Commentaire client

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une indépassable perfection formelle, 7 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven: The 9 Symphonies (Karajan) (Téléchargement MP3)
Disons tout d'abord que cette 2e intégrale (sur 4) des symphonies de Beethoven par Karajan est la plus globalement réussie, même si certains éléments de la 3e, enregistrée en 1977, peuvent être préférés. L'enregistrement est de la meilleure qualité possible à cette époque où, schématiquement, les ingénieurs du son de DG, Philips et Decca possédaient une sérieuse avance technique et un goût plus sûr que ceux de CBS ou EMI. Significativement, il existe une version SACD de cette intégrale : c'est tout à fait adapté à des interprétations d'une telle perfection formelle.
Même si on peut trouver la prise de son un peu réverbérée (mais naturellement, puisque l'enregistrement a été fait dans une église), c'est en effet la perfection du travail d'orchestre qui frappe, et que seul Carlos Kleiber, mais avec des objectifs différents, a peut-être égalée. J'admire la rondeur des sons, la progression des attaques instrumentales, dont on a souvent de la peine à savoir quand elles commencent ou quand elles finissent, celle des crescendos ou des diminuendos. Une telle précision désarmerait les plus critiques de l'art du chef. La mâle beauté de l'orchestre de Berlin, dont les célèbres basses sont à la fois adoucies et magnifiées par ce traitement, contribue évidemment à la réussite.
Il y a toutefois un revers de la médaille : cet accent porté sur la forme, ce refus d'un engagement passionnel qui en perturberait les lignes, atténue le message implicite des symphonies dans lesquelles l'héroïsme et le dramatisme sont davantage nécessaires, en gros les symphonies impaires (sauf la 1ère); la 5e est tout de même plus réussie que la 7e. L'intégrale culmine dans les deux premières, la Pastorale moins nettement, la 8e et plus encore la 4e, dont le mouvement lent devient comme un rêve, plein de calme et de sang-froid.
Plus tard Karajan accentuera, jusqu'à l'excès, les caractères de son art : le culte du son pour le son, le legato. L'orchestre deviendra un seul magnifique objet, abolissant les particularités des timbres de chaque instrument, le legato deviendra legatissimo, la réverbération s'aggravera, les artifices techniques éloigneront le disque de sa source instrumentale, rendant sans intérêt les progrès de l'enregistrement. Parce que cette évolution n'est encore qu'en germe au début des années 60, je préfère ce témoignage à ceux postérieurs, et je le recommande donc chaudement. Il reste que pour quelques symphonies essentielles, on perdrait beaucoup en ne connaissant que Karajan. Pour l'Héroïque, Furtwängler-Vienne 1944, Konwitschny- Dresde, voire Herbig-1982, pour la 5e, Carlos Kleiber, Jochum-1951-Tahra, Jochum-intégrale DG, pour la 7e, Fricsay et Carlos Kleiber, pour la 9e Furtwängler-Bayreuth-1951 ou Bruno Walter 1949-53, liste non limitative, sont des compléments, des contrastes éclairants, ou à la rigueur des antidotes à ce que l'interprétation de Karajan peut avoir d'unidimensionnel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-6 sur 6 de cette discussion.
Message initial: 21 déc. 12 21:57:09 GMT+01:00
Gianni dit:
Ce n'est que très recemment que j'ai pris connaissance de votre commentaire dont je partage globalement le contenu.Pour avoir résisté pendant des années à la Karajanolâtrie (remplacée aujourd'hui par l'Harnoncourolâtrie )qui sévissait chez les critiques musicaux dans les années 60/70, je suis d'autant à l'aise pour écrire que cette intégrale prise en tant que telle, et malgré ses quelques faiblesses reste globalement une des plus réussies de la discographie avec notamment de très belles 4ème,5ème,8ème et 9ème, cette dernière surtout pour les deux premiers mouvements et malgré un final plutôt martial.
Bien sûr, Karajan évoluera ensuite en privilégiant la beauté du son mais l'intégrale de 77 , ce n'est quand même pas mal non plus et en tout cas plus jouissif à écouter que les violons acides et grinçants des baroqueux qui sous prétexte de vérité historique,nous infligent une vision de Beethoven que ne renieraient pas nos énarques(C'est lisse, c'est froid et ça n'a pas de c...) je veux dire de coeur ! encore que ...
Bon,je fais un peu de provocation,mais ce que nos critiques appellent pompeusement le courant dominant de l'interprètation ,le dépoussièrage ou le dégraissage de Beethoven(expressions curieusement reprises systématiquement par les laudateurs des baroqueux sur Amazon) ne me parait être en réalité qu'un assêchement du matériau musical et quand on sait que Beethoven déclarait lui-même composer pour l'avenir, je me demande où est la modernité dans ces versions vides de sentiments et d'humanité, jouées de façon motorique sur des instruments à la sonorité désuète ? j'aime les Bach,Haendel, Rameau de Harnoncourt, Gardiner et consorts , mais leur Beethoven... d'autant que si l'on souhaite des versions plus lumineuses,avec un son moins riche que celui de Karajan, il existe les enregistrements isolés de Carlos Kleiber( 4ème,5ème,6ème et 7ème),de son père Erich(3ème-Vienne),de Fricsay (9ème).Pour ceux qui privilégient le côté humain et fraternel de Beethoven,Walter(4ème,6ème), Furtwangler(3ème Vienne 44,9ème 54 ) Jochum(5ème Berlin 51, 7ème Berlin ou Amsterdam ,8ème Berlin 61,9ème LSO 79)les combleront.Je n'oublie pas par ailleurs la 3ème de Gunther Herbig que vous citez fort justement, version méconnue mais très belle(Berlin classics)les 2ème et 6ème de Masur-ONF live2002 ,et pour revenir à Karajan,la 7ème enregistée en public le 28 /01/78 et parue chez Palexa.J'en oublie d'autres, bien sûr !
Pour terminer, j'attends avec impatience le successeur de tous ces grands chefs (un autre C.Kleiber par exemple) qui nous donnera une vraie vision moderne et romantique de Beethoven avec les moyens d'enregistrement actuels.
Bien cordialement.

En réponse à un message antérieur du 22 déc. 12 02:51:50 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 22 déc. 12 02:53:07 GMT+01:00
En effet, nous avons à peu près les mêmes goûts.
J'apprécie comme vous les baroqueux pour l'époque baroque et un peu moins ensuite. Mais j'ai dit assez de bêtises par le passé, aussi je m'abstiendrai de toute opinion générale. D'ailleurs, mes goûts ont évolué. Au départ, j'étais choqué par les sonorités des instruments anciens et le style d'interprétation, maintenant c'est selon le cas. L'habitude intervient. J'ai dit du bien des Saisons de Jacobs Haydn : Die Jahreszeiten (Les Saisons), mais au moment de la publication, j'avais eu de la peine à entrer dedans.

Le rapprochement que vous faites entre la place de Karajan autrefois et celle de Harnoncourt est assez justifié. De plus en plus, Harnoncourt enregistre tout, même Smetana, souvent avec un manque de modestie qui lui fait rechercher les moyens de se singulariser par des phrasés bizarres.
D'accord avec vous sur des expressions comme celles de dépoussiérage : Haydn, Mozart ou Beethoven étaient-ils devenus poussiéreux ?
Bien cordialement.

En réponse à un message antérieur du 23 déc. 12 18:18:55 GMT+01:00
Gianni dit:
Oui, j'apprécie beaucoup entre autres, le Dixit Dominus,le Messie,l'allegro,il penseroso ed il moderato,les suites pour orchestre de Dardanus par Gardiner,mais son Beethoven, j'y suis vraiment allergique comme à celui d' Harnoncourt (pourtant joué sur des instruments modernes)Depuis vingt ans que j'ai acquis cet enregistrement, j'essaie régulièrement de l'écouter sans préjugés mais je n'ai pas réussi une seule fois à y prendre plaisir.
Concernant la boulimie discographique de ce chef et son absence d'humilité, je suis d'accord avec vous et quand je pense qu'un critique musical a cité en référence un de ses enregistrements du concert du nouvel an (j'ai notamment souvenir d'une danse hongroise de Brahms éléphantesque)celà laisse rêveur, surtout lorsque l'on a en mémoire les deux concerts 89 et 92 de C.Kleiber !
Je vous souhaite de bonnes fêtes et une excellente année 2013, pleine d'émotions musicales.

En réponse à un message antérieur du 24 déc. 12 07:12:05 GMT+01:00
En effet, ce sont d'abord les oreilles et la sensibilité personnelle qui comptent, plus que les opinions sur la façon dont on jouait ça à l'époque.
J'ai écouté des Johann Strauss d'Harnoncourt et c'est vrai qu'il y a quelque chose d'un peu gros... Je l'apprécie davantage dans les cantates de Bach. Mais comme vous faites fort bien à propos de Gardiner, j'écoute d'abord en évitant les idées préconçues, les généralités et les préjugés.
Joyeux Noël et bonne fin d'année à vous aussi, Mazzari.

Publié le 26 août 14 14:04:34 GMT+02:00
Un petit mot sur cette discussion intéressante partie des symphonie de B par Karajan 2ème v. et sur les interprétations baroques ou non. Les hommes restent ce qu'ils sont : certains sont musiciens plus que d'autres. D'autres et disons la plupart réussissent dans un domaine et moins dans un autre. Harnoncourt par ex. Même Furtwaengler...
J'ai travaillé sous la baguette de Gardiner et en tant qu'interprète je trouve que c'est un des grands chefs actuels. Je le reconnais même si, concernant la "cuisine intérieure" ds le travail je n'aime pas trop sa personnalité. Et oui, comme Harnoncourt il ne réussit pas tout. Je trouve qu'il enregistre trop et va trop vite au lieu de mûrir plus patiemment les choses. D'autres comme, au hasard Klemperer ou Reiner, sont plus réguliers dans la qualité "mûrie" ! Comme aussi bien sur les Toscanini et Furtwaengler.
Pour revenir au baroque ou pas baroque, je pense que : que ce soit un violon baroque ou moderne, ce qui va faire la bonne interprétation c'est, je pense, plus que l'instrument, la qualité de l'homme. Je ne suis pas contre les instruments baroques... pourvu que l'homme qui dessine tout ça fasse qch de convainquant ds son interprétation et conforme au dessein du compositeur.

En réponse à un message antérieur du 26 août 14 15:42:37 GMT+02:00
Merci pour votre témoignage. Je ne suis qu'un simple auditeur...
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.1 étoiles sur 5 (21 commentaires client)
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 19,99
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : Occitània

Classement des meilleurs critiques: 30