Commentaire client

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Oui, la gauche moderne est le stade suprême du capitalisme, 18 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les mystères de la gauche : De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu (Broché)
Jean-Claude Michéa est l'un des rares philosophes politiques de grande talent, lucide, contribuant à penser la politique avec des axes structurants, visant la préservation - la réinstauration au niveau de la Cité- de l'idéal de la décence commune (common decency) définie par George Orwell.

L'ouvrage "Les mystères de la Gauche" poursuit la réflexion engagée dans Le complexe d'Orphée : La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès sur l'usurpation par la Gauche des thèmes du libéralisme, la dépossession de la thématique socialiste (Marx, Engels) qui servit naguère à légitimer le discours "moral" de la Gauche.

Caractéristique du libéralisme qui est ingéré par la Gauche:

"Dans le doctrine libérale, le marché se présente toujours, en effet, comme la seule instance de "socialisation" qui soit intégralement compatible avec la liberté individuelle dans la mesure où - se fondant sur le seul appel, axiologiquement neutre, au calcul rationnel et à l'intérêt bien compris- il n'exige, de la part des individus qu'il met en relation, aucun engagement moral ou affectif particulier ni, a fortiori, aucun contre-don.

Or c'est justement cette représentation fantasmagorique (que la philosophie contemporaine - de Sartre à Luc Ferry- a souvent contribué à légitimer) d'un sujet supposé n'accéder à la liberté authentique celle en somme, que symbolise le self-made-man qui, par définition, ne doit rien à personne) qu'à partir du moment où - s'étant définitivement arraché à toutes ses "racines" et à toutes ses déterminations originelles - il va enfin pouvoir travailler à se reconstruire "librement" et dans son intégralité (guidé par le seul objectif stoïcien de ne plus jamais avoir à dépendre ni d'une langue particulière, ni, d'une façon générale, d'aucun être humain que lui-même) que les fondateurs du socialisme ne cessaient de dénoncer comme le principe même du nouvel ordre capitaliste (cet "homme abstrait" - sans aucun lien avec le passé, alors que le monde entier repose sur le passé et l'individu aussi."). Et c'est, avant tout, parce qu'ils prenaient explicitement appui sur la théorie aristotélicienne de l'homme comme "animal politique" (il suffit de relire Marx et sa critique des "robinsonnades" du siècle des Lumières) que ces premiers socialistes s'étaient trouvés également capables, dès le début du XIX° siècle, de saisir sous l'éloge libéral de l'individualisme absolu et du déracinement intégral (déracinement qui rencontre l'une des conditions majeures dans la séparation moderne du producteur et de ses moyens de production) la véritable clé philosophique de cette dynamique révolutionnaire du capitalisme dont l'horizon ultime ne peut être, pour reprendre les formules du jeune Engels, que "l'atomisation du monde", la "guerre de tous contre tous" et la désagrégation de l'humanité en monades dont chacun a un principe de vie particulier et une fin particulière". -p.36 et 37

La Gauche a intégré cette démarche dès ses origines politiques en France qui étaient libérales au XIX° siècle, coupées du monde ouvrier : Thiers ainsi, contrairement à ce que se complaît la majorité des "bien-pensants" de gauche est un de leurs représentants. Jean-Baptiste Say et Frédéric Bastiat furent de même "tous deux représentants éminents de la gauche de l'époque" (p.47) - la droite étant alors réactionnaire, voulant rétablir la monarchie (absolue) et se définissant comme cléricale. Ainsi dans le discours de la gauche "moderne", affirmer son action, libérale, par opposition aux conservateurs relève de la grossière manipulation inculte. Comment en effet donner raison (en se retenant de ne pas rire) à de telles affabulations assimilant "l'électorat populaire des partis de droite (petits entrepreneurs, artisans, agriculteurs ou salariés de PME) comme étant massivement constitué de Chouans nostalgiques, tremblant devant le moindre notable de province, et toujours accroché au rêve d'une restauration de la monarchie absolue et de la famille patriarcale (même si l'on de doit évidemment pas sous-estimer le poids de la tradition religieuse sur certains secteurs de l'électorat)" -p.48

La gauche en est arrivée à ce stade de pensée libérale ultra :

"(...) la certitude à présent inébranlable - et qui est au principe de toute sensibilité de gauche moderne- selon laquelle tout jugement négatif à propos des effets de cette modernisation économique, morale et culturelle permanente que le capitalisme de consommation induit nécessairement (...) ne saurait procéder que d'une coupable "nostalgie" pour un monde "disparu" ou d'un sinistre penchant "réactionnaire" au "repli sur soi" et à la "peur de l'autre" (...)". p.74-75

Michéa citant Marc Bloch ("Annales d'histoire économique et sociale", 1930), démontre historiquement la complexité de départager progressisme et conservatisme, rappelant notamment l'abolition des dernières dispositions juridiques coutumières qui protégeaient les communautés rurales contre le déchaînement de l'individualisme possessif le 9 juillet 1889, sous un gouvernement républicain de gauche.

Michéa marque ainsi son désaveu définitif à l'égard d'une gauche qui a rallié "le capitalisme absolu", ce qui s'explique par son héritage idéologique, foncièrement distinct de la tradition socialiste, ouvrière. Il n'a plus rien à voir avec cette gauche qui "en est graduellement venue à trouver ses marqueurs symboliques dans le mariage pour tous, la légalisation du cannabis et la construction d'une Europe essentiellement marchande." La gauche du libéralisme moral est le pendant d'une droite, elle aussi débarrassée de ses valeurs traditionnelles, et dont Christopher Lasch soulignait qu'elle était totalement soumise "au progrès, au développement économique illimité, à l'individualisme rapace."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-5 sur 5 de cette discussion.
Message initial: 18 mai 13 14:09:54 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 20 mai 13 00:03:29 GMT+02:00
L. ROBERT dit:
Bonjour Latour,

Oui, mais :

- n'est-il pas plus simple et, surtout, EXACT, de dire que :

. " la Gauche " qui a rallié " le capitalisme absolu ", mieux " le stade suprême du capitalisme ", c'est à dire le Parti Socialiste (ou, du moins, sa majorité actuelle, car il continue d'exister au sein de PS quelques personnalités " de Gauche ", très minoritaires certes, tels que Benoit Hamon ou bien encore Henri Emmanuelli), est tout simplement devenu une composante de " la Droite ", une composante de " la Droite libérale " plus précisément, au même titre que les autres composantes de cette Droite libérale, à savoir celle de François Bayrou, celle de Jean-Louis Borloo, celle de Hervé Morin, celle de François Fillon ou bien encore celle de Nathalie Kosciusko-Morizet (je n'ai oublié personne ?),

. à coté des composantes de " la Droite Réactionnaire ", telles que celle de Nicolas Sarkozy (sans parler de ses clones : Brice Hortefeux, Claude Guéant, Christian Estrosi, Patrick Buisson, Bruno Le Maire, Valerie Pecresse, Eric Ciotti ou Nadine Morano...), celle de Jean-Marie Le Pen (sans parler de ses clones : Marion Maréchal-Le Pen, Gérard Longuet, Alain Madelin, François Léotard, Charles Pasqua, Martine Lehideux ou le Pasteur Jean-Pierre Blanchard...), ou bien encore celle de Jean-François Copé (sans parler de ses clones : Luc Chatel, Jean-Claude Gaudin, Roger Karoutchi ou Michèle Tabarot...),

. (sans oublier des composantes de " la squelettique Droite Gaullienne ", telles que celle de Nicolas Nicolas Dupont-Aignan et - peut-être - celle de Marine Le Pen, mais dont pratiquement tous les cadres de " son " Parti, le Front National, sont de " la Droite Réactionnaire " du plus beau teint).

- plutôt que de continuer à parler " de Gauche ", alors qu'aucune des caractéristiques qui définissent la Gauche n'est plus présente dans le Parti Socialiste, que ce soit au niveau de la politique intérieure ou au niveau de la politique étrangère ?

Car, continuer à parler de " la Gauche " ne fait que masquer la réalité profonde de la réalité politique française (et européenne) de ce début de XXIième siècle, à savoir que " la Gauche " a disparu du paysage politique français et européen (tout comme elle a disparu du paysage politique américain, où elle n'avait - il est vrai - jamais existé ouvertement, ou du paysage politique israélien, où elle a également pratiquement disparu : le Parti Communiste Israélien, pourtant le seul parti politique " multiethnique " et " multiconfessionnel " de ce pays, n'ose plus présenter d’israéliens arabes sur sa liste de candidats aux élections municipales de Tel Aviv, tellement il craint d'être éliminé du conseil municipal de cette ville !).

L'objectif de Jean-Claude Michéa est-il de tenter d'occulter cette réalité, afin de continuer à faire croire que nous vivons toujours en Démocratie et que nous pouvons donc encore faire des choix politiques véritables, alors que nous sommes devenus une Oligarchie démocratique (" démocratique ", tout comme il existait des " Républiques démocratiques ", mais une Oligarchie quant même !) ?

Cordialement.

" Le Premier qui dit la Vérité, Il doit être exécuté " (Guy Béart).

En réponse à un message antérieur du 18 mai 13 23:24:08 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 18 mai 13 23:29:25 GMT+02:00
Très très juste. Néanmoins :

- n'aviez-vous pas classé précédemment, me semble-t-il, François Fillon dans le camp de la "Droite Réactionnaire" ? Car il convient, à ce stade de notre réflexion et eu égard aux internautes qui nous liraient, d'être le plus précis possible ;

- à votre question "je n'ai oublié personne ?" concernant votre liste des membres de la "Droite Libérale", je me permet d'y ajouter François Baroin, Roselyne Bachelot et Benoist Apparu (dites-moi si je me trompe...) ;

- quid de Laurent Wauquiez, José Bové, Jean-Vincent Placé et Jean-Luc Mélenchon ?

- Ramsès II était-il de "Gauche" ou de "Droite" ?

En réponse à un message antérieur du 19 mai 13 00:05:02 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 19 mai 13 10:39:34 GMT+02:00
L. ROBERT dit:
Au sujet de François Fillon, vous avez raison - j'ai évolué - bien que j'avais toujours senti une certaine friction entre lui et Nicolas Sarkozy, que j'avais d'abord interprété pour une simple rivalité de personnes, mais qui s'est ensuite encore accentuée pendant la campagne présidentielle, alors qu'il ne reprenait manifestement pas à son compte un certain nombres de thèmes (la xénophobie, par exemple) du candidat Sarkozy.

Aujourd'hui, François Fillon et Jean-François Copé me semblent chacun représenter au mieux les deux grands courants qui existent actuellement au sein de l'UMP (le courant de la " Droite Gaullienne " - anciennement appelée " Droite Autoritaire ", ou plus anciennement encore " Droite Bonapartiste " - s'il existe probablement encore, n'a pas, ou plus, ou pas encore de Leader crédible), respectivement celui de la " Droite Libérale " et celui de la " Droite Réactionnaire ", et chacun au sein de l'UMP se positionne, me semble-t-il (à part Nathalie Kosciusko-Morizet et, bien sûr, Nicolas Sarkozy, qui roulent chacun pour eux-mêmes), suivant ce schémas, en fonction de sa sensibilité.

Il est évidemment impossible d'être " le plus précis possible ", comme vous me le proposez avec ironie, car personne de correspond exactement à la définition du tiroir dans lequel on le range aimablement...

Quant à Jean-Luc Mélenchon, c'est évidemment " un cas " !

-----

Ramsès II était-il de "Gauche" ou de "Droite" ?

Je vois que vous êtes effectivement un ancien...

Cordialement.

Publié le 20 mai 13 12:15:51 GMT+02:00
Emerek dit:
Bonjour Latour,

J'ai découvert votre commentaire après avoir posté le mien. Bien content de vous retrouver sur le dernier livre de Michéa et d'avoir la même appréciation favorable.
Cordialement,
Emerek

Publié le 9 juil. 13 00:09:52 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 9 juil. 13 00:10:59 GMT+02:00
Vous me semblez un peu dur avec Sartre, en l'associant à Luc Ferry: Sartre dans "La Critique de la Raison Dialectique" met en évidence le poids et l'inertie de la matière travaillée par l'activité humaine, le posant en retour comme objet. Il décrit par là même le processus d'aliénation valable dans toute société et en particulier bien sur de la société capitaliste.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Latour07
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Lieu : Paris, France

Classement des meilleurs critiques: 423