Commentaire client

17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une bouffée de fraîcheur, un pur enchantement!..., 8 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : Les Sonates pour Piano (Coffret 6CD) (CD)
Jusqu'à présent je possédais 2 intégrales des sonates pour piano de Mozart, celle de Christian Zacharias (EMI) que je ne suis jamais parvenu à écouter jusqu'au bout et dont j'ai fini par me séparer, et de surcroît guère aidé par une prise de son de piano cotonneuse dont EMI est trop souvent coutumier; et celle de Claudio Arrau (Philips). Autant dire tout de suite que l'approche du pianiste chilien pourra au départ en rebuter plus d'un, nous sommes aux antipodes du Mozart gorgé de sucre, style bonbonnière avec ruban rose d'une Ingrid Haebler dans les années 60. Arrau, c'est tout d'abord une sonorité d'airain, des tempi lentissimes, et une approche très métaphysique de la musique de Mozart, où les zones d'ombre notamment sont mises en relief, c'est en quelque sorte les sonates de Mozart jouées par Beethoven. Vision passionnante, mais très univoque, que je recommande pourtant sans réserves, mais il faut lui chercher un complément, et ce complément idéal c'est précisément l'intégrale de Maria Joao Pires: un pur bonheur! Ce qui frappe d'emblée lors de la 1ère écoute, c'est qu'elle fait bien ressortir l'évolution de l'écriture et du style mozartiens, depuis les premières sonates où l'influence du clavecin est encore très présente, en passant par celles de la période médiane où il s'en est affranchi et affirme vraiment son propre style pianistique, jusqu'aux dernières où la pure virtuosité semble s'effacer derrière une sorte de dépouillement qui vise à l'essentiel: "Mozart, l'amour, la mort" pour reprendre le titre du remarquable ouvrage de Jean-Victor Hocquard. Pour vous en convaincre, écoutez la sonate K.545 dite "facile", bien connue des jeunes débutants qui s'y font les doigts, et admirez comment derrière cette facilité presque simpliste, Pirès prend le risque d'aller voir derrière le rideau des apparences, pour nous révéler toute la profondeur et les ombres de cette musique: c'est sublime!... Un mot enfin sur la prise de son très fine et pleine de relief, un modèle du genre, merci aux ingénieurs de DG!...
Pour terminer, un mot sur l'intégrale de Mademoiselle Uchida, en général très cotée et appréciée par la critique musicale, et que j'ai longuement comparée avant d'opter pour celle de Maria Joao Pirès. C'est techniquement très bien joué, mais personnellement cela ne m'émeut à aucun moment, c'est parfois un peu sec, et surtout on n'y retrouve pas le charme ravageur et la profondeur de la vision de la pianiste portugaise.
En guise de conclusion, je reprends celle d'un autre commentateur que je partage tout à fait: à consommer sans retenue!!! et j'ajoute n'oubliez surtout pas la vision opposée mais très complémentaire de Claudio Arrau.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-8 sur 8 de cette discussion.
Message initial: 10 juil. 12 09:17:44 GMT+02:00
Henrard dit:
Très beau coffret pas cher qui vaut son pesant d'or

En réponse à un message antérieur du 10 juil. 12 10:03:19 GMT+02:00
Papageno dit:
Rien à ajouter. Sauf que depuis j'ai craqué pour:Beethoven - Intégrale des sonates pour violon et piano Les Sonates Pour Piano & Violon Mozart : Violin Sonatas K 301, 304, 378, 379Trios pour piano K.496 & K.502 ainsi que les trios n° 1 et 2 de Brahms par les mêmes: tout cela est vraiment magnifique et je vous les recommande chaudement si vous ne les avez pas. J'y ajoute aussi Sonates pour violon c'est du même tonneau. Il faudra que je prenne le temps d'écrire un commentaire... Cordialement

En réponse à un message antérieur du 10 juil. 12 11:45:21 GMT+02:00
Henrard dit:
A force de nous sortir des compilations pour supermarchés, on en oublierait presque que Dumay est un remarquable viloloniste et un immense mozartien.

En réponse à un message antérieur du 10 juil. 12 14:02:11 GMT+02:00
Papageno dit:
Exact. Ras le bol des compilations et du "cross-over" dont les "majors" nous saturent jusqu'à satiété, alors qu'ils n'enregistrent plus d'opéras, hormis de temps en temps une énième Traviata ou autre, dont les vrais amateurs se fichent éperdument! Tout à fait d'accord concernant ce cher Augustin, un immense musicien et un mozartien émérite. Ses concertos de Mozart chez DG sont superbes, malgré la sécheresse et la froideur de l'acoustique pour les 1, 2 & 3, mais la symphonie concertante K. 364 avec Veronika Hagen me fait littéralement fondre!...

Publié le 4 déc. 12 00:26:07 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 déc. 12 00:28:29 GMT+01:00
L' AIGLE dit:
Dans une série documentaires des années 60 et intitulé « La leçon de musique » avec le NY Phil. on y voit L. BERNSTEIN se mettre un instant au piano et dire aux écoliers « cette sonate de Mozart est très difficile à jouer » (K545) puis il y exécute les premières mesures ... !
Les français qui ne sont pas musiciens confondent « facile » c.-à-d. « simple » à écouter, donc facile à jouer ! C'est une grave erreur de jugement. Sur 626 opus (Koechel) cette sonate porte le n° 545 tout de même. Il est impossible à un débutant de « jouer » seulement 5 mesures et non pas ânonner !
Qu'elle est l'abruti qui un jour a pu sortir cette ânerie que tout le monde répète ?
Elle est de fait très difficile car sa simplicité met tout à découvert » et ne pardonne aucune faute technique. Tous les pianistes, sans exception, rate lamentablement cette sonate !
Je l'ai toujours entendu jouer d'une façon horriblement scolaire et métronomique sans aucune imagination et surtout noyé dans l'ennui d'un légato constant sans aucune diction que permet l'articulation. Évidemment, l'articulation musicale qui est la déclamation du texte n'est pratiquement jamais indiquée sur une partition, sinon avec des erreurs stupides et très peu de pianistes en sont conscients.
Mes élèves arrivés à ce niveau joue infiniment mieux que tous les enregistrements existants.
Si vous voulez avoir qq lumières sur la question RV à J'Apprends Le Piano Avec Alexandre Tharaud

Très cordialement

En réponse à un message antérieur du 4 déc. 12 07:32:31 GMT+01:00
Papageno dit:
Bonjour l'Aigle
Je pensais avoir bien fait ressortir dans mon commentaire que cette sonate K. 545 n'avait rien de "facile", sans doute n'ai-je pas assez enfoncé le clou?...
En ce qui concerne Leonard Bernstein, immense musicien et chef d'orchestre, nul doute qu'il était en outre doté de capacités exceptionnelles sur le plan pédagogique... Quand on pense que la critique musicale française, sans doute la plus bête du monde, l'a massacré pendant plus de 20 ans (je précise pour les néophytes: toute la période des enregistrements CBS réédités aujourd'hui par Sony), à la suite du "guru" de l'époque Antoine Goléa, que j'ai entendu roupiller pendant tout un concert à Paris, pour le lendemain assassiner le chef et l'orchestre dans le Figaro!!!
Bien cordialement

En réponse à un message antérieur du 4 déc. 12 11:33:03 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 déc. 12 11:41:28 GMT+01:00
L' AIGLE dit:
Bonjour Papageno
C'est possible, mais des lecteurs moins savants auraient pu croire le contraire dès que l'on prononce ce mot absurde et aussi votre phrase, qui est cependant une constatation, pourrait y indiquer une affirmation : « écoutez la sonate K.545 dite "facile", bien connue des jeunes débutants qui s'y font les doigts ». Je dirais qui s'y cassent les doigts et la tête.
Bref, surpris par ceci, j'en ai oublié de vous congratuler pour ce commentaire.

J'apprécie grandement L. BERNSTEIN car avec lui, il se passe aussi quelque chose qui vous tient... Je l'ai entendue plusieurs fois en concert, une merveille !
Notamment, que du bonheur dans ses Mahler ! (dont j'ai tous les enregistrements)
J'ai fait trois commentaires sur STOKOVSKY et je dis le pourquoi de ce que je n'ai jamais encore lu sur lui : Leopold Stokowski : The Stereo Collection (1954-1975)
Dites m'en qq mots dans la remarque afférente.

Une chose qui va vous amuser, un Amazonien dans Celibidache : Grandes Symphonies (Coffret 14 CD) vient de me faire une remarque que je livre à votre sagacité :
« parfait (sic!) dit: Encore un internaute qui se cite lui-même, et s'écoute. mais il y a du bon sens dans l'analyse qui ne fait pas défaut. Merci quand même. »
D'où ma réponse : L' AIGLE dit:
Peut-on s'excuser de n'être pas " parfait" ! Avec deux commentaires on peut invoquer " le meunier son fils et l'âne "... Avant d'apostropher qui que ce soit, il vaut mieux savoir à qui l'on a à faire. Merci quand même.
Très cordialement

Quand à "la critique la plus bête du monde" bien vu et entendue : égalité. égalité. égalité. Soit les trois points de la ripoublique.

En réponse à un message antérieur du 4 déc. 12 12:59:13 GMT+01:00
Papageno dit:
Bonjour l'Aigle aux serres acérées!!! (c'est de l'humour british au second degré...)
Bon OK! re-baptisons cette fameuse sonate "difficile", car c'est la réalité, à ce stade de sa vie et de son évolution musicale, les compositions de ce cher Wolfi dénotent un dépouillement certain afin d'aller à l'essentiel. En témoignent par exemple le 27ème concerto ainsi que Mozart : Concertos pour 2 et 3 pianos - Andante et Variations K. 501 - Fantaisie K. 608 cette merveilleuse "fantaisie" (sic) K. 608 qui me bouleverse à chaque fois que je l'écoute...
Il va de soi que je possède les 2 intégrales Mahler de Lenny en CD (Sony et DG) ainsi que celle en DVD avec la Philharmonie de Vienne (sauf la 2ème), sans oublier cette fabuleuse 9ème avec Berlin. Plus quasiment tout le reste en Sony "Bernstein Century" ou DG. Je l'ai entendu 2 fois en concert à Paris, dans la 3ème de Mahler avec le National (il fallait vraiment en avoir dans la culotte pour arriver à secouer ce troupeau de fonctionnaires étatiques...) et surtout dans le Requiem de Berlioz à St Louis des Invalides, enregistré par l'ORTF et édité en CD, malgré une prise de son digne des années 30. Quelle merveille! mon plus beau souvenir de concert, malgré H et Berlin...
Je connais très peu Stokowski, donc quand je ne sais pas je m'abstiens de tout commentaire, et écoute ce qu'en disent ceux qui connaissent...
Je vais très certainement vous décevoir, et par Zeus, encourir les foudres de l'Aigle, mais je déteste Celibidache, et suis parfaitement en phase avec ce qu'en disait Carlos Kleiber, que j'adore, dans sa célèbre interview donnée à der Spiegel. Toutefois je reconnais que ses Bruckner constituent un excellent remède contre l'insomnie!... (et je suis un brucknérien convaincu... quelle musique!).
Je viens d'écrire ce matin un commentaire sur les concertos de Mozart par Murray Perahia, allez y jeter un coup d'oeil, j'attends vos réactions...
Bien cordialement
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation