undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles8
4,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 décembre 2012
On aime Proust, ou on n'aime pas. Il faut prendre son temps , ce n'est pas un roman policier, on est plongé dans une autre époque, un autre monde.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2013
Je n'aurais jamais cru prendre tant de plaisir à lire Proust. C'est indigeste! C'est long! Oui... on pourrait croire mais si vous vous caler confortablement dans votre fauteuil ou canapé... que vous sirotez une boisson chaude et que vous vous laissez porter sur les chemins des souvenirs... vous allez accéder à un bijou de la littérature française.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2014
Il y a vingt ans, j'avais capitulé dans ma lecture intégrale de La Recherche au milieu de ce volume, deux décennies plus tard, je comprends encore mieux ce premier abandon. On est bien loin en effet du Proust de Combray, et hormis quelques magnifiques pages (celles sur sa grand-mère et le deuil, ou encore le morceau d'anthologie sur lequel s'ouvre le roman, pour ne donner que ces deux exemples) le reste est à mon sens plutôt ennuyeux, parce que le Proust mondain et vaudevilliste ne m'intéresse pas. Le salon des Verdurins est amusant la première fois qu'on l'évoque, au bout de 400 pages, il est pathétique. Mais peut-être est-ce le lot de la littérature: les auteurs qu'on aime le plus ne sont les vrais bons auteurs que de deux ou trois titres, et ils s'en sortent dans les autres grâce à cette confiance qu'on leur a une fois accordée et qu'on ne leur retire pas. J'aurais ainsi abandonné ma lecture s'il s'était agi d'un tout autre écrivain, mais je la poursuis ici parce que je sais que Proust, malgré ses terribles défauts, me donnera à un moment ou un autre les plaisirs que je suis venu y chercher... mais à quel prix parfois!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2015
Tout a fait boulversante, cette tome. L'oeuvre complet l'est aussi. Je suis une lecteur américaine. Toute l'été chez moi se devouait a Proust. Milles fois merci.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2013
Product itself, packaging and delivery by DHL are quite appropriate and very quick and no problems are seen. Thank you.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2010
On se croirait au théâtre, dans un vaudeville, tant les portraits sont comiques, presque burlesques. Mme de Cambremer douairière, son fils et sa belle-fille, les Verdurin, le docteur Cottard et Madame, Brichot, les employés du grand hôtel... sont dépeints d'une façon désopilante. Le directeur dudit grand hôtel emploie un mot pour un autre dans son désir d'être élégant. Un décodeur est nécessaire afin de saisir ce qu'il dit. Il rassure ses clients en leur disant qu'un service lui a pris un temps "infini" au lieu d'infime... Proust force le trait, les personnages sont proches de la caricature. Il est souvent féroce mais c'est hilarant et j'ai ri aux larmes.

J'ai retrouvé Balbec et les pommiers roses comme des jeunes filles en robe de bal les pieds dans la boue... avec bonheur. Les mêmes pommiers et la mer sont devenus une estampe japonaise... Les descriptions sont inoubliables. C'est comme dans les films de Rohmer : on voit la réalité sublimée par la peinture...

Le salon des Verdurin m'a ennuyée cependant. Ces bourgeois qui ont tout de nouveaux enrichis, m'ont semblé ternes, ordinaires, communs par rapport au salon d'Oriane de Guermantes. Basin de Guermantes se "damnerait" pour une redoute... Pourtant, je me suis surprise à les croquer sur un carnet... tant Proust nous fournit une profusion de détails. Ce sont des sujets dignes de Daumier.

La mémoire involontaire, selon Proust, nous offre de belles pages sur le deuil d'un être cher et fait écho à l'insouciance de la jeunesse et à nos propres émotions... Certaines pages, quelques paragraphes seulement mais quelle pertinence..., sur l'analyse de sa relation amoureuse à Albertine sont d'une profondeur édifiante.

Dans ce volume je mes suis sentie littéralement « embarquée » dans une sorte de petit délire onirique, étourdissant parfois, celui d'une imagination pour le moins « débridée »... Ce que Proust appelle l'inversion n'est pas le motif unique de ce roman, même si il est récurrent.
66 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2012
Je confirme que c'est une bonne édition, agréable à lire. La renommée de cet auteur est une valeur sûre pour la découverte de la littérature du XXème.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 21 février 2010
"Longtemps je me suis couché de bonne heure". Compte-tenu de son métier, c'était raisonnable. A part ça, c'est codé. Pas n mot sur son duel avec Ayrton Senna...pas un mot sur ses années Mc Laren....pas un mot sur le rôle formateur du karting...

C'est quand même un peu raide...
1414 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus