Commentaires en ligne


58 évaluations
5 étoiles:
 (26)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (14)
1 étoiles:
 (9)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


39 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bouleversant.
Bénédicte Ombredanne, héroïne de cette magnifique histoire, est une femme, prisonnière d'un mari pervers. Elle est belle, intelligente, cultivée et étouffe dans son carcan conjugal. En s'inscrivant sur un site de rencontres elle va sympathiser avec "Playmobil677" et le prendre pour amant.
C'est sur cette trame que...
Publié il y a 3 mois par chantal bonnevault

versus
20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 de l'ennui dans la forêt ....
j'aurais du me méfier, je n'aimais déjà pas le titre vaguement ampoulé, fait pour nous égarer... et j'ai haï ce bouquin, à un point qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps.
Rien n'a fonctionné, le personnage principal est factice, de son nom à sa personnalité, ça ne colle pas.
Le...
Publié il y a 2 mois par Trix


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

39 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bouleversant., 27 août 2014
Par 
chantal bonnevault (Orléans) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Bénédicte Ombredanne, héroïne de cette magnifique histoire, est une femme, prisonnière d'un mari pervers. Elle est belle, intelligente, cultivée et étouffe dans son carcan conjugal. En s'inscrivant sur un site de rencontres elle va sympathiser avec "Playmobil677" et le prendre pour amant.
C'est sur cette trame que l'auteur va broder, de mots et de phrases d'une réelle beauté, un roman qui nous fait vivre l'oppression et l'exaltation de cette femme ainsi que sa quête de libération. Bien sûr, on peut penser à Emma Bovary mais le sujet, bien plus complexe qu'il n'y paraît, va basculer d'une façon inattendue...
Inoubliable et bouleversant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 de l'ennui dans la forêt ...., 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
j'aurais du me méfier, je n'aimais déjà pas le titre vaguement ampoulé, fait pour nous égarer... et j'ai haï ce bouquin, à un point qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps.
Rien n'a fonctionné, le personnage principal est factice, de son nom à sa personnalité, ça ne colle pas.
Le style est précieux, pompeux, sans fluidité... et cela devient l'histoire d'un mec qui se regarde écrire l'histoire d'une femme qui n'arrive pas à exister malgré l'acharnement de l'auteur à décrire ses boutons de bottine.
Et puis c'est long, tellement long... qu'on a en effet l'impression de s'enfoncer dans une forêt profonde de mots, collés les uns aux autres pour faire de la page ( j'ai cru mourir pendant la leçon de tir à l'arc).
La deuxième partie ( dernier quart hein, pas la moitié...faut encore y arriver ) a un peu sauvé le truc car Reinhardt trouve le ton juste quand il parle avec esthéticienne.
Mais ce sera le seul aspect positif d'un livre qui m'a agacé du début à la fin, dont j'ai vu toutes les ficelles et qui a fini à la poubelle.
22 euros quand même et non, je ne le prêterai pas , non je ne le ferai pas tourner.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Lourd, très lourd, 31 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Que ce soit le sujet, les sujets: le harcèlement, le cancer ... ou la façon douloureusement alambiquée de les (mal)traiter ...
Emma Bovary c'est savoureux car cynique, cruel envers la société... là on hésite entre compassion et complaisance dans le mélo le plus bas de gamme ... lourd, très lourd ! Le début commence mal, on est vite tenté de laisser tomber ce livre quand on a perçu " l'amour et les forêts" dans le texte.On se dit, c'est bon, le morceau de bravoure est passé, maintenant on peut plier ! Quant au redoutable chapitre Meetic, à peine lisible, je ne comprends pas comment l'auteur a pu avoir envie de planter cette verrue dans son livre. Encore moins le grand écart entre Villiers de L'isle Adam et Meetic ... à ce moment là autant qu'elle prenne Musso comme idole ... L'alibi littéraire du XVIIIème passe mal avec la bêtise affligeante et incongrue de Bénédicte Ombredanne (ce nom qu'on endure à chaque page jusqu'à la nausée), cette femme n'est ni subtile ni échappée d'un autre siècle, à peine peut-être d'un mauvais roman à l'eau de rose, elle est juste navrante pour le genre féminin. Incompréhensiblement navrante ! Aussi navrante que le mari est inconsistant ... On est au delà de la soumission volontaire, du masochisme ... ce roman se veut sans doute la preuve que le niveau d'études n'est aucunement un gage d'intelligence ... Cela engage-t-il l'auteur ? Bref, j'ai fini ce livre par respect pour le papier et parce que j'attendais un éclair, un sursaut ... que l'apparition aussi inattendue qu'incohérente de la jumelle ne m'a pas apporté. Bref, peu d'intérêt, peu de plaisir, trop de misérabilisme: le cocktail harcèlement, dépression, maladie et vie ratée est un peu trop dosé et surprenant face aux envolées sur le tir à l'arc, les arbres et les considérations littéraires.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


29 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ennui profond, 29 septembre 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Tout m’a déplu dans ce livre, à commencer par le thème peu imaginatif de l’auteur racontant la vie d’une de ses lectrices, rencontrée tandis qu’il peine à écrire un nouveau livre ; cela donne franchement l’impression qu’il n’a pas de sujet. Puis, on ne voit pas pourquoi l’auteur se met en scène, si ce n’est pour faire l’apologie de son précédent livre, en mettant dans la bouche de sa lectrice toute une série de compliments, dont le plus ridicule est que seule la lecture de son précédent livre lui « a de nouveau donné de la lumière » (page 245). C’est d’une prétention extraordinaire.
Mais le plus grave, c’est que Bénédicte Ombredanne n’est jamais crédible, l’auteur ne parvenant pas à s’effacer derrière son personnage féminin. Il est en effet impossible de se mettre dans la peau de cette femme tant on a l’impression que ses pensées sont celles d’un homme ou d’un personnage fabriqué à la va-vite. On a de la peine à croire qu’une femme timide, qui subit le harcèlement de son époux et excuse sa violence en prétendant l’aimer, puisse tout à coup répondre des insanités sur Meetic, qui sont très clairement celles d’un homme. L’auteur ne se donne pas non plus la peine de nous faire comprendre comment une femme cultivée, agrégée de lettres et professeur dans un lycée, qui prétend affirmer sa liberté en trompant son mari, s’avère incapable de le quitter ou du moins de répondre à ses agressions, ne serait-ce que pour protéger ses enfants. Franchement le mystère demeure et il n’est même pas crédible qu’elle ne s’en ouvre pas au moins à ses amies. Quant au discours féministe que cette femme soumise tient à sa propre fille, il est complètement risible et hors sujet. On ne croit pas une seule seconde à ce personnage péniblement créé par un auteur omniprésent. De même, l’amant est inconsistant et on ne parvient pas à se défaire de l’idée que ses élucubrations mortellement ennuyeuses sur la beauté de la nature en automne et les spécificités du tir à l’arc sont celles de l’auteur lui-même. Même la scène de séduction des amants est ridiculement entrecoupée de considérations alambiquées sur Villiers de L’Isle-Adam. Quant au mari, c’est une caricature lointaine et sans intérêt - pour qui l’auteur est « un homme inaccessible » (p. 255) c’est dire! -, ce qui ne permet pas non plus de comprendre pourquoi Bénédicte Ombredanne s’obstine à rester avec lui.
Enfin, le style est souvent lourd, les phrases parfois interminables et peu claires, en particulier lorsque l’auteur part dans ses délires sur la nature ou certains auteurs. Cela dit, il faut reconnaître que certains passages sont assez réussis, en particulier le chapitre très drôle sur Meetic.
En résumé, c’est un livre prétentieux dont les personnages caricaturaux ne sont qu’un prétexte pour nous abreuver de considérations pseudo-intellectuelles profondément ennuyeuses.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 lecture, 10 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Format Kindle)
nous l'avons acheté après l'émission "la grande librairie " avec une très bonne critique de BUSNEL et nous avons été quand même déçu c'est un bon livre mais ce n'est pas l'événement de la rentrée .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une surprise désagréable ..., 1 octobre 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Dieu sait si j'en ai lu des livres, et de toute sorte !
Celui-ci est probablement le plus mauvais que j'ai lu durant ces dix dernières années ...
D'un ennui mortel, rien ne tient debout, psychologie de bar-tabacs, personnage idiots, histoire débile Impossible d'y croire ... bref, économisez vos sous et tapez ailleurs selon votre goût : le choix ne manque pas !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Chuuut..., 24 novembre 2014
Par 
Lucien Lemaire (Eygalieres France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Sans doute n'aurais je pas du lire ce livre à la suite d'un texte de Maurice Blanchot! La comparaison est dévastatrice.
Il y a dans ce livre comme un exercice d’écriture imposé à un normalien! le livre qui parle du livre qui vient de s’achever tout en parlant du livre en train de se faire: au bout du compte un dispositif littéraire artificiel.

Et puis les personnage manquent d’épaisseur et de mystère: un récit plat, sans la respiration minimale qui fasse exister les personnages . Seule la séquence érotique entre cette femme et son amant d'un jour introduit une parenthèse jubilatoire : le romancier se sentait sans doute plus concerné.

Reste la longue description d'un calvaire finalement consenti et son issue inéluctable sans que jamais les personnages, la femme, le père, les enfants.., ne soient autre chose que des silhouettes de carton pâte.

Peut être le parti pris, façon nouveau roman, était il d’échapper à la psychologie? En tout cas le roman se cherche un style!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Etonnant, 3 septembre 2014
Par 
Calamity - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Je m attendais à une véritable ruée vers l or, je n y ai trouve que quelques grammes de ce précieux métal.. Il est évident que Reinhardt est un auteur à lire, de là à dire que son roman est le Livre de la rentrée.....j ai aime qq lignes, que j appellerai " mes pépites" Pour le reste, je me suis ennuyée considérablement, tel un chercheur d'or, j ai attendu mon lingot mais en vain. Je n ai pas ete emportée par cette héroïne si peu crédible....et quelques passages trop vulgaires et inutiles me semblent n être qu une démarche mercantile et " racoleuse" de l auteur. Le sujet est facille, d actualité. Quelle déception!!! Avoir autant de talent et se laisser emporter par autant d indécence. A croire que c est la crise pour tout le monde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Peut mieux faire, 26 septembre 2014
Par 
RAS - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Je ne comprends pas pourquoi la critique a encensé ce livre, il faut croire qu'ils n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent actuellement. Ou alors, je soupçonne des réseaux de copinage dans la presse et l'édition. Je me suis forcé à terminer ce roman, parce que je voulais comprendre pourquoi c'était si mauvais, une curiosité comme une autre. J'ai sauté quelques paragraphes par-ci par-là, car je n'en pouvais plus à force de longueurs, de répétitions et d'ennui. D'ailleurs quand je sautais deux pages, je n'avais pas l'impression d'avoir raté quelque chose. L'auteur en fait décidément trop, on le lui a d'ailleurs déjà signalé dans le passé.
Exemple: le mari harceleur, souvent bien décrit et dont le comportement est fort plausible, il y a des personnages comme ça. On a vite compris, c'est un faible, un complexé qui veut dominer et diminuer quelqu'un qui se laisse faire, ici Bénédicte Ombredane (cette manie de répéter le nom complet à chaque ligne!). Mais maintenant il tient un os, il y va, et ça répète, et ça en rajoute, cinquante anecdotes et plus, on a envie de crier "on a compris, mec".
Autre exemple: le récit de la jumelle Marie-Christine, qui apparait en surprise vers la fin du roman. On a droit à son récit, sa version du personnage, interminable, inutile, d'incessantes variations sur le même thème de la victime (qu'elle n'arrête pas d'appeler "ma jumelle") qui ne sait pas se défendre contre la bête, qui ne sait pas prendre en charge son propre bonheur.
Et la manie de l'auteur de se mettre en scène lui-même, d'insinuer par exemple que ces livres précédents ont bouleversé la vie de tant de lecteurs et surtout de lectrices. Un peu de publicité ne fait jamais de tort, n'est-ce pas. Rien de mal à parler de soi-même, encore cela doit-il être intéressant, pas trivial, ici ça ne fait que ralentir le flux du récit par du remplissage.
Par contre, dans le chapitre 2, la première et unique drague de Bénédictine sur Internet c'est totalement réussi, un régal d'humour, un bon rythme de narration, enfin.
En final, on peut dire que c'est dommage. On a un écrivain sans doute bien intentionné, qui sait parfois écrire, des personnages intéressants et crédibles, même si on a du mal à vraiment les comprendre de notre point de vue (mais c'est ça l'intérêt de l'altérité), une histoire qui a des promesses. Mais voilà, une écriture lourde, faussement élégante, pompeuse, plein de circonvolutions, de remplissages et de clichés, des répétitions sans fin et des longueurs insoutenables, et pas mal de nombrilisme déplacé. Le problème, c'est que Reinhardt n'est pas (encore) un écrivain, c'est-à-dire quelqu'un qui ne sait pas seulement aligner des belles phrases, mais aussi construire un récit de façon qu'il soit intéressant du début à la fin. Mais il y a du potentiel. Peut-être un des prochains romans? A condition de ne pas recevoir le Goncourt pour celui-ci, mais comme vont les choses, je crains le pire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 L'Assomoir, 6 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Une trentenaire aux prises avec un mari pervers narcissique.
Il m'a fallu m'y reprendre à 2 fois pour dépasser le 1er chapitre. La lecture de ce roman est longue comme un jour sans pain. J'avoue que j'ai souvent lu en diagonale telle une notice, ce long pensum. Le cheminement psychologique de l'héroïne est incohérent, une intellectuelle sensible, agrégée de littérature sous le joug d'un homme médiocre à la fois abject et pleurnichard
Une nuit elle drague sur meetic, morceau du livre savoureux malheureusement fugace, échappe un après-midi à sa morne vie avec un homme aux antipodes de son conjoint puis retourne au logis se faire savonner la tête des mois durant.
L'auteur se tresse des louanges en parlant de ses précédents livres, forfanterie ou second degré ? L'écriture est empreinte de circonvolutions aussi pénibles que ce nom de Bénédicte Ombredanne qui revient toutes les 3 pages.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'amour et les forêts
L'amour et les forêts de Éric Reinhardt
EUR 14,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit