undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Commentaire client

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Plénitude du génie haydien et HIFI stylistique., 22 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn : 27 Quatuors à cordes (Coffret 10 CD) (CD)
Bonjour,

Je ne puis évidemment faire ici le même type de commentaire très analytique que je fais ordinairement (qui c'est qui a dit ouf????)

Plénitude du génie haydien et HIFI stylistique.

Comme je l'ai écrit dans divers commentaires ou commentaires de commentaires concernant ce coffret ou d'autres œuvres de Haydn, je ne vaux évidemment pas doublonner les commentaires existants, d'autant que certains s'attachent à des notions (prise de son, etc...) sur lesquelles je n'ai pas leur expérience ni leur capacité d'écoute, et je leur fait une confiance ... aveugle (sourde pour la musique ce serait gênant).
Voici quand même trois commentaires généraux.
1 - Le génie haydnien et son "laboratoire secret" où il expérimentait mais ne laissait jamais sortir de choses imparfaites ou contenant un inévitable remplissage de commande sont essentiellement ses quatuors, ses sonates peur piano et ce genre hybride mais imposé par la nature des instruments d'époque que sont ces trios. Le reste de sa production est excellent, naturellement, mais ici nous avons le génie haydnien décapé à l'extrême. Je suis pleinement d'accord avec le commentateur qui insiste sur l'importance de ce coffret d'un strict point de vue du contenu. De plus, comme les opus sont présentés de manière homogène, on peu facilement compléter par une intégrale de l'op. 33 'selon moi indispensable - Haydn insistait sur les innovations qu'il y ait introduites) puis sur l'op. 20, qui nous montre un Haydn soucieux de rigueur contrapunctique. On le retrouvera par exemple dans l'op. 76 n°1. Avec les dernières sonates et les derniers trois, nous avons donc ici la quintessence de la quintessence.

2 - Un commentateur parlait de la "gaieté" de Haydn. Je lui ai courtoisement et constructivement suggéré de parler plutôt de son "humour" . Nous sommes immédiatement tombés d'accord. L'un est très "premier degré", le second très "second degré". Ceci est un massage clé des analyses incontournables du grand pianiste et musicologue Charles Rosen, qui vient de nous quitter. ce qui est très intéressant, c'est que ce sens de l'humour haydnien, assez « British » finalement (que Rosen rapproche de l'art de la conversation au XVIII° Siècle) est évidemment intrinsèque à sa nature, mais était aussi une "astuce" pour introduire brutalement ses audaces dans une forme stylistiquement appropriée. Son ami Mozart avait une technique radicalement différente (tout aussi géniale, naturellement) qui m »évoque un peu le « sfumato » des peintres italiens. Si l'on me permet une parenthèse contemporaine, le ludisme du grand compositeur ami de Rosen, Eliott Carter, qui vient de nous quitter à 103 ans, est de la même nature, bien qu'il se réclame beaucoup de Mozart (sur d'autres aspects, il est vrai). Le quatuor, de par le mise en perspective de ses quatre lignes instrumentales, s'avère particulièrement adapté à la mise en relief de cet « humour » de manière particulièrement visible, lisible, acérée et cristalline. Même dans les ouvres « contenant un inévitable remplissage de commande », nous trouvons souvent de l(humour, autodérision ou coup de patte discret dont les commanditaire et auditeurs ne sauraient s'offusquer.

3 - En termes d'interprétation, certains trouvent les « Amadeus » un peu académiques. Je parodierai volontiers certains économistes ultralibéraux qui disent que « trop d'impôt tue l'impôt » et disant que « trop d'humour tue l'humour » (mais quittons le terrain politique puisque nous prlons d'humour ....). Ravel, qui était de la même trempe que Haydn de ce point de vue très « humour n° degré » disait : « N'interprétez pas mes aeuvre, jouez les » . Je peux comprendre que certains chefs d'orchestre « en rajoutent » par exemple dans la symphonie « la surprise » (destinée paraît-il à faire taire les bavards ...... effort digne de Sisyphe). Ici, c'est le style même de Haydn qui est modelé par l'humour. l'humour est consubstantiel à son écriture. S'il a écrit f, ne jouons pas ff, car s'il avait voulu, il l'aurait écrit. Appuyer sur l'humour haydnien avec les meilleures intentions du monde et une virtuosité éblouissante ne peut que le trahir un peu. L'humour est affaire de dosage homéopathique. Et comme l'humour est le matériau de base d'articulation du style, voire de l'architecture (modulations, par exemple), la conséquence de cette « surinterprétation » est non seulement superficielle, mais en partie structurale. C'est pourquoi la lecture dite « académique » des Amadeus (et de quelques jeunes quatuors remarquables dans Haydn) est la condition sine qua non de la haute fidélité haydnienne.

Cordialement, Gérard..

et pour les lecteurs pérécoces, joyeux Noël et très belle année 2013.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 12 de cette discussion.
Message initial: 23 déc. 12 20:43:51 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 déc. 12 18:34:14 GMT+01:00
L' AIGLE dit:
Un bien vu pour cet excellentissime commentaire. HAYDN est un elixir musical dont on ne se lasse jamais. De la joie à l'état pur comme dans Vivaldi, je parle d' émotion et pas de composition !
Cordialement
Je vous ai l'aissé un message sur votre courriel.

En réponse à un message antérieur du 23 déc. 12 22:16:18 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 23 déc. 12 22:23:15 GMT+01:00
Merci cher ami.

J'ai lu votre mail et compte vous répondre dès demain.

Comme je vous l'ai dit, je suis actuellement de santé fragile. J'ai fini de "choper la crève" en me rendant à l'AG de l'Association du Festival du Comminges qui m'a nommé au Conseil d'Administratin à la place laissée libre par le triste délabrement de santé de ..... Michel CHAPUIS !!!! C'est évidemment un honneur à l'arrière goût amer (Chapuis et devenu aveugle et souffre de divers maux sur lesquels sa famille reste évidemment discrète), mais je ne l'aurais pas imaginé même dans mes rêves les plus fous. Je connais certes vos réserves le concernant. Mais tout de même ....

Amicalement, Gérard.

Publié le 26 déc. 12 13:17:21 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 déc. 12 13:17:31 GMT+01:00
Merci beaucoup de ce remarquable commentaire.. qui m'ouvre des portes (en attendant de m'ouvrir les oreilles!)
et tous mes voeux!

En réponse à un message antérieur du 26 déc. 12 14:26:52 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 déc. 12 14:30:26 GMT+01:00
Merci cher Monsieur. Pour la petite histoire, j'ai découvert dans les années 60 trois quatuors sur un vinyle du quatuor Italiano (Sérénade - en réalité apocryphe -, L'Alouette, les Quintes). C'est un ami musicien qui a attiré mon attention sur le génie des op. 76 et 77 dans la fin des années 60 et m'a offert l'interprétation du quatuor Danois pour mes 20 ans. Dans ce corpus op. 76, les plus hors norme ne sont pas les plus connus. J'attire notamment votre attention sur le 1et le 6. Bien entendu, la rigueur de construction du quatuor « les quintes » ou la poésie du début de « l'Aurore » sont admirables. Certains musicologues évoquent des clés secrètes dans le premier mouvement des « Quintes » (Haydn comme Mozart était franc-maçon).

Cordialement et joyeuse année 2013.

En réponse à un message antérieur du 26 déc. 12 18:37:52 GMT+01:00
L' AIGLE dit:
Cher Gérard
Mes réserves concernent la tenue du musicien. Je ne connais pas l'homme.
Amitié

En réponse à un message antérieur du 26 déc. 12 18:47:07 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 déc. 12 18:48:32 GMT+01:00
Cher ami, je l'avais évidemment bien compris, et ai en tête les détails de votre analyse. Trop fatigué pour vous répondre de manière pertinente. J'ai simplement relu, corrigé et mis en ligne mon brouillon concernant les sonates de Ives et Barber interprétées par Hamelin. Je dois dire que cette analyse m'a fait revoir ma vision des deux compositeurs - le second surtout. Je viens de constater que mon texte est publié. Le prochain sera un Carter/Yun. Amitiés.

En réponse à un message antérieur du 26 déc. 12 19:38:25 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 déc. 12 19:40:32 GMT+01:00
L' AIGLE dit:
Cher ami, vous devez trouver un bon naturopathe dans votre région. La santé est qq chose de très complexe car trop simple et c'est un grand art et une science d'y remédier. Rappellez vous la revue PRINCIPE DE SANTE dont je vous ai donné les coordonées dans nos courriels. Vous y trouverez presque tout. Pas fini ma pyramide, donc peu de temps pour l'instant.
Amitié

En réponse à un message antérieur du 27 déc. 12 00:32:31 GMT+01:00
Je me souviens très bien, oui. Ne vous inquiétez pas, je suis relativement au clair avec ce type de problèmes.

En réponse à un message antérieur du 29 déc. 12 18:19:04 GMT+01:00
Henrard dit:
Très bon commentaire en effet pour ces quatuors de Haydn. J'ai pour ma part un faible pour les "mosaiques" ou les Festetics" dans ce répertoire.
Cordialement

En réponse à un message antérieur du 29 déc. 12 22:11:09 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 29 déc. 12 22:14:11 GMT+01:00
Cher ami, je vous accorde que les Mosaïques sont absolument excellents. C'est un cadeau que je fais parfois à me amis mélomanes (et comme ils publient en pllusieurs coffrets, si les amis apprécient, je tiens un filon ....).
Cordialement, Gérard.
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : Toulouse, France

Classement des meilleurs critiques: 288