Commentaire client

5.0 étoiles sur 5 La tragédie implacable de la pusillanimité et de la procrastination, 3 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oblomov (Broché)
Assez peu lu en France, Oblomov (Oblomoff dans les éditions anciennes) est un roman de Gontcharov écrit en 1856, célébrissime pour les russes. Assez volumineux, il a souvent fait l'objet de traductions raccourcies comme c'est le cas ici. Ilya Iliitch Oblomoff est un jeune homme de petite noblesse, suffisamment fortuné, grace à l'héritage d'une propriété de campagne "de trois cents serfs" où il ne va jamais, pour pouvoir mener à saint-Pétersbourg une vie oisive et insouciante. Oblomoff est bon et doux, paresseux, indolent, incapable de prendre une décision, remettant à plus tard tout travail et toute affaire. Son grand et généreux ami Stoltz essaie avec un immense dévouement de combattre ces penchants, de le faire sortir dans le monde, de l'inciter à mettre en ordre ses affaires, de gérer sa propriété à l'abandon qui ne rapporte plus grand chose. Rien n'y fait et Oblomoff passe le plus clair de son temps allongé sur un divan.
L'oeuvre se déroule en trois phases de longueur très rapidement décroissante: une assez longue première partie ferait croire à un ouvrage comique, car mettant en scène avec nombre de trouvailles amusantes les ridicules de notre incurable et sympathique paresseux. Cet éloge de la paresse assez savoureux vaut par lui-même.
Une deuxième partie nous transporte en nous faisant entrevoir la rédemption d'Oblomoff et la perspective d'un happy end: la rencontre miraculeuse d'une jeune femme charmante, Olga, va transformer Oblomoff qui découvre l'amour, s'imagine sortir de sa torpeur, changer de vie, remettre en état sa terre d'Oblomovska pour y goûter le bonheur domestique et champêtre d'un propriétaire terrien en compagnie de la douce Olga.
Hélas, bien qu'ayant avoué son amour, incapable du moindre passage à l'acte, incapable de demander Olga en mariage et concrètement de lui offrir l'existence qu'elle souhaite et qu'il n'a qu'imaginée, Oblomov est repris par ses vieux démons. Olga, brisée, finit par fuir. La déchéance d'Oblomov s'accélère. De plus en plus dépressif et dégoûté de lui-même, il engraisse et se met en ménage avec sa logeuse, femme d'une condition très inférieure à la sienne qui lui fait de bons petits plats... Le "happy end" entrevu dans la seconde partie est à jamais perdu, la médiocrité a gagné.

Gontcharoff joue habilement avec les sentiments du lecteur; ce dernier, tout d'abord amusé, se prend d'intérêt et d'affection pour Olga et Oblomoff et partage leurs espoirs, avant de sombrer dans la déception. N'y a-t-il pas précisément en chacun d'entre nous une part d'Oblomoff, avec ses illusions perdues, ses échecs, et ses renoncements face à l'effort? C'est là que se trouve la portée de ce beau roman qui nous fait réfléchir sur la médiocrité de destinées dont, quelles que soient nos vraies ou fausses excuses, nous sommes généralement les principaux responsables.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 6 avr. 14 20:51:40 GMT+02:00
Je suis heureux que vous appréciez ce livre qui dans le fond est très russe. Je les connais très bien, et je comprends que cce soit le livre d'un auteur russe adoré des russes. Un Balzac ou un Flaubert n'auraient pas su l'écrire. Il est ec ffectivement très apprécié là bas ... ou du moins l'était du temps de l'URSS, car là bas comme ici, la déculturation massive fait ses ravages.

Aimez-vous l'extraordinaire 'Maître et Marguerite' de Boulgakov? Je n'ai jamais compris comment, même avec certains paragraphes supprimés, ce livre a pu sortir sous Staline......

En réponse à un message antérieur du 7 avr. 14 10:43:07 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 7 avr. 14 10:43:32 GMT+02:00
Jean René dit:
oui, j'ai découvert "Le Maître et Marguerite" il y a des décennies, j'ai adoré ce livre adolescent et l'ai relu toujours avec plaisir; je l'ai fait connaître autour de moi. De Boulgakov, j'ai aussi beaucoup aimé le roman de Monsieur de Molière

En réponse à un message antérieur du 7 avr. 14 12:12:26 GMT+02:00
Personnellement, c'est une dame décédée depuis longtemps et qui a vécu en URSS jusqu'à la fin de la guerre qui me l'a fait découvrir.
Cordialement, Gérard.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.5 étoiles sur 5 (11 commentaires client)
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 8,40
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : FRANCE

Classement des meilleurs critiques: 84