Commentaire client

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 avis tranché..., 19 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nino Rota (CD)
Qui n'a jamais été ému(e) jusqu'aux larmes en regardant un film de Visconti ou de Federico Fellini? Des films comme Le Guépard, La Strada ou Amarcord portés par la musique de Nino Rota (1911-1979), et forcément, l'on est parcouru par toute sorte d'émotions, tantôt de joie, tantôt de douleur... L'accordéoniste Richard Galliano (né en 1950) porte sur ses épaules ce nouveau projet, baptisé Nino Rota. Autant dire, un projet très attendu. D'avoir vu l'accordéoniste jouer en plein air, au milieu des années 90, dans un bled paumé de l'Aveyron, en compagnie d'une rythmique époustouflante (je crois bien que c'était George Mraz et Al Foster) m'avait complètement rendu addict à sa musique. L'accordéoniste de jazz a en effet beaucoup fait pour les musiques folkloriques européennes, renvoyant à des lustres les clichés tournant autour de son instrument (l'accordéon musette des années 40, style Yvette Horner, mais aussi Gus Viseur, Michel Pruvot ou encore André Verchuren). Galliano se rapprochera davantage du jeu d'un Astor Piazzolla (son mentor par ailleurs, sans oublier le chantre du tango moderne argentin).

Bref, en l'espace d'une décennie (fin des années 80-début des années 90, après un formidable album en compagnie de Jimmy Gourley, l'un des premiers que j'ai écouté), Galliano ré-imagine et revitalise une tradition musicale en élargissant la gamme émotionnelle afin de refléter une sensibilité moderne, tout en l'ouvrant à l'improvisation issue du jazz. Des albums comme New York Tango (Dreyfus, 1995) ou encore French Touch (Dreyfus, 2000) devraient figurer dans toute bonne discothèque.

Pour ce projet de 2011 pour le compte du label Deutsche Grammophon, l'on est dans la droite lignée de l'opus précédent, Bach (Deutsche Grammophon, 2010). Là encore, un disque de commande, qui sur le papier allait forcément attirer toute l'attention des médias. D'autant plus que Richard Galliano a réuni un quintet exceptionnel pour cet hommage. Visez un peu: Dave Douglas à la trompette, John Surman au sax soprano, Boris Kozlov à la contrebasse et Clarence Penn à la batterie. Autant de musiciens dont la réputation n'est plus à faire. Seul problème, ici, ils sont sous-employés, leur présence étant presque anecdotique (et pourtant, à l'écoute du morceau d'ouverture, "Waltz" tiré du Parrain de Coppola, l'on aurait pu penser le contraire - Douglas joue en solo absolu). Ce qui sur le papier était prometteur s'avère au final bien plat, sans véritable saveur (confirmation dès le deuxième thème "Tema de La Strada", et le reste, qui n'apporte pas grand-chose à l'œuvre du compositeur italien). La faute à plusieurs facteurs: peu d'improvisation libre, une relecture bien trop respectueuse et littérale des compositions, et un accordéon laissant trop peu de place aux autres instruments. Dommage.

___________________________________________________________________________
En parlant d'hommage à Nino Rota, il serait avisé, je crois, d'écouter l'opus du Ken Vandermark 5 - the color of memory. Y figure un thème de toute beauté, "Chance" (for Nino Rota). Alors, bien sûr, on est dans l'improvisation libre si chère à Eric Dolphy par exemple, mais quel thème et surtout quel disque!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 19 déc. 11 16:09:17 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 19 déc. 11 19:04:30 GMT+01:00
Rare et cher, mais tellement bon: Amarcord Nino Rota (I Remember Nino Rota) avec Ron Carter, Carla Bley, Muhal Richard Abrams, Bill Frisell, Sharon Freeman, Deborah Harry, Wynton Marsalis, Jaki Byard... Produit par Hal Willner (concepteur du non moins formidable Weird Nightmare: Mingus Meditations autour de Charles M, avec Tom Waits, Hubert Selby Jr, Greg Cohen, Chuck D., Marc Ribot, Don Alias, Keith Richards, Henry Threadgill, Don Byron, Geri Allen...)

P.S. Ken Vandermark! Voilà un musicien passionnant, qui construit depuis quelques années une oeuvre impressionnante par la qualité comme par la quantité! Quel souffle! Quel style! Quel bonheur!

Publié le 27 déc. 11 19:23:46 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 4 janv. 12 11:52:48 GMT+01:00]
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : Quelque part dans le Sud Ouest...

Classement des meilleurs critiques: 97