Commentaire client

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Il y a 100 ans déjà...., 30 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les croix de bois (Poche)
Déjà si loin et pourtant si proche, la Grande Guerre aura bientôt un siècle. Mon arrière-grand-père (que j'ai connu...) avait combattu à Verdun et son expérience de la guerre ne devait pas être très éloignée de celle relatée par Roland Dorgelès dans son roman, "les croix de bois", écrit en 1919 et lauréat du prix Fémina (?!?) cette même année.

Contrairement à Henri Barbusse dans "le Feu", Dorgelès ne porte pas de jugement politique ou moral sur la guerre. Il se contente de raconter la vie des tranchées, le quotidien du poilu avec ses joies et ses peines, à travers les tribulations d'une escouade au sein de laquelle règne souvent la bonne humeur, mais dont les membres, au bout du compte, seront nombreux à rejoindre la longue cohorte des sacrifiés, symbolisés par ces milliers de croix de bois que l'on verra fleurir au fil du temps sur tous les champs de bataille.

Le cinéma nous a habitué à entretenir une vision déformée de la guerre avec ses héros indestructibles, plein d'initiative et toujours maitre de la situation. Chez Dorgelès, point de héros, mais de braves types, souvent ouvriers et paysans, plongés dans le maelstrom du carnage, ne maitrisant rien et dont beaucoup mourront sans jamais avoir vu un allemand. Il faut dire que la mort, anonyme et sournoise, pouvait surgir à n'importe quel moment : shrapnels, marmites, torpilles, fusants, percutants, mines, grenades, mitraille...les moyens ne manquaient pas !

La version publiée par le Livre de Poche reprend celle définitive de 1919, amputée des trois chapitres volontairement non maintenus à l'époque pour ne pas risquer de déplaire à la censure militaire. Ces trois chapitres s'intitulaient initialement : "la boule de gui", "l'ennemi des vieux" et "permissionnaires". Il serait intéressant de disposer aujourd'hui d'une version non expurgée de l'ouvrage qui semble toutefois disponible dans d'autres éditions et qui justifie le retrait d'une étoile D'une guerre à l'autre : Les croix de bois, Le cabaret de la Belle Femme, Le réveil des morts, La drôle de guerre, Retour au front, Carte d'identité
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 11 de cette discussion.
Message initial: 30 août 13 20:20:11 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 30 août 13 20:33:09 GMT+02:00
j-l B dit:
un très bon com l'ami, digne d'un certain JLB, vu+++ tu as des souvenirs de ton arrière grand père quand tu dis j'ai connu, cela veut dire simplement être sur Terre en même temps? quelques années? Pour les trois chapitres, je les ai lu quelque part dans un livre, mais lequel "je me demande si c'est pas dansBleu horizon:Pages de la Grande Guerrepour moi, ce livre- les croix de bois- qui ne couvre pas toute la GG si mes souvenirs sont bons- ne vaut pas Roland Dorgelès,... Le Cabaret de la belle femme et "Bleu horizon" et le magistral "réveil des morts" sur l'après guerre.
et pour connaître Dorgelès l'homme et non le soldat: Je t'écris de la tranchée : Correspondances de guerre, 1914-1917 est indispensable!
amicalement
jean-louis

En réponse à un message antérieur du 30 août 13 22:34:27 GMT+02:00
Hervé J. dit:
Pas encore lu, juste vu le film de Raymond Bernard avec Charles Vanel.

Pour moi, Le Feu de Barbusse relève de l'imposture.

En réponse à un message antérieur du 31 août 13 10:56:09 GMT+02:00
j-l B dit:
je suis cette lecture de "Darko"
quand vous dites "imposture" vous voulez dire quoi?
parce que moi de cette lecture, je me souviens d'un style "zola des tranchée" un peu excessif et pas trop crédible !!!
un côté forcé , cependant, je crois que Norton Cru, l'avait quand même jugé positivement
il est vrai que Dorgelès est pour moi plus réaliste et moi excessif!
amicalement
jean-louis

En réponse à un message antérieur du 31 août 13 20:56:51 GMT+02:00
Hervé J. dit:
Le Feu de Barbusse m'est tombé des mains.

Je suis loin d'avoir votre connaissance de 14-18.

Après avoir lu Genevoix, Jünger, Remarque,Chevallier, j'ai trouvé que le livre de Barbusse sonnait faux (c'était peut-être le BHL de l'époque?).

En réponse à un message antérieur du 1 sept. 13 00:34:43 GMT+02:00
Darko dit:
J'avais commencé "le feu" et ça me m'avait pas emballé à l'époque...je vais rééssayer.

Publié le 1 sept. 13 20:25:32 GMT+02:00
J'ai lu (souvenirs un peu flous, car lointains) les deux, et d'autres. Beaucoup dénigrent Barbusse; il y a peut-être une raison (faudrait que je relise). Sur 14-18, il y a aussi et surtout Les Carnets de Louis Barthas. Moi, c'est mon grand-père, métayer et résinier, qui a fait Verdun entre autres, où il a été blessé. Gamin, je n'ai pu recueillir grand-chose, ma grand-mère le coupant assez rapidement quand on arrivait aux combats de tranchées. La république, prompte à décorer des histrions et des chanteurs de troisième zone, n'a pas jugé bon de s'en souvenir. C'était un des derniers poilus, mort à 99 ans à Sore, qu'il n'a quitté que pour aller se battre.

En réponse à un message antérieur du 2 sept. 13 13:26:13 GMT+02:00
j-l B dit:
bonjour "shuffe master"
un com très intéressant
si ce n'est déjà fait, je vous conseille le site: http://dersdesders.free.fr/france.html vous trouverez certainement le nom de votre grand-père, j'ai mis carrément le lien qui se rapporte à la France, en connaissant l'année de sa mort, la recherche ne sera pas trop longue
tenez-moi au courant si vous voulez bien, cela me ferait plaisir!
si le c½ur vous en dit, regardez mes listes, le livre que vous citez est très bon mais pour moi les témoignages anglais et allemands sont plus forts!
amicalement
jean-louis

En réponse à un message antérieur du 2 sept. 13 18:07:58 GMT+02:00
Darko dit:
Bonsoir Jean Louis. Et non hélas ! mon arrière grand père est décédé lorsque j'avais 5 ou 6 ans....donc trop tôt pour avoir vraiment pu parler avec lui ...

"Les croix de bois" m'ont aussi un peu laissé sur ma faim. C'est un témoignage romancé interessant, mais Dorgelès insiste trop sur les aspects les plus banals de la vie de trouffion, à la limite parfois du comique troupier, dont l'action pourrait pareillement se passer dans n'importe quel cantonnement loin du front. Heureusement le réalisme des descriptions sur le front et la fin poignante qui voit l'escouade décimée conserve un caractère de gravité à l'histoire, indispensable pour servir de base à une reflexion. Un bon livre pour le collège (4ème ou 3ème...)

En réponse à un message antérieur du 2 sept. 13 21:16:43 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 2 sept. 13 21:35:27 GMT+02:00
Merci pour le lien. Mon grand-père est mort en 1988 et le recensement commence à 1990...Il est né en 1889. Ce n'est effectivement pas un des derniers, mais il fait quasiment tout le conflit (il a dû être fait prisonnier fin 17 ou début 18, et n'est rentré chez lui que plusieurs mois après l'armistice. Ma mère a gardé, avec son fusil...(de chasse), un certain nombre de médailles que je serais bien en peine d'identifier. Comme je l'ai dit plus haut, les récits de guerre étaient inévitablement censurés lorsqu'il les évoquait: c'est un peu dommage. Mais en toute honnêteté, il aurait fallu prendre certains de ses témoignages avec circonspection: au début du siècle, dans la Haute-Lande, les métayers étaient intellectuellement mis en coupe réglée par "lou mestre": on interdisait à leurs enfants d'aller à l'école laïque (ma mère est allée chez les soeurs), et j'ai entendu, gamin, les pires poncifs sur les ouvriers, les communistes...etc. J'ai jeté un oeil sur la liste des bouquins qui me sont presque tous inconnus. J'ai lu il y a quelque temps Les refus de la guerre de Loez, que vous devez connaître. J'avais pris des notes, que j'ai égarées, bien évidemment, mais il me semble que l'auteur écornait un peu l'image d'Epinal de Pétain, officier soucieux des vies humaines et en tant que tel, aimé de la troupe.

En réponse à un message antérieur du 3 sept. 13 11:26:11 GMT+02:00
j-l B dit:
bonjour , Loez est un très bon auteur et historien, son "14-18: le refus de la guerre: les mutins" est très bon
"14-18 vivre et mourir dans les tranchées" est ok- "obéir et désobéir les mutineries de 17 en perspective " est très parfois trop complet.
pour ce qui est de Pétain de nombreux Poilus l'adoraient et l'ont malheureusement suivis en 40 dans ses désastreuses idées.
ils l'adoraient pq? car en 17, c'est lui qui a remis un peu d'ordre dans les mutineries et cela de façon "clémente"
MAIS Pétain est un boucher comme les autres, avec au début de la GG des idées désuètes, il a su évoluer correctement mais n'était pas du tout avare en vies humaines, il a aussi condamné cinq soldats à être "taper" vivants à la vue des Allemands dans le No'man'land, une idée franchement "détestable" une condamnation pire que la fusillade ( cela a donné la trame pour "un long dimanche de fiançailles)
Un certain nombre de "poilu" avait très vite jugé Pétain à sa juste valeur, et ne l'adorait pas, mais en 14-18, 90% de l'infanterie est composée de paysans ou autres métiers ruraux, disciplinés, n'ayant jamais rien dit , n'ayant jamais rien critiqué, fatalistes, vraiment un "bétail" de choix pour ces immondes dirigeants , en 17 la classe ouvrière avec déjà la notion de syndicat de politique a fait vaciller ces "grands chefs" mais les fusillés par dizaines, ont vite marqué les esprits
les dernières révélations qui vont sauter avec le fait des 100 ans de secret risquent de faire du bruit!
pour moi, la GG, c'est votre grand-père, ne quitter son village que pour le service et puis la guerre, revenir en parler ou se taire! oublier Impossible, ce qu'ils ont vu , vécu, on ne peut même pas l'imaginer,
j'ai eu la chance de côtoyer Harry Patch le dernier poilu anglais à avoir combattu à Ypres, il n'a parlé qu'à 100 ans, jusqu'à sa mort à 111ans, cet homme était très intéressant, il citait souvent la phrase de W Owen: "dire que mourir pour son pays est la plus belle des choses, est un très vieux mensonge" "ce ne fut rien d'autre qu'une vaste tuerie organisée par nos politiciens". Il a terminé la guerre en étant très fier même en tant que "infanterie" de n'avoir pas tué, plusieurs fois, il a visé les jambes mais jamais la tête "tuer un homme , qu'il soit Allemand, c'était un homme comme moi, juste le costume était différent, non ce n'était pas possible"
pour ce qui est des médailles, on peut s'échanger ses adresses mails, je vous les identifierai volontiers, si cela vous intéresse?
votre grand-père était dans l'infanterie ou un autre corps?
amicalement
jl
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.1 étoiles sur 5 (39 commentaires client)
5 étoiles:
 (19)
4 étoiles:
 (10)
3 étoiles:
 (7)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
EUR 8,95 EUR 5,10
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : Bretagne - France depuis 1492

Classement des meilleurs critiques: 37