Commentaire client

9 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'ivresse socialiste, 16 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Socialisme et la vie : Idéalisme et matérialisme (Poche)
Ce petit livre permet, grâce à des textes écrits en 1894, 1898, 1901 et 1903, de se faire une idée des conceptions politiques de celui qui, plutôt mal aimé de son vivant, est devenu depuis, un héros "panthéonisé", que François Mitterrand crut bon d'honorer, la rose à la main en 1981, et que même l'actuel Président de la république se plait à citer avec emphase dans ses discours.

Nourri au lait enivrant mais pernicieux de Hegel et de Marx, Jaurès avait développé une conception séraphique du socialisme, empruntant à la fois à l'idéalisme et au matérialisme. Bien que l'expérience désastreuse de la Révolution Française ne lui servit pas de leçon, il est pourtant hautement probable qu'il était parfaitement sincère lorsqu'il annonçait en 1894, sous l'emblème du drapeau rouge, "la réconciliation fraternelle de tous les hommes après les séculaires combats". Mais si on peut lui accorder la circonstance atténuante de n'avoir pas vu en grandeur réelle les méfaits du collectivisme, on ne peut qu'être confondu par la naïveté dont il fit preuve, lui, l'homme de terrain.

Il se livre en effet, totalement à la théorie, dont il juge "admirable" la représentation qu'en avaient donné Marx et Engels. A aucun moment les contradictions, les approximations et la subjectivité dont fourmille son raisonnement, n'entament son enthousiasme. Cette ineffable candeur suscite autant d'admiration que d'effroi.

Par exemple, Jaurès prophétise que "l'avènement du socialisme sera comme une grande révélation religieuse". Mais cette ferveur n'a dans son esprit, rien de mystique. Elle le conduit d'ailleurs à préciser que "le mouvement socialiste exclut l'idée chrétienne qui subordonne l'humanité aux fins de Dieu, à sa gloire, à ses mystérieux desseins". Il reprend en l'occurrence le slogan fameux de Blanqui qui ne voulait pour l'être humain, "Ni Dieu, ni Maître", mais sans hésiter pour autant à l'asservir la dictature désincarnée de la collectivité.
Dans le même temps, il développe une vision matérialiste du monde et se rallie même à l'idée que tout ici bas obéit au déterminisme, y compris naturellement l'histoire humaine : "la force initiale de vie concentrée dans les premières granulations vivantes et les conditions générales de l'existence planétaire déterminaient d'avance la marche générale et comme le plan de la vie sur notre planète".

Par un curieux paradoxe, tout en prêchant l'abolition de la propriété et la collectivisation des moyens de production, le tonitruant député de Carmaux affirme que "le socialisme est l'affirmation suprême du droit individuel", que "rien n'est au dessus de l'individu". Cultivant sans le savoir l'art de l'oxymore, il prétend même que "le socialisme collectiviste ou communiste donnera le plus large essor à la liberté, à toutes les libertés" !
Autre étrange antinomie, alors qu'il plaide pour l'Internationale Socialiste, il fait reposer les piliers du système sur le nationalisme : "les nations, systèmes clos, tourbillons fermés dans la vaste humanité incohérente et diffuse, sont donc la condition nécessaire du socialisme".
Dernier fait troublant, Jaurès semble hésiter quant à la nature intrinsèque du socialisme qu'il appelle de ses vœux. Il n'aurait rien à voir selon lui, avec une sorte de "communisme primitif". Mais, détail savoureux, il ne saurait non plus s'agir du "socialisme d'état", qu'il assimile au capitalisme honni : "entre le collectivisme et le socialisme d'état, il y a un abîme", car "dans cette création de services publics, il reste fidèle au système capitaliste". "Le socialisme d'Etat est une sorte de pessimisme social..."

En somme, la vision jaurèsienne du socialisme se distingue assez peu de la mystification marxiste, et s'avère entachée de contradictions, ou bien d'erreurs grossières d'appréciation.
Selon lui par exemple, "sous le régime capitaliste, la classe ouvrière est exclue à jamais de la propriété" ! Il ne prévoyait à l'évidence pas, que le capitalisme permettrait justement aux classes les plus modestes d'accéder enfin à un certain bien-être matériel, tandis que le socialisme triomphant les rendraient encore plus pauvres tout en leur interdisait de rien posséder.
On trouve en outre une conception totalement chimérique de la nature humaine et de la réalité de l'existence. On croit rêver en lisant cette angélique déclaration : "Le mineur salarié et dépendant qui descend aux galeries profondes n'est pas pleinement un homme. Il est une pièce dans un mécanisme de production brute.../... Demain, c'est l'humanité elle-même qui descendra au plus profond des puits, .../... ce ne sera plus la servitude de l'homme se mêlant à la servitude des choses, mais la haute liberté humaine façonnant la terre, sa force et ses éléments..."

Il faut reconnaître que des questions pertinentes sont parfois évoquées, mais il s'efforce de les chasser bien vite, ce qui démontre comment la foi peut aveugler la raison, même de gens bien intentionnés. A certain moment, il se demande par exemple avec une soudaine lucidité si "la communauté ne sera pas tentée de tout abaisser au niveau des besoins les plus grossiers, des âmes les plus communes ? Et pour réprimer la révolte des délicats, pour supprimer les oppositions intellectuelles, si elle ne sera pas conduite à organiser un pouvoir dictatorial ?"
Il craint même dans un noir mais prémonitoire scénario, "qu'une centralisation despotique assurera un régime de médiocrité."
Il se défend évidemment d'être l'oiseau de mauvais augure, mais on sent par moment qu'il n'en est pas loin : "Si la liberté est incompatible avec la forme socialiste de la propriété, il faut proclamer que la race humaine, au moment même où elle exalte en un rêve de fraternité, d'unité vivante et de grandeur, s'achemine à l'inévitable servitude. Mais qui osera risquer cette sombre prophétie ?"

Enfin, tout à son entreprise de glorification, Jaurès oublie, ou bien élude comme le font souvent les socialistes, les questions concrètes relatives à la mise en œuvre pratique du fabuleux projet. Le caractère fuligineux des mesures qui conduiront à la "libre et joyeuse adaptation de l'individu à l'ensemble", il l'évacue d'une pirouette : "Quand les socialistes se refusent à décrire le détail de la société de demain, on les accuse de ruser : ils respectent tout simplement la liberté de l'évolution et la richesse de la vie !"
S'agissant enfin du concept de dictature du prolétariat qui forme le cœur de la dialectique marxiste, il en minimise la portée en affirmant qu'il ne peut s'agir que "d'une formule de la tactique révolutionnaire pendant la prise de possession du pouvoir..."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-9 sur 9 de cette discussion.
Message initial: 18 févr. 11 14:41:44 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 21 févr. 11 01:14:01 GMT+01:00
L. ROBERT dit:
Bonne présentation, à mon avis, du socialisme tel que le voyait Jaurès, même si, à l'évidence, vous ne comprenez pas grand' chose à sa pensée.

Un contresens, quand même, me semble-t-il. Vous écrivez « Alors qu'il plaide pour l'Internationale Socialiste, il fait reposer les piliers du système sur le nationalisme » en le citant : « Les nations, systèmes clos, tourbillons fermés dans la vaste humanité incohérente et diffuse, sont donc la condition nécessaire du socialisme ».

Ici, c'est évidemment « nation » au sens de « patrie » qu'il faut lire, car les socialistes ont toujours été et restent « patriotes », au sens où le « patriotisme » est l'affirmation de la Valeur de sa patrie et de sa nation, alors que le « nationalisme » est en pratique l'affirmation de la supériorité de sa patrie et sa nation sur les autres patries et les autres nations, et que cette ignominie que constitue le « nationalisme » a toujours été, à ma connaissance, totalement étrangère à l'Éthique de Jaurès et, façon générale, me semble-t-il, au socialisme (A l'exception, allez-vous sans doute me répondre, du National-socialisme !).

-----

Une remarque très importante, cependant. Vous écrivez : « Bien que l'expérience désastreuse de la Révolution Française ne lui servit pas de leçon, [...] ». Je voudrais simplement vous faire remarquer qu'une telle phrase ne peut en aucun cas avoir été écrit par un authentique « libéral », qui sont tous forcément, par nature, démocrates et républicains, mais uniquement par un véritable « réactionnaire ». Alors, P-Henri Thoreux, qui êtes-vous vraiment, derrière le masque très respectable derrière lequel vous tentez, très mal, tout comme « Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch... », de vous dissimuler ?

Mon analyse des Droites en France est celle de René Rémond, Professeur des Universités à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, auteur de « La Droite en France de 1815 à nos jours » publié en 1954 et qui continue à être une référence, et pour beaucoup LA référence, en matière d'analyse historique des Droites en France. René Rémond distingue trois Droites :

- la Droite réactionnaire (dite « légitimiste » au XIX siècle, qui voulait un retour à la Monarchie absolue), qui a comme Valeur Suprême la NAISSANCE, Droite nationaliste, anti-Dreyfusarde et collaborationniste, Droite qui ne s'est ralliée à la République (contre son gré...) qu'en 1945, Droite dont le représentant le plus célèbre au XX siècle a été Philippe Pétain, Droite atlantiste et ultra-libérale dont les représentants actuels les plus en vue sont Nicolas Sarkozy, François Fillon, Marine Le Pen, Jean-François Copé et Brice Hortefeux ; en Europe, cette mouvance politique s'appelle le « Parti Populaire Européen » et, aux États-Unis, l'équivalent s'appelle le « Parti Républicain » ;

- la Droite autoritaire (dite « bonapartiste » au XIX siècle, héritière du Consulat de la Révolution française), qui a comme Valeur Suprême la VALEUR PERSONNELLE, Droite patriote, Dreyfusarde et Résistante, Droite dont le représentant le plus célèbre au XX siècle a été le Général de Gaulle, Droite dont les représentants actuels les plus en vue sont Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie, Alain Juppé et Jean-Louis Debré ; il s'agit d'une mouvance politique qui constitue une « spécificité française » dont, en Europe comme aux États-Unis, il n'y a aucun équivalent !

- la Droite libérale (dite « orléaniste » au XIX siècle, favorable à une Monarchie constitutionnelle et qui, pendant la Révolution française, vota la mort de Louis XVI), qui a comme Valeur Suprême l'ARGENT, Droite opportuniste et de façon générale peu engagée sur les grand problèmes de son temps, Droite en majorité pétainiste pendant l'Occupation mais qui retourna sa veste immédiatement après le Débarquement, Droite qui s'était ralliée à la République dès 1877, Droite dont les représentants les plus célèbres au XX siècle ont été Robert Schuman et Jean Monnet, pères du Plan Charbon-Acier et du Plan Euratom, Droite dont les représentants actuels les plus en vue sont Valery Giscard d'Estaing, François Bayrou, Ségolène Royal, Jean-Louis Borloo et Manuel Valls ; en Europe, cette mouvance politique s'appelle le « Parti Socialiste Européen » et, aux États-Unis, l'équivalent s'appelle le « Parti Démocrate ».

Tout cela, j'en conviens, n'a rien d'original.

Mais, simplement, n'est-il pas maintenant totalement évident aux yeux de tous, y compris des vôtres, que vous êtes en réalité un homme de Droite « réactionnaire » comme Hayek et son « cher ami » Pinochet, et en aucun cas un homme de Droite « libéral » comme Montesquieu et son héritier spirituel Maurice Allais ? En quoi est-il infamant de vous soupçonner de faire partie de la Majorité Présidentielle actuelle ?

Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 19 févr. 11 02:32:34 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 19 févr. 11 02:39:51 GMT+01:00
[Les clients n'ont pas estimé que ce message apportait quelque chose à la discussion. Voir le message quand même. Voir tous les messages jugés inutiles..]

En réponse à un message antérieur du 20 févr. 11 14:45:30 GMT+01:00
mais PTH t'as un don ou quoi ????????????????,, tu vas encore t'attirer des bricoles......

Publié le 20 févr. 11 17:24:33 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 13 juin 11 20:17:07 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 21 févr. 11 00:40:03 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 22 févr. 11 10:18:27 GMT+01:00
L. ROBERT dit:
Cher Jules,

- Lucie était-elle de Droite ou de Gauche ?
- AtraHasis « le Super Sage » était-il de Droite ou de Gauche ?
- GilGamesh était-il de Droite ou de Gauche ?
- Hatchepsout était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Hammourabi était-il de Droite ou de Gauche ?
- Zoroastre était-il de Droite ou de Gauche ?
- Nabuchodonosor II était-il de Droite ou de Gauche?
- Cyrus II était-il de Droite ou de Gauche ?
- Darius Ier était-il de Droite ou de Gauche ?
- Josias était-il de Droite ou de Gauche ?
- Sun Zu était-il de Droite ou de Gauche ?
- Périclès était-il de Droite ou de Gauche ?
- Archidamos II était-il de Droite ou de Gauche ?
- Bouddha était-il de Droite ou de Gauche ?
- Confucius était-il de Droite ou de Gauche ?
- Lao-Tseu était-il de Droite ou de Gauche ?
- Alexandre « le Grand » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Hannibal était-il de Droite ou de Gauche ?
- Hillel « l'Ancien » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Spartacus était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jules César était-il de Droite ou de Gauche ?
- Vercingétorix était-il de Droite ou de Gauche ?
- Marc-Antoine était-il de Droite ou de Gauche ?
- Cléopâtre VII était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Jean « le Baptiste » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jésus était-il de Droite ou de Gauche ?
- Marie-Madeleine était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Hadrien était-il de Droite ou de Gauche ?
- Constantin Ier était-il de Droite ou de Gauche 
- Clovis Ier était-il de Droite ou de Gauche ?
- Dagobert III était-il de Droite ou de Gauche ?
- Mahomet était-il de Droite ou de Gauche ?
- Khadija était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Aïcha était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Ali était-il de Droite ou de Gauche ?
- Hârûn al-Rachîd ben Muhammad ben al-Mansûr était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles Ier « le Magne » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles II « le Chauve » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles III « le Simple » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles IV « le Bel » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles V « le Sage » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles VI « le Fol » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles VII « le Bien Servi » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles VIII « l'Affable » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles IX était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles X était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jayavarman VII était-il de Droite ou de Gauche ?
- Richard Ier « le C½ur de Lion » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Koubilaï Khan était-il de Droite ou de Gauche ?
- Mansa Musa était-il de Droite ou de Gauche ?
- Saladin était-il de Droite ou de Gauche ?
- Saint-Louis était-il de Droite ou de Gauche ?
- Zhengtong était-il de Droite ou de Gauche ?
- Louis XI était-il de Droite ou de Gauche ?
- Pachacutec était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jeanne Hachette était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Jeanne d'Arc « la Pucelle » était-elle de Droite ou de Gauche ?
- César Borgia était-il de Droite ou de Gauche ?
- Lucrèce Borgia était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Soliman « le Magnifique » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Cuauhtémoc était-il de Droite ou de Gauche ?
- Ivan IV « le Terrible » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Bâbur était-il de Droite ou de Gauche ?
- Martin Luther était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jean Calvin était-il de Droite ou de Gauche ?
- Henry IV était-il de Droite ou de Gauche ?
- Maximilien de Béthune de Sully était-il de Droite ou de Gauche ?
- Shâh Jahân était-il de Droite ou de Gauche ?
- Arjumand Bânu Begam était-elle de Droite ou de Gauche ?
- François Ier était-il de Droite ou de Gauche ?
- Shunzhi était-il de Droite ou de Gauche ?
- Louis XIII était-il de Droite ou de Gauche ?
- Armand Jean du Plessis de Richelieu était-il de Droite ou de Gauche ?
- Giulio Mazarin était-il de Droite ou de Gauche ?
- Kaya Magan Cissé était-il de Droite ou de Gauche ?
- Pierre Ier « le Grand » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Louis XIV était-il de Droite ou de Gauche ?
- Louis XV « le Bien Aimé » était-il de Droite ou de Gauche ?
- Louis XVI était-il de Droite ou de Gauche ?
- Marie-Antoinette d'Autriche était-elle de Droite ou de Gauche ?
- Anne Robert Jacques Turgot de l'Aulne était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jacques Necker était-il de Droite ou de Gauche ?
- Maximilien de Robespierre était-il de Droite ou de Gauche ?
- Georges Jacques Danton était-il de Droite ou de Gauche ?
- Joseph Proudhon était-il de Droite ou de Gauche ?
- Jean Jaurès était-il de Droite ou de Gauche ?
- Charles Maurras était-il de Droite ou de Gauche ?

Jules, si vous avez répondu sans erreur à chacune des questions ci-dessus (c'est moins difficile qu'il n'y parait...), vous saurez sans l'ombre d'un doute si je suis de Droite, de Gauche, ou « d'Ailleurs ».

Cordialement.

Hint : A l'occasion de l'effondrement de l'Union Soviétique en 1991, un membre du Bureau Politique du Parti Communiste Français déclara « Cela n'a aucune importance. Le Communisme est Éternel ! » P-Henri Thoreux aurait sans doute réitéré la même Profession de Foi vis-à-vis du Libéralisme dans des circonstances semblables... Les généraux Alcazar et Tapioca auraient sans doute dit la même chose à propos des deux Idéologies, l'Alcazarisme et le Tapioquisme, qu'ils ont respectivement forgées. Alcazariste ? Tapioquiste ? Vous, Jules, que diriez-vous ?

En réponse à un message antérieur du 21 févr. 11 09:32:33 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 13 juin 11 20:17:44 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 25 avr. 11 19:30:16 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 10 mai 11 05:53:06 GMT+02:00
L'épisode de la rose en mai 1981 concernait Victor Scholcher et pas Jaurès!
Et quant ce cuistre de Thoreux se réfère à Popper, Tocqueville et Hayek, je doute qu'il les ai lus attentivement (comme je l'ai fait) et un hommage de Thoreux est une insulte pour ces grands auteurs qui n'étaient pas des idéologues!

En réponse à un message antérieur du 9 févr. 13 23:23:49 GMT+01:00
Sebrider dit:
Pour Popper et Hayek, à chaque fois , je suis tombé sur des remarques argumentées montrant que Popper et Hayek sont des idéologues :
* Alexandre Zinoviev, renégat soviétique, L'occidentisme. Pour AZ, la vision du monde des libéraux est pire que celle que des marxistes. Cependant, sous la phraséologie idéologiques des marxistes on y retrouve de la science, ce qui n'est pas le cas des libéraux.
* Evarite Sanchez-Palencia, de l'académie des sciences, Promenade dialectique dans les sciences
* Constanzo Preve, philosophe marxiste et idéaliste (anti-matérialiste), Histoire critique du marxisme:De la naissance de Marx à la dissolution du communisme historique du XXe siècle

Les remarques sur l'esclavagisme et Tocqueville dans la Contre histoire du libéralisme de Dominico Losurdo sont très intéressantes. Ce sont pas les libéraux qui ont abolit l'esclavagisme, ils ont d'ailleurs renforcer les contraintes sur les esclaves qui n'a plus rien a voir avec l'esclavagisme de l'antiquité et du moyenne-âge. Le sujet "Tocqueville et la démocratie" fait bien rire les gens du XXI.

Les écrits sur la liberté par les libéraux sont toujours lié à leur propre classe ou milieu sociale et non à l'humanité dans son ensemble et à sa diversité.

Publié le 8 nov. 13 18:48:04 GMT+01:00
Dom 68 dit:
Remarque en ce qui concerne ce message et les commentaires et réponses qui suivent:

On se demande comment vous pouvez être tous fumeux ,intellectualisés au maximum, voire incompréhensibles à ce point, c'est inimaginable.Ce n'est pas avec cela que vous ferez avancer les choses et réglerez les problèmes actuels du néolibéralisme érigé en religion mondialisée ( si jamais ça vous concerne..).Avec une France de plus en plus riche (oui, oui ) ou l 'humain n'est qu'une variable d'ajustement alors qu'il devrait en être le centre et où les copains et coquins du grand capital se goinfrentà en crever en nous faisant croire à une crise (!!!) (voir Susan George " Leurs crises , Nos solutions ") Arrêtez de nous enfumer comme vous le faites.S'il y a des gens qui veulent apprendre des choses en histoire , regardez les émissions d'HENRI GUILLEMIN sur youtube ( il y a une émission , entre autres, sur Jaurés ),accessible à tous.Un véritable humaniste .et accessible à tous .
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 1.099