undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Commentaire client

20 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Libéral mais NON coupable, 10 septembre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Libéral mais non coupable (Broché)
Pourquoi il faut lire Charles Gave

de Yves de KERDEL, FIGARO du mardi 8 septembre 2009, Page 17

C'est ce que rappelle avec beaucoup de talent, de précision et de pédagogie, l'économiste français Charles Gave dans un ouvrage exemplaire dont le titre est Libéral mais non coupable. Charles Gave a les qualités d'un honnête homme, comme on pouvait en croiser au siècle des Lumières. Il fait partie de cette génération qui a accumulé une profonde culture littéraire, historique et bien sûr économique. Il sait rendre l'économie accessible à tout un chacun. Surtout, vivant en grande partie à il sait rester éloigné des modes de la pensée économique. Et notamment de cette idée assénée un peu partout, selon laquelle le grand retour des États dans l'économie serait un bienfait pour l'humanité.
Charles Gave prend donc le temps de rappeler que toutes les activités financières sur lesquelles les États n'avaient pas le contrôle n'ont en rien affecté l'évolution des marchés financiers. Les hedge funds, transformés en boucs émissaires parce qu'ils ont élu domicile à Jersey ou aux îles Caïman pour des raisons fiscales, n'ont rien à voir avec la crise financière. Les traders, dont les bonus pourraient être liquidés lors du G20 à Pittsburgh, n'ont été que des spectateurs incrédules de ce tsunami financier, mais en rien l'étincelle qui a produit l'explosion. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'Administration Obama peine à se rallier à la position européenne sur ce sujet.
Quant aux banques, si certaines d'entre elles ont failli, c'est parce que les États les avaient délibérément encouragées à utiliser les fonds des déposants pour jouer sur le tapis vert des Bourses mondiales. C'est le démocrate keynésien Larry Summers qui avait poussé Bill Clinton à abolir le fameux Glass-Steagall Act mis au point par Roosevelt après la crise de 1929. Ce qui a conduit, comme le dit Charles Gave, à la fusion « des bureaux de Poste et des casinos » . Rappelons que Larry Summers est aujourd'hui l'un des principaux conseillers de Barack Obama.
Après avoir rappelé tous ces faits, et bien d'autres, qui accablent les États, leurs politiques monétaires, leurs comportements mercantilistes et leur mauvaise compréhension de la mondialisation - autant d'éléments qui ont été, eux, réellement déterminants dans l'explosion de la bulle financière - Charles Gave montre bien que ce qui doit être refondé, ce n'est pas le capitalisme, mais au contraire le rôle des États dans nos économies. Il est passionnant lorsqu'il rappelle, à juste titre, les effets liés à la démographie dans la croissance économique. Il est terrifiant lorsqu'il décrit la bombe à retardement que constitue le système des retraites dans nos pays européens. Il est réconfortant lorsqu'il explique à quel point cette crise va nous obliger à entrer encore plus vite dans l'économie de la connaissance, reprenant en cela les idées chères à Alvin Toffler. Autant
dire que cet ouvrage fait souffler un vent d'air frais particulièrement agréable, à l'occasion de cette rentrée. La question n'est pas de savoir si le libéralisme existe encore en tant qu'idéologie politique. Le travailliste Tony Blair a montré qu'il était bien plus libéral que le conservateur John Major. Et les deux seuls ministres des Finances réellement libéraux qui ont marqué la France au cours du dernier quart de siècle sont Pierre Bérégovoy et Dominique StraussKahn. La question est de savoir si les États ont encore une légitimité pour réguler l'activité des entrepreneurs, pour prélever leur dîme par une taxe carbone ici, ou par une taxe tobin là.

Leur problème est d'avoir perdu une grande part de leur crédibilité. Et « ces jeux du cirque » des temps modernes que sont les G20, les G8 ou tous autres sommets internationaux ne sont plus pris au sérieux que par ceux qui doivent en rédiger le communiqué final. Pour preuve le crucial débat sur l'assouplissement des normes comptables ouvert lors du G20 de Londres a d'ores et déjà été enterré sans fleurs ni couronnes.
Nous entrons dans des « temps nouveaux » comme l'a rappelé Laurence Parisot pendant trois jours. Des temps nouveaux où les États ne sont que des « rois nus » incapables d'apporter des solutions aux défis économiques. À la différence des entrepreneurs qui ne demandent juste qu'un peu de liberté pour créer de la richesse au profit de tous. C'est ce qu'explique avec talent, verve et humour Charles Gave. Et s'il faut le lire, ce n'est pas parce qu'il est libéral, mais parce qu'il est libre. Ce qui l'autorise à dire la vérité économique. Toute la vérité."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 10 sept. 09 15:22:29 GMT+02:00
Gave dit:
Charles Gave
Charles Gave est un économiste et financier français, né le 14 septembre 1943.
Diplômé de l'Université de Chicago en 1970, où il a passé un doctorat en économie, il a été élève de Milton Friedman.
Après un début de carrière en tant qu'analyste financier, il a créé en 1974 l'entreprise Cegogest, spécialisée en recherche économique. Il est en 1986 co-fondateur de Cursitor-Eaton Asset Management. La société, qu'il quitte en 1999, est vendue en 1995 à Alliance Capital. Par la suite il fonde à Hong Kong GaveKal, une société de recherche et de conseil en gestion de portefeuille ou il exerce toujours. Il est également membre du conseil d'administration de l'Institut Turgot, un think tank libéral1. Il collabore à la revue L'Esprit libre (1996) ainsi qu'au Journal de Finances.

Publié le 5 nov. 09 04:52:20 GMT+01:00
Pas convainquant: ce que dit Kerdrel sur Larry Summers est vrai (sauf qu'il n'est pas keynesien, car ce terme s'est dévoyé), mais est-ce parce que les Etats ont renoncé à jouer leur rôle qu'il faut s'en remettre au grand marché du casino?
L'Etat n'est pas bon en soi: il y a les Etats qui font leur boulot et ceux qui capitulent devant les lobbies.
Un peu d'histoire économique ferait du bien, et je ne peux que renvoyer au beau livre de David Landes Richesse et pauvreté des nations

En réponse à un message antérieur du 15 nov. 09 09:45:42 GMT+01:00
Je n'ai pas compris qui vous êtes, au juste.
Je vois "Gave - Vrai nom". Et ensuite, je vois un commentaire non de vous, mais d'Yves Kerdrel.
Pourquoi pas, après tout ? Ce n'est pas inintéressant de savoir quelle était l'opinion d'Yves Kerdrel sur le livre.
Mais la vôtre ? (A moins que vous ne soyez l'authentique Charles Gave ? Mais je vois aussi un pseudonyme : "egave6").
Si vous pouvez nous dire, même rapidement, ce que vous pensez du livre, ce serait bien à vous.

Cordialement.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (5 commentaires client)

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoile
0

EUR 17,90
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Gave
(VRAI NOM)   

Classement des meilleurs critiques: 520.290