Commentaire client

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un conteur sachant conter, 25 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sandman - volume 1 (Album)
Certains Comics ont changé la vie de leurs lecteurs Pour moi ce fut Sandman . Un truc tellement intense j’avais peur de relire de peur d'être déçu.
Après des éditions inachevées ou imparfaites voici enfin l'édition définitive par Urban Comics.

L’histoire - Dream est un des 7 éternels avec Destiny , Despair , Desire , Destruction, Delirium et Death . Il est le garant de nos rêves , de nos cauchemars . Le voila capturé par un mage qui le prend pour La Mort et passe 70 ans en cellule sans boire , ni manger .
Lorsqu'il s'échappe , il doit reconquérir son royaume . Et réparer les vies d'humains pour qui une existence de rêves "non contrôlés" a tout déréglé .

Neil Gaiman ,après un galop d'essai assez fastidieux ( les 6 premiers épisodes ), aborde des thèmes passionnants : la place des Dieux dans notre imaginaire ,leurs responsabilités envers les hommes, leurs vies , leurs morts . Mais pas seulement . Il aborde aussi le rapport au temps des Divinités qui n'y résistent pas . Destruction abandonne son poste lorsque l'Homme découvre l'arme atomique ; Les dieux oubliés se reconvertissent en danseuse de Strip Tease pour obtenir un minimum d'adoration ; Satan , las d'être source d'une haine injustifiée à ses yeux laisse la clef sous la porte de l'Enfer , et la Mort est une jeune femme douce et marrante qui converse avec chacun d'entre nous avant de nous emporter .

Dream , lui tout au long de cette saga , va mesurer les effets de sa captivité et réaliser que tout change : le monde , les hommes et lui.

Urban réédite les arcs 1 à 16 de la série soient :

Prélude et Nocturnes : Dream est emprisonné . A sa libération , il doit reconstruire son royaume . Pour ce faire il part à la recherche de ses outils . Il défie un démon en enfer , récupère son sable chez une toxico qui se drogue aux rêves et affronte un super vilain qui lui avait dérobé un rubis . Au terme de ses 5 épisodes parfois un peu brouillon ( il faut s'adapter au style littéraire baroque et bouillonnant de Gaiman qui , lorsqu'il se prend pour Shakespeare peut être pénible à lire ) , Dream ressent un vide existentiel : Et maintenant que est le but d'un Eternel ? Il accompagne sa soeur la Mort qui lui remonte le moral dans un épisode célèbre construit comme une chanson un peu factice .

La maison des poupées: Gaiman a trouvé le ton de sa série . Il va raconter des petites histoires au travers le monde où Dream n'apparait que quelques pages voire pas du tout . Les interactions entre les divinités et les humains n'en sont que plus crédibles .C'est ainsi qu'il rencontre un homme Rob Elfing qui ,âgé de 800 ans refuse de mourir . Chaque siècle il le retrouve dans une taverne où Rob lui raconte ce qu'il a fait en 100 ans .Avec cette histoire et "Contes dans le sable" qui s'attaque avec des mots incroyablement justes aux légendes africaines , Gaiman s'interroge sur les conséquences de l'amour et l'amitié entre les Dieux et les humains .

Dream y est montré comme un être à la fois généreux , courageux , responsable mais aussi rigide , impitoyable et froid . Ses interactions avec nous vont lentement le mener vers une route qu'il refuse , impossible pour un Dieu : le changement .

Gaiman déploie ici une maestria qui frôle l'indécence : la convention de tueurs en séries , un vortex qui s'attaque aux rêves , des cauchemars échappés qui parasitent l'esprit d'un enfant battu , le destin tragique d'une reine qui refuse l'amour de Dream .

En relisant ces histoires , il est évident que Sandman est l'oeuvre d'un conteur qui décrit l'art de conter. Ses personnages ( Shakespeare ! ) réfléchissent à la manière et aux conséquences du récit d'une histoire . Les descendants de la reine Nada se racontent sa légende une seule fois dans le désert après la circoncision d'un jeune mâle . A la douleur du sexe mutilé est jointe celle de perdre l'être aimé . Rob raconte les joies et les peines de l'immortalité et les tueurs en séries capturent un journaliste qui voulait raconter leurs histoires. Gaiman raconte l’histoire de chaque rêve , chaque rêveur .Comme dans l'oeuvre de Kant , Gaiman relie en permanence l'individu à l'universel ! Un travail titanesque !

Contrairement à ce que Gaiman a toujours prétendu , il est préférable de lire ces épisodes dans l'ordre . Dans ce volume apparaissent Hyppolyta Hall , les Bienveillantes et Rose Walker qui auront un rôle majeur dans la série et sa conclusion.

L'Objet - contrairement à la réédition de "Swamp Thing" chez Panini , avec qui la série partage un graphisme et une ambiance identique , Sandman a subi un lifting des couleurs . Plus adaptées , moins criardes , ces couleurs réactualisent des dessins un peu datés . C'est un enchantement de redécouvrir ces histoires qui donnent aux dessins une lisibilité qui a décuplé mon plaisir de relecture . Et rien que les couvertures surréalistes et belles à pleurer de Dave Mc Kean valent l'achat de l'album. La traduction , très littéraire est de qualité .

Et Urban a bien fait les choses côté bonus : une centaine de pages de croquis , d'interviews de Gaiman et des passages intégrales de l'ouvrage de référence : "Sandman Companion" où Gaiman aborde chapitre par chapitre la création de ses histoires . C'est passionnant , drôle , élevé .

Enfin on y trouve une anecdote irrésistible : une rencontre entre Gaiman et Alan Moore qui dinent dans un restaurant . Moore lui raconte en détail les mutilations de Jack l’éventreur inflige à ses victimes de From Hell. Gaiman a des hauts les coeur et sort du restaurant . Moore le retrouve pleurant sur le trottoir , notre scénariste, pris d'empathie pour les victimes, répétant : "c'est horrible" ! Et Moore de lui lancer vachard : "Voici donc Neil Gaiman le maitre de l'horreur" !

Dense , lourde et chère , cette réédition est pourtant indispensable pour qui veut comprendre les Comics adultes indissociable des fameuses éditions Vertigo ! Vite la suite !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 4 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 13 de cette discussion.
Message initial: 25 mai 13 13:37:05 GMT+02:00
Présence dit:
Superbe commentaire. Grâce à toi, je pense entrevoir les thèmes à coté desquels j'étais passés : (1) un conteur qui décrit l'art de conter (je n'avais pas été jusquà le formuler ainsi, et pourtant ton exemple avec Shakespeare rend la chose évidente), (2) relier l'individu à l'universel. Il faudra que je le garde à l'esprit quand je relirai quelques tomes choisis. Par contre j'avais bien perçu le discours sur le changement.

Je vois que finalement tes craintes n'étaient pas fondées et que cette relecture ne t'a pas déçu.

Petite précision, il y a 7 endless : (1) Destiny, (2) Death, (3) Dream, (4) Destruction, (5) Despair, (6) Desire et (7) Delirium.

En réponse à un message antérieur du 25 mai 13 18:04:13 GMT+02:00
Oups ! Je corrige ! 'Suis un peu rouillé côté Sandman depuis le temps . De même que , c'est Delcourt et non Panini qui avait réedité la chose . Ma réplique anti Panini est donc sans fondement . Je corrige aussi !

En réponse à un message antérieur du 27 mai 13 19:24:51 GMT+02:00
Tornado dit:
Si, Panini a réédité les tomes 1, 2 et 5 à 10.
Punaise, moi qui n'ai jamais lu cette série, je culpabilise encore plus là...

En réponse à un message antérieur du 27 mai 13 20:38:56 GMT+02:00
Ah ! J'avais pas rêvé ! Tu peux investir sans problème dans Sandman ; De l'argent bien placé ! C'est rare ces temps ci !
C'était bien Cannes ?

En réponse à un message antérieur du 27 mai 13 21:01:15 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 28 mai 13 07:22:41 GMT+02:00
Tornado dit:
Ah mais j'ai déjà tout ! Sauf que je n'en ai jamais rien lu ! (Tomes 1 à 4 + 11 de chez Delcourt. Tomes 5 à 10 de chez Panini. Tout dans le même format).

Cannes : J'ai vu 10 films. Je n'ai pas vu les "blockbusters" genre le film des Cohen, la palme d'or ou le Soderbergh. J'ai vu le prix du jury ("Tel père tel fils"), qui m'a copieusement ennuyé. Comme d'habitude à Cannes, il y avait surtout des films sociaux et politisés, voire bien déprimants.
J'ai beaucoup aimé un film indien : "The Lunch Box", très jolie petite histoire d'amour virtuelle.
J'ai bien aimé aussi un film canadien : "Blackbird", une histoire d'ado gothique, incarcéré pour avoir créer un blog dans lequel il imagine trucider ses camarades qui le harcèlent au lycée, alors qu'il n'a rien fait et que ce n'était qu'un exutoire. Du coup sa vie est anéantie !
J'ai détesté, haï, conchié un film hollandais : "Borgman", métaphore de la famille bourgeoise bobo massacrée par un être venu de la nature sauvage. Abominable pensum froid et hautain. Tout ce que je déteste, genre Haneke.
Je n'ai pas sû quoi penser du très étrange nouveau film d'Ari Folman, mélange de film et de dessin animé qui parle de cinéma, de futur, de réel et de virtuel, avec Robin Wright, Harvey Keitel et Paul Giamatti. Personne autour de moi n'y a rien compris. Et moi le premier.
J'ai eu un gros coup de coeur pour 2 films français, ce qui est vraiment inattendu car je ne suis pas très fan du cinéma français contemporain (c'est rien de le dire...). Deux comédies :
"2 automnes, 3 hivers", petit film indépendant entièrement conçu par des inconnus. Un petit bijou, hyper drôle, émouvant et original.
"Les garçons et Guillaume, à table" : Gros, très gros coup de coeur pour ce film auto-biographique de guillaume Gallienne, sorte de vrai/faux/vrai/faux coming-out. Un petit bijou, hyper drôle, émouvant, original et... hyper bien conçu !!!

Pour le reste, la Croisette, c'est de plus en plus pathétique. Le fameux glamour d'antan à complètement, mais alors complètement disparu au bénéfice d'un grotesque mélange de bling-bling et de beaufitude d'un mauvais goût sans aucune limite ! Du coup, je me dis que la Croisette, c'est juste un "cirque à ciel ouvert" !!!
Sans le vouloir, je suis quand même tombé sur Jean Marc Barr (adorable), Yolande Moreau (immense ! une vrai clocharde, qui a le même air que dans ses films et ses sketches), et les frères Bogdanov, qui m'ont donné l'impression de me retrouver dans "Elephant man" !

En réponse à un message antérieur du 28 mai 13 08:32:53 GMT+02:00
Cannes ne m'attire plus depuis ???? , même à la TV. Je crois que le pompon avait été atteint par Sean Penn qui avit filé la palme d'or à Envoyé Spécial , oops ! Entre les Murs !
Tu as rencontré JM Barr comme ça , dans la rue ?

En réponse à un message antérieur du 28 mai 13 10:40:46 GMT+02:00
Tornado dit:
Oui, comme ça. Les autres aussi.

Publié le 4 juin 13 21:21:09 GMT+02:00
Merci pour votre commentaire extrêmement précis qui met en avant les qualités scénaristiques de Neil Gaiman, auteur que je connais peu ("Le Jour où j'ai échangé mon père contre deux poissons rouges").
C'est sur les conseils de votre ami Présence que je me retrouve ici.
En tout cas, comme pour "Fables", voilà une série qui me tente, qui plus est dispo en "édition définitive" comme dit plus haut.
Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 4 juin 13 21:43:44 GMT+02:00
Merci à vous ! CA fait plaisir de se décarcasser !
Le commentaire du volume 2 plus riche encore arrive vendredi !

En réponse à un message antérieur du 4 juin 13 21:48:32 GMT+02:00
J'ai vu qu'il était sorti.
J'attends avec impatience votre livraison. (Je ne mets pas du tout la pression;)
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.0 étoiles sur 5 (8 commentaires client)
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 35,00
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Bruce Tringale
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 56