Commentaire client

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 éclairant, bouleversant, terrifiant....EN UN MOT INDISPENSABLE !, 11 décembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Zéro et l'Infini (Poche)
Cela fait un temps certain que j'ai lu ce roman,récemment je l'ai repris en l'ouvrant au hasard, en me laissant guider par mes annotations (dans les marges), les mots, les phrases que j'avais entourés, soulignés... Et là l'évidence !!! Je devais faire un commentaire.

lorsque qu'il me manque le temps nécessaire pour entamer la lecture d'un livre, je me replonge dans ceux qui m'ont bouleversée, ou dans la découverte d'une nouvelle. Ce fut la première option que j'ai choisie, tant mieux!

C'est un roman, certes par sa forme littéraire, par le style trop méconnu de cet auteur talentueux ; mais ce n'est pas qu'un roman... C'est un témoignage VIVANT contre l'amnésie rampante de ce début de 21° siècle

A la lecture de cette oeuvre j'ai éprouvée des sentiments si intenses que je le situe à mi chemin entre "d'une journée d'Ivan Denissovitch " de Soljenitsyne Une journée d'Ivan Denissovitch (dont la fulgurance des révélations de cette oeuvre à 10 ans transforma ma vie) et le procès de kafka, que j'ai découvert vers mes 13 ans et que je lisais et relisais avec l'innocence de la lectrice boulimique que j'étais, en espérant que "mon pouvoir" de lectrice pouvait à force de le lire changer le cours implacable de l'absurdité de cette administration!!!

POURQUOI C'est un ROMAN:

- pour le style, le phrasé de cet auteur
- pour la mise en mots des maux de l'enfer du communisme
- pour le génie que l'auteur a mis dans la création de "ses" personnages
- pour le choix de la littérature pour décrire une réalité qui serait sans cela difficile à voir en face, surtout pour nos jeunes, nos ados...

POURQUOI ce n'est PAS Q'UN ROMAN.... pour tout le reste!!!

- D'abord, les personnages, sont à "demi fictifs" , puisqu'ils sont en ce qui concerne les victimes des liquidateurs du régime communiste des "condensés" des amis de l'auteur morts pour avoir OSER (crime impardonnable pour le régime en place) penser par eux mêmes... pour avoir réaliser l'horreur de ce régime dès le début des années 30...Ils ont tous payés de leurs vies cette prise de conscience. L'individu ne devait pas exister,le "JE" était interdit... et la conscience humaniste exterminée..

extraits :
" ... tout compromis avec notre conscience sera une perfidie. Quand la maudite voix intérieure te parle, bouche toi les oreilles de tes deux mains"

"...Il s'est découvert une conscience, et une conscience vous rend aussi inapte à la révolution qu'un double menton. La conscience vous grignote la cervelle comme un cancer, jusqu'à ce qu'elle vous ait dévoré toute la matière grise. Satan est battu et se retire "

A vous donner la nausée, non ?

C'est pour ce crime que le personnage central et arrêté, emprisonné dès les premières pages de cette oeuvre...Lui qui fut un "liquidateur exemplaire"... se retrouve à la place de toutes celles et ceux qu'il a éliminé ou fait éliminé, s'en suivent des interrogatoires à la "sauce communiste" au cours desquels, Roubachof, sait que rien ne peut arrêter le rouleau compresseur... Alors il va faire une rencontre intime avec ce que les communistes appellent une "abstraction grammaticale"

extraits :
"...Ces réflexions prenaient aussi la forme d'un monologue, mais selon une ligne familière ; le partenaire muet, cette entité qu'il venait de découvrir, n'y prenait aucune part. bien qu'il fût la personne à qui l'on parlait dans tous les monologues, il gardait le silence, et son existence se bornait à n'être qu'une abstraction grammaticale nommée "première personne du singulier"

"... tandis qu'à présent il avait rencontré la "fiction grammaticale" comme une réalité physique dans son propre corps.."

- Pourquoi ce n'est pas un roman : POUR LES RÉVÉLATIONS des FONDEMENTS DE CE SYSTÈME

Arthur Koestler nous livre les "règles de bases" de ce régime sur lesquelles, les membres du Parti justifièrent le génocide

Extraits :

"... Les mobiles de l'individu ne lui importait pas. Sa conscience n'importait pas au Parti, qui n'avait cure de ce qui se passait dans sa tête et dans son coeur. Le Parti ne connaissait qu'un seul crime : s'écarter du chemin tracé ; qu'un seul châtiment : La mort"

"L'individu n'était rien, le Parti tout ; la branche qui se détachait de l'arbre devait se dessécher...

" Nous ressemblions aux grands inquisiteurs parce que nous persécutions les germes du mal non seulement dans les actes des hommes mais aussi dans leurs pensées. Nous n'admettions l'existence d'aucun secteur privé, pas même dans le cerveau d'un individu"

"Dans le parti, la mort n'était pas un mystère, elle n'avait rien de romantique. C'était une conséquence logique, un facteur avec lequel on comptait et qui revêtait un caractère plutôt abstrait. D'ailleurs, on ne parlait rarement de la mort, et l'on employait presque jamais le mot d'"exécution" ; l'expression habituelle était "liquidation physique"

Il y aurait tant d'autres extraits à vous confier pour vous encourager chaleureusement à lire ce livre... Mais je ne veux pas vous laisser sur un goût "amer"...

Vous savez combien,après un repas au restaurant... ce qui nous reste le plus souvent en mémoire se sont les desserts, ou le café.... ces délices, avant que nous quittions ce lieu de plaisir... Alors je vais tenter de vous servir un petit "café gourmand"

Dans ce roman il y a des moments de grâce dans cette prison où les hommes ne sont plus que des numéros (le 406, Le 404...)

Roubachof est enfermé dans une cellule mitoyenne avec un autre prisonnier qui croupit là depuis des années parce qu'il est impérialiste... c'est 2 hommes qui en un autre lieu auraient été les pires ennemis se parlent, échangent par l'intermédiaire d'une sorte d'alphabet codé qu'ils scandent mutuellement sur leur paroi commune. Roubachof va "offrir" à ce vieux prisonnier quelques mots codés, qui permettront à ce dernier de renouer avec des souvenirs chaleureux de l'amour charnel avec une femme.

Il a suffit à Roubachov de taper lettre par lettre contre le mur ces quelques phrases pour qu'un peu d'humanité prenne chair :
" - Racontez moi
- Roubachof : Les seins dorés comme des pommes ... des cuisses de pouliche sauvage"

A LIRE POUR GARDER NOTRE "JE" VIVANT, AUTONOME,LIBRE !

MERCI à Monsieur Arthur Koestler, les témoins vivant à cette époque sont quasiment tous morts... Alors seul les livres restent pour que nos enfants n'oublient jamais et soient vigilants quant à la sauvegarde de leur "JE"

Merci à vous toutes et tous de m'avoir lu, en espérant sincèrement vous avoir convaincu.

Je finirai ce commentaire par une pensée pour un peuple qui vit quotidiennement le génocide depuis l'inversion de son pays en 1958 par l'armée communiste : JE PARLE DU TIBET . Si vous souhaitez une description OBJECTIVE de la situation je vous recommande "Tibet, 20 clés pour comprendre" de Frédéric Lenoir Tibet : 20 clés pour comprendre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 12 déc. 11 09:23:51 GMT+01:00
Encore un commentaire passionné. Et on peut le comprendre, avec un tel sujet.
Merci à vous de nous faire revivre, à travers quelques extraits, certains souvenirs de cette lecture, ô combien, en effet, éclairante et indispensable.
Dans l'univers du roman efficace, véritable témoignage "vivant", comme vous le dîtes, je vous conseille ardemment, cette fois, mon roman préféré, qui comporte justement ce qualificatif dans son titre : Nous les vivants de Ayn Rand, qui retrace bien les premiers temps de la vie des gens au moment de la Révolution de 1917, comme si on y était.
Et, dans un autre registre, puisque authentique celui-là, je vous signale l'excellent commentaire de Christian Selmogue sur l'ouvrage-témoignage La machine khmere rouge (NE), qui va dans le sens de ce lavage de cerveau et d'interdiction absolue y compris d'avoir une conscience, comme vous l'évoquez ici. Absolument poignant.

En réponse à un message antérieur du 12 déc. 11 14:05:24 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 12 déc. 11 14:06:25 GMT+01:00
La première oeuvre de Ayn Rand que vous m'avez conseillée, est dans ma liste d'envie, la version française n'est pas disponible, donc je l'ai prise en anglais, never mind !

J'avais remarqué le roman autobiographique "nous les vivants"... et je l'avais déjà ajouté au précédent, en revanche je ne connais pas la machine khmere Rouge.... J'irai faire un petit tour sur le lien.

Merci
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.9 étoiles sur 5 (17 commentaires client)
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 6,10
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 444