés...). Le son est bon, on entend bien la basse de Peter Baltes. Wolf Hoffmann en fait des tonnes, mais il est vraiment à fond. Herman Frank est plus discret, mais envoie bien tout comme Stefan Schwarzmann. Mark Tornillo assure bien sur les vieux titres, même si parfois on a du mal à comprend ce qu'il chante.
A recommander aux fans, de tout âge.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bonne nouvelle : Accept ne change pas !, 19 août 2014
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
Depuis leur retour aux affaires avec Blood Of The Nations, les germains metalleux d'Accept on trouvé une second jeunesse. Le mérite en revient évidemment au master-compositeur Wolf Hoffmann et à son lieutenant bassiste Peter Baltes mais également à un nouveau vocaliste, l'ex-TT Quick Mark Tornillo, capable de ressembler à son historique et gnomique prédécesseur et même à en étendre la gamme, parce qu'il a une meilleure voix que la gargouille de Wuppertal, tout simplement.

Aussi, c'est sans crainte qu'on rentre dans Blind Rage, sans crainte mais avec un petit sourire en coin pour une pochette qui, avouons-le, est d'un rare ridicule mais qui, aussi, évoque finalement bien le balls-out heavy/power metal qui est la marque de fabrique des vétérans teutons. Sur le fond, ce qui fera sans doute plaisir à certains, l'ambition conceptuelle de l'excellent Stalingrad a été remisée laissant la place, cette fois, à une "bête" collection de chansons.
Qui commence d'emblée pied au plancher avec le puissant et typique Stampede, qui servit de teaser à l'album, où l'on a distinctement l'impression, comme son titre l'indique, de se faire joyeusement piétiner par un troupeau de long-horns en furie. La chanson, c'est un fait, n'apporte strictement rien au style habituel du groupe mais, efficace et rondement menée, elle sert parfaitement son office d'ouverture un poil bourrine mais diablement fun. La suite ne dément pas cette sympathique entrée en matière avec dix titres d'un classicisme indéniable creusant, encore et toujours, le sillon d'un metal extrêmement référencé qui pourrait avoir 10 ans, 20 ans, 30 ans qu'on n'y trouverait rien à redire.
Tout, à partir de là, repose sur la qualité des compositions qui, pour le troisième fois en autant d'essais depuis le retour de la formation, est bienheureusement au rendez-vous. Alors, évidemment, si vous cherchez ne serait-ce qu'une once d'originalité, vous serez déçu. Si, par contre, vous ne vous attendez pas à autre chose qu'à du Accept pur jus, vous serez comblés. Plus particulièrement par Dying Breed mid-tempo mélodique et racé où Wolf nous enchante de petits licks dont il a le sercret, où Tornillo prouve qu'il est vraiment plus qu'un simple clone de d'Udo, un Udo++ au registre aussi agressif mais plus mélodique et étendu, où les chaeurs virils de la formation sont bel et bien présents et où, forcément, un solo mélodique et trippant vient couronner l'ensemble. Suit une autre belle réussite avec le rampant et mélodique Dark Side of My Heart, qui n'aurait pas déparé sur Metal Heart ou Russian Roulette, qui brille par sa mélodie de chant infectieuse, (encore) son solo millimétré. Par la suite, le groupe joue avec toutes les cartes de sa donne naturelle : de la fausse ballade (parce qu'elle finit par péter sur un refrain "armée rouge" !) au bon riff syncopé Fall of the Empire, de quelques déboulés furieux prouvant que ces vieux messieurs en ont toujours sous la semelle (Trail of Tears, Bloodbath Mastermind, Final Journey - Où Wolf nous refait le coup de l'emprunt classique sur son énorme solo, je n'en dis pas plus, pas de spoiler ! - et, juste un peu moins vite, 200 Years), de mid-tempo de première bourre (Wanna Be Free, From the Ashes We Rise) et même du presque léger qu'on démettrait volontiers s'il n'était aussi bien fichu (The Curse, avec un Wolf du tonnerre de Thor sur un solo tout en finesse).
Le tout, impeccablement emballé par une production first class signée encore une fois, c'est une bonne habitude, d'Andy Sneap (Hell, Sabbat) s'ingère avec un réel enthousiasme et risque, vous ne direz pas qu'on ne vous a pas prévenu, de faire souffrir quelques cervicales... Youpi !
Et encore plus youpi sur la version "Deluxe" qui propose une captation vidéo tout à fait correcte d'un concert de la tournée Stalingrad... au Chili ! Preuve, s'il en était besoin, que le heavy metal s'exporte fort bien et a toujours son avenir devant lui.

En 2014, sans surprise mais avec talent et conviction, Accept continue de faire du Accept. On n'en demandait pas plus, on est servi et bien servi !

Mark Tornillo - lead vocals
Wolf Hoffmann - guitar
Herman Frank - guitar
Peter Baltes - bass guitar
Stefan Schwarzmann - drums
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Fin de cycle réussit !, 16 janvier 2015
Par 
C. Yann (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
Après plusieurs écoutes ,ce troisième album de l ère moderne qui me paraissait un peu fade au début ,s'avère finalement à la hauteur .
ACCEPT nous livre une mélodie plus cool mais recherchée et finement distillée .
Les chorus qu'affectionne le groupe sont présents dans presque tout les titres .
Album sans vraiment de hits qui émergent c'est rare et pourtant c'est vrai, difficile de dire une telle est meilleur que l'autre .
A posséder comme " blood of the nations" et "Stalingrad" .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 En pleine forme !, 16 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
ACCEPT est bel est bien de retour, ça ne fait aucun doute ! Leur meilleur album depuis la reformation avec Marc Tornillo derrière le micro, ce dernier a pris ses marques et le groupe s'en ressent. Bien des titres nous ramènent à l'époque de gloire du groupe et c'est tant mieux... Quand au DVD live au Chili en bonus, c'est le cadeau Bonux, il donne la mesure du groupe en live toujours aussi puissant ! Bref, un bien beau package !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand disque!, 27 septembre 2014
Par 
Julien Garnier (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
Voilà le troisième album de l'ère Tornillo (chanteur qui a succédé au célèbre Udo)

Les chansons ont un ou plusieurs trucs qui accrochent:
-Souvent un refrain qui reste vissé dans la tête des heures (Dying Breed, Dark Side Of My Heart, Fall Of The Empire, Wanna Be Free, 200 Years...)
-Des choeurs virils et puissants (Fall Of The Empire, Wanna Be Free, Dying Breed, 200 Years, From The Ashes We Rise)
-Une guitare lead de toute beauté (Dying Breed encore, Trail Of Tears, Wanna Be Free The Curse

Contrairement à ce que laisse penser la pochette, la musique n'est pas si furieuse que çà mais l'efficacité et le savoir-faire sont bel et bien là.

Les rythmes sont variés (speed, heavy, entraînant...) ainsi que les atmosphères (agressive sur Stampede, mélancolique sur Fall Of The Empire, positive sur Wanna Be Free, entraînante sur 200 Years, menaçante sur Bloodbath Mastermind, épique sur The Curse, "classique sur Final Journey)

Une compo est en dessous des autres selon moi: Bloodbath Mastermind.

L'album a un son aussi puissant que clair, le plaisir d'écoute est d'autant plus grand.

Bref c'est le GRAND pied!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 et de trois !, 27 septembre 2014
Par 
M. Eric "M.ERIC" (aix en provence france) - Voir tous mes commentaires
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
C'est encore pareil ...on ne s'en lasse pas ..c'est toujours aussi bon ...riffs,basse chant,batterie..ça bombarde...mélodique et puissant..ce chanteur est vraiment bon..et puis le DVD du concert ...c'est propre, classe ..les solos fidèles et inspirés.. ACCEPT est sur orbite ..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Oui, mais !!!, 3 septembre 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
juste en dessous des 2 précédents opus. Les morceaux me semblent moins puissants peut-être à cause du son des guitares, de certains morceaux, qui me rappelle "I'm a Rebel" ... Mais ceci est juste mon avis (à l'attention de).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 génial, 4 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Rage (CD)
le CD est super , mais le DVD ( raison de mon achat ) est géant , 2 h d'un show intensif par des musiciens de haut niveau ......à voir sur un grand écran ......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Blind Rage
Blind Rage de Accept (CD - 2014)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit