Commentaire client

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 De belles images ne compensent ni les incohérences du scénario ni le simplisme du message politique, 20 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elysium [DVD + Copie digitale] (DVD)
Neill Blomkamp avait bluffé son monde en 2009 avec District 9, un mélange incroyablement maîtrisé de science-fiction rythmée et de satire sociale féroce sur le racisme, l’immigration et l’accueil de réfugiés. Avec ce premier film, il a pris par surprise et ravi tant les spectateurs que les critiques. Inutile de dire que son nouveau film était très attendu. D’autant plus qu’Elysium se présentait également comme un film de SF aux résonances sociales, et dont l’intrigue se passe en partie dans un bidonville. Etait-ce donc que Blomkamp n’avait pas peur de la comparaison, ou bien ses thématiques étaient-elles limitées et risquait-il de nous resservir le même film ? Voici le verdict

Notre futur est celui d’une planète hyperpolluée et devenue un gigantesque bidonville grouillant d’une plèbe ignare. La supra-société, elle, s’est construite une immense station spatiale et vit désormais en orbite dans ce cadre paradisiaque nommé Elysium. De la surface, on peut voir passer dans le ciel en brillant ce paradis inaccessible et pourtant réel. De temps à autre, une navette de clandestins tente de s’y infiltrer sur Elysium, car là-bas existent de miraculeuses machines de guérison, auxquels seuls les citoyens d’Elysium ont normalement accès. L’histoire suit Matt Damon, un repris de justice qui se fait irradier à l’usine et tentera le tout pour le tout pour se faire soigner. Évidemment, rien ne se passera comme prévu (sinon, il n’y aurait pas de film).

Il y a du bon et du moins bon dans Elysium. Dans les aspects positifs, retenons d’abord les effets spéciaux, absolument superbes. On y retrouve la même sensation de réalité totale (je ne parle pas ici de réalisme, cf paragraphe suivant) qui permettait de croire qu’un extraterrestre en images de synthèse existait vraiment et même de ressentir réellement de l’empathie pour lui (enterrons Jar-Jar Binks). Le scénario enchaîne les péripéties sans temps mort, et parvient, tout comme dans District 9, à nous surprendre la plupart du temps. Il n’est pas écrit comme l’immense majorité actuelle des blockbusters, ce qui est rafraîchissant. Côté casting, on retrouve Matt Damon avec plaisir, ainsi que le mésestimé William Fichtner en méchant PDG , et le sympathique Diego Luna (Et même ta mère). On sera plus nuancé sur Jodie Foster : sa prestation de femme de pouvoir est très bien, mais on vomira son look caricatural de blondasse lesbienne décolorée tant il est dissonant du personnage qu’elle campe (et ne venez pas me suggérer que c’est la mode de l’époque : aucune autre femme du film ne se coiffe ni ne s’habille aussi mal, a fortiori dans les très hautes sphères de la supra-société). Dans le même registre, Sharlto Copley (encore un transfuge de District 9) nous joue un mercenaire parfaitement menaçant, mais son jeu le rend rapidement primaire et grotesque, ce qui décrédibilise tout le personnage : jamais on ne confierait à un agent aussi instable les missions de confiance qu’il doit assurer, jamais on ne conserverait un homme aussi peu professionnel un dans une unité paramilitaire confidentielle, fût-il vraiment dangereux et efficace.

Et c’est là que commencent les problèmes : les personnages. Comment un repris de justice en réinsertion pourrait-il conserver adulte tout rêve d’aller un jour vivre sur Elysium, qui plus est avec son amie d’enfance qu’il aime mais qui ne l’aime pas plus que ça ? Comment un chef d’équipe pourrait-il obliger un ouvrier à rentrer dans un caisson dont tout le monde connaît la dangerosité radioactive ? Comment croire une seconde que les clandestins pourraient cultiver l’espoir de passer inaperçu et s’insérer dans une station spatiale où, de toute évidence, le revenu moyen annuel des foyers commence avec 6 chiffres ? Les incohérences continuent violemment avec les grandes légèretés prises avec la médecine. Tout d’abord, si la machine qui guérit tout est trouvable dans n’importe quelle maison d’Elysium, il est difficile de croire qu’on ne pourrait pas en laisser quelques unes dans les hôpitaux terrestres afin de rendre moins attractive l’immigration clandestine. Et que dire d’un homme qu’on a vu se faire gravement irradier et qui n’a aucune séquelle pendant 5 jours parce qu’il prend deux pilules magiques trois fois par jour, après quoi, une fois la boîte vide, il s’écroulera subitement, pouf, comme un fruit mort ? Quant à l’exosquelette : on le lui greffe directement sur les os, sans anesthésie, et le monsieur n’a pas un saignement, pas une irritation, pas l’ombre d’un rejet (alors qu’il est déjà irradié à mort) ? Et ces petits bouts de métaux qui ont l’air bien fragile seraient capables de démultiplier suffisamment ses forces (lui qui est en phase terminale) pour repousser les assauts de robots de combat ? Enfin, le plus gros, c’est quand même cette station Elysium qui parvient, dans l’espace, à conserver une atmosphère sans aucune cloche de protection… Non, vraiment, la suspension d’incrédulité est rapidement mise KO par un scénario qui cumule les invraisemblances comme un surendetté les relances d’huissiers.

C’est bien dommage car le film n’est pas dénué de bonnes idées, et se pique d’être une parabole sociale au fond, hélas, simpliste et fort discutable. La citoyenneté n’a-t-elle réellement pas d’autre signification qu’un niveau de vie et qu’une inscription sur un listing ? Peut-on vraiment affirmer que les riches exploitent les pauvres pour ensuite aller se réfugier dans leur tour d’ivoire orbitale ? Suffit-il vraiment d’arriver clandestinement dans un lieu pour croire qu’on aura automatiquement la belle vie ? Les poncifs d’ultragauche à la vue courte s’enchaînent avec une constante déconcertante et une naïveté confondante. Vraiment, on espérait une réflexion plus poussée de la part de l’auteur de District 9.

Elysium laisse donc une impression mitigée : de (très) belles images et une histoire fort distrayante, mais trop d’invraisemblances tuent ce film qui commet également l’erreur de vouloir propager un message politique bien trop simpliste et mal étayé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

Soyez la première personne à commenter cette évaluation.

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 


Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

FX de Vasselot
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Lieu : Paris, France

Classement des meilleurs critiques: 81