Commentaire client

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DIRECT, EFFICACE ET BANCAL : DONC DU PUR FULLER !, 10 novembre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
VERBOTEN est un film de guerre signé Samuel Fuller, écrit, dialogué, réalisé et produit en 1958, juste après son splendide western QUARANTE TUEURS, et avant un polar, THE CRINSOM KIMONO. Il tient aussi du film d'espionnage, d'où le titre français tarabiscoté ORDRES SECRETS AUX ESPIONS NAZIS.

Les commentaires précédents parlent bien du fond de ce film, j'insisterai donc davantage sur la forme. Fuller était un iconoclaste, et il nous fait encore ici une brillante démonstration de son style, passant d'un genre à l'autre, aux dépens parfois de l'ensemble qui peut tout de même paraître bancal.

L'action se situe en Allemagne, en 1945, après la chute du IIIème Reich. Le sergent David Brent, seul rescapé de son escouade, pris sous les tirs de sniper, doit la vie sauve à une jeune allemande, Helga, qui le cache chez elle. Une fois la ville nettoyée par l'armée américaine, Brent est démobilisé. Faisant fi de la loi anti-fraternisation (d'où le titre « verboten » signifiant « interdit ») il ne rentre pas au pays, mais rejoint Helga dont il est tombé amoureux.

Dès le générique, Samuel Fuller nous assène des images de destruction, de fusillades, alors que la bande-son diffuse une chanson de crooner, qui se termine par « that's why I love you »... Contraste saisissant, et procédé qui n'est pas sans rappeler le générique de DOCTEUR FOLAMOUR, chanson douce sur fond d'explosion nucléaire ! Et Fuller enchaine ensuite avec la cinquième symphonie de Beethoven (pom pom pom pom), rythmée par des tirs de fusils, alors que trois soldats US sont pris à partie par des tireurs isolés, dans une ville en ruine. Scène qui n'est pas sans rappeler (bis) la troisième partie de FULL METAL JACKET. Opposition de plan d'ensemble à la profondeur de champ vertigineuse, sécheresse du montage, ennemi invisible, Fuller signe là une entrée en matière remarquable. La suite est à l'avenant. Très gros plan sur un oeil qui s'ouvre. C'est le sergent Brent, alité, soigné par Helga, dans un immeuble en ruine. Immeuble qui sera investi par une unité de nazis. La tension dramatique monte encore d'un cran, belles scènes de suspens, avec cet officier nazi odieux, qui reprend Helga en lui disant : « on ne dit pas « grâce à Dieu » mais « grâce au Furher »... Et qui dira ensuite à la même Helga : « c'est bien de veiller sur votre mère malade, la mienne, je l'ai dénoncée à la gestapo »... Fuller filme d'un plan, un long dialogue entre Helga et Brent, sous le portrait d'Hitler, sur la différence entre allemands et nazis. Thème peu souvent traité, et que Fuller attaque de front, comme à son habitude. On touche là le coeur du film.

La première partie du film s'arrête lorsque la ville est libérée, la suite du récit étant davantage centrée sur la relation amoureuse entre Helga et Brent, et les motivations exactes d'Helga. L'Allemagne est détruite, ruinée, les populations affamées (belle scène de ravitaillement filmée par Fuller) et pour Helga, fréquenter un américain démobilisé chargé justement de gérer le ravitaillement des populations civiles, est une chance innespérée. D'autant qu'Helga croise un ancien ami, Bruno, qui dirige une cellule des « Loups Garous », groupuscules d'extrémistes nazis qui ne veulent s'avouer vaincus...

Fuller alterne les scènes de fiction avec un montage d'images d'archive, montrant les combats. Une manière sans doute de parer au plus vite aux faibles moyens financiers dont il dispose, mais ce qui lui permet aussi d'apporter une touche réaliste à son film, quasi documentaire par moment. Et c'est là que le bât blesse, car le film hésite entre deux styles, la démonstration, la thèse d'un côté, et le récit romanesque de l'autre, qui en pâtit. Par rapport à la première demi-heure, stupéfiante, la suite s'avère plus fade. D'autant que Fuller boucle son intrigue un peu rapidement, le jeune frère d'Helga recevant l'illumination suite à la diffusion du procès de Nuremberg. Le sentiment est bon, mais la ficelle dramatique un peu grosse. C'est un trait typique chez Fuller : appuyer les effets, passer du lyrisme échevelé à la violence pure (voir Naked kiss (Version Pocket)), du mélo dégoulinant à l'action stylisée. Du coup, il en oublie au passage le personnage d'Helga, dont il nous avait laissé penser que... (j'dirai rien!) sans qu'on en soit finalement certain. Le couple de comédiens (James Best et Susan Cummings) est remarquable.

Malgré ces quelques réserves, un film de Samuel Fuller reste toujours un grand moment de cinéma, par l'aspect formel, les idées de mise en scène, et les sujets traités sans détour. Rappelons que Fuller fut soldat, et participant à ces mêmes campagnes de dénazification.

DVD : bonne image, VOST, format respecté 1/1.37, sans bonus, 83 minutes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 10 de cette discussion.
Message initial: 12 nov. 10 20:37:56 GMT+01:00
LD dit:
Bravo pour cet excellent commentaire, Luc. C'est le Fritz qui va être content que tu parles de tonton Sam.

Je ne l'ai pas revu depuis un bout de temps, mais j'avais comme toi trouvé que la deuxième moitié n'était pas à la hauteur de la première, en effet stupéfiante. Mais bon, faut pas cracher dans la soupe, c'est comme tu dis un grand moment de cinéma.

En réponse à un message antérieur du 14 nov. 10 12:35:14 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:54:17 GMT+01:00]

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 15:46:44 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 27 avr. 11 15:41:55 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 15:47:44 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 27 avr. 11 15:41:55 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 15:48:56 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 27 avr. 11 15:41:56 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 16:39:22 GMT+01:00
Luc B. dit:
On t'y attend, mon ami, ton bureau est prêt, ton badge aussi, la cafetière est branchée, le frigo est plein, tu auras le choix entre Daphnée et Roberto pour retaper tes textes (Suzie bosse déjà pour moi...). Et saches que si tu ne peux pas y consacrer tout ton temps, deux ou trois piges par mois feront l'affaire... la rubrique "jazz" sonne creux par rapport au "hard rock" ! ! help us ! Voir le lien sur mon profil amazon...

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 18:04:23 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 27 avr. 11 15:41:56 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 16 nov. 10 19:13:15 GMT+01:00
rockin-jl dit:
je confirme m'sieur Ralingue, votre place est au chaud et la rubrique jazz vous attend ( ainsi que celle films noirs ) ; @bientot!

En réponse à un message antérieur du 18 nov. 10 11:39:53 GMT+01:00
C'est avec bonheur que je trouve ce bien beau commentaire sur ce bien beau film, qui, comme LD l'a deviné, s'inscrit d'emblée dans mon panthéon personnel. Et Sam est bel et bien un infatigable bouffeur de nazis! Pour ce qui est de l'utilisation des images d'archives, eh bien il semble qu'à l'époque de la réalisation du film (si je me souviens de ma lecture des entretiens de Fuller avec Noël Simsolo), il y avait une volonté "pédagogique" de la part du réalisateur, de même qu'un désir d'inscrire autant que possible sa fiction dans une perspective Historique. On connait le souci du détail et de la véracité de ce cinéaste. Enfin, a posteriori cette utilisation d'images est d'autant plus intéressante que Fuller lui-même a filmé "à chaud" la libération d'un camp de concentration, étant l'un des rares soldats à trimballer une caméra à ce moment et à cet endroit-là. C'est dire s'il sait de quoi il parle. Des images filmées par lui ont été montrées lors du procès de Nuremberg. Tout ceci fait l'objet d'un documentaire réalisé par Emil Weiss et édité chez Doriane Films: Falkenau, vision de l'impossible. Recommandé!
Merci pour le com, Luc.

En réponse à un message antérieur du 22 nov. 10 10:15:45 GMT+01:00
Luc B. dit:
Merci du passage Fritz, et il me semble avoir vu ces images d'actu de Fuller, dans ce documentaire.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.0 étoiles sur 5 (6 commentaires client)
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 7,59
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Luc B.
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 246