Commentaire client

23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album qui ne manque pas de souffle., 4 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Baron Samedi - Livre-disque (CD)
Bernard Lavilliers demeure un des derniers grands tauliers de la chanson française, et, à 67 balais, toujours aussi engagé, il en a autant dans les baloches que dans sa plume comme en témoigne son vingtième album, Baron Samedi (2013).

Inspiré comme souvent, remonté mais pas révolté, le chanteur des ouvriers en a encore sous la semelle pour évoquer la vie et l’espoir, la mort, la violence urbaine, l’indifférence ou la City londonienne. Le Stéphanois promène son écriture dans un Port-au-Prince meurtri, dévoilant une poésie subtile, un style plus acoustique avec des accords plus complexes et affichant de beaux arrangements sous influence haïtienne ou caribéenne, suggérés par son séjour sur une terre dévastée par le séisme de 2010 (300.000 morts).

Lavilliers est en forme, c’est le moins que révèle son dernier double disque. Double disque en effet dont un, le deuxième, un peu fou, qui lui permet enfin de réaliser un des rêves qu’il entretient depuis longtemps mais jamais assouvi, celui de mettre en musique la poésie de Blaise Cendars.

Les 28 minutes de Prose du Transibérien et de la petite Jehanne de France constituent la surprise du chef. Lavilliers devient conteur ; depuis le temps que l’idée trottait dans sa tête, ce projet toujours repoussé est une belle réussite : bel accompagnement, belle musique, belle voix, beau texte.
Baron Samedi se situe aux confins entre la vie et la mort. Il ouvre avec Scorpion, une poésie violente en hommage au poète turc Nazim Hikmet. Contrairement à ce qui fut fait précédemment par Montand (Mon Frère), à savoir déclamer un texte de 1948 sur une musique, l’artiste du Forez livre ici une vraie chanson : « Comme le scorpion, mon frère, tu es comme le scorpion. Dans une nuit d’épouvante. »

Baron Samedi réfère à un personnage mystérieux de la culture vaudou haïtienne, le plus redoutable des esprits (Lwas ou loas) de cette religion pratiquée en Haïti. L’esprit de la Mort, le Maître des Cimetières où il vit et vénéré chaque samedi. Les Pretty Things, dans S.F Sorrow de 1968, en avaient déjà fait le thème de Baron Saturday.

Lavilliers est un grand voyageur. Outre la terre haïtienne dont il décrit la vie telle qu’il la voit et la ressent et l’espoir qu’il faut garder (Vivre encore), il nous emmène sur les terres londoniennes de Jack l’éventreur (qui ne s’attaque qu’aux banquiers et aux financiers), à New York (violence urbaine dans Y a pas qu’à New York), dans le Var (Villa Noailles), à la Réunion (Rest’là Maloya).

Le compagnon de route de toujours du Parti Communiste Français y évoque aussi la disparition de sa mère, assistante sociale dans un « Sans fleurs ni couronnes » d’une grande pudeur et d’une belle profondeur.

Après trois ans de silence depuis son dernier disque (Causes Perdues et Musiques tropicales/2010), le retour de cette figure hexagonale de gauche se fait avec l’œil, la curiosité de tout et de tous et les notes du reporter sur un monde enchevêtré.

Même si le gringo se veut moins latino qu’à l’accoutumée, il est une fois de plus probant, d’autant plus qu’il chante merveilleusement bien (PLO54).
Un album qui ne manque pas de souffle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 7 déc. 13 08:06:24 GMT+01:00
La "Prose du Transibérien" me rappelle - et je pense que directement ou indirectement c'est un hommage à son vieux pote - le Ferré du "Bateau ivre" voire d' "Il n'y a plus rien". En tout cas, beau com pour beau disque;
cordialement

En réponse à un message antérieur du 2 janv. 14 19:26:55 GMT+01:00
Merci de ta visite et de tes appréciations.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : france

Classement des meilleurs critiques: 92