Commentaire client

11 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Wild side, 12 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : White Light / White Heat [Remaster] (CD)
White Light/White Heat , sorti au début de l'année 68 , est le deuxième album du Velvet Underground . Il est , après le premier , dans un genre plus radical , un autre coup de maître . C'est mon préféré , celui qui a le bon goût , cette fois , de nous éviter Nico ( elle devait être contente Maureen ! nous aussi , little drummer girl ! ) et surtout d'ouvrir les esprits , de nous emmener un peu plus loin dans le tunnel ...
Après cet album , pour le groupe et la musique qu'il incarne , plus rien n'est pareil : John Cale le pur , part , Bowie croit qu'il a compris ce que rock veut dire et Lester Bangs décide d'écrire après avoir entendu "Sister Ray" ... Le rock and roll est sauvé !
De quoi ça parle ? Comme toujours avec le Lou Reed de cette époque , tout reste plus ou moins ambigu et les pistes sont multipliées par les doubles et faux sens ou les références crypto - littéraires : sexe , changement de sexe , exhibition ? ( "Lady Godiva's Operation" ) drogue ( "White Light White Heat" ) cruauté innocente , sado masochisme ? ( "The Gift" ) homosexualité , travestissement , schizophrénie ? ( "Sister Ray" ) ... Il n'est parfois pas si utile que cela de comprendre tout . La musique du groupe , souvent répétitive , parfois stridente , saccadée par les petits coups de baguettes nerveux de Moe Tucker ainsi que le phrasé traînant de Lou suffisent à nos avidités émotives quand on aime le rock and roll un peu aventureux .
Ce bruit qui faisait fuir la plupart des gens sensés de leur époque ( le groupe jouait toujours très fort ) c'est de la poésie des cavernes urbaines , avec des histoires de sexe , de violence , de sang et de came .
Pour Lou , pas très lucide sans doute ( ou trop ? ) tout s'allégorise : sa seringue , c'est aussi sa femme qui n'est pas exactement une vraie femme ( la pas très claire "Sister Ray" ) sa guitare ? pareil : sa femme ( "Here She Comes now" ) la violence , c'est la musique salutairement maltraitée , et le sexe , c'est le sang ( "The Gift" ) etc , etc ... Finalement , ce qui reste clair , dans cet album plus précisément , c'est la volonté du Velvet de faire du bruit , de dépasser le ronron du schéma rock ambiant afin d'éviter les compromissions ( de l'autre côté de la lumière , il y a les hippies et leurs fleurs du Bien ) . Ils donnent la parole aux guitares , établissent les nouvelles bases d'un rock and roll trash , plein de larsen , de distorsion ( "I Heard Her Call My Name") et d'improvisation de haute volée , avec en prime l'orgue ( de Cale ) amplifié comme une gratte pour le fantastique "Sister Ray" qui sur scène pouvait durer jusqu'à deux fois plus longtemps que la version originale ( 17 minutes x 2 = ... heu ... ah oui , quand même ! ) .
Lou Reed était un peu patraque à cette époque et il laisse parfois le crachoir à un John Cale à la voix encore juvénile . Le Gallois assure le récitatif sur "The Gift" ( une nouvelle écrite par Reed sur les hommes qui ne sont parfois pas des cadeaux ) et "Lady Godiva's Operation" à l'allure tranquille , soudain polluée par la méchante voix de canard lubrique de l'auteur ( sa façon de dire "sweetly" est un pur bonheur de perversité ) qui surgit comme un coup de pistolet dans un concert .
Cette volonté de briser les enchantements pour le plus grand plaisir des cancres que nous sommes , on la retrouve dès le premier titre "White Light White Heat" démarré bille en tête , scandé plus que chanté . Et tout au long de l'album ou presque , Lou Reed assure ( épaulé par l'autre guitariste , Sterling "over there" Morrison ) la plupart des solos à rallonge ( toujours un peu à côté de la plaque ) avec la mission de flinguer tout ce qui pourrait ressembler à de possibles jolies chansons . C'est l'album du No Beauty , un album punk ! A New York , tout est toujours un peu sale ... on le sait bien .
Album sans grand succès , mais à l'influence énorme ( tous les titres ont été repris et ont déclenché parfois des vocations ) il a donné envie à bien des personnes plus ou moins estimables de se frotter à cette radicalité sonore ou thématique . Des Américains ? Ah oui ! ... Iggy Pop et les Stooges , les Modern Lovers de Jonathan Richman , Suicide , The Dream Syndicate , Sonic Youth ... des Anglais ? Mouais , si on veut ... Bowie , Buzzcocks , Joy Division , Marc Almond , des punks aussi ... des Français ? Ah non , je ne peux pas être à ce point menteuse ou cruelle ! J'ai tant de péchés déjà à me faire pardonner ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 38 de cette discussion.
Message initial: 13 déc. 09 21:44:54 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 13 déc. 09 21:51:11 GMT+01:00
Ha bon, tu n'aimes pas Nico ???
sinon, parles moi un peu plus en détails de tous ces péchés que tu as à te faire pardonner ....tes petits secrets me passionnent...
VU...bisou

En réponse à un message antérieur du 13 déc. 09 22:58:28 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 19 mai 11 09:15:33 GMT+02:00]

Publié le 14 déc. 09 11:47:11 GMT+01:00
Fab Three dit:
Et ben avec çuilà personne ira te chercher des poux.
Merci pour la piqouse de rappel sister morphine (non, non, ne me dit pas ce qu'il y avait dans la seringue)

En réponse à un message antérieur du 14 déc. 09 14:48:02 GMT+01:00
Sonic Youth donne envie d'écouter le Velvet ... et d'en parler.
Là, tu joues sur du velours, évidemment... ou en roue libre, comme dirait l'accidentée des Baléares.
Tellement content de lire ce com que j'ai même pas envie de chipoter sur Nico sans laquelle le 1er serait quelconque, sur Television que t'as pas cités, ni même sur Bowie qui a surtout été inspiré par celui d'après (pour son hunky dory, bien qu'il ait toujours fait white light/white heat le morceau en concert).

En réponse à un message antérieur du 14 déc. 09 18:33:04 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 19 mai 11 09:15:33 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 14 déc. 09 19:13:30 GMT+01:00
Non, tu peux me balancer les pires vacheries, je dirais rien de négatif sur ce disque ou ton com ...
Bises... (moi j'oublie pas)

En réponse à un message antérieur du 15 déc. 09 09:38:16 GMT+01:00
Luc B. dit:
Impec, sister. J'ai toujours eu un peu de mal avec le Velvet, dont je soupsonne parfois le côté "arty" d'être davantage à l'origine de leur réputation, que leur musique. En tout cas l'impact sur l'Histoire, sur New York (et ailleurs) est énorme. Et pourtant j'aime beaucoup Lou reed, mais plus la période solo des 70's, avec "Conney Island" ou "Berlin " ben sûr.

Un passionnant bouquin sur le début du punk et du Velvet : Please Kill Me : L'histoire non censurée du punk racontée par ses acteurs

Publié le 15 déc. 09 10:28:41 GMT+01:00
François dit:
Moi j'aime beaucoup le côté "arty" (chaud) mais il parait que je suis un cérébral :)
VU+++++++

En réponse à un message antérieur du 15 déc. 09 19:28:04 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 19 mai 11 09:15:34 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 15 déc. 09 19:36:21 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 19 mai 11 09:15:34 GMT+02:00]
‹ Précédent 1 2 3 4 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 10.878